© FrancoisTarantini

Alain Carignon : “Je suis le seul à être opé­ra­tion­nel pour opé­rer le redres­se­ment dont Grenoble a besoin”

Alain Carignon : “Je suis le seul à être opé­ra­tion­nel pour opé­rer le redres­se­ment dont Grenoble a besoin”

TROIS QUESTIONS À - Bien qu'encore relativement discret sur sa propre candidature aux élections municipales de 2020, Alain Carignon a récemment présenté 37 personnalités de la société civile désireuses de « s'engager pour l'alternance » à Grenoble. Persuadé d'incarner « un nouveau souffle » pour « le redressement de Grenoble  », l'ancien ministre et maire pousse ses pions en dépit du handicap lié à ses affaires passées.

 

 

L'EMBRYON D'UNE LISTE POUR LES MUNICIPALES DE 2020 ?

 

« L'idée c'est que la société civile de Grenoble prenne en main son destin et se mobilise pour l'alternance. Toutes celles et ceux qui font la réalité de la ville – vie associative, économique, sociale et sportive – se sont engagés pour présenter et préparer ensemble une alternance devenue indispensable », résume Alain Carignon.

 

L'ancien ministre et maire de Grenoble évoque ainsi les 37 personnalités issues de la société civile venues soutenir le 16 juin dernier à la Bastille devant les bulles celui qui, à leur sens, représente « la seule et réelle alternative pour Grenoble ».

 

"Les Grenoblois vont sortir les sortants"

 

Les personnalités de la société civile lors de la photo de famille à la Bastille. © François Tarantini

Les personnalités de la société civile lors de la "photo de famille" à la Bastille. © François Tarantini

L'embryon d'une liste ? Pas vraiment, en tout cas pas encore. « Ces femmes et ces hommes s'engagent avec pour seule ambition de requalifier Grenoble et pas obligatoirement pour être tous sur une liste municipale », rectifie Alain Carignon.

 

Quant à l'assertion prétendant qu'ils seraient les représentants d'une « droite très dure » évoquée par Olivier Véran, le député de la 1re circonscription de l'Isère, dans les colonnes de notre confrère du Dauphiné libéré, l'ancien élu la balaie d'une pichenette. « Le temps des campagnes de disqualification de l’adversaire pour continuer la petite politique entre amis qui fait tant de mal à Grenoble est derrière nous. Les Grenoblois vont sortir les sortants », tacle Alain Carignon.

 

Une chose est sure, après les visées électorales clairement affichées de Stéphane Gemmani avec son groupe Grenoble 2020, de Matthieu Chamussy avec Grenoble nous rassemble et les récentes déclarations de Philippe de Longevialle, la course aux municipales a bel et bien débuté. L'occasion pour Place Gre'net d'en savoir un peu plus sur les intentions d'Alain Carignon. Lequel, pour l'heure, n'a toujours pas officialisé son éventuelle candidature au fauteuil de maire.

 

Place Gre'net : La présentation de ces 37 soutiens est-elle une manière de préparer les électeurs grenoblois à une candidature de votre part ? Sous quelle étiquette politique ?

 

Alain Carignon : Nous n'en sommes pas aux candidatures. S'agissant de Grenoble, il ne s'agit pas de remplacer un dogme par un autre, un parti politique par un autre. La situation de la ville est grave. Elle est en voie de déclassement, de paupérisation, son économie est en panne, elle perd des emplois, elle n'est plus attractive et ce sont ces défis qu'il faut relever.

 

Ils doivent l'être par une équipe municipale représentative qui doit dépasser les clivages. Dans cette future équipe, les mouvements politiques, s'ils sont représentés, le seront de façon ultra-minoritaire. L'essentiel, pour nous, ce sont nos propositions.

 

Notamment à travers ce que la presse a appelé le big bang municipal, qui consiste à reconquérir les quartiers par la présence des services publics que nous installerions. Nous serons ainsi les seuls à proposer des solutions véritables pour que la Ville résolve enfin ses problèmes. Si je suis candidat, ce n'est pas pour être élu sur les problèmes c'est pour les résoudre.

 

© Francois Tarantini

© François Tarantini

 

Dès la rentrée, nous allons confronter ce projet sur la place publique avec les Grenoblois, de façon à écouter leurs propositions, leurs remarques afin de l'affiner et de l'enrichir, tout autant que mieux le faire connaître. Ne serait-ce que pour expliquer la vente de certains éléments du patrimoine.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 54 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les Vélos de Doisneau s'exposent au Couvent Sainte-Cécile de Grenoble jusqu'au 21 janvier 2023
Les Vélos de Doisneau s’ex­posent au Couvent Sainte-Cécile de Grenoble jus­qu’au 21 jan­vier 2023

FOCUS - Après Allons voir la mer en 2018, Robert Doisneau est de retour au Couvent Sainte-Cécile à Grenoble avec l'exposition Les Vélos de Doisneau, Lire plus

Rassemblement d'agents des Ehpad du CCAS André Léo et Lucie Pellat, devant la mairie de Grenoble, mardi 22 novembre 2022, à l'appel de la CFDT et la CGT. © Manuel Pavard - Place Gre'net
CCAS de Grenoble : le cri de détresse des agents des Ehpad Lucie-Pellat et André-Léo

ENQUÊTE - En grève du 17 au 24 novembre 2022, des agents des Ehpad du CCAS de Grenoble André-Léo et Lucie-Pellat1à Montbonnot-Saint-Martin se sont rassemblés Lire plus

Journée contre les vio­lences faites aux femmes : une cam­pagne de la Métro signée Petite Poissone

EN BREF - Alors que le vendredi 25 novembre 2022 marque une nouvelle Journée de lutte contre les violences faites aux femmes, la Métropole de Lire plus

De gauche à droite : Sarah Marcato, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité, Laurent Prévost, préfet de l'Isère et Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Lutte contre les vio­lences faites aux femmes : un bilan « encou­ra­geant » mal­gré la hausse du phé­no­mène en Isère

FOCUS - En amont de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes qui se tient ce vendredi 25 novembre 2022, Laurent Lire plus

Novembre 2022, les jeunes plants sur le talus du quartier Mistral n'ont pas survécu, à quelques individus près. Ils ont souffert de la sécheresse du printemps et de l'été 2022 © Jean-Paul Merlo
Quartier Mistral à Grenoble : les trois quarts de la jeune « forêt urbaine » n’ont pas survécu

FOCUS - Faux départ pour la forêt urbaine de Mistral, qui devra être en très grande partie replantée cet hiver. Sur les 5 500 jeunes Lire plus

Centrale de chauffage Biomax sur la Presqu'île scientifique à Grenoble, mercredi 23 novembre 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Très com­pé­ti­tif, le réseau de chauf­fage urbain n’est pas très ver­tueux, dénonce la Métropole de Grenoble

FOCUS - Gestionnaire du réseau de chauffage urbain pour le compte de Grenoble-Alpes Métropole, la Compagnie de chauffage a présenté de «très bons résultats», d'un Lire plus

Flash Info

|

26/11

9h37

|

|

25/11

19h40

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

|

22/11

10h23

|

|

21/11

11h31

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Environnement| Le Smmag, la Métropole et le Grésivaudan annoncent la mise en place de primes (cumu­lables) pour l’a­chat d’un vélo neuf ou d’occasion

Agenda

Je partage !