Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

FOCUS – Trente-six ans après la dis­pa­ri­tion de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra, un crâne humain a été décou­vert, ce mer­credi 26 octobre 2022, sur la com­mune de La Buissière, lors des fouilles réa­li­sées dans la zone indi­quée par le sus­pect. Ce der­nier avait été mis en exa­men, en mai, pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre, suite à la réou­ver­ture de l’en­quête, deux ans plus tôt. La juge d’ins­truc­tion a reçu ce lundi 28 novembre le résul­tat de l’ex­per­tise ADN : il s’a­git bien du crâne de la mère de famille de 25 ans, dis­pa­rue le 22 mai 1986 sans don­ner signe de vie depuis.

[Article publié le 28 octobre 2022 à 20 h 44 et mis à jour le 28 novembre 2022 à 19 h 11] La juge d’ins­truc­tion en charge de l’af­faire Bonfanti a reçu, ce lundi 28 novembre 2022, le résul­tat de l’ex­per­tise ADN effec­tuée par l’Institut de recherche de la gen­dar­me­rie natio­nale (IRCGN) sur le crâne décou­vert lors des fouilles du 26 octobre, annonce le par­quet de Grenoble. « Le pro­fil géné­tique retrouvé cor­res­pond à celui de Marie-Thérèse Bonfanti », confirme le procureur.

Trente-six ans après les faits, l’af­faire Marie-Thérèse Bonfanti, mère de famille de 25 ans dis­pa­rue en 1986 à Pontcharra, va-t-elle connaître une nou­velle avan­cée majeure ? Ce mer­credi 26 octobre 2022, les fouilles réa­li­sées sur la com­mune de La Buissière « ont per­mis la décou­verte d’un crâne humain à envi­ron 65 mètres du lieu de dépose sup­posé du corps de la vic­time indi­qué par le mis en exa­men », annonce le pro­cu­reur de la République de Grenoble Éric Vaillant, ce ven­dredi 28 octobre.

Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : un crâne humain découvert à La Buissière, sur les lieux indiqués par le suspect du meurtre

Le colo­nel Lionel James, com­man­dant de la Section de recherches de la gen­dar­me­rie, Eric Vaillant, pro­cu­reur de la République, et Boris Duffau, pro­cu­reur adjoint, lors de la confé­rence de presse, le 12 mai 2022, annon­çant la mise en exa­men du sus­pect. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Par ailleurs, « un osse­ment par­tiel dont la nature humaine n’est pas confir­mée, un bou­ton-pres­sion et un bout de tissu ont éga­le­ment été mis au jour au cours des dif­fé­rentes phases de recherches », qui ont pris fin ce ven­dredi, ajoute le magis­trat. Toutefois, « rien ne per­met d’é­ta­blir for­mel­le­ment à ce stade qu’il s’a­git des restes de Marie-Thérèse Bonfanti », tempère-t-il.

L’enquête relan­cée en 2020 et confiée au groupe « cold cases » de la gendarmerie

La jeune femme, mariée et mère de deux enfants de 4 ans et 6 mois, avait dis­paru le 22 mai 1986 alors qu’elle dis­tri­buait des jour­naux gra­tuits à Pontcharra. Son mari avait donné l’a­lerte le soir-même mais, mal­gré d’im­por­tantes recherches, aucun corps n’a jamais été retrouvé et Marie-Thérèse Bonfanti n’a­vait plus donné le moindre signe de vie.

Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : un crâne humain découvert à La Buissière, sur les lieux indiqués par le suspect du meurtre

Marie-Thérèse Bonfanti, mère de famille de 25 ans, avait dis­paru le 22 mai 1986 à Pontcharra, où elle s’é­tait ren­due pour dis­tri­buer des jour­naux. © France 3 (cap­ture d’écran)

Très vite pour­tant, les gen­darmes avaient pri­vi­lé­gié la piste cri­mi­nelle. Parmi les sus­pects ciblés, l’un d’eux avait attiré plus par­ti­cu­liè­re­ment leur atten­tion. Un cer­tain Yves Chatain, alors âgé de 21 ans, pro­prié­taire de la mai­son devant laquelle la jeune Iséroise avait garé sa voi­ture le jour de sa dis­pa­ri­tion. Celui-ci avait même été placé en garde à vue. Mais, en dépit d’un passé judi­ciaire et d’élé­ments trou­blants, il avait dû être libéré, faute de preuves.

Cependant, ni cette remise en liberté ni le non-lieu rendu en 1988 n’a­vaient entamé la per­sé­vé­rance de la famille de Marie-Thérèse Bonfanti, inti­me­ment convain­cue de la culpa­bi­lité d’Yves Chatain. Celle-ci avait remué ciel et terre durant des années jus­qu’à ce qu’en 2020 le pro­cu­reur, inter­pellé par une lettre du frère de la dis­pa­rue, décide de rou­vrir l’en­quête, confiée au groupe « cold cases » de la Section de recherches de la gen­dar­me­rie de l’Isère.

Le prin­ci­pal sus­pect de l’é­poque a avoué le meurtre 36 ans après

Les nou­velles inves­ti­ga­tions menées par les gen­darmes avaient ainsi conduit à inter­pel­ler et repla­cer en garde à vue en mai 2022 – soit 36 ans après les faits – le prin­ci­pal sus­pect de l’é­poque, Yves Chatain, désor­mais âgé de 56 ans. Lequel avait fina­le­ment avoué, lors de ses audi­tions, avoir étran­glé Marie-Thérèse Bonfanti après une dis­pute, tout en four­nis­sant un mobile assez nébuleux.

Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : un crâne humain découvert à La Buissière, sur les lieux indiqués par le suspect du meurtre

Un crâne humain, un osse­ment par­tiel, un bou­ton-pres­sion et un bout de tissu ont été décou­verts près des lieux indi­qués par le sus­pect, sur la com­mune de La Buissière. © Google Maps

Mis en exa­men le 9 mai 2022 pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre, le sus­pect avait éga­le­ment déclaré avoir chargé le corps dans sa voi­ture, qu’il avait ensuite « déposé en pleine nature ». Deux pre­mières cam­pagnes de fouilles ont donc été réa­li­sées en sep­tembre 2022 dans la zone indi­quée par le meur­trier présumé.

« Les osse­ments décou­verts lors des fouilles feront l’ob­jet, au cours des pro­chaines semaines, d’ex­per­tises com­plé­men­taires notam­ment des­ti­nées à confir­mer la nature fémi­nine du crâne décou­vert et son iden­tité ADN. »

D’importants moyens ont de nou­veau été déployés à par­tir du 24 octobre 2022. Ces der­nières fouilles, « menées par des mili­taires de la Section de recherches de Grenoble, quatre tech­ni­ciens en iden­ti­fi­ca­tion cri­mi­nelle du Groupement de gen­dar­me­rie de l’Isère et cinq per­son­nels d’une entre­prise pri­vée spé­cia­li­sée dans les recherches en milieu dif­fi­cile, avec le concours d’un anthro­po­logue de l’Institut de recherche cri­mi­nelle de la gen­dar­me­rie natio­nale (IRCGN), ont per­mis d’ex­plo­rer près de 3 500 m² de ter­rain sur les cinq der­niers jours », pré­cise Éric Vaillant.

Près de 80 000 euros de frais de jus­tice ont ainsi été enga­gés pour ces recherches. Si la famille de la vic­time a été infor­mée de la décou­verte, reste main­te­nant à éta­blir que le crâne est bien celui de Marie-Thérèse Bonfanti. Les osse­ments retrou­vés feront donc l’ob­jet, au cours des pro­chaines semaines, « d’ex­per­tises com­plé­men­taires notam­ment des­ti­nées à confir­mer la nature fémi­nine du crâne décou­vert et son iden­tité ADN », explique le procureur.

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra : 36 ans après, un homme arrêté et mis en exa­men pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre

FOCUS - Trente-six ans après la disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra (Isère), un homme de 56 ans a été interpellé, puis mis en examen Lire plus

Le Parquet de Grenoble et la Caf de l'Isère partenaires contre les trafiquants de stupéfiants
Affaire Marie-Ange Billoud : le par­quet rouvre l’en­quête, 37 ans après sa dis­pa­ri­tion à Pontcharra et deux semaines après la réso­lu­tion de l’af­faire Bonfanti

FOCUS - Deux semaines après les aveux d'Yves Chatain, mis en examen le 9 mai 2022 dans l'affaire Marie-Thérèse Bonfanti, 36 ans après la disparition Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Chatenay : un homme retrouvé mort sur un che­min, le sus­pect du meurtre écroué, la com­pagne de la vic­time mise en exa­men pour « recel de cadavre »

EN BREF - Le corps sans vie d'un homme a été découvert par des chasseurs, ce samedi 22 octobre 2022 au matin, sur la commune Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Meurtre dans une rési­dence étu­diante à Corenc : la com­pagne du tren­te­naire tué à l’arme blanche mise en exa­men et écrouée

FLASH INFO - Le corps sans vie d'un homme de 35 ans a été retrouvé dans son appartement, vendredi 7 octobre 2022, dans une résidence Lire plus

Meurtre de Maëlys : Nordahl Lelandais condamné à la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tuité assor­tie d’une période de sûreté de 22 ans

REPORTAGE - Après trois semaines d'audience et près de sept heures de délibéré, la cour d'assises de l'Isère a condamné, ce vendredi 18 février 2022, Lire plus

Mort de Victorine : ouver­ture d’une infor­ma­tion judi­ciaire contre X pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre

  EN BREF - Ce lundi 5 octobre 2020, Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble, a fait le point sur l'enquête concernant le Lire plus

Flash Info

|

03/12

12h09

|

|

02/12

9h15

|

|

02/12

8h06

|

|

01/12

18h57

|

|

01/12

17h21

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Agenda

Je partage !