La ligne Lyon-Turin est-elle sur une voie de garage ? D'avancées en reculades, le projet n'en finit pas de ne pas voir le bout du tunnel...

Ligne fer­ro­viaire Lyon-Turin : il est encore loin le bout du tunnel ?

Ligne fer­ro­viaire Lyon-Turin : il est encore loin le bout du tunnel ?

DÉCRYPTAGE – Où va le Lyon-Turin ? Vingt ans après les pre­mières études, la ligne fer­ro­viaire pour­rait bien finir sur une voie de garage. Le gou­ver­ne­ment a mis le pro­jet sur pause et se donne encore quelques mois, le temps de se pen­cher sur la ques­tion du finan­ce­ment des 26 mil­liards d’eu­ros de l’ou­vrage. Épine dor­sale du pro­jet, le tun­nel franco-ita­lien, lui, avance cahin-caha, non sans sou­le­ver des ques­tions. A qui pro­fite le Lyon-Turin ?

Vingt ans… Et le Lyon-Turin, cette ligne fer­ro­viaire de deux cents kilo­mètres, chaî­non cen­tral d’un cou­loir entre Lisbonne et Kiev, n’a tou­jours pas vu le bout du tun­nel. Ses plus fer­vents défen­seurs y avaient pour­tant cru quand, le 22 décembre 2016, l’Assemblée natio­nale avait voté sans débat la rati­fi­ca­tion du traité franco-ita­lien. Puis quand, le 25 jan­vier 2017, le par­le­ment avait donné son feu vert. En juin der­nier, à Lyon, les pre­miers appels d’offre étaient même pré­sen­tés à un par­terre de chefs d’entreprise avec, à la clé, une manne de 5,5 mil­liards d’euros pour les entre­prises qui décro­che­raient les marchés.

La ligne ferroviaire transalpine Lyon-Turin : pour ses promoteurs, un maillon central du corridor méditerranéen. Stratégique et loin des débats franco-français...

La ligne fer­ro­viaire trans­al­pine Lyon-Turin : pour ses pro­mo­teurs, un maillon cen­tral du cor­ri­dor médi­ter­ra­néen, stra­té­gique et loin des débats franco-fran­çais… © docu­ment La Transalpine

Et puis, Élisabeth Borne a, en ce mois de juillet 2017, momen­ta­né­ment sif­flé la fin de la récré. Au vu de l’état des infra­struc­tures exis­tantes mais aussi des finances publiques, la ministre délé­guée aux trans­ports* a mis le Lyon-Turin sur « pause ». Car le pro­jet pré­voit le per­ce­ment de plu­sieurs tun­nels sous les Alpes. Quatre-vingt kilo­mètres en tout, dont un, le tun­nel de base, long de 57 kilo­mètres entre Saint-Jean-de-Maurienne en France et Val de Suze en Italie. Un tun­nel trans­fron­ta­lier qui vien­drait dou­bler la ligne exis­tante, celle du Mont-Cenis jugée obsolète.

Objectif offi­ciel : réduire les temps de par­cours mais aussi mettre un mil­lion de camions sur les trains. Mais, vingt ans après, les caisses de l’État se sont vidées et, pour le gou­ver­ne­ment, il est urgent de redé­fi­nir les priorités.

Le Lyon-Turin débattu au par­le­ment en 2018

« Les enga­ge­ments de l’État pour de nou­velles infra­struc­tures (de trans­port, ndlr) dépassent les 18 mil­liards d’euros sur les cinq pro­chaines années », a pré­cisé la ministre le 20 juillet der­nier lors de son audi­tion au Sénat. « Sur la période, nous avons 11 mil­liards de res­sources iden­ti­fiées. Par ailleurs, il manque trois mil­liards pour entre­te­nir et réno­ver les réseaux rou­tiers et flu­viaux ainsi que nos grands ponts […]. L’impasse est aujourd’hui de 10 mil­liards sur le quinquennat. »

Pour le gou­ver­ne­ment, il est urgent d’attendre (encore) un peu. Des assises de la mobi­lité seront lan­cées à la ren­trée, coup d’envoi d’une grande loi d’orientation qui sera pré­sen­tée au par­le­ment pour y être débat­tue au pre­mier semestre 2018.

Alors que, de l’autre côté des Alpes, l’Italie a décidé d’économiser 2,6 mil­liards d’euros en renon­çant à un tun­nel et en en rédui­sant un autre mais sans tou­cher à la sec­tion trans­fron­ta­lière, la France va-t-elle à son tour lever le pied ?

Elisabeth Borne, ministre déléguée aux transports lors de son audition au Sénat le 20 juillet 2017 (capture d'écran).

Élisabeth Borne, ministre délé­guée aux Transports, lors de son audi­tion au Sénat le 20 juillet 2017 (cap­ture d’écran).

« Il faut d’abord amé­lio­rer l’existant avant de récla­mer des mil­liards pour créer une nou­velle ligne à côté », poin­tait la ministre, sans nom­mer pré­ci­sé­ment les pro­jets qui pour­raient être reto­qués. Difficile de ne pas y voir l’ombre du Lyon-Turin.

Voilà des années que les éco­lo­gistes – les seuls à véri­ta­ble­ment fer­railler dans l’arène poli­tique contre la ligne – dénoncent un « grand pro­jet inutile » et réclament que « l’existant », la ligne du Mont-Cenis, uti­li­sée au cin­quième de ses capa­ci­tés, monte en régime. D’une capa­cité de 16 – 17 mil­lions de tonnes par an, l’ac­tuelle ligne n’en voit pas­ser que 2 ou 3 millions.

« En France, on a orga­nisé un report modal à l’en­vers… » juge Pierre Mériaux

« En 1983, cent vingt trains de fret tran­si­taient chaque jour. Aujourd’hui, il n’y en a que vingt ! fait remar­quer Pierre Mériaux, ex-conseiller régio­nal EELV et conseiller muni­ci­pal délé­gué au tou­risme et à la mon­tagne à la ville de Grenoble. Où sont-ils pas­sés ? Sur la route. En France, on a orga­nisé un report modal à l’envers… »

La ligne du Mont-Cenis, mise en ser­vice en 1871, a pour­tant été mise à niveau pour plus de 100 mil­lions d’euros. N’est-elle donc pas suf­fi­sante pour faire cir­cu­ler davan­tage de trains de voya­geurs et de mar­chan­dises au point qu’il faille construire un nou­veau tun­nel entre la France et l’Italie d’un coût pour l’heure estimé à 8,6 mil­liards d’euros ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 81 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Stéphène Jourdain et Catherine Grenet, respectivement directrice et président du Centre des Arts du récit, juin 2024. DR
« Si on vient au théâtre Prémol, c’est for­cé­ment pour déve­lop­per le pro­jet des Arts du récit » sou­tient Stéphène Jourdain

TROIS QUESTIONS À - L’annonce de la Ville de Grenoble concernant le devenir du théâtre Prémol, quartier Village olympique a mis le feu au poudres, Lire plus

Soixante photos inédites datant de la Libération de Grenoble exposées sur les grilles du Jardin de ville. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble expose soixante pho­tos inédites de la Libération sur les grilles du jar­din de ville

FOCUS - Dans le cadre de la commémoration du 80e anniversaire de la Libération de Grenoble, la municipalité a décidé d'exposer 60 clichés inédits datant Lire plus

Coline Genevois, candidate LR sur la troisième circonscription de l'Isère: "On sait qu'on est sur un territoire très défavorable"
Coline Genevois, can­di­date LR sur la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Isère : « On sait qu’on est sur un ter­ri­toire très défavorable »

FOCUS - Les Républicains “non ciottistes” de l'Isère présentent comme candidate Coline Genevois sur la troisième circonscription pour les élections législatives anticipées. Un territoire difficile Lire plus

Brigitte Boer, Conseillère municipale du groupe d'opposition. Conseil municipal du 30 janvier 2023.
Affaire Piolle-Martin : un élu dési­gné par­tie civile de la Ville au conseil muni­ci­pal, l’op­po­si­tion de droite pro­pose Brigitte Boer

FLASH INFO - La mairie de Grenoble a indiqué qu'un élu serait désigné, au prochain conseil municipal du lundi 24 juin 2024, comme partie civile Lire plus

La justice annule (une fois encore) deux arrêtés de piétonnisation de la Ville de Grenoble pour des Places aux enfants
Places aux enfants : la jus­tice annule (encore une fois) deux arrê­tés de pié­ton­ni­sa­tion de la Ville de Grenoble

FOCUS - Dans deux jugements distincts mais similaires rendu le 20 juin 2024, le tribunal administratif de Grenoble annule une fois encore des arrêtés de Lire plus

Le Département salue la reprise de l'activité de l'Adpah Vienne par Aides et soins, malgré les critiques de l'opposition
Reprise de l’Adpah de Vienne par Aides et soins : le Département s’en réjouit, l’op­po­si­tion moins…

FOCUS - L'activité de l'Association d'aide à domicile aux personnes âgées et handicapées (Adpah) de Vienne a été reprise le 1er juin 2024 par l’association Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !