Le Conseil d'Etat enjoint le ministère de l'Ecologie de prendre un arrêté suspendant la chasse du grand tétras, espèce menacée ayant totalement disparu des Alpes. © Skolan124 / Wikimedia Commons

Chasse d’es­pèces fra­giles ou en déclin : le grand débat entre chas­seurs et défen­seurs de la biodiversité

Chasse d’es­pèces fra­giles ou en déclin : le grand débat entre chas­seurs et défen­seurs de la biodiversité

FOCUS – La France détient un record d’Europe dont elle peut dif­fi­ci­le­ment s’e­nor­gueillir : celui du nombre d’es­pèces qu’il est pos­sible d’y chas­ser. Un état de fait qui passe mal auprès des asso­cia­tions de pro­tec­tion de la nature et plus géné­ra­le­ment des défen­seurs de la bio­di­ver­sité. En face, les chas­seurs et leurs sou­tiens, notam­ment poli­tiques, entendent bien ne rien lâcher sur le terrain.

« Dans nos mon­tagnes, la chasse d’es­pèces comme le lago­pède et la per­drix blanche se pour­suit. Si on conti­nue, en 2050, il n’y en aura plus », se désole Marie-Paule de Thiersant, pré­si­dente de la Ligue de pro­tec­tion des oiseaux (LPO) Auvergne-Rhône-Alpes. Avant de se déso­ler qu′« on chasse aussi la mar­motte dans cer­taines com­munes. »

À ce sujet, l’Association jus­tice pour les ani­maux de Savoie (AJAS) a lancé, fin août 2022, une péti­tion pour exi­ger l’in­ter­dic­tion de la chasse à la mar­motte, qui a repris le 11 sep­tembre 2022 avec l’ou­ver­ture de la chasse. Alors que sa popu­la­tion est en déclin, la mar­motte conti­nue en effet d’être chas­sée dans cer­tains dépar­te­ments, « comme en Savoie où plus de 400 ani­maux sont tués » chaque saison.

Chasse d'espèces fragiles ou en déclin : ce fossé entre pro et anti. Famille de marmottes dans le Queyras. © André Weill

Les asso­cia­tions s’in­surgent contre la chasse à la mar­motte, encore auto­ri­sée dans plu­sieurs dépar­te­ments et qui reprend le 11 sep­tembre 2022 avec l’ou­ver­ture de la chasse. © André Weill

Par ailleurs, un col­lec­tif de dix-huit ONG a éga­le­ment appelé, dans une tri­bune parue le 10 sep­tembre 2022 dans Le Monde, à inter­dire la chasse de ce ron­geur pro­tégé par la Convention de Berne. Un traité inter­na­tio­nal que la France a pour­tant rati­fié en 1990 et qui est « censé assu­rer la conser­va­tion de la faune sau­vage », rap­pellent les signataires.

« Il fau­drait arrê­ter la chasse d’es­pèces menacées »

Il fau­drait donc sur­tout, implore la pré­si­dente de la LPO AuRA, « arrê­ter la chasse d’es­pèces mena­cées figu­rant sur la liste rouge de l’UICN (Union inter­na­tio­nale pour la conser­va­tion de la nature) ». Mais sur le ter­rain, la situa­tion ne pousse guère à l’optimisme.

Chasse d'espèces fragiles ou en déclin : ce fossé entre pro et anti. Un circaète Jean-le-Blanc, parmi la liste d'espèces protégées en France depuis 1976, a été retrouvé blessé en Isère, victime d'un tir, le 22 août 2022. © Sylvain Chapuis

Un cir­caète Jean-le-Blanc, parmi la liste d’es­pèces pro­té­gées en France depuis 1976, a été retrouvé blessé en Isère, vic­time d’un tir, le 22 août 2022. © Sylvain Chapuis

Ce 22 août 2022, le Centre de soins pour la faune sau­vage Le Tichodrome, situé au Gua (Isère), a ainsi récu­péré un cir­caète Jean-le-Blanc blessé par des plombs de chasse. Une espèce pour­tant pro­té­gée depuis 1976, comme tous les rapaces. « C’est le hui­tième oiseau pro­tégé vic­time de tir reçu par Le Tichodrome en 2022″, s’a­larme la direc­trice de l’as­so­cia­tion Mireille Lattier… Soit « autant que durant toute l’an­née 2021″, alors que la sai­son de chasse n’a même pas encore débuté.

Déjà 100 000 signa­tures pour inter­dire en Isère la véne­rie sous terre du blaireau

Les asso­cia­tions de pro­tec­tion de la nature ont néan­moins obtenu une « petite vic­toire » récem­ment en Isère. Dans son nou­vel arrêté rela­tif à la chasse pour la cam­pagne 2022 – 2023, signé le 20 juin 2022, le pré­fet n’a en effet pas auto­risé la période com­plé­men­taire de véne­rie sous terre du blai­reau, pré­vue ini­tia­le­ment du 1er juillet au 14 sep­tembre 2022 et du 15 au 29 juin 2023.

© Andy Ballard - Pixabay

Pour la sai­son de chasse 2022 – 2023, le pré­fet de l’Isère a décidé de res­treindre la période auto­ri­sée de véne­rie sous terre du blai­reau, une pra­tique décriée pour sa cruauté. © Andy Ballard – Pixabay

Une pra­tique décriée pour sa cruauté et consis­tant à tra­quer l’a­ni­mal dans son ter­rier, avant de l’at­tra­per avec une pince métal­lique, puis de l’a­che­ver à l’arme blanche. Satisfaite de la déci­sion pré­fec­to­rale, FNE Isère espère main­te­nant obte­nir l’in­ter­dic­tion totale de la véne­rie sous terre du blai­reau, éga­le­ment deman­dée par le séna­teur éco­lo­giste de l’Isère Guillaume Gontard ainsi que par les dépu­tés insoumis.

Ce dimanche 11 sep­tembre, une péti­tion récla­mant « l’in­ter­dic­tion du déter­rage des blai­reaux », dépo­sée fin mars sur le site du Sénat, a d’ailleurs dépassé le seuil sym­bo­lique des 100 000 signa­tures. Conséquence : celle-ci sera exa­mi­née par le Sénat.

La Conférence des pré­si­dents – qui se réunira le 21 sep­tembre – pourra par exemple déci­der la créa­tion d’une mis­sion de contrôle, l’ins­crip­tion à l’ordre du jour d’un texte légis­la­tif, un débat en séance publique à pro­pos d’es­pèces chassés…

Le grand tétras a aujourd’­hui tota­le­ment dis­paru des Alpes

Autre lueur d’es­poir pour les asso­cia­tions, le pro­jet d’ar­rêté sus­pen­dant la chasse du grand tétras en France pour une durée de cinq ans. C’est le Conseil d’État qui, par une déci­sion du 1er juin 2022, a enjoint le minis­tère de l’Écologie de prendre cet arrêté, esti­mant que « la chasse du grand tétras n’est pas com­pa­tible avec le main­tien de l’espèce », aujourd’­hui « en mau­vais état de conser­va­tion ».

« Autrefois appelé Grand coq de bruyère, cet oiseau emblé­ma­tique des forêts de coni­fères en mon­tagne a aujourd’hui tota­le­ment dis­paru des Alpes, est très for­te­ment menacé dans le Jura et les Vosges et a perdu 80 % de ses effec­tifs depuis 1960 dans les Pyrénées, où sub­sistent à peine envi­ron 2 000 coqs », s’in­quiète en effet la LPO. Laquelle sou­tient ce pro­jet de mora­toire, réclamé de longue date par de nom­breuses asso­cia­tions de pro­tec­tion de la nature.

Le Conseil d'Etat enjoint le ministère de l'Ecologie de prendre un arrêté suspendant la chasse du grand tétras, espèce menacée ayant totalement disparu des Alpes. © Skolan124 / Wikimedia Commons

Le Conseil d’État enjoint le minis­tère de l’Écologie de prendre un arrêté sus­pen­dant la chasse du grand tétras, espèce mena­cée ayant tota­le­ment dis­paru des Alpes. © Skolan124 – Wikimedia Commons

Mais la mesure, sou­mise à consul­ta­tion publique jus­qu’au 10 août 2022, devra sur­mon­ter les réti­cences des fédé­ra­tions de chasse qui « appellent leurs adhé­rents à s’op­po­ser à l’a­dop­tion du mora­toire », tance la LPO.

Un pro­jet qui a en outre sus­cité, le 20 juillet 2022, un vote défa­vo­rable du Conseil natio­nal de la chasse et de la faune sau­vage (CNCFS)… Ce qui, pour l’as­so­cia­tion, reflète « le dés­équi­libre dans la com­po­si­tion de cette ins­tance par­tiale où les chas­seurs sont sur­re­pré­sen­tés » (aux côtés d’ac­teurs scien­ti­fiques et associatifs).

La jus­tice sus­pend la chasse au cerf sur les Hauts pla­teaux du Vercors

Autre dos­sier chaud, le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble a donné rai­son, jeudi 8 sep­tembre 2022, à l’Association pour la pro­tec­tion des ani­maux sau­vages (Aspas) et à la Frapna Drôme, qui s’op­po­saient à la réou­ver­ture de la chasse au cerf dans la réserve natu­relle des Hauts pla­teaux du Vercors.

Le Département de l’Isère, pro­prié­taire d’une par­celle de 4 000 hec­tares depuis 1990, avait en effet été auto­risé par la FDCI à pra­ti­quer la chasse au cerf élaphe – via une asso­cia­tion de chasse – afin de régu­ler la population.

Mais pour les asso­cia­tions, cette régu­la­tion ne s’ap­puyait sur aucune étude scien­ti­fique. Le juge des réfé­rés a donc sus­pendu « l’exé­cu­tion de la déci­sion du 21 juin 2022, par laquelle la Fédération dépar­te­men­tale des chas­seurs de l’Isère a fixé l’attribution d’un plan de chasse annuel, pour la cam­pagne 2022/2023 sur le ter­ri­toire “CP La grande cabane – Le jas neuf”, sur les com­munes de Chichilianne et de Gresse-en-Vercors ». Le juge­ment sur le fond inter­vien­dra quant à lui dans les pro­chains mois.

Manuel Pavard

Auteur

8 réflexions sur « Chasse d’es­pèces fra­giles ou en déclin : le grand débat entre chas­seurs et défen­seurs de la biodiversité »

  1. Il est insup­por­table de voir des gens qui en majo­rité n’ont passé aucun exa­men pour l’u­ti­li­sa­tion d’une arme à feu, tirer sur des espèces en déclin ou même protégée.

    sep article
  2. Il ne res­tera plus rien dans la nature, il serait grand temps que ces séna­teurs arrêtent de sou­te­nir les chas­seurs à tous massacrer

    sep article
  3. La chasse n’est en aucun cas res­pon­sable de la dimi­nu­tion du nombre d’oi­seaux. Penchez vous sur les remon­tée méca­nique des skieurs
    Le déran­ge­ment per­ma­nent d’une sur­po­pu­la­tion de ran­don­neurs été comme hivers etc…
    Et qui va s’oc­cu­per des comp­tage le l’a­mé­na­ge­ment des places de champs ???????plus les chas­seurs qui pré­lè­ve­ment de façon spo­ra­dique quelques oiseaux .
    Peut être les asso­cia­tions anti chasse à grand­coup de de sub­ven­tion de l’état.

    sep article
  4. Si les chas­seurs ne s’oc­cupent pas de ces ani­maux ceux-ci dis­pa­raî­tront à coup sûr le lynx étant le pre­mier pré­da­teur du coq de bruyère le loup du cha­mois du mou­flon du cerf seuls les chas­seurs défendent la bio­di­ver­sité ils sont sur le terrain

    sep article
    • MB

      19/09/2022
      15:04

      Le lynx et le loup font aussi par­tie de la biodiversité.

      sep article
  5. Le 22 aout aucune chasse au plomb n’est auto­ri­sée en Isère, il y a peu de chances que ce soit un chas­seur qui ai blessé ce circaète.
    Le blai­reau créé d’énormes dégâts aux cultures. De moeurs noc­turnes, il ne peut être chassé, fina­le­ment, ce sont sur­tout les agri­cul­teurs qui vont payer la note mais eux aussi ont l’habitude.
    Les cer­vi­dés posent de tres gros pro­blèmes aux fores­tiers par­tout en france, ils militent pour une aug­men­ta­tion impor­tante des plans de chasse. La aussi, lais­sons les fores­tiers payer la note, on n’a pas non plus besoin de ces gens la, la nature sait tres bien s’occuper seule de ses pro­blèmes comme a la teste de buch ou les incen­dies se nour­rissent du défaut d’entretien, posi­tion défen­due poli­ti­que­ment par cer­tains groupes
    Sur les espèces, savez vous seule­ment qui effec­tue les comp­tages, qui entre­tient et défend les espaces indis­pen­sables a la repro­duc­tion : encore une fois ces imbé­ciles de chas­seur. Il est vrai que c’est beau­coup de tra­vail, mais ça c’est une valeur peu par­ta­gée au regard de cer­taines decla­ra­tions recentes.
    S’il vous plait, ne faites pas d’affirmations a l’emporte pièce, inté­res­sez vous…si vous le souhaitez

    sep article
    • CD

      19/09/2022
      18:02

      Favoriser la bio­di­ver­sité ne se pra­tique pas dans un fauteuil.
      Qui d’autre que les chas­seurs pour appor­ter eau et nour­ri­ture ? Et celà ne pro­fite pas qu’au gibier mais éga­le­ment aux oiseaux chas­sables ou pas, aux insectes.…
      Est ce qu’il vaut mieux un désert où les chas­seurs ne tuent rien ou pré­le­ver un cer­tain nombre d’a­ni­maux en assu­rant le main­tien des populations ?

      sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Soixante-dix jeunes Isérois relient Grenoble à Nice à vélo élec­trique pour pro­mou­voir le don du sang

EN BREF - Quelque 70 jeunes Isérois, âgés de 15 à 17 ans, ont pris le départ du projet Grenoble-Nice, vendredi 12 juillet 2024, devant Lire plus

Gazage des pigeons: des associations animalistes annoncent un “happening” devant la mairie de Vienne le 17 juillet
Gazage des pigeons : des asso­cia­tions ani­ma­listes annoncent un “hap­pe­ning” devant la mai­rie de Vienne

FLASH INFO - L'Association justice animaux Savoie (Ajas) et l'association Paris animaux Zoopolis (Paz) annoncent l'organisation d'un “happening” devant l'hôtel de Ville de Vienne, mercredi Lire plus

Des riverains et commerçants dénoncent la piétonnisation “surprise” de la rue Lazare-Carnot, quartier Championnet à Grenoble
Grenoble : des rive­rains et com­mer­çants dénoncent la pié­ton­ni­sa­tion “sur­prise” de la rue Lazare-Carnot, quar­tier Championnet

FOCUS - Surprise pour des riverains et des commerçants du quartier Championnet de Grenoble: depuis le lundi 1er juillet, un tronçon de la rue Lazare-Carnot, Lire plus

Vézeronce-Curtin : le ges­tion­naire d’une rési­dence séniors en liqui­da­tion judi­ciaire, 42 per­sonnes âgées livrées à elles-mêmes

EN BREF - Placée en liquidation judiciaire, la société Cormaline, gestionnaire de la résidence séniors du Clos des Tilleuls, à Vézeronce-Curtin, dans le Nord-Isère, a Lire plus

Cette soirée du 14 juillet s'est évidemment terminée avec un superbe feu d'artifices. Il a duré une grosse vingtaine de minutes ! © Martin de Kerimel - Place Gre'net
Festivités du 14 juillet : feux d’ar­ti­fice, bals, concerts et ani­ma­tions dans les com­munes de la métro­pole grenobloise

ÉVÈNEMENT - Grenoble comme la plupart des communes de la métropole célèbrent la fête nationale du 14 juillet. Feux d'artifice, bals populaires, concerts, animations, restauration... Lire plus

Le nou­veau centre de tri Athanor de La Tronche va trai­ter les déchets de 740 000 habi­tants de la région grenobloise

FOCUS - Le nouveau centre de tri Athanor a officiellement été inauguré mardi 9 juillet 2024 par les sept intercommunalités partenaires pour sa réalisation, depuis Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !