A quoi va carburer le Lyon-Turin ? Retour sur un financement contesté

sep article



DÉCRYPTAGE – Pour financer le Lyon-Turin, le gouvernement compte sur les dividendes d’un fonds pérenne, le FDPITMA, initialement créé pour booster le report modal de marchandises. Mais depuis 2012, ce fonds permet surtout de renflouer les caisses vides du tunnel routier du Fréjus grâce aux bénéfices de son voisin du Mont-Blanc. Les opposants crient au « détournement de fonds » et attaquent en justice. Mais, derrière, ce sont les sociétés autoroutières qui se frottent le plus les mains.

 

 

A quoi va car­bu­rer la ligne fer­ro­viaire du Lyon-Turin et notam­ment son tun­nel trans­fron­ta­lier à 8,6 mil­liards d’euros ? Pour finan­cer cette infra­struc­ture, Paris – qui doit prendre en charge 25 % de cette por­tion entre la France et l’Italie*– espère pui­ser dans le fonds pour le déve­lop­pe­ment d’une poli­tique inter­mo­dale des trans­ports dans le mas­sif alpin (FDPITMA)**. Un fonds ali­menté par les résul­tats des tun­nels rou­tiers du Fréjus et du Mont-Blanc.

 

Chantier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte. © Telt

Chantier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte. © Telt

 

Institué en 2002, le FDPITMA a pour objec­tif de boos­ter le report modal de mar­chan­dises. Pour les oppo­sants au Lyon-Turin, il aura sur­tout accou­ché d’une sou­ris. Voire pas accou­ché du tout. Pour les Amis de la terre de Savoie, le fonds ne ser­vi­rait ni plus ni moins qu’à opé­rer un tour de passe-passe. En fait, ren­flouer les caisses de l’un (le tun­nel rou­tier du Fréjus, défi­ci­taire) grâce aux béné­fices de l’autre (le tun­nel du Mont-Blanc).

 

En effet, depuis 2012, les divi­dendes de l’association du tun­nel du Mont-Blanc (ATMB) tran­sitent, au tra­vers du FDPITMA, vers la société fran­çaise du tun­nel rou­tier du Fréjus (SFTRF). Au total, plus de 80 mil­lions d’euros seraient ainsi pas­sés de l’une à l’autre.

 

 

Un « détournement de fonds » ?

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
3681 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. sep article
  2. Autre pré­ci­sion, les Amis de la Terre et Daniel Ibanez ne font qu’un. Les Amis de la Terre ne font juste que signer les com­mu­ni­qués.

    sep article
    • PC

      24/08/2017
      14:44

      Nous ne disons pas le contraire : « L’association (Les Amis de la Terre) dénonce un « détour­ne­ment de fonds » et réclame que la Région récu­père l’argent ainsi trans­vasé pour l’affecter au déve­lop­pe­ment du fret fer­ro­viaire et com­men­cer à finan­cer l’adaptation des véhi­cules des trans­por­teurs rou­tiers. Son chef de file, fer de lance de l’opposition au Lyon-Turin, n’en démord pas »

      sep article
      • Il aurait été vrai­ment inté­res­sant d’ap­pro­fon­dir les alter­na­tives de Daniel Ibanez
        Après les wagons moto­ri­sés en 2013, les wagons à petites roues en 2015, celui-ci pré­co­nise main­te­nant de finan­cer « l’adaptation des véhi­cules des trans­por­teurs rou­tiers »
        Le trans­port rou­tier et fer­ro­viaire de mar­chan­dise est com­plè­te­ment ouvert à la concur­rence dans toute l’Europe. S’il suf­fi­sait « d’a­dap­ter » les poids-lourds,cela se sau­rait,. Comment peut-on le prendre au sérieux ?

        sep article
  3. Si on veut conti­nuer dans la polé­mique, on peut aussi se poser la ques­tion pour­quoi Anne Trappier, de la val­lée de Chamonix et membre du direc­toire de France Nature Environnement et Pierre Meriaux élu EELV de Grenoble ont fermé les yeux pen­dant des années sur l’u­ti­li­sa­tion de ce fond pour finan­cer la SFTRF et donc « in finé » le dou­ble­ment du tun­nel rou­tier du Fréjus.
    Rappelons que Anne Trapier, de FNE est éga­le­ment membre du CA du FDPITMA et Pierre Meriaux membre du CA de la SFTRF.
    Peut-être pour envoyer plus sûre­ment en Savoie le tra­fic rou­tier et fer­ro­viaire que la val­lée de Chamonix et la ville de Grenoble ne veulent pas chez elles ?

    Pour Daniel Ibanez, rive­rain de la future ligne Lyon-Turin, c’est très clair, il dénonce « un détour­ne­ment de fond » uni­que­ment depuis que le Premier Ministre Manuel Valls a annoncé en juillet 2016 la redi­rec­tion de ce fond vers le finan­ce­ment du Lyon-Turin. Avant, cela ne le gênait pas le moindre du monde.

    La aussi, on retrouve les mêmes acteurs, sauf que ceux ci sont dans le camp des oppo­sants au Lyon-Turin.

    Autre point, votre para­graphe sur le fait que la ville de Grenoble ne serait plus action­naire du tun­nel rou­tier du Fréjus est fal­la­cieux : le lien indique juste que la ville de Grenoble s’est retiré du finan­ce­ment des accès au Lyon-Turin.

    sep article
    • PC

      24/08/2017
      14:51

      La for­mu­la­tion « laquelle a d’ailleurs retiré ses billes » peut effec­ti­ve­ment por­ter à confu­sion. Nous fai­sions réfé­rence, comme l’é­claire le lien, au retrait de la ville de Grenoble du finan­ce­ment des accès au Lyon-Turin. Une pré­ci­sion a été appor­tée. Rien de fal­la­cieux comme votre com­men­taire le laisse (une nou­velle fois) le croire. Merci d’é­vi­ter (une nou­velle fois) les pro­cès d’in­ten­tion.

      sep article
    • Encore une fois Mr REBOURG polé­mique sur la base d’in­fos détour­nées ou sciem­ment fausses : je ne suis pas membre du CA de SFTRF au titre de la ville de Grenoble mais sim­ple­ment convo­qué une fois par an à une AG annuelle des action­naires pour approu­ver les comptes. Et c’est là que j’ai décou­vert le trans­fert (irré­gu­lier vu les objec­tifs du FDPITMA) de 20 M € /an à la SFTRF et ai été le 1er à dénon­cer celà en 2016. Il aurait fallu que je me taise pour ne pas déran­ger le lobby rou­tier ? Pour le reste Mr REBOURG conti­nue à refu­ser l’é­vi­dence : en bon éco­lo­giste je veux un report modal immé­diat et dans toutes les val­lées alpines…

      sep article