Le délégué FO Cherif Boutafa candidat à la mairie de Grenoble en 2020

sep article



Première candidature pour être tête de liste d’En marche aux municipales de 2020 à Grenoble. Cherif Boutafa, connu comme délégué syndical Force ouvrière des agents territoriaux de la Ville de Grenoble, vient de candidater officiellement auprès de Jean-Paul Delavoye, le président de la commission nationale d’investiture de La République en marche, dans un courrier en date du 6 juillet.

 

 

Il est le pre­mier à ouvrir le bal. Comprendre can­di­da­ter offi­ciel­le­ment dans les rangs macro­nistes au poste de pre­mier magis­trat dans la capi­tale du Dauphiné. Le mili­tant asso­cia­tif et syn­di­cal  qui dit « sou­te­nir Macron depuis les débuts » saute donc le pas. « On a la chance avec LREM de dis­po­ser d’un mou­ve­ment qui per­met à des incon­nus de se pré­sen­ter, tout en les for­mant », estime-t-il.

 

Sherif Boutafa, délégué FO à la ville de Grenoble et candidat à la candidature LREM aux municipales de Grenoble en 2020.

Sherif Boutafa, délé­gué FO à la ville de Grenoble et can­di­dat à la can­di­da­ture LREM aux muni­ci­pales de Grenoble en 2020. DR

Comme beau­coup, cet ins­truc­teur du domaine de public à La Métro veut rompre avec la poli­tique à l’an­cienne. Fini l’entre-soi, place au renou­vel­le­ment ? Fini le cli­vage gauche-droite ?

 

Marqué à gauche de par son acti­vité mili­tante, Cherif Boutafa récuse tout posi­tion­ne­ment idéo­lo­gique. « La droite, la gauche, ce n’est pas ce qui m’in­té­resse mais davan­tage l’in­ves­tis­se­ment, le tra­vail de la per­sonne. »

 

 

« Cette fois, je me lance en avance »

 

 

Pas encarté, il pose là sa pre­mière can­di­da­ture dans la sphère poli­tique, après avoir loupé le coche en mai der­nier. Le syn­di­ca­liste avait en effet un temps envi­sagé de se pré­sen­ter comme can­di­dat à la dépu­ta­tion sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère. Mais un peu tard, puisque le poste était déjà pourvu, occupé par Olivier Véran.

 

« Cette fois, je me lance en avance », s’en amuse-t-il. Il n’a tou­te­fois pas toutes les cartes en main. Premier pas­sage obligé : la com­mis­sion d’in­ves­ti­ture. Et s’il n’est pas choisi, que ferait-il ? « Si je ne suis pas dési­gné tête de liste, pour­quoi pas inté­grer une équipe ? »

 

PC

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
7481 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ce qui est drôles est de voir un syn­di­ca­liste FO voi­loir obte­nir l’in­ves­ti­ture d’un mou­ve­ment qui veut détruire le code du tra­vail, geler le point d’in­cide et pri­va­ti­ser à peu près tout…
    Que cela signi­fie t‑il quand à l’in­té­grité de ce Monsieur ?

    sep article
  2. « Nous rédui­rons le nombre d’agents publics de 120 000 emplois sur la durée du quin­quen­nat.
    Cela cor­res­pon­dra à un volume de 50 000 postes non-renou­ve­lés dans la fonc­tion publique d’Etat et d’environ 70.000 dans la fonc­tion publique ter­ri­to­riale, où les départs en retraite vont être nom­breux dans les années à venir. Les effec­tifs de la fonc­tion publique hos­pi­ta­lière seront en revanche main­te­nus. »
    https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/action-publique-fonction-publique

    Un syn­di­ca­liste de la Fonction Publique Territoriale ardent por­teur d’un pro­gramme de lami­nage de cette même Fonction Publique Territoriale…
    Décidément nous vivons une époque stu­pé­fiante. Dans le sens nar­co­tique du terme.

    sep article
  3. bon cou­rage à Cherif Boutafa … en marche est passé avec même pas 20 % des ins­crits à Grenoble. Vu que le mécon­ten­te­ment gagne avec les pre­mières mesures gou­ver­ne­men­tales prises, com­bien res­tera-t-il d’é­lec­teurs en 2020 pour le sou­te­nir ?

    sep article