Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra : 36 ans après, un homme arrêté et mis en exa­men pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre

Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra : 36 ans après, un homme arrêté et mis en exa­men pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre

FOCUS – Trente-six ans après la dis­pa­ri­tion de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra (Isère), un homme de 56 ans a été inter­pellé, puis mis en exa­men pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre, ce lundi 9 mai 2022. Cette mère de famille de 25 ans avait dis­paru le 22 mai 1986, sans don­ner aucun signe de vie depuis, et un non-lieu avait été rendu en 1988. Mais le par­quet de Grenoble a décidé, en 2020, de rou­vrir l’en­quête, confiée au groupe « cold cases » de la Section de recherches de la gen­dar­me­rie de l’Isère. Déjà placé en garde à vue à l’é­poque, puis relâ­ché faute de preuves, le sus­pect a cette fois avoué le meurtre. Les fouilles vont main­te­nant reprendre pour ten­ter de trou­ver le corps.

C’est un cold case vieux de plus de trois décen­nies qui vient d’être élu­cidé. Trente-six ans après la dis­pa­ri­tion de Marie-Thérèse Bonfanti à Pontcharra (Isère), un homme de 56 ans a été inter­pellé, puis mis en exa­men pour « enlè­ve­ment », « séques­tra­tion » et « meurtre », ce lundi 9 mai 2022. Placé en déten­tion pro­vi­soire, Yves Chatain a avoué le meurtre de la mère de famille de 25 ans.

De gauche à droite : le colo­nel Lionel James, com­man­dant de la Section de recherches de la gen­dar­me­rie, Eric Vaillant, pro­cu­reur de la République, et Boris Duffau, pro­cu­reur adjoint, ont donné une confé­rence de presse sur les faits, ce jeudi 12 mai 2022. © Manuel Pavard – Place Gre’net

L’information, révé­lée la veille au soir par RTL et Le Dauphiné libéré, a été confir­mée ce jeudi 12 mai par le pro­cu­reur de la République de Grenoble Éric Vaillant. Celui-ci a tenu, dans l’a­près-midi, une confé­rence de presse au palais de jus­tice, aux côtés du pro­cu­reur adjoint Boris Duffau et du colo­nel Lionel James, com­man­dant de la Section de recherches de la gen­dar­me­rie de l’Isère.

Les gen­darmes avaient été très vite convain­cus de l’hy­po­thèse criminelle

Les faits remontent au 22 mai 1986. Ce jour-là, en début d’a­près-midi, Marie-Thérèse Bonfanti, mariée et mère de deux enfants de 4 ans et 6 mois, s’é­tait ren­due à Pontcharra pour y dis­tri­buer des jour­naux. Elle avait garé sa voi­ture devant une mai­son – aujourd’­hui détruite – divi­sée en six loge­ments, acco­lée à une autre mai­son habi­tée par le pro­prié­taire des deux bâti­ments. Un cer­tain Yves Chatain.

Le meurtre de Marie-Thérèse Bonfanti, mère de famille de 25 ans, dis­pa­rue le 22 mai 1986 à Pontcharra, a été élu­cidé 36 ans après. © France 3 (cap­ture d’écran)

« Vers 15 h 30, elle est vue par une voi­sine près de sa voi­ture avec un paquet de jour­naux en mains et se dirige vers l’en­trée des loca­taires », indique Boris Duffau. « C’est la der­nière fois qu’elle sera aper­çue. » C’est son mari, inquiet de ne pas la voir ren­trer en début de soi­rée, qui signa­lera la dis­pa­ri­tion de son épouse. Depuis, la jeune femme n’a plus donné le moindre signe de vie et son corps n’a jamais été retrouvé.

Pourtant, d’im­por­tantes recherches avaient été menées à l’é­poque et une enquête avait été immé­dia­te­ment dili­gen­tée par les gen­darmes gre­no­blois, très vite convain­cus de l’hy­po­thèse cri­mi­nelle. Ceux-ci s’ap­puyaient en effet sur les dépo­si­tions de deux témoins qui, selon le pro­cu­reur adjoint, « rap­por­taient avoir entendu vers 15 h 30, le cri d’une per­sonne qu’ils qua­li­fiaient de “long et dégres­sif”, pro­ve­nant de la mai­son où se trou­vait garé le véhi­cule de la vic­time ».

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 67 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Jacques Dallest, procureur général de la Cour d'appel de Grenoble et Pascale Vernay, première présidente. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Cour d’ap­pel de Grenoble : une ren­trée solen­nelle sous le signe de la grogne des magistrats

FOCUS - La Cour d’appel de Grenoble tenait son audience solennelle de rentrée dans l'une des salles d'audience du palais de justice de Grenoble, ce vendredi Lire plus

Signature d'une convention de sécurité entre la commune de Pontcharra et la gendarmerie nationale
Villard-Bonnot : un couple arrêté pour extor­sion, enlè­ve­ment, séques­tra­tion et violences

FLASH INFO - Un homme de 32 ans et une femme de 27 ans ont été interpellés par les gendarmes de Meylan, puis mis en Lire plus

Les médecins de l'Isère signent un protocole sur le signalement des violences conjugales avec les parquets de Grenoble et de Bourgoin-Jallieu
Deux jeunes de 19 et 20 ans mis en exa­men pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et vio­lences aggra­vées à Grenoble

FLASH INFO - Deux jeunes hommes de 19 et 20 ans ont été interpellés à Grenoble le 14 septembre 2021, puis mis en examen le Lire plus

Mort de Victorine : ouver­ture d’une infor­ma­tion judi­ciaire contre X pour enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre

  EN BREF - Ce lundi 5 octobre 2020, Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble, a fait le point sur l'enquête concernant le Lire plus

Meurtre de Maëlys : Nordahl Lelandais condamné à la réclu­sion cri­mi­nelle à per­pé­tuité assor­tie d’une période de sûreté de 22 ans

REPORTAGE - Après trois semaines d'audience et près de sept heures de délibéré, la cour d'assises de l'Isère a condamné, ce vendredi 18 février 2022, Lire plus

Vol de chèques-vacances au COS de Grenoble: les agents ne seront pas lésés, assure Pierre Mériaux
Violences en réunion et « pro­bable enlè­ve­ment » à Voiron dans la nuit du mardi 9 au mer­credi 10 novembre

FLASH INFO — Des violences en réunion et un "probable enlèvement" survenus à Voiron dans la nuit du mardi 9 au mercredi 10 novembre? C'est Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !