Dix-sept groupes à l'affiche du Cabaret frappé 2024 au Jardin de Ville de Grenoble, du dimanche 7 au jeudi 11 juillet

Dix-sept groupes à l’af­fiche du Cabaret frappé 2024 au jar­din de ville de Grenoble

Dix-sept groupes à l’af­fiche du Cabaret frappé 2024 au jar­din de ville de Grenoble

FOCUS – Le Cabaret frappé est de retour à Grenoble pour son édi­tion 2024, tou­jours au jar­din de ville, et tou­jours gra­tuit, avec une volonté de mélan­ger les cultures et les publics au tra­vers d’une pro­gram­ma­tion variée. L’événement se tient du dimanche 7 au jeudi 11 juillet, des dates choi­sies par les orga­ni­sa­teurs pour ne pas se téles­co­per avec les Jeux olym­piques de Paris… mais sans pré­voir la tenue d’é­lec­tions légis­la­tives anti­ci­pées, et un second tour tom­bant pré­ci­sé­ment le 7.

Chaque orga­ni­sa­teur d’é­vé­ne­ments le sait : toute pro­gram­ma­tion porte son lot d’in­con­nus. Et la Ville de Grenoble est bien pla­cée pour le savoir : si elle avait fixé les dates de l’é­di­tion 2024 du Cabaret frappé du dimanche 7 au jeudi 11 juillet afin d’é­vi­ter un téles­co­page avec les Jeux olym­piques de Paris, très gour­mands en forces de l’ordre pour assu­rer leur sécu­rité, elle n’a­vait pas prévu la dis­so­lu­tion de l’Assemblée natio­nale et l’or­ga­ni­sa­tion en catas­trophe d’é­lec­tions légis­la­tives dont le second tour tombe, pré­ci­sé­ment… le dimanche 7 juillet.

Damien Arnaud et Olivier Bertrand lors de la présentation du Cabaret frappé 2024. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Damien Arnaud et Olivier Bertrand lors de la pré­sen­ta­tion du Cabaret frappé 2024. © Florent Mathieu – Place Gre’net

« C’est par­ti­cu­lier un dimanche pour démar­rer, mais on sait que ça fonc­tionne le dimanche aussi, et même bien [puisque] les gens sont dis­po­nibles », fai­sait remar­quer Olivier Bertrand, adjoint de Grenoble en charge de l’Événementiel, à l’oc­ca­sion de la pré­sen­ta­tion de l’é­vé­ne­ment, le 7 mai. Pour que cela « fonc­tionne » aussi sur fond de résul­tats élec­to­raux, la Ville a décidé d’a­van­cer les horaires des concerts. Au lieu de 19 heures, les fes­ti­vi­tés débu­te­ront à 15 h 30, pour un der­nier concert à par­tir de 18 h 10. Et ceci « afin que les résul­tats du scru­tin soient annon­cés dans le calme ».

Le Cabaret frappé prône la ren­contre des cultures

En dehors de cette péri­pé­tie, et le Cabaret frappé en a connu des pires durant la crise sani­taire, le ren­dez-vous gre­no­blois conserve sa for­mule habi­tuelle, note Olivier Bertrand. D’abord en ce qui concerne sa loca­li­sa­tion, tou­jours au jar­din de ville. « C’est un peu sa marque de fabrique, c’est un fes­ti­val de centre-ville, il n’y en a pas tant que ça », sou­ligne l’élu. Un plus, ajoute-t-il, pour son bilan car­bone, quand la plu­part des spec­ta­teurs viennent à pied, en vélo ou en trans­port en commun.

Le Cabaret frappé prend ses marques au Jardin de Ville du 7 au 11 juillet 2024. © Auriane Poillet - Ville de Grenoble

Le Cabaret frappé prend ses marques au jar­din de ville du 7 au 11 juillet 2024. © Auriane Poillet – Ville de Grenoble

L’occasion pour Olivier Bertrand de van­ter le « tra­vail très par­ti­cu­lier effec­tué sur l’éco-res­pon­sa­bi­lité » dans l’or­ga­ni­sa­tion du Cabaret, et ceci sur chaque poste. Qu’il s’a­gisse de l’é­clai­rage, du tri sélec­tif, de l’a­li­men­ta­tion, des toi­lettes sèches ou encore les maté­riaux uti­li­sés. « On essaye année après année de mon­ter d’un cran sup­plé­men­taire. Ça va même jus­qu’à une asso­cia­tion qui récu­père les cordes de gui­tare ! », note-t-il.

Dernière par­ti­cu­la­rité qui reste de mise : la ren­contre des cultures, explique enfin Olivier Bertrand. « L’objectif, c’est de s’a­dres­ser à tous les publics. C’est un fes­ti­val qui a voca­tion à mixer les esthé­tiques, les publics, les âges, les ori­gines sociales, les Grenoblois ou les tou­ristes de pas­sage ou les habi­tants de l’ag­glo­mé­ra­tion, etc. », décrit l’élu. Qui concède qu’il est dif­fi­cile de chif­frer le nombre de spec­ta­teurs, dans le cadre d’un ren­dez-vous en plein air où les gens vont et viennent, mais qui mise sur une fré­quen­ta­tion de l’ordre de 10 000 per­sonnes par soir.

Dix-sept concerts à l’af­fiche, dont sept artistes grenoblois

Pour le pro­gram­ma­teur de l’é­vé­ne­ment Damien Arnaud, de l’as­so­cia­tion Retour de scène, la den­sité même des pro­po­si­tions per­met de répondre à cet objec­tif de diver­sité des esthé­tiques et des publics. En tout, sur cinq soirs, ce sont 17 groupes qui vont se pro­duire, sans thé­ma­tique par­ti­cu­lière, mais avec une atten­tion por­tée à la parité entre les artistes se pré­sen­tant sur scène, ainsi qu’à la scène locale. Sur les 17 concerts pré­vus, sept seront ainsi assu­rés par des artistes grenoblois.

Pas de “vedettes” à l’ho­ri­zon, cepen­dant. « Depuis quelques années, on a peut-être moins de têtes d’af­fiche ou de groupes que le grand public connaît », admet Damien Arnaud. Les musi­ciens les plus popu­laires demandent en effet des cachets de plus en plus éle­vés et le Cabaret frappé repose sur ses seuls finan­ce­ments ins­ti­tu­tion­nels, après être passé à la gra­tuité, sur déci­sion de la Ville de Grenoble en 2016. Mais pour le pro­gram­ma­teur, le public répond pré­sent, mal­gré tout.

De la chan­son pop à l’électro en pas­sant par le rap et le funk

Au pro­gramme du Cabaret frappé 2024 ? Le dimanche 7 juillet, le fes­ti­val s’ouvre sur un concert pour toute la famille avec le groupe gre­no­blois P’tits maux d’mômes, avant de faire mon­ter sur scène Astereotypie (post-punk), puis les amé­ri­cains Brooklyn Funk Essentials. Le lundi 8 juillet, se suc­cè­de­ront sur la scène les gre­no­blois Scrap Fellas (rock), le pro­duc­teur élec­tro Issi, la chan­teuse pop Solann et le rap­peur belge Peet.

Jaly Lyz se dit "honorée" d'être invitée à monter sur la scène du Cabaret frappé.© Florent Mathieu - Place Gre'net

Jaly Lyz se dit « hono­rée » d’être invi­tée à mon­ter sur la scène du Cabaret frappé. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Le mardi 9 juillet s’ouvre sur un concert de la gre­no­bloise Jaly Luz (reg­gae dub latino) qui, de pas­sage lors de la pré­sen­ta­tion du Cabaret, a dit com­bien elle était « hono­rée » de faire par­tie de la pro­gram­ma­tion, « un de ses rêves abso­lus ». L’italienne Daniela Pes (folk) pren­dra la suite, suivi d’un autre gre­no­blois, Johan Papaconstantino (elec­tro) et pour finir de l’ar­tiste espa­gnole Lapili (reg­gae­ton).

Mercredi 10 juillet, le groupe de chan­son rock gre­no­blois Atomic Ping Pong monte sur scène pour ouvrir la soi­rée, puis l’ar­tiste franco-ira­nien Arash Sarkechik, et le pia­niste auto­di­dacte et pro­duc­teur élec­tro Laake. Enfin, le jeudi 11 juillet, der­nier soir du fes­ti­val, pas­se­ront sur scène le groupe de Grenoble The French Bastards (post jazz elec­tro­nica), les groupes Nidia Congora & Canalon de Timbiqui x Reco Reco (afro-colom­bien élec­tro), puis l’ar­tiste soul fran­çais Féfé.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Auvergne-Rhône-Alpes : élu député, Laurent Wauquiez quitte la Région en lais­sant « ses cas­se­roles », selon l’opposition

FOCUS - Élu député de Haute-Loire le 7 juillet 2024, Laurent Wauquiez devrait quitter la présidence de la Région Auvergne-Rhône-Alpes durant l'été, en vertu du Lire plus

La stratégie de la Métropole envers les commerçants et l'attractivité commerciale en débat au conseil métropolitain
Attractivité com­mer­ciale : vifs débats autour de la stra­té­gie de la Métropole de Grenoble

FOCUS - Le conseil métropolitain de Grenoble a adopté, le 5 juillet 2024, une délibération-cadre sur la "stratégie d'intervention pour relever les défis d'une attractivité Lire plus

L’élue isé­roise Sophie Romera quitte LFI et rejoint L’Après : « Je suis tou­jours libre, peut-être encore plus insoumise »

FOCUS - Sophie Romera, conseillère départementale et municipale d'opposition de Fontaine, a annoncé, vendredi 12 juillet 2024, son départ de La France insoumise. Elle rejoint Lire plus

Les adjoints Gilles Namur et Margot Belair, Bertrand Raynaud (Alp’Études), Quentin De Neeff ( directeur de projet en mission d’aménagement des espaces publics), Frédéric Cacciali (pour la Sages) et Nathalie Durand (direction de l’urbanisme et de l’aménagement). © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : de nou­veaux espaces publics quar­tier Flaubert pour le trans­for­mer et l’a­dap­ter au chan­ge­ment climatique

FOCUS - À l'occasion d'une visite guidée organisée sur site, la Ville de Grenoble a présenté, le 10 juillet 2024, ce que va devenir le Lire plus

Les livreurs à vélo et des élus prennent la pose devant leur nouveau local situé 8, rue Saint-François à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
La Ville de Grenoble met un local flam­bant neuf à la dis­po­si­tion des livreurs de repas à domicile

FOCUS - La Ville de Grenoble a décidé de mettre gratuitement à disposition des livreurs de repas à vélo un local situé en plein cœur Lire plus

Des riverains et commerçants dénoncent la piétonnisation “surprise” de la rue Lazare-Carnot, quartier Championnet à Grenoble
Grenoble : des rive­rains et com­mer­çants dénoncent la pié­ton­ni­sa­tion “sur­prise” de la rue Lazare-Carnot, quar­tier Championnet

FOCUS - Surprise pour des riverains et des commerçants du quartier Championnet de Grenoble: depuis le lundi 1er juillet, un tronçon de la rue Lazare-Carnot, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !