Une séance du conseil municipal de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Grenoble : le vote du bud­get pri­mi­tif 2017 sous la loupe de l’opposition

Grenoble : le vote du bud­get pri­mi­tif 2017 sous la loupe de l’opposition

FOCUS – Le der­nier conseil muni­ci­pal de l’an­née, ce lundi 19 décembre, s’an­nonce aussi animé que ceux qui l’ont pré­cédé depuis le mois de juin der­nier. Le vote du bud­get pri­mi­tif 2017 sera la déli­bé­ra­tion phare des 94 à l’ordre du jour. Une ses­sion au cours de laquelle il fau­dra éga­le­ment comp­ter sur les biblio­thé­caires en lutte qui, ne lâchant rien, mani­fes­te­ront à nou­veau leur mécontentement.

Conseil municipal du 21 mars 2016. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Conseil muni­ci­pal du 21 mars 2016. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Les conseils muni­ci­paux de Grenoble se suivent… et se res­semblent. C’est presque devenu une habi­tude à Grenoble que de se deman­der dans quelles condi­tions se dérou­le­ront les déli­bé­ra­tions de l’as­sem­blée déli­bé­ra­tive. Ce der­nier conseil muni­ci­pal de l’an­née 2016 semble bien ne pas devoir déro­ger à la règle.

Une chose est sûre, les biblio­thé­caires en lutte ont appelé, une nou­velle fois, leurs sym­pa­thi­sants à mani­fes­ter devant l’hô­tel de ville. En effet, en dépit de l’annonce par la muni­ci­pa­lité que la biblio­thèque Alliance ne fer­me­rait pas, ceux-ci res­tent mobi­li­sés avec une nou­velle opé­ra­tion inti­tu­lée « Une bûche dans ton conseil ». Ajoutez à cela la pré­sence des com­mer­çants non-séden­taires qui entendent, quant à eux, pro­tes­ter « contre le pro­jet dog­ma­tique du règle­ment des mar­chés de Grenoble ». Ceci pour l’am­biance. Côté déli­bé­ra­tions, il ne faut pas être grand clerc pour savoir que le vote du bud­get pri­mi­tif 2017 sera la pierre angu­laire des 94 déli­bé­ra­tions à l’ordre du jour.

« Une situa­tion bud­gé­taire stabilisée »

La Ville, qui décrit une « situa­tion bud­gé­taire sta­bi­li­sée », en rap­pelle les axes forts. À savoir : pas de hausse d’im­pôts, prio­rité à « la tran­si­tion sociale, éco­lo­gique et démo­cra­tique » et un bon niveau d’in­ves­tis­se­ment. Le tout « dans un contexte contraint », comme le pré­cise à l’envi Hakim Sabri, l’ad­joint aux finances, notam­ment du fait de la baisse des dota­tions de l’État qui se pour­suit inexo­ra­ble­ment. Sans comp­ter la récente reva­lo­ri­sa­tion du point d’in­dice, des fonc­tion­naires qui va peser dans le bud­get à hau­teur de 3,4 mil­lions d’euros.

Majorité municipale. De gauche à droite : Alan Confesson, Maryvonne Boileau et Hakim Sabri. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Majorité muni­ci­pale. De gauche à droite : Alan Confesson, Maryvonne Boileau et Hakim Sabri. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour autant, la Ville l’as­sure, elle a quelques rai­sons d’être plus opti­miste. « Parallèlement à ça, nos dépenses de fonc­tion­ne­ment vont, elles, bais­ser de 4 mil­lions d’eu­ros. Nous sommes sor­tis de ce fameux effet ciseaux qui fai­sait qu’on dépen­sait plus que ce que nous avions en recettes », se féli­cite l’ad­joint aux finances.

Qui ajoute, non sans satis­fac­tion, que « grâce au plan de sau­ve­garde, entre les recettes nou­velles et les dépenses qui ne seront plus à assu­mer, cela va être une amé­lio­ra­tion finan­cière pour la Ville d’en­vi­ron 7 mil­lions d’eu­ros en fonc­tion­ne­ment ». « Tout ça fait qu’entre le plan de sau­ve­garde et la rené­go­cia­tion de notre dette [grâce à de meilleurs taux, ndlr] nous amor­çons un retour vers une épargne posi­tive en 2018 », conclut Hakim Sabri.

Un niveau d’in­ves­tis­se­ment iden­tique à celui de 2016

Autant de rai­sons pour que la Ville reste droit dans ses bottes et soit bien déci­dée à « répondre aux besoins des habi­tants de Grenoble et pré­pa­rer le Grenoble de demain ». Comment ? En conser­vant un niveau d’investissement « iden­tique à celui de 2016 », sou­ligne la muni­ci­pa­lité, soit 37 mil­lions d’eu­ros. Les mieux lotis sont les éta­blis­se­ments sco­laires qui, dans le cadre du plan écoles, se ver­ront dotés de 12 mil­lions d’eu­ros. Cela concerne les nou­velles écoles : celle de la rue Hareux, Hoche, Flaubert et Saint-Bruno.

Un budget serré - DR

Un bud­get contraint – DR

Mais aussi l’ex­ten­sion de l’é­cole Diderot, les res­tau­rants sco­laires Sidi Brahim, Buffon, Chatin et Jouhaux, des amé­na­ge­ments de classes et le gros entre­tien des écoles, soit 1,5 mil­lion d’euros.

Concernant le sport, 4,7 mil­lions d’eu­ros seront consa­crés à la construc­tion du centre spor­tif Arlequin et à l’en­tre­tien des équi­pe­ments exis­tants dont la pis­cine Jean Bron.

Les zones d’a­mé­na­ge­ment Presqu’île, Bouchayer-Viallet, Vigny-Musset et Flaubert se ver­ront dotées de 2,4 mil­lions d’eu­ros, tan­dis que 1,6 mil­lion d’eu­ros seront injec­tés au titre des poli­tiques de la ville, dans les opé­ra­tions Chatelet, Teisseire, Villeneuve et Mistral. Sans oublier les amé­na­ge­ments de proxi­mité et la culture, qui béné­fi­cie­ront res­pec­ti­ve­ment de 2,2 et 1,6 mil­lions d’eu­ros (notam­ment pour la recons­truc­tion du théâtre Prémol).

« Cette équipe n’a plus de feuille de route »

Après ce vent d’op­ti­misme bud­gé­taire, l’hu­meur est tout autre du côté de l’op­po­si­tion, notam­ment du groupe Rassemblement de gauche et de pro­grès. Son pré­sident Jérôme Safar s’in­quiète en pre­mier lieu des condi­tions dans les­quelles ce der­nier conseil muni­ci­pal risque de se dérouler.

Jérôme Safar lors d'une intervention au conseil municipal © Joel Kermabon - Place Gre'net

Jérôme Safar lors d’une inter­ven­tion au conseil muni­ci­pal. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous sommes la seule ville de France qui va sans doute devoir encore vivre son conseil muni­ci­pal sous pro­tec­tion poli­cière », regrette l’élu.

Quant au bud­get pri­mi­tif 2017, Jérôme Safar est dubi­ta­tif. « Avec un docu­ment bud­gé­taire exclu­si­ve­ment finan­cier, on a du mal à voir com­ment on sort d’une orien­ta­tion poli­tique qui ne tien­drait que dans le plan de sau­ve­garde ! », s’in­ter­roge-t-il. Ne fai­sant pas dans la den­telle, le pré­sident de groupe estime qu”« en dehors du plan de sau­ve­garde, cette équipe muni­ci­pale n’a plus de feuille de route » et trouve « anor­mal qu’à mi-man­dat elle n’ait plus de pro­jets d’o­rien­ta­tions poli­tiques et de déve­lop­pe­ments à venir ».

« Des signaux finan­ciers inquiétants »

Jérôme Safar évoque par ailleurs des « signaux finan­ciers inquié­tants ». Notamment une baisse de l’in­ves­tis­se­ment de 9 mil­lions d’eu­ros [33 mil­lions d’eu­ros en 2017 contre 42 en 2014, ndlr], tan­dis que les emprunts nou­veaux n’ont baissé que de 7 mil­lions d’eu­ros [dans la même période, ndlr]. « Ce qui veut dire qu’on inves­tit moins et que, paral­lè­le­ment, on ne se désen­dette pas à la hau­teur du moindre inves­tis­se­ment », explique Jérôme Safar.

Le groupe d'opposition Rassemblement de gauche et de progrès. De gauche à droite : Jeanne Jordanov, Anouche Agobian,Jérôme Safar, Marie-José Salat et Paul Bron. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le groupe d’op­po­si­tion Rassemblement de gauche et de pro­grès. De gauche à droite : Jeanne Jordanov, Anouche Agobian, Jérôme Safar, Marie-Josée Salat et Paul Bron. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quant à l’é­ta­le­ment de la dette – qui per­met, recon­naît-il, d’en réduire les annui­tés –, il dit igno­rer son coût pour la Ville, tout en rap­pe­lant que les banques ne sont pas des éta­blis­se­ments philanthropiques.

Selon l’élu, c’est sur le poids de la dette que le plan de sau­ve­garde aurait dû se concen­trer en priorité.

« Nous aurions pu ainsi tra­vailler ensemble pour mettre en place un plan de désen­det­te­ment mas­sif et volon­ta­riste, quitte à assu­mer un moindre inves­tis­se­ment pen­dant deux – trois ans. ». Et de pour­suivre. « Le choix qui est fait par la Ville est un choix bru­tal, dras­tique, de réduc­tion du ser­vice public dans les quar­tiers qui en ont le plus besoin », assène le conseiller municipal.

« L’écran de fumée de la non-aug­men­ta­tion des taux d’im­po­si­tion vole en éclat quand on ferme des équi­pe­ments, quand on aug­mente les tarifs et quand on ne veut pas entendre que les Grenoblois veulent pou­voir dis­cu­ter de ces choses-là », conclut Jérôme Safar.

Le bud­get pri­mi­tif : « une longue liste de “moins” »

Matthieu Chamussy, le pré­sident du groupe Les Républicains – UDI et Société civile, est plus lapi­daire. « Troisième bud­get, troi­sième aug­men­ta­tion de la dette ! Et un bud­get qui est une longue liste de “moins” », lance-t-il avant une longue énu­mé­ra­tion : moins de biblio­thèques, avec les fer­me­tures déjà annon­cées, et une biblio­thèque Alliance « avec quelques éta­gères où il res­tera quelques livres et bandes des­si­nées », moins de centres sociaux, moins d’a­gents de sur­veillance à la sor­tie des écoles, moins de sor­ties sco­laires au ski…

Le groupe d'opposition municipale Les Républicains - Udi et Société civile. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le groupe d’op­po­si­tion muni­ci­pale Les Républicains – UDI et Société civile. © Joël Kermabon – Place Gre’net

L’élu, dans un élan de man­sué­tude, relève avec amu­se­ment tout de même un “plus”, celui de « l’aug­men­ta­tion géné­ra­li­sée de tous les tarifs muni­ci­paux ». « Mais la muni­ci­pa­lité bran­dit fiè­re­ment qu’elle n’aug­mente pas les impôts. Heureusement ! Il ne man­que­rait plus que ça ! », s’ex­clame l’élu.

Richard Cazenave, conseiller muni­ci­pal Les Républicains et député hono­raire, revient quant à lui sur la rené­go­cia­tion de la par­tie de la dette à taux variable. « De cette manière, ils se donnent une marge de manœuvre qui sta­bi­lise et qui stoppe la dégra­da­tion de l’é­pargne nette », recon­naît l’élu. Ce qui, selon Matthieu Chamussy, « n’est pas un mau­vais acte de ges­tion mais il ne faut pas cacher que cela coû­tera un peu plus cher que s’ils n’a­vaient pas rené­go­cié ces prêts », pré­cise-t-il, cor­ro­bo­rant ainsi les craintes de Jérôme Safar.

Richard Cazenave, pour­sui­vant son idée, déplore que la par­tie fixe de cette même dette n’ait pu être éga­le­ment rené­go­ciée avec les banques, consi­dé­rant l’au­baine de la baisse des taux d’in­té­rêt. « Pourtant, ils ont de bonnes rela­tions avec le Crédit agri­cole », tacle l’élu qui s’in­ter­roge sur « ce qui va se pas­ser le jour où les taux remon­te­ront ».

« La situa­tion n’est pas facile pour Éric Piolle »

« L’épargne nette remonte, la tutelle s’é­loigne », constate quant à lui Alain Breuil, conseiller muni­ci­pal Front natio­nal. « Sans me faire l’a­vo­cat d’Éric Piolle et parce qu’il faut être objec­tif, c’est d’au­tant plus méri­toire qu’il faut bien consta­ter que nous avons perdu près de 15 mil­lions d’eu­ros avec la baisse des dota­tions de l’État depuis 2014 », recon­naît l’élu.

Qui ajoute à cela de moindres ren­trées fis­cales, des pertes de recettes ou de rede­vances, les coûts induits par la reva­lo­ri­sa­tion du point d’in­dice… « Effectivement, la situa­tion n’est pas facile pour Éric Piolle, il faut bien le recon­naître et je serai de très mau­vaise foi que de dire le contraire », admet volon­tiers le conseiller municipal.

Alain Breuil se montre néan­moins cir­cons­pect. « Comment arrivent-ils à inver­ser la ten­dance de l’é­pargne nette ? Car si les chiffres sont justes, il y a une inver­sion mani­feste », observe-t-il. Et sur ce point, l’élu se révèle déjà beau­coup moins consen­suel. Selon lui, c’est dans la poche des auto­mo­bi­listes – « des contri­buables dégui­sés » – qu’une bonne part des res­sources est pré­le­vée. Notamment avec 1,37 mil­lion d’eu­ros de recettes de sta­tion­ne­ment, aux­quelles s’a­joutent plus de 6 mil­lions d’eu­ros d’a­mendes de police.

Puis, reve­nant à de meilleurs sen­ti­ments, l’élu fron­tiste recon­naît qu’a­vec le plan de sau­ve­garde « sans licen­cie­ments » et la rené­go­cia­tion des annui­tés de la dette – avec laquelle « c’est le grand capi­tal qui vient au secours de l’ex­trême gauche » – , « ils s’en sortent à peu près, mal­gré des dif­fi­cul­tés tout à fait avé­rées ».

Pour autant, « la situa­tion n’est pas réjouis­sante » selon Alain Breuil. Il en veut pour preuves l’ac­crois­se­ment de l’en­det­te­ment par habi­tant « qui dépasse le rai­son­nable », la baisse des recettes de fonc­tion­ne­ment par rap­port à la popu­la­tion, et l’aug­men­ta­tion mas­sive des dépenses de per­son­nel mal­gré les trans­ferts à la Métropole.

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Chronique Place Gre'net - RCF : La colère de la MJC - Théâtre Prémol
Chronique Place Gre’net – RCF : La colère de la MJC – Théâtre Prémol

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif? Revenir sur une actualité, Lire plus

Le vide et ses métiers sont à l’hon­neur à Grenoble avec la pre­mière édi­tion du Vacuum Technologies For Tomorrow

FLASH INFO - L'annonce a de quoi surprendre, mais le vide sera à l'honneur à Grenoble les mercredi 29 et jeudi 30 mai 2024 au Lire plus

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

Européennes: la liste Écologie positive et Territoires a fait escale à Grenoble, sur les terres d'Éric Piolle
Européennes : les repré­sen­tants de la liste Écologie posi­tive et ter­ri­toires, en cam­pagne à Grenoble, taclent Éric Piolle

FOCUS - Éric Lafond, porte-parole national de la liste candidate aux élections européennes 2024 Écologie positive et territoires, et son candidat isérois Bernard Zamora ont Lire plus

Après l'annulation du premier par la justice, un projet Inspira 2 se dessine sur Sablons et Salaise-sur-Sanne
Projet indus­trialo-por­tuaire : Inspira à peine enterré, Inspira 2 se des­sine à Sablons et Salaise-sur-Sanne

FOCUS - Le projet Inspira, mort et enterré? Loin de là. Après avoir vu son annulation confirmée en appel début 2024, les porteurs du projet Lire plus

Grenoble, ville amie des aînés... ou fuie par les personnes âgées? Le débat s'invite au conseil municipal
Grenoble, ville amie des aînés… ou fuie par les per­sonnes âgées ? Le débat s’est invité au conseil municipal

FOCUS - La politique en direction des personnes âgées, ou des "aîné-es" selon la terminologie de la Ville, était au programme du conseil municipal de Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !