Dix unions de quartier s'unissent pour dénoncer la prolifération des tags à Grenoble... et pointent du doigt le Street Art Fest

Grenoble : dix unions de quar­tier dénoncent la pro­li­fé­ra­tion des tags… et pointent du doigt le Street Art Fest

Grenoble : dix unions de quar­tier dénoncent la pro­li­fé­ra­tion des tags… et pointent du doigt le Street Art Fest

FOCUS – Après leur tri­bune publiée sur Place Gre’net, dix unions de quar­tier de Grenoble dénoncent (une nou­velle fois) la pro­li­fé­ra­tion des tags. Ce non sans mettre en cause le Street Art Fest, accusé d’in­vi­ter des artistes “offi­ciels” le jour mais qui se com­por­te­raient comme des « van­dales » la nuit et par­ti­ci­pe­raient à la « souillure » générale.

« Nous par­lons de notre vie quo­ti­dienne, de la vie quo­ti­dienne des quar­tiers. Cette pol­lu­tion visuelle porte atteinte à l’am­biance de la ville », a expli­qué une membre de l’UHCV, à l’oc­ca­sion d’une confé­rence orga­ni­sée le 11 juin 2024 à Grenoble. Celle-ci sur­ve­nait dans la fou­lée de la publi­ca­tion, sur Place Gre’net, d’une tri­bune dénon­çant une nou­velle fois la mul­ti­pli­ca­tion des tags sur les murs de la ville, en consi­dé­rant que la « culture » deve­nait « souillure ».

Des représentants de plusieurs unions de quartier s'associent à l'UHCV pour dénoncer la prolifération des tags à Grenoble. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Des repré­sen­tants de plu­sieurs unions de quar­tier s’as­so­cient à l’UHCV pour dénon­cer la pro­li­fé­ra­tion des tags à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Cette fois cepen­dant, l’u­nion des habi­tants du centre-ville n’est pas venue seule, mais accom­pa­gnée des repré­sen­tants de neuf autres unions de quar­tier, à savoir Abbaye-Jouhaux, Centre-Gares, Championnet-Bonne-Condorcet-Hoche, Eaux-Claires, Exposition-Bajatière, Foch-Aigle-Libération, Libération-Rondeau, Mutualité-Préfecture et Saint-Laurent-Rive-Droite. Des repré­sen­tants… qui ont demandé aux jour­na­listes pré­sents de ne pas men­tion­ner leur nom, par crainte de repré­sailles. « Il y a des gens qui font des tags vio­lents », a glissé l’un d’eux.

Quand le Street art Fest favo­rise les tags « vandales »

Objectif de la réunion ? Poser le même constat que dans la tri­bune publiée quelques semaines aupa­ra­vant. « Il n’y a pas un seul jour sans que nous enten­dions des habi­tants dire qu’ils en ont marre de toutes ces dégra­da­tions à répé­ti­tion et des mul­tiples ins­crip­tions agres­sives qui ont fait de Grenoble l’une des villes les plus taguées de France, voire la plus van­da­li­sée », relate une habitante.

Celle-ci rap­pelle en outre que l’UHCV à laquelle elle appar­tient a « pro­posé des solu­tions », pré­sen­tées là encore dans la fameuse tri­bune. Parmi elles, figurent notam­ment un effa­ce­ment rapide des tags et un réper­toire recen­sant les noms de leurs auteurs.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 67 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Florent Mathieu

Auteur

4 réflexions sur « Grenoble : dix unions de quar­tier dénoncent la pro­li­fé­ra­tion des tags… et pointent du doigt le Street Art Fest »

  1. J’aime l’art, mais lorsque je marche dans Grenoble, je n ai pas l impres­sion de vivre un grand moment artis­tique et créa­tif, je ne vois que crasse, lai­deur et imbécillité.

    sep article
  2. @John va donc taguer dans ton salon et faire tes KK dans tes WC.

    sep article
  3. On confond tags et graffs ..

    De plus, une très grande majo­rité de gre­no­blois ne pensent pas que l’ex­pres­sion artis­tique gra­phique de rue soit un problème…

    On a pas tous les mêmes problèmes,
    Ou la même joie de vivre (cf photo)…

    😏

    sep article
  4. J’hallucine : « cer­tains artistes inter­na­tio­naux invi­tés, ayant éga­le­ment une pra­tique van­dale, en pro­fitent pour se retrou­ver sur cer­tains spots et taguer entre collègues ».
    Pas éton­nant que Grenoble soit entiè­re­ment pour­rie par les tags si la mai­rie va jus­qu’à les finan­cer avec nos impôts qu’elle a aug­men­tés de 35%.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Dans une lettre au maire de Grenoble, l’UHCV appelle à lut­ter contre la « pol­lu­tion visuelle » des tags

FLASH INFO – Pour l'Union des habitants du centre-ville de Grenoble, la publicité n'est pas seule pourvoyeuse de "pollution visuelle". L'UHCV annonce avoir adressé une Lire plus

Tags appo­sés lors d’une mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste : Alain Carignon somme Éric Piolle de por­ter plainte contre ses organisateurs

FLASH INFO - Alain Carignon, président du groupe d'opposition Société civile, divers droite et centre (SCDDC) s'est insurgé ce lundi 14 février 2022 contre les Lire plus

Des tags racistes et homo­phobes décou­verts en plein parc Paul-Mistral à Grenoble

FIL INFO — Des tags racistes et homophobes ont fleuri sur trois stèles du parc Paul-Mistral de Grenoble, à proximité de l'Hôtel de Ville. De Lire plus

Pourras-tu changer la photo stp ? Il y en dans la bib dont une avec une banderole sur la mixité.
Découverte de tags racistes, anti­sé­mites et homo­phobes au col­lège Aimé-Césaire de Grenoble

FLASH INFO - Des tags racistes, antisémites et homophobes ont été découverts au collège Aimé-Césaire de Grenoble, comme l'indique la Direction départementale de la sécurité Lire plus

Le fondateur du groupe Facebook "Saccage Grenoble" visé par une campagne de tags dans sa rue
Le fon­da­teur du groupe Facebook « Saccage Grenoble » visé par une cam­pagne de tags dans sa rue

FLASH INFO – "Je suis choqué. Si je suis attaqué avec des tags, je peux parfaitement être attaqué physiquement également". Ainsi s'exprime Mehdi Ben Fredj, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !