"Arabes de service": deux élues grenobloises portent plainte contre une troisième pour injure raciste

Grenoble : le conseil muni­ci­pal, inter­rompu avant son terme après le départ des élus d’op­po­si­tion, se ter­mi­nera lundi 20 novembre 2023

Grenoble : le conseil muni­ci­pal, inter­rompu avant son terme après le départ des élus d’op­po­si­tion, se ter­mi­nera lundi 20 novembre 2023

FOCUS – Le conseil muni­ci­pal de Grenoble n’est pas allé à son terme dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 novembre 2023, inter­rompu vers 1 heure du matin, faute de quo­rum, à la suite du départ de plu­sieurs élus d’op­po­si­tion. Ceux-ci dénon­çaient notam­ment les « horaires déli­rants » et les méthodes de la majo­rité. La séance se ter­mi­nera donc lundi 20 novembre.

[Article publié le 14 novembre 2023 à 12 h 49 et mis à jour le 16 novembre 2023 à 17 h 20 avec ajout enca­dré] Ce fut l’ul­time coup de théâtre d’une séance riche en rebon­dis­se­ments et en passes d’armes entre la majo­rité et les groupes d’op­po­si­tion. Débuté vers 15 heures, lundi 13 novembre 2023, le conseil muni­ci­pal de Grenoble a été inter­rompu avant son terme. Faute de quo­rum – après le départ de plu­sieurs élus d’op­po­si­tion -, la séance a en effet pris fin au milieu de la nuit, peu avant 1 heure du matin, alors qu’il res­tait encore une tren­taine de déli­bé­ra­tions à l’ordre du jour.

Grenoble : le conseil municipal interrompu avant son terme

Faute de quo­rum, le conseil muni­ci­pal a été inter­rompu avant son terme, dans la nuit du 13 au 14 novembre 2023, après neuf à dix heures de débats. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Le groupe Nouveau regard, d’Émilie Chalas et Delphine Bense, réagit à ce nou­vel épi­sode inat­tendu, dans un long com­mu­ni­qué publié mardi 14 novembre. « Face aux inter­mi­nables conseils muni­ci­paux durant par­fois onze ou douze heures comme en mars et mai der­niers et se ter­mi­nant donc régu­liè­re­ment au petit matin, les oppo­si­tions demandent régu­liè­re­ment au maire une réor­ga­ni­sa­tion des conseils muni­ci­paux », rappelle-t-il.

Commencer plus tôt ou ajou­ter des conseils municipaux

La pro­po­si­tion alter­na­tive serait de démar­rer la séance à 10 ou 13 heures – au lieu de 15 heures – ou d’a­jou­ter des conseils muni­ci­paux, dont le nombre a été réduit à sept par an. Pourtant, mal­gré les nom­breuses demandes en ce sens, « le maire répond sys­té­ma­ti­que­ment étu­dier la ques­tion mais aucune réponse concrète n’a été appor­tée aux oppo­si­tions », déplore Émilie Chalas.

En début de conseil muni­ci­pal, cette der­nière a d’ailleurs regretté que les ques­tions orales des oppo­si­tions soient relé­guées en fin de séance, « au milieu de la nuit, quand la presse n’est plus là ». Autre demande des groupes d’op­po­si­tion : obte­nir les docu­ments « en temps et en heure avant le conseil muni­ci­pal, afin de pou­voir assu­rer un tra­vail de qua­lité sur les déli­bé­ra­tions », pré­cise Nouveau regard.

Emilie Chalas, élue du groupe Nouveau regard, est inter­ve­nue à plu­sieurs reprises pour poin­ter les horaires des débats et de la pause repas. © Agathe Bréchemier – Place Gre’net

Un constat qui s’est encore véri­fié lundi 13 novembre. Plusieurs conseillers ont ainsi pro­testé contre la livrai­son tar­dive du rap­port sur le déve­lop­pe­ment durable, « mis à dis­po­si­tion des élus ven­dredi 10 novembre à 17 h 30″, s’in­surge le groupe. Sans oublier un autre docu­ment rela­tif cette fois au bud­get, « com­mu­ni­qué lundi à midi, trois heures avant le conseil muni­ci­pal ».

Le maire a « botté en touche » sur les horaires du conseil, fina­le­ment interrompu

Éric Piolle a certes accédé à la demande d’Émilie Chalas concer­nant les « horaires indus » de la pause repas, pré­vue ini­tia­le­ment à 21 h 45 et fina­le­ment effec­tuée à 21 heures. En revanche, le maire a « une nou­velle fois botté en touche sur la ques­tion d’a­van­cer le début du conseil muni­ci­pal au matin, comme c’est le cas par exemple à la Métropole », déplore l’é­lue Nouveau Regard.

Selon elle, « les élus de la majo­rité semblent trou­ver eux aussi qu’il n’est pas rai­son­nable de ter­mi­ner les conseils muni­ci­paux aussi tard ». En effet, « dès 23 heures, ils n’é­taient plus que 28 sur 37 à être pré­sents ». Un nombre insuf­fi­sant pour assu­rer le quo­rum en cas de départ des conseillers muni­ci­paux de l’opposition.

« Face aux refus constants de la majo­rité de la lais­ser tra­vailler dans de bonnes condi­tions, tant en termes d’ac­cès aux docu­ments que d’ho­raires des séances », l’op­po­si­tion a donc quitté le conseil muni­ci­pal vers 1 heure du matin, indique Émilie Chalas.

Un départ lié à une déli­bé­ra­tion hou­leuse sur le mar­ché de Noël

C’est une déli­bé­ra­tion hou­leuse sur le mar­ché de Noël qui a mis le feu aux poudres. Maxence Alloto (GDES, oppo­si­tion de gauche) et Alain Carignon (groupe d’op­po­si­tion Société civile, divers droite et centre) ont alors demandé la sus­pen­sion de séance, ce der­nier annon­çant ensuite que son groupe quit­tait le conseil muni­ci­pal. Tous les autres groupes ayant pris la même posi­tion, le quo­rum n’était plus atteint du fait des absences dans la majorité.

Grenoble : le conseil municipal interrompu avant son terme

Plusieurs élus de la majo­rité avaient quitté la séance au cours de la nuit, imi­tés ensuite par les élus de l’op­po­si­tion. C’est pour­quoi le conseil muni­ci­pal a dû être inter­rompu. © Manuel Pavard – Place Gre’net

« Le départ de notre groupe ne visait pas à faire du nom­bri­lisme d’é­lus à pro­pos des horaires du conseil, mais à mar­quer une indi­gna­tion et un pro­fond désac­cord vis-à-vis du trai­te­ment réservé au com­mer­çant exclu du mar­ché de noël, qui a attendu minuit et que le maire n’a pas dai­gné lais­ser s’ex­pri­mer ni même entendre ou faire entendre par un adjoint », pré­cise le groupe SCDDC, mardi 14 novembre.

« Les élus de l’op­po­si­tion seraient-ils des sous-citoyens ? »

« Rareté des conseils, horaires déli­rants, absence des élus de la majo­rité, pro­blème de trans­mis­sion de docu­ments, relé­ga­tion des ques­tions orales en fin de conseil muni­ci­pal… Les élus de l’opposition seraient-ils des sous-citoyens ? », conclut Nouveau regard, dans son communiqué.

Après cette inter­rup­tion, au terme de près de dix heures de débats très ani­més, le conseil muni­ci­pal sera donc recon­vo­qué pour exa­mi­ner la tren­taine de déli­bé­ra­tions encore au menu. La date a été confir­mée, jeudi 16 novembre, par la Ville de Grenoble : la der­nière par­tie de la séance se dérou­lera lundi 20 novembre, à par­tir de 8 heures.

L’élue d’op­po­si­tion Anne Roche exprime son « ras-le-bol »

Elle siège de nou­veau en tant que non-ins­crite depuis la mi-juillet 2023. Ancienne élue sur la liste SCDDC d’Alain Carignon, qu’elle avait quit­tée en octobre 2020, Anne Roche avait ral­lié le groupe Nouveau regard d’Émilie Chalas début juillet 2023, avant d’en être exclue moins d’une semaine plus tard, en rai­son de sa brève adhé­sion pas­sée à Reconquête, le parti d’Éric Zemmour. Son poids au conseil muni­ci­pal est donc limité, comme elle le recon­naît : « Une voix compte peu. »

Exprimant son « ras-le-bol », dans un com­mu­ni­qué dif­fusé jeudi 16 novembre 2023, l’é­lue d’op­po­si­tion rap­pelle en effet qu’elle s’in­surge depuis des mois « contre la relé­ga­tion des ques­tions orales en fin de conseil, jus­ti­fiée par la majo­rité par la lon­gueur de celles por­tées par SCDDC ». Mais sa « pro­po­si­tion de limi­ter le nombre de carac­tères pour ne pas digres­ser » lui avait valu ini­tia­le­ment une « fin de non-rece­voir ».

« Rejointe par [ses] col­lègues », Anne Roche constate cepen­dant que le sujet est devenu « plus suivi. Il en est de même pour le début de conseil à 15 heures, que je demande éga­le­ment de démar­rer à 9 heures pour ne pas ter­mi­ner à 4 heures du matin », ajoute-t-elle. Car « les len­de­main sont rudes ».

La conseillère muni­ci­pale tacle la majo­rité qui « s’en moque », ses élus ayant, selon elle, des « indem­ni­tés suf­fi­santes pour régler leurs fac­tures ». Et de pour­suivre : « Les retrai­tés n’ont visi­ble­ment que ça à faire et se donnent de l’im­por­tance à faire traî­ner en pre­nant la parole pour refaire l’his­toire à chaque conseil, espé­rant ainsi avoir le mono­pole de la presse. »

Anne Roche conclut alors : « Ras-le-bol de cette dic­ta­ture de bâillon­ne­ment par les horaires ; ras-le-bol de ce manque de res­pect de nos obli­ga­tions sala­riales ; ras-le-bol des excuses bidons ! »

Manuel Pavard

Auteur

2 réflexions sur « Grenoble : le conseil muni­ci­pal, inter­rompu avant son terme après le départ des élus d’op­po­si­tion, se ter­mi­nera lundi 20 novembre 2023 »

  1. Par ses caprices auto­ri­taires, son mépris constant à l’é­gard de tout le monde, ses refus constants d’é­coute, notre Melon d’Or sème la haine et récolte la tem­pête. Et il per­siste à vou­loir se prendre des tuiles ! Du jamais vu.…

    sep article
  2. A quand un push sur la mai­rie de Chicago sur Isère ?

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Face aux attaques liées à sa condam­na­tion, Éric Piolle a joué la poli­tique de la chaise vide en conseil municipal

FOCUS - La condamnation pour favoritisme du maire de Grenoble Éric Piolle a, sans surprise, fait l'objet d'échanges animés en conseil municipal, lundi 25 septembre Lire plus

Emmanuel Carroz, 14e adjoint à la Mémoire, Migrations et Coopérations internationales, Europe, lors du conseil municipal du 30 janvier 2023.
Grenoble : le conseil muni­ci­pal déci­dera le 26 juin 2023 de la poli­tique de coopé­ra­tion internationale

FOCUS - Que seront les grands axes de coopération internationale et européenne de Grenoble pour la période 2023-2028 ? C'est l'enjeu d'une délibération-cadre qui sera Lire plus

Claus Habfast "met sur pause" le projet de vente des actions Grenoble Habitat... et se tourne vers la Métropole
Vente de Grenoble Habitat : la pré­fec­ture conteste la léga­lité de la déli­bé­ra­tion du conseil municipal

FOCUS - Dans un courrier adressé au maire de Grenoble, révélé par France 3 Alpes, le service de contrôle de légalité de la préfecture estime Lire plus

Colère de l'opposition alors que la Ville de Grenoble relègue en fin de conseil municipal les questions orales
Colère de l’op­po­si­tion alors que la Ville de Grenoble relègue en fin de conseil muni­ci­pal les ques­tions orales

FLASH INFO - Fini les questions orales en début de conseil municipal de Grenoble? C'est ce qu'a dénoncé mercredi 18 janvier 2023 le groupe d'opposition Lire plus

Femme en chaise roulante. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr
Vifs débats au conseil muni­ci­pal de Grenoble lors du vote d’une déli­bé­ra­tion cadre sur l’ac­ces­si­bi­lité et l’inclusivité

FOCUS – L'engagement de la Ville pour une cité inclusive et accessible figurait au programme du conseil municipal de Grenoble du lundi 12 décembre 2022. Lire plus

Les élus lors du Conseil municipal du 30 janvier 2023.
Taxe fon­cière au menu du conseil muni­ci­pal de Grenoble : une mani­fes­ta­tion et des débats en perspective

FOCUS - Proposer douze amendements au budget principal pour réduire l'impact de la hausse de 25 % de la taxe foncière de Grenoble. Tel est Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !