Grenoble : près d’un millier de personnes ont participé à la marche blanche en hommage à Adrien Perez

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE VIDÉO – Ce mercredi 8 août à Grenoble, environ un millier de personnes ont participé à une marche blanche en hommage à Adrien Perez, poignardé en plein cœur devant une discothèque de Meylan le 29 juillet dernier. Une marche silencieuse à l’initiative des amis du jeune homme « pour que cela ne se reproduise plus ». S’y sont joints ses parents, ses proches et l’avocat de la famille. 

 

 

Marche blanche en hommage à Adrien Perez. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Marche blanche en hom­mage à Adrien Perez. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce mer­credi 8 août à Grenoble, les quelques arbres de la place de Verdun ne suf­fi­saient pas à pro­té­ger d’un soleil de plomb toutes les per­sonnes venues par­ti­ci­per à la marche blanche orga­ni­sée en sou­ve­nir d’Adrien Perez par ses amis.

 

Ce jeune homme, mor­tel­le­ment poi­gnardé devant la dis­co­thèque Le Phoénix de Meylan le 29 juillet, fêtait ce soir-là ses 26 ans et avait cou­ra­geu­se­ment prêté main forte à l’un de ses amis, vic­time d’une agres­sion.

 

 

« Nous sommes venus en mémoire d’Adrien et pour soutenir sa famille »

 

Beaucoup parmi les par­ti­ci­pants sont vêtus de blanc ou tiennent à la main un bal­lon de la même cou­leur gon­flé à l’hé­lium. Les mines sont graves, les gens conversent par petits groupes, à voix basses avant que la mani­fes­ta­tion, digne et silen­cieuse, ne démarre.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Après l’emballement qu’a sus­cité le drame dans la presse et tout par­ti­cu­liè­re­ment sur les réseaux sociaux, l’un des orga­ni­sa­teurs explique le sens de cette marche. « Nous sommes venus en mémoire d’Adrien pour lui rendre hom­mage, pour sou­te­nir sa famille, ses amis. Nous vou­lons juste faire pas­ser le mes­sage que tout cela est inac­cep­table et que la haine, la vio­lence n’ont pas leur place ».

 

Anonymes dans la foule, Bruno et Patricia Perez, les parents du jeune homme accom­pa­gnés par leur avo­cat Me Denis Dreyfus ont fait pas­ser la consigne : ils ne sou­haitent pas s’ex­pri­mer, tout à l’immen­sité de leur dou­leur. Puis le cor­tège s’é­branle pour ral­lier, en emprun­tant en silence les rues du centre-ville, la caserne de Bonne, point final de cette marche blanche.

 

 

 

 

Parvenu aux abords de la caserne de Bonne, c’est le parc joux­tant le bâti­ment de la Clef de sol qu’ont choisi les orga­ni­sa­teurs pour un moment de recueille­ment dans le plus grand silence.

 

 

« Adrien est fier de ses parents et de sa sœur »

 

MDreyfus s’ex­pri­mera alors un court ins­tant devant les micros pour trans­mettre les remer­cie­ments de la famille d’Adrien et aux per­sonnes ayant par­ti­cipé à la marche. Des parents et une sœur dont l’a­vo­cat sou­ligne la grande dignité.

 

Un millier de personnes ont participé à une marche blanche en hommage à Adrien Perez, mortellement poignardé devant une discothèque de Meylan ce 29 juillet© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Ils savent se tenir debout, ils sont exem­plaires. Il est bon que face à un tel drame qui a un écho natio­nal […] ceux qui sont sou­vent dans le silence face à la haine et à la vio­lence arrivent à se lever, à s’ex­pri­mer et à le faire sim­ple­ment, dans le silence comme ils l’ont fait », déclare visi­ble­ment ému l’a­vo­cat.

 

Avant de pour­suivre. « C’est la plus belle réponse qu’ils peuvent don­ner pour Adrien, et per­met­tez-moi de vous dire qu’Adrien est fier de ses parents et de sa sœur », assure MDreyfus. « Après le temps de l’é­mo­tion, il est un temps du droit et de la jus­tice et tout ceci se tien­dra en d’autres lieux dans le cadre d’un dos­sier pénal qui est actuel­le­ment en cours », conclut l’a­vo­cat de la famille.

 

 

Trois personnes mises en examen

 

Quant à l’af­faire, elle suit son cours judi­ciaire. Dès le 31 juillet, deux frères âgés de 19 et 20 ans – ont été mis en exa­men aux chefs d’ho­mi­cide volon­taire pour l’un et de ten­ta­tive d’ho­mi­cide volon­taire pour l’autre. Ils ont été pla­cés en déten­tion. Une troi­sième per­sonne incul­pée pour vio­lence avec armes en réunion a été lais­sée libre sous contrôle judi­ciaire mais cette der­nière déci­sion a fait l’ob­jet d’un appel du par­quet. La chambre de l’ins­truc­tion de la cour d’ap­pel de Grenoble devrait pour sa part rendre sa déci­sion dès ce 13 août.

 

Un millier de personnes ont participé à une marche blanche en hommage à Adrien Perez, mortellement poignardé devant une discothèque de Meylan ce 29 juillet© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Les obsèques d’Adrien Perez se sont dérou­lées ce der­nier ven­dredi 3 août à Grenoble. Par ailleurs, une cagnotte en ligne a été ouverte. Elle devrait pou­voir per­mettre aux parents de faire face aux frais d’ob­sèques, aux frais de jus­tice ainsi qu’aux hono­raires de l’a­vo­cat.

 

 

Joël Kermabon

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
3284 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ping : France: ATTAQUES ANTISÉMITES CONTRE ME DENIS DREYFUS : LE PRÉSIDENT DE LA COUR D’APPEL DE GRENOBLE HAUSSE LE TON | IAPL Monitoring Committee on Attacks on Lawyers

  2. Déchaînement anti­sé­mite contre l’a­vo­cat gre­no­blois Denis Dreyfus : RLF indi­gné
    (com­mu­ni­qué de RLF Isère, contacts : rlfvoiron38@no-log.org)

    Un site inter­net aux réfé­rences nazies assu­mées, au racisme habi­tuel et démen­tiel, déjà trop connu et qui ose se nom­mer « demo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive », s’en prend à l’a­vo­cat gre­no­blois Denis Dreyfus, dans une publi­ca­tion datée du 12 août 2018, avec un anti­sé­mi­tisme débridé et très violent. (.….….….……)
    https://www.isere-antifascisme.org/dechainement-antisemite-contre-l-avocat-grenoblois-denis-dreyfus-rlf-indigne

    sep article
  3. Etant donné la pro­gres­sion des vio­lences dans la plu­part des grandes ville
    de France et en par­ti­cu­lier Marseille/Grenoble,il serait urgent de mettre
    en place le concept de “Tolérance Zéro ».
    Curieusement, ceux qui com­battent cette for­mule, sont les pre­miers a
    regret­ter la dis­pa­ri­tion de la police de proxi­mité, qui était un des points
    cen­tral de « Tolérance Zéro ».
    la voca­tion de l’hu­ma­niste est d’é­vi­ter les souf­frances dues à la dis­pa­ri­tion
    d’êtres chers que sont les enfants et pour cela il faut appli­quer un prin­cipe
    qui a fait ses preuves .
    si nous sommes en inca­pa­cité à réduire cette vio­lence qui gan­grène notre
    agglo­mé­ra­tion et réduit l’ac­ti­vité éco­no­mique ‚que va-t-il se pas­ser ?
    https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2009 – 4‑page-655.htm

    sep article
  4. Marre de ces « marches blanches » menées par des bande-mous bien­veillants. A quoi ça sert, une marche, sans reven­di­ca­tions poli­tiques ?! Qui est res­pon­sable de cette situa­tion qui se repro­duit régu­liè­re­ment à Grenoble ? [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toires] pour­quoi ces mecs « connus de jus­tice «  sont en liberté avec un cou­teau dans la main ?!

    sep article
    • C’est un pro­blème beau­coup plus géné­ral qu’e Grenoble ! regar­dez les infor­ma­tions natio­nales …
      Vous n’ai­mez pas les mar­chez blanches ? je pense que vous auriez pu néna­moins vous abs­te­nir de « com­men­ter » (?) par res­pect pour les parents d’Adrien Perez et en sa mémoire.

      sep article
      • -

        13/08/2018
        12:25

        La vous avez rai­son !

        sep article
      • Les parents de la vic­time (ou leur avo­cat) ont eux-même « com­menté » ce drame dans la presse, et fait état de la situa­tion alar­mante de l’ag­glo­mé­ra­tion en termes de sécu­rité, laquelle, vous avez rai­son, ne concerne mal­heu­reu­se­ment pas que Grenoble, ce qui ne signi­fie pas qu’il ne faille pas s’y atta­quer.

        Par ailleurs, on ne com­bat pas le mal sans le nom­mer, et ceci implique… de com­men­ter, ce qui consti­tue un com­por­te­ment très sain dans une démo­cra­tie. Si vous ne le faites pas ‑de manière répu­bli­caine, j’entends‑, si vous cachez la pous­sière sous le tapis, alors vous lais­sez le pro­blème de l’in­sé­cu­rité tom­ber dans les mains des extrêmes ; et c’est ainsi qu’il y a quelques jours nous avons vu les Génération iden­ti­taire récu­pé­rer ce drame. Voici ce qui arrive lorsque les par­tis répu­bli­cains aban­donnent cer­taines thé­ma­tiques, sou­vent par peur d’ob­te­nir le point Godwin !

        Nous assis­tons à un véri­table aban­don des couches popu­laires, les­quelles sont les pre­mières vic­times de l’in­sé­cu­rité. Ainsi Jospin, en 2001, avait affirmé, au prix d’un énorme déni de réa­lité, que l’in­sé­cu­rité n’é­tait qu’un « sen­ti­ment » et que l’Etat (en matière éco­no­mique) « ne pou­vait pas tout » : on a vu le résul­tat en 2002.

        Chère Caro, les études « socio­lo­giques » que vous met­tez en avant pour expli­quer la situa­tion sont certes très inté­res­santes ; cepen­dant ; le pro­blème demeu­rera tant qu’au­cune limite ne sera impo­sée à ces gamins. Par exemple, pour­quoi des gamins de 6 ou 8 ans traînent à minuit au bas des tours avec les grands frères ? A cause du dés­œu­vre­ment ? Du chô­mage des parents ? De la police ? Croyons-nous que ces gamins qui n’ont pas assez dormi et assisté à toutes sortes de tra­fics, vont ensuite être per­for­mants à l’é­cole ? C’est comme cela que l’on éduque des gosses ?

        Il va vrai­ment fal­loir com­men­cer par arrê­ter d’ex­cu­ser les auteurs de vio­lence en met­tant sys­té­ma­ti­que­ment la res­pon­sa­bi­lité des pro­blèmes sur la société, et com­men­cer à regar­der la res­pon­sa­bi­lité des parents, des indi­vi­dus, etc.

        sep article