Une épicerie collaborative s'installe à Grenoble. Objectif de l'Éléfàn : vendre à ses adhérents-bénévoles des produits responsables à des prix accessibles.L'Éléfàn en travaux © Florent Mathieu - Place Gre'net

L’épicerie collaborative l’Éléfàn ouvre ses portes le 1er septembre

L’épicerie collaborative l’Éléfàn ouvre ses portes le 1er septembre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – L’Éléfàn va ouvrir ses portes le 1er septembre prochain, chemin de la Capuche à Grenoble. Cette épicerie collaborative réservée à ses adhérents-bénévoles disposera d’un local de vente de 100 m2 proposant de préférence des produits locaux ou bio à des prix accessibles. Un premier pas en attendant l’ouverture à terme d’un véritable supermarché.

 

 

Maxime Bertolini du supermarché collaboratif l'Eléfàn. © Alexandra Moullec

Maxime Bertolini, à l’o­ri­gine de l’as­so­cia­tion L’Eléfàn. © Alexandra Moullec

C’est à la fois un abou­tis­se­ment et une nou­velle étape. Après un an d’exis­tence, l’as­so­cia­tion l’Éléfàn va ouvrir son épi­ce­rie col­la­bo­ra­tive le ven­dredi 1er sep­tembre à Grenoble, au 13 che­min de la Capuche. Soit, iro­ni­que­ment, tout juste der­rière le maga­sin Intermarché du bou­le­vard Foch.

 

Après un pas­sage à Cap Berriat puis au pavillon Canopea de la Presqu’ïle, l’Éléfàn emmé­nage dans un local de 180 m2 dont une cen­taine consa­crée à l’es­pace de vente d’ar­ticles habi­tuel­le­ment ven­dus en épi­ce­rie, depuis l’a­li­men­taire jus­qu’aux pro­duits d’entretien.

 

 

Des produits bio, locaux… ou responsables

 

 

On est pour­tant loin d’une épi­ce­rie clas­sique. L’Éléfàn entend avant tout être « un lieu convi­vial » pro­po­sant « des pro­duits de qua­lité, acces­sibles à tout le monde, de pré­fé­rence locaux et bio », explique Olivier Bret, réfé­rent com­mu­ni­ca­tion de l’as­so­cia­tion. « Ce n’est cepen­dant pas une obli­ga­tion : le fait que cela soit local ou bio peut créer des bar­rières à l’ac­ces­si­bi­lité. Mais on essaye de mettre en place un cahier des charges dans le choix des pro­duits. »

 

L'Éléfàn en travaux © Florent Mathieu - Place Gre'net

Olivier Bret dans le futur local de l’épicerie col­la­bo­ra­tive l’Éléfàn, encore en chan­tier. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Est-ce à dire que l’on ne trou­vera pas, à l’Éléfàn, des pro­duits mal consi­dé­rés éthi­que­ment comme le Nutella ou le Coca Cola ? L’exemple du Nutella fait sou­rire Olivier Bret, la marque reve­nant sou­vent dans les débats. « On est aussi dans une démarche où l’on veut lais­ser aux adhé­rents le choix d’a­voir les pro­duits qu’ils dési­rent. Si, demain, la majo­rité des adhé­rents dit vou­loir du Nutella, nous n’au­rons pas la pos­si­bi­lité de nous y oppo­ser. »

 

Mais l’é­pi­ce­rie col­la­bo­ra­tive pourra, en revanche, pro­po­ser des alter­na­tives. Le Noixtella par exemple, une pâte à tar­ti­ner créée par des pro­duc­teurs de noix de Saint-Romans. Ou le Yaute Cola, un Cola bio fabri­qué à l’eau des Alpes. « Tout a une alter­na­tive locale ou res­pon­sable. Il faut juste la trou­ver et pou­voir la pro­po­ser à un prix acces­sible », juge Olivier Bret.

 

 

Un commerce réservé à ses adhérents-bénévoles

 

 

La méthode pour par­ve­nir à des prix de vente plus bas que les autres com­merces, sur des pro­duits par­fois d’une qua­lité supé­rieure ? Faire appel au béné­vo­lat. C’est l’autre par­ti­cu­la­rité de l’Éléfàn, une épi­ce­rie qui « appar­tient à ses adhé­rents ». Vous ne pour­rez ainsi pré­tendre y faire vos courses que si vous adhé­rez à l’as­so­cia­tion… et vous enga­gez à don­ner trois heures de votre temps par mois pour aider au rou­le­ment de la structure.

 

« Fonctionner essen­tiel­le­ment avec des béné­voles per­met d’a­voir des marges réduites et des prix 40 % moins chers que dans les grandes sur­faces », affirme Olivier Bret. Une per­sonne sera tout de même embau­chée afin d’as­su­rer une pré­sence constante durant les horaires d’ou­ver­ture, « mais le but est vrai­ment d’a­voir un mini­mum de sala­riés ».

 

Le Park Slope Food Coop de Brooklyn. DR

Le Park Slope Food Coop de Brooklyn. DR

Un mode de fonc­tion­ne­ment viable ? L’association s’ins­pire du modèle amé­ri­cain du Park Slope Food Coop, fondé en pleine vague hip­pie, en 1973, dans le quar­tier de Brooklyn à New-York.

 

Ici aussi, seuls les adhé­rents peuvent ache­ter, et cha­cun doit don­ner de son temps. Plus de qua­rante ans plus tard, l’é­ta­blis­se­ment compte 17 000 membres et tourne à plein régime, sept jours sur sept.

 

L’Éléfàn n’a, pour le moment, pas cette pré­ten­tion. Se basant sur l’i­dée qu’un élé­phant « ne sait pas sau­ter », l’as­so­cia­tion pré­fère ne pas brû­ler les étapes et n’ou­vrir l’é­pi­ce­rie col­la­bo­ra­tive que les ven­dre­dis et same­dis dans un pre­mier temps. Le but est d’a­van­cer « intel­li­gem­ment », affirme Olivier Bret. Y com­pris dans la ges­tion de stocks péris­sables, comme des fruits ou légumes. Quant à la viande, les adhé­rents ne la trou­ve­ront pas dans les rayons réfri­gé­rés dès l’ouverture.

 

 

Un échec (relatif) de la campagne de crowdfunding

 

 

© L'éléfàn

© L’éléfàn

La pru­dence est d’au­tant plus de mise que l’Éléfàn risque fort de ne pas rem­plir les objec­tifs de sa cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif lan­cée sur la pla­te­forme Helloasso. Sauf sur­prise de der­nière minute, les 19 500 euros espé­rés ne seront pas atteints.

 

Pas de catas­trophe non plus, tou­te­fois : la somme obte­nue dépasse les 11 000 euros, alors qu’il reste encore plus d’un mois de campagne.

 

« Notre cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif a été un peu com­pli­quée, recon­naît Olivier Bret. On a fait le maxi­mum, mais la période des vacances n’é­tait pas idéale. C’est dom­mage parce que ça va nous obli­ger à réduire notre gamme des pro­duits, mais cela ne nous empê­chera pas d’en pro­po­ser d’autres par la suite. »

 

La banderole est déjà prête pour l'ouverture © Florent Mathieu - Place Gre'net

La ban­de­role est déjà prête pour l’ou­ver­ture. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’Éléfàn peut en tout cas comp­ter sur les sou­tiens de Grenoble Alpes ini­tia­tive active (Gaia), de la Métro et du Conseil dépar­te­men­tal, dans le cadre du sou­tien à l’Économie sociale et soli­daire. Sans contri­buer finan­ciè­re­ment au pro­jet, la Ville de Grenoble a éga­le­ment apporté son aide en matière de conseils et de réseau.

 

À cela, s’a­joutent des dons de linéaires ou de meubles de caisse, et tout le tra­vail des béné­voles pour refaire la pein­ture du local, un ancien garage à motos qui en avait bien besoin. Autant de bonnes volon­tés qui devraient per­mettre à l’Éléfàn d’ou­vrir au pre­mier jour de sep­tembre, en atten­dant l’i­nau­gu­ra­tion offi­cielle le 6 octobre. Ainsi qu’une jour­née portes ouvertes le 14 octobre, « à l’oc­ca­sion du lan­ce­ment du Cairn ».

 

 

Un supermarché de 1 000 m2 d’ici 2020 ?

 

 

Cet empla­ce­ment n’est tou­te­fois qu’une étape dans le pro­jet de super­mar­ché de l’Éléfàn. « C’est un local de tran­si­tion, rap­pelle Olivier Bret. L’association a pour voca­tion d’ou­vrir un vrai super­mar­ché avec une sur­face de vente de 1 000 m2. Là, c’est vrai­ment pour com­men­cer, c’est un peu le labo­ra­toire de l’Éléfàn. »

 

De gauche à droite : Maxime Bertolini, fondateur de l'Eléfàn et Tom Boothe, réalisateur de Food Coop. © Alexandra Moullec

Maxime Bertolini, fon­da­teur de l’Eléfàn, et Tom Boothe, réa­li­sa­teur de Food Coop. © Alexandra Moullec

Un labo­ra­toire indis­pen­sable au demeu­rant pour éprou­ver sa méthode, mais aussi avoir le nombre suf­fi­sant d’adhé­rents. Ils sont actuel­le­ment 750, en comp­tant « beau­coup d’adhé­sions de sou­tien », pré­cise Olivier. Ce der­nier attend donc de voir com­bien de membres confir­me­ront leur volonté de don­ner trois heures de leur temps par mois, sachant qu’un véri­table super­mar­ché néces­si­te­rait entre 1 300 et 1 500 adhérents.

 

Il n’en est pas moins opti­miste quant à l’ou­ver­ture d’un super­mar­ché col­la­bo­ra­tif. « Si l’é­pi­ce­rie se passe bien, on pour­rait pré­tendre à une ouver­ture pour 2020 », estime ainsi Olivier Bret. Espace restruc­turé quar­tier Berriat, éco­quar­tier de Flaubert… les pos­sibles empla­ce­ments sont d’ores et déjà étu­diés de près. Mais le choix final revien­dra encore une fois aux adhérents.

 

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Mois décolonial: face à la polémique qui perdure, les organisateurs dénoncent des "attaques réactionnaires graves"
Mois décolonial : face à la polémique qui perdure, les organisateurs dénoncent des « attaques réactionnaires graves »

  FOCUS - Les réactions se succèdent au sujet du Mois décolonial de Grenoble. Ceci malgré le désengagement marqué de la Ville de Grenoble, de Lire plus

La place de l’école élémentaire Anthoard à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net
L’UQ Berriat accuse la Ville de Grenoble de refuser d’entendre le point de vue des riverains

  FLASH INFO — Un refus d'entendre le point de vue des habitants? C'est ce dont l'Union de quartier Berriat-Saint-Bruno-Europole accuse la Ville de Grenoble. Lire plus

Le Collectif pour la gratuité des transports en commun interpelle la Métropole de Grenoble
Le Collectif pour la gratuité des transports dénonce à son tour les dividendes versés aux actionnaires de GEG

  FLASH INFO — "Comment va-t-on expliquer aux personnes que via leur facture d'électricité elles subventionnent en fait les transports?". Telle est la question que Lire plus

La Ville et la Métropole de Grenoble reconduisent leur soutien à TéléGrenoble : la petite télé locale percevra plus de 1,2M€ sur trois ans.
La Ville et la Métro de Grenoble renouvellent leur soutien à TéléGrenoble : 1,2 million d’euros sur trois ans

FLASH INFO - La Ville comme la Métropole de Grenoble ont renouvelé leur convention d'objectifs et de moyens passée avec TéléGrenoble. Pour l'année 2021, la Lire plus

Flash Info

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

|

19/06

18h19

|

|

18/06

17h03

|

|

18/06

12h01

|

|

18/06

11h06

|

|

17/06

17h13

|

|

17/06

15h50

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

marche des libertés à Grenoble contre les idées d'extrême droite

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin