Le maire de Champ-sur-Drac pris à partie par l'opposante Muriel Riou sur fond de soutien au Printemps isérois

Le maire de Champ-sur-Drac, sou­tien du Printemps isé­rois, pris à par­tie par l’op­po­sante Muriel Riou

Le maire de Champ-sur-Drac, sou­tien du Printemps isé­rois, pris à par­tie par l’op­po­sante Muriel Riou

FOCUS – Signe de la divi­sion de la gauche sur le can­ton de Pont-de-Claix ? À Champ-sur-Drac, l’é­lue d’op­po­si­tion Muriel Riou accuse le maire Francis Diétrich de déro­ger aux prin­cipes du Printemps isé­rois, qu’il sou­tient pour­tant. En cause, notam­ment, la ges­tion des trans­ports sco­laires par la com­mune. Le maire assume ses déci­sions et accuse son oppo­sante de récu­pé­ra­tion politique.

Les élec­tions dépar­te­men­tales ne sont pas sans ravi­ver quelques riva­li­tés poli­tiques. Illustration à Champ-sur-Drac, où la conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion Muriel Riou s’of­fusque du sou­tien du maire Francis Diétrich au Printemps isé­rois. Pour la can­di­date mal­heu­reuse aux muni­ci­pales de 2020, l’élu che­nillard repré­sente « un caillou non négli­geable dans la chaus­sure » de l’u­nion de la gauche au niveau du département.

Francis Diétrich, maire de Champ-sur-Drac © Métropole de Grenoble

Francis Diétrich, maire de Champ-sur-Drac. © Métropole de Grenoble

Dans un cour­riel adressé à notre rédac­tion, Muriel Riou estime que Francis Diétrich prend sur sa com­mune « des déci­sions allant à l’en­contre de ce mou­ve­ment de gauche et éco­lo­giste ». Notamment dans le domaine des trans­ports sco­laires. En cause ? En pre­mier lieu, l’an­nu­la­tion des trans­ports sco­laires sur la tota­lité de l’an­née 2020 – 2021, « alors que les consignes sani­taires ne l’im­po­saient pas », écrit l’opposante.

Des arrêts de bus sco­laires sup­pri­més par le maire de Champ-sur-Drac ?

Faux, répond en sub­stance le maire. Les consignes inter­di­saient le bras­sage d’é­lèves de groupes sco­laires dif­fé­rents. Or le bus de la com­mune de Champ-sur-Drac des­sert deux écoles élé­men­taires et une mater­nelle. « Mettre trois bus n’é­tait pas pos­sible dans notre bud­get », ajoute l’élu. Qui assume la déci­sion… et rap­pelle que le ser­vice de trans­port sco­laire mis en place par la Ville ne relève pas de ses com­pé­tences obligatoires.

À l'entrée de la commune de Champ-sur-Drac. DR

À l’en­trée de la com­mune de Champ-sur-Drac. DR

Muriel Riou accuse éga­le­ment le maire de « sup­pri­mer » deux arrêts pour la ren­trée pro­chaine, notam­ment celui du Hameau de Combe, « à plus de 3 kilo­mètres des écoles ». Résultat : les parents seront dans l’o­bli­ga­tion d’u­ti­li­ser leurs voi­tures. Un choix encore une fois assumé par Francis Diétrich, au nom de l’in­té­rêt col­lec­tif : l’ar­rêt en ques­tion ral­longe le temps de par­cours du bus pour des­ser­vir un hameau au final peu habité. Quant au deuxième arrêt concerné, celui-ci n’est pas sup­primé mais déplacé. « Il fau­dra mar­cher envi­ron 150 mètres », décrit le maire.

L’élu indique par ailleurs que des ques­tions de sécu­rité sont en jeu. En des­ser­vant jus­qu’à l’ar­rêt de Combe, le bus sco­laire doit ensuite faire des manœuvres dans le vil­lage qui peuvent poser pro­blème au regard de la légis­la­tion en vigueur. Pas de quoi convaincre Muriel Riou, qui estime que la muni­ci­pa­lité pour­rait avoir recours à des véhi­cules plus légers. Et pour qui le maire met à mal un ser­vice public com­mu­nal datant de plu­sieurs dizaines d’an­nées. Francis Diétrich sou­pire et rela­ti­vise : sur les 300 enfants sco­la­ri­sés de la com­mune, 50 empruntent les trans­ports sco­laires. 

Une délé­ga­tion accueillie par les gen­darmes et les policiers ?

Mécontents de ces chan­ge­ments, des parents d’é­lève ont mal­gré tout mani­festé devant la mai­rie le 10 juin 2021. Un ras­sem­ble­ment, s’of­fusque Muriel Riou, accueilli par deux gen­darmes et quatre poli­ciers muni­ci­paux. « Cela en dit long sur le cli­mat de dia­logue qui règne sur la com­mune », iro­nise l’é­lue d’opposition.

Les parents ont aussi mobilisé leurs enfants pour la manifestation du 10 juin à la mairie de Champ-sur-Drac © Muriel Riou - Facebook

Les parents ont aussi mobi­lisé leurs enfants pour la mani­fes­ta­tion du 10 juin 2021 à la mai­rie de Champ-sur-Drac. © Muriel Riou – Facebook

« Lorsqu’il y a une mani­fes­ta­tion, qu’une délé­ga­tion entre dans la mai­rie en exi­geant que le maire la reçoive, on a une obli­ga­tion légale de pré­ve­nir la police plu­ri­com­mu­nale », rétorque le maire. Police qui s’est elle-même char­gée de pré­ve­nir les gen­darmes. Reste, ajoute le maire, que les mani­fes­tants ont été reçus par l’un de ses adjoints. Tout comme des parents d’é­lève avaient été reçus la veille de la manifestation.

Vers un déclas­se­ment de terres agricoles ?

Outre la ques­tion des trans­ports, Muriel Riou accuse encore le maire de Champ-sur-Drac d’un der­nier méfait : deman­der le déclas­se­ment de terres agri­coles en ter­rain construc­tible. « Quid de l’é­co­lo­gie ? Quid du déve­lop­pe­ment durable ? », inter­roge l’é­lue avec opi­niâ­treté. Face à elle, Francis Diétrich pointe du doigt un « rac­courci brillant » et conteste tota­le­ment l’in­ter­pré­ta­tion des faits réa­li­sée par son opposante.

Le ter­rain en ques­tion ? L’ancien ter­rain de foot­ball de la com­mune, exploité à titre gra­cieux depuis une dizaine d’an­nées par un agri­cul­teur. À l’oc­ca­sion de son entrée dans le Plan local d’ur­ba­nisme inter­com­mu­nal, le maire recon­naît avoir demandé le déclas­se­ment du ter­rain. Quitte, ajoute-t-il, à le com­pen­ser en clas­sant une autre par­celle en ter­rain agri­cole, pour main­te­nir l’é­qui­libre métro­po­li­tain. La demande court tou­jours, mais n’a pas (encore) reçu de réponse favorable.

Muriel Riou, élue d'opposition de Champ-sur-Drac © Champ-sur-Drac

Muriel Riou, élue d’op­po­si­tion de Champ-sur-Drac © Champ-sur-Drac

« Ce n’est pas pour construire des immeubles ou pour faire de la den­si­fi­ca­tion », pré­cise Francis Diétrich. Le maire explique vou­loir uti­li­ser le ter­rain pour construire une nou­velle salle des fêtes éloi­gnée des habi­ta­tions. Ainsi qu’un par­king qui pour­rait accueillir une aire de covoi­tu­rage. Voire ser­vir de par­king relais pour les habi­tants de la Matheysine se ren­dant sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Au final, Francis Diétrich estime que Muriel Riou et son groupe poli­tique Champ autre­ment jouent la carte de la récu­pé­ra­tion politique.

L’élue, de son côté, affirme s’ex­pri­mer en tant que « citoyenne éco­lo­giste de gauche »… et au pas­sage « habi­tante du hameau de Combe ».

Sur le can­ton de Pont-de-Claix, auquel est rat­ta­ché Champ-sur-Drac, la gauche semble en posi­tion de rem­por­ter les dépar­te­men­tales. Ce après une divi­sion au pre­mier tour, avec deux listes concurrentes.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un "Grand rendez-vous" au MIN de Grenoble samedi 10 décembre pour la fin d'année Grenoble Capitale Verte
Un « Grand ren­dez-vous » au Min de Grenoble samedi 10 décembre pour la fin d’an­née de Grenoble Capitale verte

EN BREF - Une cérémonie de "fin d'année", de "passation", de "tremplin", mais surtout pas de "clôture". C'est ainsi que la Ville de Grenoble présente Lire plus

De gauche à droite : Sandrine Martin-Grand, vice-présidente du Département de l'Isère, Mélina Herenger, vice-présidente de Grenoble-Alpes Métropole, Éric Piolle, maire de Grenoble et Maud Tavel, adjointe au maire de Grenoble et présidente du GIP agence Grenoble Capitale verte de l'Europe. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Année capi­tale verte euro­péenne : (auto)satisfecit una­nime de la Ville de Grenoble, de la Métropole et du Département de l’Isère

FOCUS - Trois jours avant la cérémonie officielle de clôture de l'année Grenoble Capitale verte européenne 2022, les principales collectivités impliquées dans sa gouvernance en Lire plus

L'opposition régionale dénonce le retrait de la bourse mobilité internationale aux étudiants de Sciences Po Grenoble
L’opposition régio­nale dénonce le retrait de la bourse mobi­lité inter­na­tio­nale aux étu­diants de Sciences Po Grenoble

FLASH INFO - C'est une décision qui ne passe pas auprès de l'opposition de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Mettant en oeuvre sa décision de supprimer les Lire plus

Le Département de l'Isère défend un budget primitif 2023 "volontariste" et "offensif" face à la crise
Le Département de l’Isère défend un bud­get pri­mi­tif 2023 « volon­ta­riste » et « offen­sif » face à la crise

FOCUS - Le Département de l'Isère s'apprête à voter son budget primitif, les 8 et 9 décembre 2022. Un budget qui se veut "volontariste" voire "offensif" Lire plus

ZFE pour les voi­tures : l’Union de quar­tier Berriat s’op­pose à la Métropole de Grenoble au nom d’une « injus­tice sociale » et d’une « arnaque écologique »

DÉCRYPTAGE - L'Union de quartier Berriat organisait, ce vendredi 2 décembre 2022, au soir, à la Maison des habitants Chorier Berriat, une réunion publique sur Lire plus

Quatrième Saison des villes en transition les 7 et 8 décembre 2022 à Grenoble, avant une nouvelle Biennale en 2023
Quatrième Saison des villes en tran­si­tion à Grenoble, avant une nou­velle Biennale en 2023

ÉVÈNEMENT - Dans le cadre d'une semaine chargée en événements, la Ville de Grenoble organise la "quatrième saison" des "villes en transition", les mercredi 7 Lire plus

Flash Info

|

09/12

8h40

|

|

09/12

7h45

|

|

08/12

11h46

|

|

08/12

9h04

|

|

07/12

23h28

|

|

07/12

12h09

|

|

07/12

9h07

|

|

06/12

18h26

|

|

06/12

8h01

|

|

05/12

15h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 49 : « Le RER métro­po­li­tain grenoblois »

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Société| Manque de lits et de per­son­nel soi­gnant : grève géné­rale et illi­mi­tée depuis ce 6 décembre au CHU de Grenoble et l’hô­pi­tal de Voiron

Agenda

Je partage !