Attaques antisémites : unanimement soutenu, l’avocat grenoblois Denis Dreyfus annonce porter plainte

sep article

EN BREF – Les virulentes attaques antisémites adressées à l’avocat grenoblois Denis Dreyfus par un site antisémite et raciste font l’unanimité contre elles. Tandis que les syndicats d’avocats apportent leur soutien à leur confrère, le Conseil national des barreaux annonce avoir saisi la Garde des Sceaux pour obtenir l’identification des auteurs des injures antisémites. Des auteurs qui, depuis leur plateforme, se posent en victimes.

 

 

Après un relatif silence de quelques jours, les violentes charges antisémites dont l’avocat grenoblois Denis Dreyfus a été victime de la part d’un site au racisme pour le moins “décomplexé” suscitent colère et indignation. La prose, directement inspirée des publications antisémites des années 30, autant que le montage photographique représentant l’avocat affublé d’une étoile jaune, ont en effet de quoi laisser pantois.

 

Denis Dreyfus, avocat de la famille d'Adrien Perez. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Denis Dreyfus, avocat de la famille d’Adrien Perez. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Défenseur de la famille d’Adrien Perez, Denis Dreyfus avait dénoncé l’action de Génération identitaire devant le tribunal de Grenoble, en déclarant : « Il ne faudrait pas que le beau visage d’Adrien devienne, pour certains, l’étendard de la haine. » De quoi déclencher la réaction immédiate du site antisémite et raciste Démocratie participative, qui publie un texte au titre évocateur : « Le perfide avocat juif de la famille dénonce les Blancs qui veulent se défendre contre la sauvagerie arabe. »

 

 

Soutien des avocats de la France entière

 

Sans surprise, les avocats de la France entière manifestent leur solidarité vis-à-vis de leur confrère. Dans un communiqué publié le 20 août 2018, le Syndicat des avocats de France dénonce « un déferlement de haine appelant à la violence et au meurtre », et demande l’ouverture d’une enquête pour permettre l’identification des responsables du site et sa fermeture. « Le web ne peut être une zone de non-droit », s’indignent les avocats.

 

Page de garde de la plateforme de signalement du ministère de l'Intérieur.

Page de garde de la plateforme de signalement du ministère de l’Intérieur.

 

Même son de cloche de la part de la Fédération nationale des unions de jeunes avocats (FNUJA), qui appelle à dénoncer le site antisémite via la plateforme de signalement du ministère de l’Intérieur. Quant au Conseil national des barreaux, il indique avoir saisi la ministre de la Justice Nicole Belloubet, « afin que des poursuites soient engagées sans délai et que tous les moyens soient mobilisés pour identifier les individus ».

 

 

Denis Dreyfus va porter plainte

 

Au niveau grenoblois, c’est le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Grenoble David Roguet qui a pris la parole. Décrivant dans un communiqué « l’ignominie à l’état sauvage », l’avocat appelle à la mobilisation. « Ce site internet donne la nausée. Pendant combien de temps accepterons-nous de vomir ? », écrit-il, en considérant que fermer les yeux revient à « abdiquer devant l’insupportable ».

 

Échantillon des réactions de soutien et d'indignation sur Twitter suite aux attaques antisémites contre Denis Dreyfus.

Échantillon des réactions de soutien et d’indignation sur Twitter suite aux attaques antisémites contre Denis Dreyfus.

Et le bâtonnier de conclure, à l’intention de Denis Dreyfus : « Croyez bien, Mon Cher Denis, que le Barreau de Grenoble fera son possible pour ne pas laisser faire ».

 

L’avocat grenoblois a de son côté fait part de son intention de porter plainte contre les auteurs du texte antisémite. Dans les colonnes du Dauphiné libéré, il signale « avoir reçu un nombre incalculable de messages d’amitié et de solidarité », notamment sur les réseaux sociaux. Il est vrai que la seule consultation de Twitter permet de mesurer l’émotion face aux propos tenus à son encontre.

 

L’organe de veille militante le Réseau de lutte contre le fascisme (RLF) surveille par ailleurs de près le développement de l’affaire, et s’indigne que Google maintienne le site Démocratie participative dans son recensement.

 

Posture classique dans les milieux proches du néo-nazisme, le site en question se pose en victime et dénonce dans un nouveau billet « une campagne terroriste […] suite à sa dénonciation de l’avocat antiblanc Denis Dreyfus ». Pas de quoi démoraliser ses promoteurs semble-t-il, qui trouvent encore le temps, entre plusieurs articles racistes, de se réjouir de la mort de « quatre punks à chien français broyés dans l’effondrement du pont de Gênes ».

 

Florent Mathieu

 

 

commentez lire les commentaires
4015 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Je ne sais pas si l’action de Me Dreyfus contre ce site pourri antisémite de « démocratie participative » pourra le faire fermer. Dans l’ignominie, en France, il n’y a pas question de liberté d’expression, puisque l’incitation à la haine est un délit. Ce ne sera pas facile de faire en sorte que Google ne référencie plus ce site, surtout qu’il est basé aux US. Mais il faut tenter …
    Ce sera valable aussi pour génération identitaire, qui, s’il fait attention à ne pas se montrer trop antisémite, n’hésite pas à étaler son racisme au grand jour, contre les migrants ou les Français qui ne portent pas un nom « chrétien » de blanc… Sa page Facebook a été suspendue après l’action anti-migrants au Col de l’Echelle, ce n’est peut être que le début d’une longue liste d’ennuis judiciaires 😉
    Soutien à Me Dreyfus, nous ne sommes pas revenus à l’époque nazie-pétainiste.

    sep article
  2. Attaques inacceptables mais il s’agit aussi de faire baisser la pression maintenant, non.

    sep article
    • « baisser la pression » c’est à dire que, d’après vous, Me Dreyfus ne devrait pas porter plainte ?

      sep article