Peuple Rikbaktsa, coiffes en plumes de perroquet, d'aras, de hocco et toucan. Collection du musée d'histoire naturelle de Lille. © Philip Bernardbleu

Exposition Amazonie[s] forêt-monde au musée dauphinois de Grenoble : immersion au cœur d’un écosystème en grand danger

Exposition Amazonie[s] forêt-monde au musée dauphinois de Grenoble : immersion au cœur d’un écosystème en grand danger

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Après deux ans de préparation, l’exposition Amazonie[s], forêt-monde est enfin ouverte au public et le restera jusqu’au 2 mai 2022 au musée dauphinois à Grenoble. Cette exposition immersive propose des collections ethnographiques évoquant la richesse des cultures ancestrales des peuples d’Amazonie. Tout autant que leur lutte pour résister aux désastres écologiques et aux exactions qui menacent cet écosystème désormais en grand danger.

Que repré­sente l’Amazonie dans nos ima­gi­naires occi­den­taux ? Enfer vert ? Paradis ter­restre ? Forêt vierge ? Longtemps réduite à une forêt tro­pi­cale peu­plée de groupes iso­lés, l’Amazonie est aujourd’­hui gra­ve­ment mena­cée. Autant que les peuples qui l’ha­bitent, enga­gés depuis 1980 dans la lutte pour leurs droits et tra­di­tions et la pré­ser­va­tion de leur milieu naturel.

L’exposition Amazonie[s], forêt-monde, ins­tal­lée au musée dau­phi­nois jus­qu’au 2 mai 2022, nous invite à un par­cours immer­sif illus­trant la richesse cultu­relle des diverses popu­la­tions ama­zo­niennes. Mais elle met aussi en exergue les exac­tions liées à la défo­res­ta­tion mas­sive et les mobi­li­sa­tions autoch­tones qui ont émergé, leur don­nant ainsi une visi­bi­lité internationale.

La première messe en Amérique. Peinture sur toile de Pharamond Blanchard. Collection du Centre national des arts plastiques en dépôt au musée des Beaux-arts de Dijon.

La pre­mière messe en Amérique. Peinture sur toile de Pharamond Blanchard. Collection du Centre natio­nal des arts plas­tiques en dépôt au musée des Beaux-arts de Dijon.

Ce n’est d’ailleurs pas la pre­mière fois que le musée témoigne de son atta­che­ment à la diver­sité cultu­relle. Il l’a­vait notam­ment fait en 2016 à tra­vers l’ex­po­si­tion Nunavik, en terre Inuit ou encore, en 2018, avec Des samou­raïs au kawaii, his­toire croi­sée du Japon et de l’Occident. Le musée prend cette fois la route du conti­nent sud-amé­ri­cain, en allant à la ren­contre des peuples amé­rin­diens avec cette nou­velle expo­si­tion tem­po­raire qui s’ins­crit dans le cadre de la sai­son cultu­relle dépar­te­men­tale L’appel de la forêt.

Le tout grâce à de nom­breux par­te­na­riats dont ceux avec le Muséum d’his­toire natu­relle de Lille et le Musée des Confluences de Lyon. Sans oublier la pré­cieuse col­la­bo­ra­tion de Serge Guiraud, eth­no­graphe, pho­to­graphe, réa­li­sa­teur de docu­men­taires et spé­cia­liste des popu­la­tions amé­rin­diennes d’Amazonie. Ce der­nier est éga­le­ment l’au­teur de l’al­bum jeu­nesse La Tribu des femmes guer­rières et autres récits d’Amazonie, pré­senté lors de la pre­mière visite de l’ex­po­si­tion orga­ni­sée le 28 octobre 2021.

Une exposition immersive tout au long de son parcours

« Si l’on parle de l’Amazonie, outre les menaces qui planent sur la forêt et sur ses habi­tants, c’est aussi le rap­port à la nature qui nous a inté­res­sés, explique Olivier Cogne, direc­teur du musée. À la lumière de nos modes de vie en Occident, on peut se deman­der si, à un moment, nous avons bien pris le bon che­min. »

Ainsi l’ex­po­si­tion pro­pose-t-elle de lon­ger les sinuo­si­tés de l’Amazone pour un par­cours ponc­tué de récits tra­di­tion­nels et de témoi­gnages sonores. Objets archéo­lo­giques et eth­no­gra­phiques,  pho­to­gra­phies grand for­mat, vidéo mon­trant les désastres éco­lo­giques qui menacent l’Amazonie… Autant d’illus­tra­tions évo­quant autant ces exac­tions que les modes de vie, les croyances et les tra­di­tions des peuples autoch­tones. Mais aussi les liens com­plexes entre­te­nus avec leur envi­ron­ne­ment à tra­vers un che­mi­ne­ment aidant à mieux com­prendre leur vie ritualisée.

Homme d'une peuplade d'Amazonie paré d’une couronne, de plumes nasales et de boucles d’oreilles, 2016. Peuple rikbaktsa, Brésil. © Serge Guiraud – Jabiru Prod

Homme paré d’une cou­ronne, de plumes nasales et de boucles d’oreilles, 2016. Peuple rik­baktsa, Brésil. © Serge Guiraud – Jabiru Prod

Plus le visi­teur pro­gresse vir­tuel­le­ment à tra­vers la vaste forêt ama­zo­nienne, plus il découvre l’his­toire trop long­temps mécon­nue de ses habi­tants1De récentes décou­vertes archéo­lo­giques, pré­sen­tée dans l’ex­po­si­tion, brisent l’i­mage entre­te­nue depuis le XVIe siècle d’un peuple sans véri­table culture. De même, indique le musée, de nom­breux objets attestent que le poids de la colo­ni­sa­tion n’a pas réussi à effa­cer leurs modes de vie ances­traux. Des points d’é­coute de récits sur les mythes fon­da­teurs des tri­bus amé­rin­diennes trans­mis ora­le­ment de géné­ra­tion en géné­ra­tion jalonnent le par­cours. Et com­plètent la sen­sa­tion d’im­mer­sion res­sen­tie grâce à la dif­fu­sion des bruits de la forêt, de chants et d’am­biances de la vie quo­ti­dienne. Un parti pris scé­no­gra­phique dont Fabienne Pluchart, com­mis­saire de l’ex­po­si­tion éga­le­ment nou­velle direc­trice du musée Hébert, nous explique les fondements

Luttes autochtones : résister pour exister

La lutte que mènent ardem­ment les mili­tants ama­zo­niens pour leur culture et leur iden­tité n’est pas oubliée. En témoigne la photo d’une Amazonienne poin­tant la paume de sa main peinte en rouge pour dire « stop ! » aux dépos­ses­sions, tout comme le clament les chants qui s’é­lèvent dans l’ex­po­si­tion. Dans une des vitrines, la coiffe du cacique kayapo Raoni Metuktire sym­bo­lise ces com­bats menés depuis trente ans pour la recon­nais­sance des droits des peuples d’Amazonie.

En fin de par­cours, des por­traits en dip­tyques de Guyanais inter­ro­gés illus­trent la dua­lité entre la culture ances­trale dont ils s’é­loignent et la culture occi­den­tale qu’ils finissent par adop­ter. De quoi poser autant de ques­tions « liées à la place majeure qu’oc­cupe cet éco­sys­tème à l’é­chelle de la pla­nète », estime Jean-Pierre Barbier, pré­sident du dépar­te­ment de l’Isère.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

À Grenoble (et ailleurs), Greenpeace accuse l’État d’inaction face à la déforestation de l’Amazonie

  FLASH INFO — « Dénoncer l’inaction et le silence du gouvernement face à la catastrophe climatique et environnementale que traverse l’Amazonie ». Tel est l'objectif de Lire plus

Le cacique Ninawa, chef du peuple Huni Kui au Brésil, témoignera au cinéma Le Club à l'occasion de la projection du film Terra Libre, le mercredi 22 septembre 2021. © Planète Amazone
Projeté au Club en présence du cacique Ninawa, Terra Libre raconte trente ans de lutte des peuples indigènes pour l’Amazonie

FIL INFO - Le film Terra Libre, de Gert-Peter Bruch, sera projeté au cinéma Le Club ce mercredi 22 septembre 2021, à 20 heures. Ce Lire plus

A Sassenage, le dossier des emprunts toxiques tourne à la partie de poker menteur. Au centre de la table, le jugement de la cour d'appel de Versailles.
Emprunts toxiques : la Ville de Sassenage finalement déboutée par la cour d’appel, la fin d’une longue bataille judiciaire

FOCUS - Après plusieurs rebondissements, la Ville de Sassenage a finalement été déboutée par la cour d'appel de Versailles, le 14 octobre 2021, dans l'affaire Lire plus

La nouvelle saison culturelle du Département de l'Isère : Appel de la foret
La nouvelle saison culturelle du Département de l’Isère placée sous le signe de « L’Appel de la forêt »

FOCUS — La nouvelle saison culturelle du Département de l'Isère se consacre à L'Appel de la forêt. Avec au programme de nombreuses expositions, à venir Lire plus

Enfants afghans. © Pixabay
Comment les collectivités et associations grenobloises gèrent l’accueil des réfugiés afghans fuyant les talibans

DÉCRYPTAGE - Depuis la chute de Kaboul et le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan, le 15 août 2021, des centaines de réfugiés afghans Lire plus

Tony Parker à Villard-de-Lans. © Instagram - Tony Parker
Villard-de-Lans : pourquoi les projets de Tony Parker pour développer la station ont pris du retard

DÉCRYPTAGE - Tony Parker a racheté la société d'équipement de Villard-de-Lans Corrençon (SEVLC) en devenant actionnaire majoritaire via sa holding Infinity Nine Mountain en mai Lire plus

Flash Info

|

22/01

16h03

|

|

22/01

15h43

|

|

21/01

12h23

|

|

21/01

9h48

|

|

20/01

11h24

|

|

20/01

10h02

|

|

19/01

13h19

|

|

19/01

11h57

|

|

19/01

11h18

|

|

19/01

0h33

|

Les plus lus

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Chloé LE BRET

Politique| Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère municipale à l’égalité des droits, démissionne suite à « une rupture de confiance »

Politique| Forte affluence à Grenoble pour la journée de grève dans l’Éducation nationale du jeudi 13 janvier

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin