Menacée d’un nouveau coup de rabot, la CCI de Grenoble réagit

sep article



Une amputation de 150 millions d’euros sur leurs ressources pend au nez des chambres de commerce et d’industrie (CCI) en 2018. La mesure est inscrite au projet de la loi de finances du gouvernement Macron. Cette nouvelle baisse aurait de graves conséquences sur les capacités d’action des CCI auprès entreprises et des territoires et sur leurs propres emplois. A peine remises d’un précédent plan budgétaire, les CCI ne cachent pas leur amertume…

 

 

La loi de finances 2018 prévoit une nouvelle baisse du budget des chambres de commerce et d'industrie. De quoi faire réagir la CCI de Grenoble. © Chloé Ponset - placegrenet.fr

Chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Grenoble. © Chloé Ponset – placegrenet.fr

Les chambres de com­merce et d’in­dus­trie se croyaient au bout de leur peine après avoir encaissé, dif­fi­ci­le­ment, une dimi­nu­tion dras­tique de leurs res­sources fis­cales, de 35 % au cours des cinq der­nières années.

 

Or les mau­vaises nou­velles conti­nuent… Car le gou­ver­ne­ment Macron remet ça. Et plus fort, en envi­sa­geant une nou­velle coupe de 17 % dans les res­sources, dès 2018.

 

 

Les CCI empêchées de « supporter la politique du gouvernement » ?

 

Les consé­quences sont lourdes : 2 000 nou­veaux postes pour­raient être sup­pri­més dans le réseau des CCI, et par suite affec­ter les actions menées en direc­tion des entre­prises, et donc en faveur de l’emploi en France. Bref, les CCI se sentent qua­si­ment per­sé­cu­tées. « Le gou­ver­ne­ment aurait-il un parti pris contre les CCI ? », inter­roge ainsi la CCI de Grenoble. Et de lan­cer ce cri d’a­lerte en direc­tion d’Emmanuel Macron : « Nous en appe­lons au pré­sident de la République pour que les CCI puissent encore pro­gres­ser dans leur action au ser­vice des TPE et des PME et du déve­lop­pe­ment des ter­ri­toires. C’est ainsi sup­por­ter la poli­tique qu’il sou­haite mener pour armer nos entre­prises face à la trans­for­ma­tion de l’économie. »

 

 

Vers un « lissage » des 150 millions d’euros ?

 

Chambre de commerce et d'industrie de Grenoble CCI chambre consulaire Isère © Chloé Ponset - placegrenet.fr

© Chloé Ponset – placegrenet.fr

Reste l’es­poir pour les CCI que les séna­teurs, exa­mi­nant le pro­jet de loi à comp­ter de ce jeudi 23 novembre, demandent, a minima, un éta­le­ment du sacri­fice sur la durée du man­dat.

 

Bon gré mal gré, la CCI de Grenoble consent à faire ce nou­vel effort pro­gres­si­ve­ment : « Nous deman­dons un « lis­sage » des 150 mil­lions d’euros déci­dés par le gou­ver­ne­ment sur la durée de la man­da­ture (- 30 mil­lions d’eu­ros par an sur cinq ans). »

 

Une solu­tion de bon sens selon la chambre consu­laire : « A la fin du quin­quen­nat, le résul­tat atteint sera le même mais il aura per­mis davan­tage d’appui de proxi­mité aux entre­prises et aux ter­ri­toires. »

 

 

Le digital ne fait pas tout…

 

A quelques heures de l’exa­men du pro­jet de loi de finances 2018 au Sénat, la chambre consu­laire de Grenoble espère tou­cher la corde sen­sible des séna­teurs en leur dres­sant un tableau sombre, qu’ils ont encore le pou­voir d’é­vi­ter : « Ce nou­veau coup de rabot aurait un impact néga­tif sur l’accompagnement des TPME-PME, sur l’investissement dans les ter­ri­toires (qui a déjà été divisé par deux ces der­nières années) mais aussi sur la qua­lité du ser­vice de proxi­mité, par­ti­cu­liè­re­ment en zone rurale, ceci mal­gré la trans­for­ma­tion digi­tale rapide du réseau. »

 

 

SC

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2033 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.