La Ville de Grenoble et les associations accusent le FDPTIMA de financer le trafic routier dans la vallée de la Maurienne avec les bénéfices du trafic routier de la vallée de l’Arve. © evoPix.evolo / Shutterstock

Pollution de l’air des val­lées alpines : la Ville de Grenoble relance la bataille judiciaire

Pollution de l’air des val­lées alpines : la Ville de Grenoble relance la bataille judiciaire

FOCUS - La Ville de Grenoble a annoncé, ce mardi 18 janvier 2022, qu'elle faisait appel du non-lieu prononcé pour sa plainte de 2018 concernant le Fonds pour le développement d’une politique intermodale des transports dans le massif alpin (FDPITMA). Elle dénonce en effet la convention qui permet à cet établissement public de combler le déficit de la Société française du tunnel routier du Fréjus (SFTRF) – dont la Ville de Grenoble est actionnaire – avec les bénéfices réalisés par le tunnel du Mont-Blanc. Et ce, à hauteur de 20 millions d'euros par an. La mairie, soutenue par des élus de Chamonix et des associations de défense de l'environnement, accuse l'État de financer ainsi le trafic routier, et donc la pollution de l'air, dans les vallées alpines.

"L'État français finance la pollution de la vallée de la Maurienne grâce aux bénéfices tirés de la pollution dans la vallée de l'Arve." Daniel Ibanez a la dent dure. Il faut dire que le représentant des Amis de la Terre, initiateur d'une première procédure contentieuse en 2017, bataille depuis des années contre les arrangements politico-financiers cautionnant – directement ou non – la pollution de l'air dans les vallées alpines.

De gauche à droite, l'adjoint grenoblois Pierre Mériaux, le conseiller municipal de Chamonix François-Xavier Laffin, le maire de Grenoble Eric Piolle et le représentant des Amis de la Terre Daniel Ibanez, lors de la conférence de presse organisée mardi 18 janvier 2022 à l'hôtel de ville de Grenoble, pour faire le point sur les procédures judiciaires contre le FDPITMA. © Manuel Pavard - Place Gre'net

De gauche à droite, l'adjoint grenoblois Pierre Mériaux, le conseiller municipal de Chamonix François-Xavier Laffin, le maire de Grenoble Eric Piolle et le représentant des Amis de la Terre Daniel Ibanez, lors de la conférence de presse organisée mardi 18 janvier 2022 à l'hôtel de ville de Grenoble, pour faire le point sur les procédures judiciaires contre le FDPITMA. © Manuel Pavard - Place Gre'net

C'est également le cas de la Ville de Grenoble, des élus de la liste “Chamonix s'engage” et de plusieurs associations savoyardes et haut-savoyardes de défense de l'environnement (Les Amis de la Terre Savoie, Vivre et agir en Maurienne, et l'Association pour le respect du site du Mont-Blanc). Tous s'étaient réunis, ce mardi 18 janvier 2022, à la mairie de Grenoble, pour faire le point sur ce dossier complexe et sur les procédures judiciaires engagées dans ce cadre, dont un récent appel formulé par la municipalité écologiste.

Le FDPITMA, un fonds public créé pour favoriser le report modal de la route vers le rail

Au cœur de cette affaire aux multiples ramifications, trois acteurs aux liens étroits. Tout d'abord, le Fonds pour le développement d’une politique intermodale des transports dans le massif alpin (FDPITMA). Un établissement public créé en 2002 pour officiellement développer le report modal de la route vers le rail – et donc financer en partie le Lyon-Turin.

Viennent ensuite deux sociétés, détenues à respectivement 67,30 % et 99,94 % par le FDPITMA : Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc (ATMB), en bonne santé financière, et la Société française du tunnel routier du Fréjus (SFTRF), structurellement déficitaire en revanche.

L'entrée du tunnel du Mont-Blanc, dont les bénéfices servent à combler le déficit du tunnel du Fréjus. © MC Mediastudio / Shutterstock

L'entrée du tunnel du Mont-Blanc, dont les bénéfices servent à combler le déficit du tunnel du Fréjus. © MC Mediastudio - Shutterstock

Problème : ces trois structures sont liées par un montage financier pour le moins particulier. Un lièvre levé par l'adjoint grenoblois Pierre Mériaux, lors d'une assemblée générale de la SFTRF, dont la Ville de Grenoble est actionnaire (très minoritaire) depuis la mandature de Michel Destot.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 64 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La ligne Lyon-Turin est-elle sur une voie de garage ? D'avancées en reculades, le projet n'en finit pas de ne pas voir le bout du tunnel...
Tunnels du Mont-Blanc et du Fréjus : Grenoble porte plainte pour détour­ne­ment de fonds publics

EN BREF - La Ville de Grenoble porte plainte contre X auprès du procureur de la République d’Albertville pour détournement de fonds publics et prise Lire plus

Le Conseil d'État a dans une décision rendue le 28 juin confirmé la validité de la prorogation de la déclaration d'utilité publique du tunnel du Lyon-Turin.
Tunnel Lyon-Turin : Les Amis de la Terre et des rive­rains sai­sissent le Conseil d’État

FIL INFO - L'association Les Amis de la terre et des riverains ont saisi le Conseil d'État pour demander l'annulation de la prorogation en 2017 Lire plus

A Grenoble, le nouvel indice de la qualité de l'air fait exploser le nombre de jours pollués. Et ? Rien. Car la règlementation n'a pas changé.
Pollution de l’air aux par­ti­cules fines : le bas­sin gre­no­blois placé en vigi­lance jaune, le Nord-Isère en vigi­lance orange

FLASH INFO - Un nouvel épisode de pollution de l'air aux particules fines touche le département de l'Isère. La procédure préfectorale d'information-recommandation a ainsi été Lire plus

Les élus socialistes de la Région Aura et de la Métropole de Lyon affichent leur soutien à la ligne Lyon-Turin
Pro et anti-Lyon-Turin s’é­charpent autour du rap­port de la Cour des comptes européenne

FLASH INFO - La bataille entre les pro et les anti-Lyon-Turin continue. Cette fois autour du rapport de la Cour des comptes européenne. En juin dernier, Lire plus

Les élus socialistes de la Région Aura et de la Métropole de Lyon affichent leur soutien à la ligne Lyon-Turin
La Région Auvergne-Rhône-Alpes conti­nue de sou­te­nir le pro­jet Lyon-Turin

  FLASH INFO - Dans une interview accordée à un quotidien turinois, le nouveau maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet, qualifiait la semaine dernière le Lire plus

Les élus socialistes de la Région Aura et de la Métropole de Lyon affichent leur soutien à la ligne Lyon-Turin
Quinze ans de retard et 4,4 mil­liards de sur­coûts : la Cour des comptes euro­péenne épingle le Lyon-Turin

FLASH INFO - Le Lyon-Turin accumule les retards et les surcoûts. La Cour des comptes européenne a contrôlé huit méga-projets d'infrastructures de transport. Le réseau Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !