Actualité

Un petit patient à plumes s'en remet aux bons soins du centre le Tichodrome. © Grenoble-Alpes Métropole

Nouvelle bouf­fée d’oxy­gène pour le centre de sau­ve­garde de la faune sau­vage le Tichodrome

Nouvelle bouf­fée d’oxy­gène pour le centre de sau­ve­garde de la faune sau­vage le Tichodrome

FOCUS – Face aux dif­fi­cul­tés finan­cières ren­con­trées par le centre de sau­ve­garde de la faune sau­vage le Tichodrome, la Métropole de Grenoble s’est à nou­veau por­tée à sa res­cousse en lui réaf­fir­mant son sou­tien moral et finan­cier. Une sub­ven­tion excep­tion­nelle de 10 000 euros va lui per­mettre de conti­nuer à accueillir et soi­gner les ani­maux sau­vages malades ou bles­sés dans de meilleures conditions.

De gauche à droite Yann Mongaburu, Christophe Ferrari et Simon Farley en discussion avec Jean-Charles Poncet, président du Tichodrome. © Grenoble-Alpes Métropole

De gauche à droite Yann Mongaburu, Christophe Ferrari et Simon Farley en dis­cus­sion avec Jean-Charles Poncet, pré­sident du Tichodrome. © Grenoble-Alpes Métropole

Ce mardi 1er décembre 2020, Christophe Ferrari, pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole, Yann Mongaburu, vice-pré­sident en charge du défi cli­ma­tique, de la bio­di­ver­sité et de l’éducation à l’environnement, et Simon Farley, maire de la com­mune du Gua, ont ren­con­tré l’é­quipe de l’as­so­cia­tion le Tichodrome.

Le but de cette visite ? Réaffirmer le sou­tien moral de la Métro à ce centre de sau­ve­garde de la faune sau­vage, mais aussi et sur­tout lui appor­ter une grosse bouf­fée d’oxy­gène. Comment ? En lui accor­dant une sub­ven­tion excep­tion­nelle de 10 000 euros pour l’ai­der à remon­ter la pente face à ses dif­fi­cul­tés finan­cières récur­rentes. Une somme qui s’a­joute aux 20 000 euros d’aide déjà ver­sés par la Métropole au titre de l’an­née 2020. Soit envi­ron 13% du bud­get de l’association.

Ainsi le Tichodrome pourra-t-il conti­nuer d’accueillir et soi­gner dans de meilleures condi­tions mar­ti­nets, héris­sons, fouines, écu­reuils, chauve-sou­ris, chouettes et buses malades ou bles­sés. Une tâche que le centre accom­plit 365 jours par an avant de relâ­cher ces ani­maux dans leur milieu natu­rel, une fois guéris.

Une perte de recettes consi­dé­rable pour le Tichodrome du fait de la crise sanitaire

La situa­tion excep­tion­nelle due au coro­na­vi­rus a en effet généré de nou­velles dif­fi­cul­tés finan­cières pour l’as­so­cia­tion qui ne vit que de dons, d’adhé­sions et de sub­ven­tions publiques. Lors du pre­mier confi­ne­ment, le centre a ainsi essuyé une perte de 90 % de ses recettes. De sur­croît, il a dû faire face, ces der­nières années, à une aug­men­ta­tion impor­tante du nombre de ses pen­sion­naires. Avec pour effet de mettre à rude épreuve son équipe de sala­riés et de bénévoles.

Des petits pensionnaires de tout âge sont pris en charge au Tichodrome. © Grenoble-Alpes Métropole

Des petits pen­sion­naires de tout âge sont pris en charge au Tichodrome. © Grenoble-Alpes Métropole

Ainsi, dimen­sionné pour accueillir 1900 ani­maux par an, le centre en reçoit-il désor­mais 2 050. Il enre­gistre de plus « des pics impor­tants au prin­temps et durant l’été, durant la période de repro­duc­tion », témoigne Mireille Lattier, direc­trice du centre. « Rien qu’en juillet der­nier, nous avons accueilli 500 ani­maux, soit 18% de plus qu’au mois de juillet 2019 », précise-t-elle.

Un bud­get insuf­fi­sant pour accueillir les ani­maux dans de bonnes conditions

Une situa­tion que les quatre sala­riés de l’as­so­cia­tion et les deux per­sonnes en ren­fort durant l’été ne par­viennent plus à gérer. Sans comp­ter que les quinze béné­voles régu­liers (des per­sonnes âgées) se sont mis en retrait pour se pro­té­ger de l’é­pi­dé­mie. Et que le recru­te­ment de jeunes en ser­vice civique a pris du retard avec le confinement.

Jean-Charle Poncet, président du Tichodrome et Mireille Lattier, sa directrice. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Jean-Charles Poncet, pré­sident du Tichodrome, et Mireille Lattier, sa direc­trice. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Autre consé­quence de la crise sani­taire : la perte de reve­nus géné­rés par les évé­ne­ments habi­tuel­le­ment orga­ni­sés toute l’an­née. « Aujourd’hui, notre bud­get de 150 000 euros ne nous per­met plus d’ac­cueillir les ani­maux dans de bonnes condi­tions », se désole la directrice.

Et ce d’au­tant plus qu’il lui a fallu se rési­gner à opé­rer une sélec­tion de la faune accueillie. « Nous refu­sons déjà les colom­bi­dés et les cor­vi­dés pour nous concen­trer uni­que­ment sur les espèces pro­té­gées, ce qui est contraire à nos prin­cipes », pré­cise-t-elle.

Joël Kermabon

La Métropole, un sou­tien crois­sant du Tichodrome depuis 2013

Unique en Isère, Le Tichodrome assure éga­le­ment une mis­sion de sen­si­bi­li­sa­tion du public à la pro­tec­tion de la bio­di­ver­sité. Notamment en pro­po­sant des confé­rences et ani­ma­tions auprès de diverses struc­tures (éta­blis­se­ments sco­laires, asso­cia­tions …). Il par­ti­cipe en outre acti­ve­ment au suivi sani­taire de la faune sau­vage et de son environnement.

En 2019, Chistophe Ferrari avait rencontré l'équipe du Tichodrome en difficulté après les épisodes de canicule. © Joël Kermabon - Place Gre'net

En 2019, Christophe Ferrari avait ren­con­tré l’é­quipe du Tichodrome en dif­fi­culté après les épi­sodes de cani­cule. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce n’est pas la pre­mière fois que la Métro se porte au secours de l’as­so­cia­tion, dans le cadre de sa stra­té­gie en faveur de la bio­di­ver­sité et des espaces natu­rels. Ainsi a‑t-elle sou­tenu le Tichodrome en lui accor­dant une sub­ven­tion de 2 000 euros par an de 2013 à 2017. Une sub­ven­tion pas­sée à 6 000 euros en 2018 puis à 10 000 euros en 2019, en rai­son de l’explosion du nombre d’a­ni­maux accueillis pen­dant la cani­cule.

Outre son aide finan­cière, la Métropole avait, dès 2019, relayé l’appel à l’aide du Tichodrome en invi­tant toutes les col­lec­ti­vi­tés locales à sou­te­nir son action. Ainsi, en 2020, 41 com­munes sur 49 ont-elles apporté une aide finan­cière au centre. Soit neuf de plus qu’en 2019, pour envi­ron 10% de son bud­get. Parmi ces com­munes, 16 sont pré­sentes sur le ter­ri­toire métro­po­li­tain : Brié-et-Angonnes, Champagnier, Champ-sur-Drac, Claix, Échirolles, Grenoble, Jarrie, La Tronche, Le Gua, Le-Pont-de-Claix, Le-Sappey-en-Chartreuse, Saint-Barthélémy-de-Séchilienne, Saint-Pierre-de-Mésage, Seyssins, Varces-Allières-et-Risset et Vif.

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble : sept nou­veaux bus élec­triques mis en cir­cu­la­tion sur les lignes C3 et C4 du réseau M Tag

FOCUS - Le Smmag et M Tag ont présenté, lundi 22 avril 2024, au dépôt d'Eybens, les sept nouveaux bus électriques mis en circulation prochainement Lire plus

Risques présents et habitants inquiets: le Rapport annuel sur les risques et la résilience (Rarre) livre ses conclusions
Risques envi­ron­ne­men­taux, éco­no­miques ou sociaux : les habi­tants de la région gre­no­bloise majo­ri­tai­re­ment inquiets

FOCUS - L'Agence d'urbanisme de la région grenobloise et l'Atelier des futurs ont présenté le Rarre. Autrement dit, le Rapport annuel sur les risques et Lire plus

La Métropole alerte sur les risques du protoxyde d'azote, de plus en plus populaire chez les jeunes
La Métropole alerte sur les risques du pro­toxyde d’a­zote, de plus en plus popu­laire chez les jeunes

FLASH INFO - Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, et Pierre Bejjaji, conseiller métropolitain délégué à la Prévention spécialisée, se sont rendus au Lire plus

Le Smmag inaugure le lancement du service M Vélo + sur le Pays Voironnais avec une première agence à Voiron
Le Smmag lance le ser­vice M Vélo + sur le Pays voi­ron­nais avec une pre­mière agence à Voiron

FLASH INFO - Une cérémonie en grandes pompes a été organisée à Voiron pour inaugurer le déploiement du service M Vélo + sur le Pays Lire plus

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

À la Métropole de Grenoble, le débat sur la compétence "nappes souterraines" tourne en eau de boudin
À la Métropole de Grenoble, le débat sur la com­pé­tence « nappes sou­ter­raines » tourne en eau de boudin

FOCUS - Une délibération pour modifier les statuts de la Métropole de Grenoble a donné lieu à de nouveaux échanges au vitriol lors du conseil Lire plus

Flash Info

|

21/04

20h48

|

|

21/04

18h12

|

|

19/04

20h52

|

|

19/04

20h24

|

|

18/04

17h28

|

|

17/04

23h47

|

|

17/04

15h53

|

|

17/04

12h58

|

|

17/04

0h06

|

|

16/04

19h57

|

Les plus lus

Société| Après Un Bon Début, le gre­no­blois Antoine Gentil pré­sente sa méthode édu­ca­tive « star­ter » avec son livre Classe réparatoire

Société| Grenoble, sixième ville « où il fait bon vivre avec son chien », selon 30 mil­lions d’amis

Politique| Le groupe Société civile d’Alain Carignon édite un livret sur les 10 ans de man­dat d’Éric Piolle

Agenda

Je partage !