Cherif Boutafa : ”Quand vous n’êtes pas issu du sérail, il est difficile de percer en politique !”

sep article



TRIBUNE – Militant associatif, délégué syndical et cadre à Grenoble-Alpes Métropole, Cherif Boutafa revient sur les réactions qui ont suivi sa décision de briguer le poste de maire de Grenoble pour 2020… sous les couleurs d’En Marche. N’en déplaise à ses détracteurs, ce citoyen « non professionnel » de la politique, « hors du sérail », comme il se définit lui-même, se déclare prêt à rassembler « une équipe soudée de femmes et d’hommes volontaires, créatifs, confiants en un avenir meilleur ».

 

 

Cherif Boutafa, militant associatif, délégué syndical se présente pour les municipales 2020 à Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Cherif Boutafa, mili­tant asso­cia­tif, délé­gué syn­di­cal se pré­sente pour les muni­ci­pales 2020 à Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Quand votre jour­nal a annoncé ma can­di­da­ture pour les muni­ci­pales de Grenoble, les réac­tions ont été diverses et variées. Toutefois, la ten­dance a été plu­tôt posi­tive.

 

Néanmoins, nous pou­vons dire, que quand vous n’êtes pas issu du sérail, il est dif­fi­cile de per­cer en poli­tique ! Alors que vous vous inves­tis­sez sim­ple­ment dans la « chose publique » locale (res publi­cae en latin) en tant que citoyen concerné, beau­coup s’acharnent à vous déni­grer !

 

 

« La démocratie locale est un champ accessible à tout citoyen »

 

Il est impor­tant de noter que j’ai annoncé une can­di­da­ture et non une inves­ti­ture par un appa­reil poli­tique, ce qui me laisse tout loi­sir de débattre de la « res publi­cae » et de ren­con­trer nombre de per­sonnes sou­hai­tant par­ta­ger leurs idées.

 

Cherif Boutafa, militant associatif, délégué syndical se présente pour les municipales 2020 à Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Cherif Boutafa, can­di­dat aux muni­ci­pales de 2020 à Grenoble, devant la mai­rie. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

La démo­cra­tie locale est un champ acces­sible à tout citoyen dési­reux de s’investir. Malheureusement, seuls les pro­fes­sion­nels de la poli­tique se réservent l’accès à ce champ, pré­ten­dant repré­sen­ter et com­prendre les citoyens !

 

Ces pro­fes­sion­nels forment un cercle res­treint, confor­tés par leurs appa­reils poli­tiques res­pec­tifs et ne laissent point de place à des can­di­dats non « pro­fes­sion­nels ».

 

Ainsi, ce cercle est essen­tiel­le­ment mas­cu­lin, et comme nous pou­vons le consta­ter, les citoyennes et citoyens issus de quar­tiers popu­laires qui n’ont pu être adou­bés, n’y ont pas leur place ! Le constat est réel, alors que Grenoble est une ville cos­mo­po­lite, com­po­sée de citoyens d’origine et de confes­sions diverses, voire laïcs.

 

Concernant ma can­di­da­ture, les rares réac­tions néga­tives ne por­taient pas tant sur la démarche ou la vision poli­tique que j’ai que sur le choix du mou­ve­ment ou des asso­cia­tions inves­ties : cer­tains ont réclamé ma démis­sion. Vous por­tez des idées nova­trices pour enga­ger un ave­nir meilleur dans votre ville et la réponse de cer­tains est de vous rap­pe­ler d’où vous êtes issu !

 

Quand un citoyen non “pro­fes­sion­nel”, sou­cieux de sa ville et dési­reux de s’engager, pourra-t-il se pré­sen­ter, quelle que soit l’étiquette, sans sus­ci­ter des juge­ments aussi hâtifs ?

 

 

« C’est en tant que citoyen, totalement investi, de Grenoble, que je m’exprime »

 

Grenoble est ma ville d’adoption, cœur incon­tour­nable du dépar­te­ment : c’est dans cette ville que j’ai évo­lué tout jeune enfant, dans cette ville que je me suis éman­cipé humai­ne­ment, pro­fes­sion­nel­le­ment et sur le plan asso­cia­tif.

 

Cherif Boutafa, militant associatif, délégué syndical se présente pour les municipales 2020 à Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Cherif Boutafa. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

C’est à Grenoble que j’ai pu ren­con­trer et connaître des gens for­mi­dables, construc­tifs, tolé­rants et, parmi eux, je tiens à le sou­li­gner, cer­tains élus, maires, dépu­tés de toutes ten­dances poli­tiques !

 

C’est à Grenoble, par l’école et le col­lège de la République que j’ai pu m’instruire, et c’est encore à Grenoble que je me suis investi en tant que citoyen chez les pom­piers (bonne école de la vie au demeu­rant), dans dif­fé­rentes asso­cia­tions et col­lec­ti­vi­tés.

 

Je pense qu’il est impor­tant de savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va : le phi­lo­sophe Thalès avait écrit « Le temps met tout en lumière ». Il faut res­tau­rer et redé­cou­vrir la mémoire indi­vi­duelle et col­lec­tive de nos conci­toyens afin de construire notre ave­nir com­mun. Depuis Joseph-Marie Barral (1790) à Eric Piolle (2014), en pas­sant par Hubert Dubedout, Alain Carignon, et Michel Destot, chaque maire et son équipe ont façonné et mar­qué de leur empreinte notre belle ville et lui ont per­mis de rayon­ner.

 

C’est donc en tant que citoyen, tota­le­ment investi, de Grenoble, que je m’exprime et pré­sente ce jour ma can­di­da­ture, hors du sérail, sans lobby, ni appa­reil poli­tique, mais avec une réelle volonté d’être accom­pa­gné d’une équipe sou­dée de femmes et d’hommes volon­taires, créa­tifs, confiants en un ave­nir meilleur et sur­tout enga­gés col­lé­gia­le­ment dans la ges­tion de notre ville.

 

Cherif Boutafa

 

***

 

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’opinions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.  

 

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
5040 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Dites Place Gre’net, les tri­bunes c’est fait pour faire sa com” poli­tique ou bien par­ler de choses sérieuses, de pré­sen­ter des opi­nions sur des sujets de fonds et d’in­té­rêt géné­ral ?

    Qu’il est drôle ce M. Boutafa, à venir pleu­rer comme ça et faire sa propre pub pour ren­trer en poli­tique ! On dirait du Gemmani ! La foire aux égos.

    Vu les résul­tats excep­tion­nels qu’il obtient comme syn­di­ca­liste, qui veut de lui en poli­tique ? Il y a tel­le­ment de chose à dire qu’on ne sait pas par où com­men­cer…
    Le mélange des genre « mili­tants asso­cia­tif » – syn­di­ca­liste – cadre ter­ri­to­rial est nocif et c’est jus­te­ment ce que per­sonne ne veut en poli­tique car ça, si c’est pas du sérail…

    Si M. Boutafa veut ren­trer en poli­tique, c’est simple : il suf­fit d’adhé­rer à un parti poli­tique et pas exi­ger l’in­ves­ti­ture LREM ou par­tir en solo, parce que pour être can­di­dat à la Mairie de Grenoble il faut être à la tête d’une liste de 56 per­sonnes ! Que M. Boutafa montre donc cette liste, et il pourra alors être can­di­dat.
    Ce qu’il fait là c’est essayer de para­si­ter et d’ob­te­nir un passe droit dans une liste en cours de consti­tu­tion, ce qui est un pro­cédé plus que dou­teux.

    Le com­por­te­ment de M. Boutafa démontre qu’il n’est pas apte à être can­di­dat et encore moins à être Maire.

    « C’est à Grenoble, par l’école et le col­lège de la République que j’ai pu m’instruire » : comme tout le monde M. Boutafa, comme tout le monde…

    Alors soyez sérieux deux minutes, merci !

     »

    sep article