A480-Rondeau : Eric Piolle met en garde l’État et Area, jugeant le dossier insuffisamment abouti

sep article

FIL INFO – L’avis favorable rendu par la commission d’enquête sur le projet de réaménagement de l’A480 et du Rondeau ne sied guère à Eric Piolle. La Ville de Grenoble, qui juge le dossier insuffisamment abouti, en appelle à la responsabilité des deux maîtres d’ouvrage. Une mise en garde ? En 2016, la municipalité avait déposé un recours en annulation, retiré depuis, devant le Conseil d’État.

 

 

Après l'avis favorable de la commission d'enquête sur le réaménagement de l'A480, le maire de Grenoble en appelle à la responsabilité des maîtres d'ouvrage.L'A480 est bouchée à plusieurs heures de la journée.

L’A480 est bouchée à plusieurs heures de la journée © Manuel Pavard

L’avis favorable de la commission d’enquête sur le réaménagement de l’A480 et de l’échangeur du Rondeau, qui prévoit notamment de faire passer de deux à trois le nombre de voies dans la traversée de Grenoble, ne passe pas du côté d’Eric Piolle.

Si les principaux promoteurs du projet, l’État, la société Area, le Département et la Métropole se sont dits satisfaits, le maire de Grenoble est plus circonspect, jugeant le dossier « insuffisamment abouti ».

 

La commission d’enquête n’a en effet assorti son avis que d’une seule réserve… concernant la continuité des écrans phoniques. Les autres points, qui ont plus ou moins hérissé la Ville de Grenoble mais aussi le Syndicat mixte des transports en commun ou de nombreuses associations, ont été relégués au rang de simples recommandations, lesquelles n’ont pas force de réalisation.

 

Un recours en annulation déposé en février 2016 puis retiré…

 

« La Ville de Grenoble regrette qu’en choisissant de formuler des “recommandations” plutôt que des “réserves”, la commission d’enquête ne se donne pas les moyens d’imposer des améliorations substantielles à ce projet », indique la Ville dans un communiqué.

 

Après l'avis favorable de la commission d'enquête sur le réaménagement de l'A480, le maire de Grenoble en appelle à la responsabilité des maîtres d'ouvrage.Eric Piolle. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Eric Piolle © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« La limitation de la vitesse et de la pollution, le renforcement du verrou nord, le développement de nouvelles pratiques de mobilités et des aménagements incitant au développement du covoiturage doivent être au cœur des préoccupations des maîtres d’ouvrages et des collectivités concernées par ce projet », poursuit-elle.

 

Des points qui avaient été notés noir sur blanc dans le protocole d’intention signé le 6 novembre 2016 par les cinq partenaires. Protocole qui avait permis de débloquer le projet et qui s’était soldé par le retrait par la Ville de Grenoble de son recours en annulation devant le Conseil d’État du décret du 21 août 2015 signé par Manuel Valls. Le texte confiait à Area la concession et l’aménagement de l’A48 et de l’A480 entre Saint-Égrève et Claix…

 

Quant à la question de capacité de la digue du Drac à jouer pleinement son rôle face aux inondations, point sur lequel le maire de Grenoble a également réagi, elle a été renvoyée à plus tard, le calendrier imposant manifestement de presser le pas.

 

Non seulement la question n’est pas du ressort d’Area qui, « en tant que maître d’ouvrage, n’a pas à améliorer le niveau de protection de la digue : il doit ne pas dégrader ce dernier et le démontrer », souligne le préfet de l’Isère dans un courrier adressé au président de la commission d’enquête*.

 

Mais qui plus est, Area est très contraint par les délais. Ceux-ci sont en effet conditionnés à l’arrêt du synchrotron en 2019. Problème, les collectivités locales n’ont pas encore élaboré leur programme d’aménagements de prévention contre les inondations (Papi).

 

 

La digue du Drac opérationnelle ? Réponse dans deux ans… au mieux

 

Lionel Beffre. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Lionel Beffre. © Florent Mathieu – Place Gre’net

« Il en résulte un décalage de calendrier important puisque Grenoble-Alpes Métropole et le Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l’Isère n’ont pas encore pu déposer un Papi d’intention sur le Drac, prélude aux études à mener avant de pouvoir solliciter le soutien de l’État pour le financement de travaux », précise Lionel Beffre.

 

« Ce Papi prendra certainement en compte des renforcements de digue, entre autres sur la digue du Drac, là où les études auront démontré qu’ils sont nécessaires […] Ce sont des points qui seront connus de manière opérationnelle au mieux dans deux ans. »

 

 

PC

 

 

* En attendant, Area a prévu, « au-delà de ses obligations légales », d’installer un certain nombre de palplanches en certains points de l’ouvrage.

 

 

commentez lire les commentaires
2535 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. La municipalité Piolle qui s’arrange avec les consultations lorsqu’elles ne leur conviennent pas? Voilà leur vision de la démocratie, à savoir qu’eux ont toujours raison contre tous les autres; soit tout sauf la démocratie justement de la part de ces extrémistes s’ils émettaient un ou des recours!

    sep article
  2. sep article
  3. Il y a eu une consultation publique, le Maire devrait juste se dire que la consultation tant louée a bien eu lieu et qu’il existe une immense majorité de répondant (plus de 80%) qui n’émettent aucune réserve…
    Les bémols, les recours et autres sont certes les pratiques des certains écologistes, Piolle serait fort aise de ne pas tomber dans le clientélisme politique

    sep article
  4. Dis l’homme qui a imposé un projet sans étude, CVCM. donne des leçons?

    Et nous, nous vous mettons en garde M. Piolle: vous êtes en train de rappeler le deal politique nauséabond A480 contre CVCM.
    Ce genre de menace ne prend pas; CVCM sera annulé, et s’il ne l’est pas, on va « innover » dans la procédure, à savoir juge unique européen et bien pire pour le TA s’il ne fait pas son boulot.

    sep article