© Page Facebook de SaccageGrenoble (capture d'écran)

Grenoble : trois femmes ont pu se bai­gner en bur­kini à la pis­cine Jean Bron, un mois après la déci­sion du Conseil d’État

Grenoble : trois femmes ont pu se bai­gner en bur­kini à la pis­cine Jean Bron, un mois après la déci­sion du Conseil d’État

FOCUS – Trois femmes ont pu se bai­gner en maillot de bain cou­vrant s’ap­pa­ren­tant à un bur­kini, à la pis­cine Jean-Bron de Grenoble, ce jeudi 28 juillet 2022. Ceci, un peu plus d’un mois après la déci­sion du Conseil d’État qui a sus­pendu, le 21 juin, l’ar­ticle 10 du nou­veau règle­ment des pis­cines gre­no­bloises auto­ri­sant le port du bur­kini. Le per­son­nel de la pis­cine a accepté les trois bai­gneuses, esti­mant que leurs maillots cou­vrants, mais ajus­tés près du corps, étaient règle­men­taires. Après consul­ta­tion de la mai­rie, les agents ont en revanche refoulé deux autres femmes dont les tenues ont été jugées non conformes.

[Article mis à jour samedi 30 juillet 2022, à 0 h 25]. Après plus d’un mois de pause, la polé­mique sur le bur­kini va-t-elle renaître à Grenoble ? Trois femmes ont pu en effet se bai­gner à la pis­cine Jean-Bron avec ce “maillot de bain cou­vrant”, ce jeudi 28 juillet 2022. Et ce, alors que le Conseil d’État a pour­tant confirmé, le 21 juin der­nier, la sus­pen­sion de l’ar­ticle 10 du nou­veau règle­ment des pis­cines gre­no­bloises auto­ri­sant le port du bur­kini. Une pre­mière déci­sion pro­non­cée par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif un mois plus tôt.

Burkinis à la piscine Jean-Bron : Grenoble a donné son feu vert. © Page Facebook de SaccageGrenoble (capture d'écran)

Trois femmes ont pu se bai­gner avec un maillot de bain cou­vrant res­sem­blant à un bur­kini, ce jeudi 28 juillet 2022, à la pis­cine Jean-Bron. © Page Facebook de SaccageGrenoble (cap­ture d’écran)

Si ces femmes étaient pour la plu­part membres du Syndicat des femmes musul­manes de l’Alliance citoyenne, fer de lance du com­bat pro-bur­kini, l’as­so­cia­tion ne sou­haite tou­te­fois pas com­mu­ni­quer sur le sujet, évo­quant une « bai­gnade nor­male » et « non une action ». Vers 10 h 30 ce jeudi matin, un groupe de sept per­sonnes, dont six femmes, s’est ainsi pré­senté à la pis­cine Jean-Bron, dési­rant pour cer­taines se bai­gner avec un maillot cou­vrant s’ap­pa­ren­tant à un burkini.

Il y avait, parmi les sept per­sonnes, « cinq femmes en maillot cou­vrant, une en topless et un homme ». (…) « Sur les cinq maillots cou­vrants, trois ont été jugés conformes – car ajus­tés près du corps – et deux non conformes par les agents, qui ont alors contacté la mai­rie pour véri­fi­ca­tion. »

Selon la Ville de Grenoble, il y avait, parmi les sept per­sonnes, « cinq femmes en maillot cou­vrant, une en topless et un homme ». Après le pas­sage du petit groupe par les ves­tiaires, le per­son­nel de la pis­cine a immé­dia­te­ment pro­cédé à l’ha­bi­tuelle véri­fi­ca­tion des tenues.

« Sur les cinq maillots cou­vrants, trois ont été jugés conformes – car ajus­tés près du corps – et deux non conformes par les agents, qui ont donc contacté la mai­rie », pré­cise la Ville. Celle-ci leur a alors confirmé que ces deux der­niers maillots n’é­taient pas règle­men­taires et « les deux per­sonnes sont repar­ties ».

Un règle­ment lais­sant libre cours à des inter­pré­ta­tions opposées

Les trois autres femmes pou­vaient-elles léga­le­ment se bai­gner dans le bas­sin ? Une ques­tion dif­fi­cile à tran­cher tant le nou­veau règle­ment des pis­cines gre­no­bloises, même reto­qué par le Conseil d’État, laisse libre cours à des inter­pré­ta­tions opposées.

© Manuel Pavard - Place Gre'net

Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif a sus­pendu l’ar­ticle 10 du nou­veau règle­ment des pis­cines, le 25 mai 2022, déci­sion confir­mée par le Conseil d’Etat un mois plus tard. © Manuel Pavard – Place Gre’net

À l’o­ri­gine, l’ar­ticle 10 auto­ri­sait en effet les « tenues non près du corps moins longues que la mi-cuisse ». C’est jus­te­ment cette déro­ga­tion que la jus­tice a sus­pen­due, jugeant qu’elle « por­tait atteinte au prin­cipe de neu­tra­lité du ser­vice public ». Or, les bai­gneuses accep­tées à la pis­cine Jean-Bron, ce jeudi matin, por­taient un maillot inté­gral, de type bur­kini, allant de la tête aux pieds, donc en des­sous de la mi-cuisse… Mais dans « un tissu fait pour la nata­tion et qui colle à la peau ».

Les « maillots cou­vrants ajus­tés près du corps auto­ri­sés » par le Conseil d’État, selon la Ville

Le Conseil d’État ayant « inter­dit la jupette » mais « auto­risé les maillots cou­vrants ajus­tés près du corps », selon le maire de Grenoble, la pré­sence de ces trois femmes ne contre­ve­nait ainsi pas à la loi pour la muni­ci­pa­lité et les employés de la pis­cine. Lesquels leur ont donc ouvert l’ac­cès au bassin.

« Tous les bai­gneurs et toutes les bai­gneuses pré­sent-e‑s ce matin dans la pis­cine Jean Bron por­taient des vête­ments de bain conformes à l’ar­ticle 10 du règle­ment inté­rieur des pis­cines muni­ci­pales lui même modi­fié suite à la juris­pru­dence du Conseil d’État du 21 Juin der­nier », affirme la Ville de Grenoble, ce ven­dredi matin.

Et la mai­rie d’a­jou­ter : « Cette juris­pru­dence a apporté de réelles avan­cées puisqu’elle per­met, au-delà du point sus­pendu par le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif, l’égalité pour les femmes et les hommes par l’au­to­ri­sa­tion du mono­kini pour les femmes, pro­tège la santé et amé­liore l’universalité d’accès du ser­vice public à toutes et tous en auto­ri­sant de por­ter des tenues de bain cou­vrantes ajus­tées près du corps. »

Alain Carignon sai­sit le pré­fet et le pro­cu­reur de la République

Comme à l’ac­cou­tu­mée en de pareilles cir­cons­tances, l’an­cien maire de Grenoble Alain Carignon aujourd’­hui pré­sident du groupe d’op­po­si­tion Société civile, divers droite et centre (SCDDC) s’est empressé de réagir et de crier au scan­dale. Dans un com­mu­ni­qué envoyé ce jeudi soir, il affirme ainsi « qu’Éric Piolle défie la loi, pié­tine la déci­sion du Conseil d’Etat et démontre qu’il fera tout pour per­mettre à l’islamisme de s’afficher dans le ser­vice public ».

Alain Carignon était présent au rassemblement des opposants au burkini, organisé ce lundi 16 mai 2022 devant le siège de la Métropole où se tenait le conseil municipal. © Manuel Pavard - Place Gre'net

Eric Piolle s’est attiré les foudres d’Alain Carignon qui demande au ministre de l’Intérieur de sus­pendre le maire de Grenoble, au titre de la loi sépa­ra­tisme. © Manuel Pavard – Place Gre’net

L’ancien maire de Grenoble demande donc au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin « d’appliquer la loi sur la lutte contre le sépa­ra­tisme qui lui per­met de sus­pendre un élu qui tra­hit mani­fes­te­ment les valeurs de la République. J’ai saisi le pré­fet de l’Isère et le pro­cu­reur de la République des suites qu’ils enten­daient don­ner à ces man­que­ments mani­festes aux déci­sions judi­ciaires et à ces nou­velles pro­vo­ca­tions du maire de Grenoble », conclut-il.

Une annonce qui pour­rait appe­ler une contre-attaque d’Éric Piolle. Avant peut-être une nou­velle salve de réac­tions, ouvrant alors un énième épi­sode de cet inter­mi­nable feuille­ton… Néanmoins, la Ville de Grenoble a fait savoir, ce ven­dredi matin, qu’elle ne sou­hai­tait pas s’ex­pri­mer – du moins dans un pre­mier temps – sur les pro­pos d’Alain Carignon.

Le pré­fet évoque des « échanges avec la Ville de Grenoble » sur ces faits

De son côté, le pré­fet de l’Isère a réagi dans un com­mu­ni­qué dif­fusé quelques heures plus tard, ce ven­dredi 29 juillet. « L’accès de plu­sieurs femmes por­teuses d’une com­bi­nai­son inté­grale cou­vrant l’ensemble du corps dans une pis­cine gre­no­bloise le jeudi 28 juillet sou­lève de vives réac­tions », sou­ligne Laurent Prévost.

Confronté pour la pre­mière fois à la ques­tion sur le ter­rain, le per­son­nel de la pis­cine Jean Bron a jugé règle­men­taires les maillots de trois femmes et non conformes ceux des deux autres. © Renaud Chaignet

« Dans le cadre de l’action des ser­vices de l’État dans la lutte contre le sépa­ra­tisme et les phé­no­mènes com­mu­nau­ta­ristes contraires aux prin­cipes répu­bli­cains, les condi­tions dans les­quelles cet accès a été auto­risé font l’objet d’échanges avec la Ville de Grenoble dont les agents ont, dans le même temps, refusé l’accès à d’autres femmes contre­ve­nant au règle­ment muni­ci­pal en vigueur après la déci­sion du Conseil d’État », indique le préfet.

Manuel Pavard

Auteur

3 commentaires sur « Grenoble : trois femmes ont pu se bai­gner en bur­kini à la pis­cine Jean Bron, un mois après la déci­sion du Conseil d’État »

  1. le bur­kini est interdi t au maroc et piolle lau­to­rise malgre la loi
    isla­miste ou extremiste

    sep article
  2. Eric Piolle racole les voix et et cara­cole pour la pro­pa­gande islamiste.
    Consternant.

    sep article
  3. sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Éric Piolle et Guillaume Gontard signataires d'une tribune appelant à la refondation d'EELV
Burkini à Grenoble : pour Éric Piolle, le Conseil d’État inter­dit la jupette mais valide le mono­kini et les maillots cou­vrants ajus­tés près du corps

FOCUS - Éric Piolle a réagi, ce mercredi 22 juin 2022, à l'ordonnance du Conseil d'État confirmant l'interdiction du port du burkini dans les piscines Lire plus

Burkini à Grenoble : Laurent Wauquiez sus­pend tou­jours les sub­ven­tions de la Région à la Ville, mal­gré la déci­sion du Conseil d’État

FIL INFO - Laurent Wauquiez a réagi à la décision du Conseil d'État qui a confirmé, ce mardi 21 juin 2022, la suspension de l'article Lire plus

L'observatoire isérois de la parité entre les femmes et les hommes se déclare "contre le burkini dans les piscines"
Burkini à Grenoble : les réac­tions pleuvent après la déci­sion du Conseil d’État confir­mant la sus­pen­sion par­tielle du nou­veau règle­ment des piscines

FOCUS - Le Conseil d'État a confirmé, ce mardi 21 juin 2022, la suspension de l'article 10 du nouveau règlement des piscines grenobloises autorisant le Lire plus

L'Association des femmes élues de l'Isère condamne les actions burkini de l'Alliance citoyenne à Grenoble
Grenoble : le Conseil d’État confirme la sus­pen­sion de l’au­to­ri­sa­tion du port du bur­kini dans les pis­cines et rejette l’ap­pel de la Ville

EN BREF - Une semaine après l'audience, le Conseil d'État a rendu sa décision ce mardi 21 juin 2022, confirmant la suspension de l'article 10 Lire plus

© Manuel Pavard - Place Gre'net
Grenoble : le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif sus­pend l’au­to­ri­sa­tion du bur­kini dans les pis­cines muni­ci­pales, la Ville fait appel devant le Conseil d’Etat

DÉCRYPTAGE - Le tribunal administratif de Grenoble a suspendu, ce mercredi 25 mai 2022, l'article 10 du nouveau règlement des piscines municipales autorisant le port Lire plus

Les conseillers municipaux de la majorité qui ont voté pour l'adoption de la délibération. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : un conseil muni­ci­pal divisé adopte le port du bur­kini dans les pis­cines municipales

FOCUS - Au terme de près de quatre heures de débats souvent houleux, le conseil municipal de Grenoble a adopté, ce lundi 16 mai 2022 Lire plus

Flash Info

|

01/10

15h25

|

|

30/09

12h10

|

|

30/09

11h36

|

|

30/09

10h33

|

|

29/09

16h09

|

|

29/09

10h21

|

|

28/09

19h43

|

|

28/09

11h54

|

|

27/09

11h19

|

|

27/09

10h35

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 40 : « La res­tau­ra­tion de la tour Perret à Grenoble »

À voir| La ville d’Eybens face à une pol­lu­tion aux micro­billes de pelouse syn­thé­tique suite à « des négligences »

Flash info| Le res­tau­ra­teur Laurent Gras attaque en jus­tice les res­tric­tions d’ac­cès en voi­ture au site de la Bastille

Agenda

Je partage !