Grenoble : un Plan écoles richement doté… mais critiqué

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

FOCUS – La ville de Grenoble a voulu frapper les esprits avec l’annonce de son « Plan écoles 2015 – 2021 ». Un plan pluriannuel voulu très ambitieux qui intègre pas moins de six ouvertures d’écoles, la mise à niveau de l’existant et l’amélioration des restaurants scolaires, le tout pour un investissement de plus de 60 millions d’euros. Inventaire de ce qui est en passe de devenir « le grand projet du mandat ».

➔ 1684 mots

 

 

Éric Piolle et Élisa Martin lors de la présentation du plan écoles. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Éric Piolle et Élisa Martin lors de la présentation du plan écoles. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il faut toute une ville pour élever un enfant. » C’est cette adaptation métaphorique d’un adage africain – remplacez “ville” par “village” – que la ville de Grenoble a choisie pour illustrer les grandes lignes directrices de son plan d’investissement dans les écoles. Un projet pour le moins ambitieux si l’on songe aux quelque 66 millions d’euros qui seront injectés, sur un peu plus de cinq ans, dans la construction de nouvelles écoles, la restauration scolaire et la mise à niveau des établissements existants.

 

Souvent vilipendé par l’opposition qui lui a reproché à plusieurs reprises de n’avoir aucun grand projet pour la ville, Éric Piolle, en frappant un grand coup, aura-t-il pour autant remis les pendules à l’heure ?

 

Pas si sûr ! Pour l’opposition, la pilule passe très mal. Dès l’annonce du plan écoles, le groupe Rassemblement de gauche et de progrès s’est fendu d’un communiqué qui n’y va pas par quatre chemins. Le groupe dénonce « une opération d’enfumage consistant à annoncer dans la précipitation un « plan École » et la construction de cinq écoles d’ici 2020. Sur ces cinq écoles, quatre avaient déjà été engagées ou annoncées en janvier 2014 par Paul Bron, alors adjoint à l’éducation ». Et de pointer, pêle-mêle, le flou sur la localisation des nouvelles constructions, leurs dates de livraison, le plan de financement et comment la Ville pourra assumer les personnels nécessaires.

 

 

 

Résorber les zones de tension sur les effectifs scolaires

 

 

« Avec 200 à 300 nouveaux écoliers par an, les effectifs scolaires sont en augmentation constante à Grenoble depuis plus de dix ans. Chaque année la Ville a besoin d’ouvrir en moyenne dix classes », rappelle Éric Piolle, le maire de Grenoble. La question des écoles à Grenoble, de leur vétusté, du manque de classes, fait partie des questions lourdes du débat public depuis déjà longtemps ». L’occasion de tacler, au passage, l’ancienne équipe dont « le manque d’anticipation couplé à une mise en place de la réforme des rythmes scolaires quelque peu précipitée » n’aurait fait qu’empirer les choses.

 

École Ferdinand Buisson. © Joël Kermabon - Place Gre'net

École Ferdinand Buisson. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Une assertion réfutée avec véhémence par les opposants de gauche. « Contrairement aux déclarations d’Eric Piolle, nous tenons à rappeler qu’au cours du dernier mandat la Ville investissait tous les ans au moins 6 millions d’euros dans les bâtiments scolaires et la construction d’écoles », précise leur communiqué.

 

Tenir compte des problématiques d’usage des habitants, contrôler et anticiper l’évolution des effectifs, prendre en compte l’évolution des naissances, les constructions de logements ou les inscriptions en maternelle…

 

Autant de paramètres qui seront évalués et permettront – du moins la Ville l’espère-t-elle – d’anticiper au mieux l’avenir. L’objectif ? Résorber les zones de tension sur les effectifs pour accueillir correctement tous les élèves d’ici à 2020.

 

Pour Éric Piolle, il s’agit aussi de mettre en œuvre l’un de ses engagements de campagne. Le lancement d’un plan d’investissement pour les écoles était effectivement en 32e position sur sa liste, lors des élections municipales.

 

 

 

« C’est la première fois que notre ville investit autant dans les écoles ! »

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« C’est la première fois que notre ville investit autant dans les écoles ! », se félicite Éric Piolle. « Ce plan est un signal fort envoyé aux architectes, au monde du BTP. Il y a des chantiers communs, un espace de travail commun et ce pour l’intérêt général », souligne le maire de Grenoble. Les bâtiments seront exemplaires à tout point de vue. Notamment en matière de santé environnementale et de sobriété énergétique. Ce seront d’ailleurs les critères de sélection majeurs des futurs projets », assure l’élu.

 

 

Selon le maire, le défi que représente le plan écoles sera pour la Ville « une opportunité collective majeure. C’est à la fois la transition énergétique, la santé, l’environnement, l’emploi… On voit là toutes les dynamiques qui se mettent en marche », explique-t-il avec optimisme.

 

L’optimisme c’est bien, mais la Ville a-t-elle vraiment les moyens de ses ambitions ? Évoquant la baisse de 40 millions d’euros des dotations de l’État, Eric Piolle se montre malgré tout serein. « Ce plan d’investissement de 66 millions d’euros montre bien cette capacité de l’action publique à chercher des leviers pour dépasser une austérité mortifère […] Nous faisons un choix d’avenir, pour le bien de nos enfants, et nous maintiendrons autant que possible notre force d’investissements », tente de rassurer l’élu. Élisa Martin, répondant à cette même question un peu plus tard, sera plus laconique : « La Ville les prendra [les moyens, ndlr] pour ça et nous faisons les choix pour que ce soit possible ».

 

 

 

Une annonce peu crédible pour l’opposition

 

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3364 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour,
    Il nous aura fallu beaucoup de temps,beaucoup de manifestations pour faire réagir nos politiques sur la ghettoisation éducative dont est victime une grande partie de notre jeunesse.Ce qui vient d’être annoncé à la foi par la ministre de l’éducation nationale et notre municipalité nous l’attendions depuis longtemps.Le seul problème que nous constatons c’est qu’il ne nous parle surtout pas du niveau scolaire de ces établissements.Je vous rappelle juste que le niveau scolaire des établissements se situant dans les zones sensibles est déjà alarmant.
    Quand on construit des quartiers entiers ( Vigny-Musset,esplanade,Flamber. …….) il faut construire les infrastructures nécessaires à l’accueil des familles et de nos enfants.C’est juste une histoire de bon sens !
    Abdelkader BENYOUB
    Allons-Quartiers

    sep article