Des militants Insoumis refusent de voir leurs noms figurer aux côtés du PS dans le Printemps isérois

sep article

 

FLASH INFO — Le Printemps isérois sera-t-il orageux ? Après avoir sévèrement critiqué l’union des gauches face au président sortant du Département de l’Isère, Stéphane Gemmani laisse fuiter via sa page Facebook un mail interne de la France Insoumise. Sa teneur ? Certains insoumis n’apprécient pas (du tout) la présence du Parti socialiste au sein du mouvement.

 

La nou­velle n’a rien d’i­né­dite : alors que le Printemps isé­rois publiait son appel et les noms de ses signa­taires, LFI se fen­dait d’un com­mu­ni­qué pour dénon­cer la pré­sence d’André Vallini parmi les sou­tiens au mou­ve­ment. Son crime ? Avoir (notam­ment) été ministre de François Hollande, puis avoir créé un think-tank pro-Macron. De quoi déplaire aux Insoumis, qui n’ex­clut pas de pré­sen­ter un can­di­dat face au socia­liste.

 

Des insoumis refusent de figurer aux côtés de socialistes au sein du Printemps Isérois. DR

Des insou­mis refusent de figu­rer aux côtés de socia­listes au sein du Printemps Isérois. DR

Mais le com­mu­ni­qué ne suf­fit pas, jugent les insou­mis. Après avoir été consul­tés en amont, ceux-ci indiquent : « Nous avons été plu­sieurs à répondre expres­sé­ment que nous refu­sions caté­go­ri­que­ment que nos signa­tures figurent à côté de celles d’un ancien ministre de Valls et Cazeneuve, ancien défen­seur du Center Parcs de Roybon, ancien pré­sident du Département ». Les noms figurent pour­tant bel et bien dans l’ap­pel, tel que dif­fusé à la presse*. Sans que les prin­ci­paux inté­res­sés sachent d’où pro­vient la déci­sion.

 

« Il existe peut-être une orien­ta­tion stra­té­gique natio­nale qui jus­ti­fie un tel choix ; nous aime­rions alors la connaître », écrivent dès lors les mili­tants dans le cour­riel. Non sans s’in­ter­ro­ger sur la stra­té­gie adop­tée : « Pourquoi contri­buer à remettre en selle une force poli­tique loca­le­ment mori­bonde, qui conti­nue à usur­per le nom de “gauche”, et ne tente de se rac­cro­cher à nous que pour pom­per notre éner­gie mili­tante et mieux nous écar­ter du jeu ? ».

 

Si la pré­sence d’André Vallini au sein du Printemps cris­tal­lise les ten­sions, c’est en effet bel et bien les socia­listes en géné­ral qui semblent poser souci aux insou­mis. Les noms d’Erwann Binet ou de Julie Magnea ne trouvent guère plus grâce à leurs yeux, et celui de Christophe Ferrari avait été jugé « inac­cep­table » dès le mois de décembre 2020. Conclusion : les auteurs du mail demandent à ce que leurs noms soient reti­rés de l’ap­pel à « fédé­rer lar­ge­ment ».

 

* Ils ont, par la suite, été reti­rés du site Internet du Printemps Isérois.

 

 

« PERSONNE N’A ÉTÉ MALTRAITÉ OU LÉSÉ », ESTIME ALAN CONFESSON

 

Mentionné comme inter­lo­cu­teur direct par les mili­tants au sein de leur cour­riel, l’élu Insoumis gre­no­blois Alan Confesson pré­cise « inter­ve­nir sur­tout en ren­fort » dans les dis­cus­sions avec les autres groupes poli­tiques. Et insiste : la déci­sion d’in­té­grer le Printemps isé­rois a été validé par les ins­tances natio­nales du mou­ve­ment. Étape indis­pen­sable pour se reven­di­quer du parti de Jean-Luc Mélenchon.

 

Alan Confesson © Corentin Bemol - Place Gre'net

Alan Confesson © Corentin Bemol – Place Gre’net

 

« Dans notre fonc­tion­ne­ment, les règles ont été res­pec­tées, il y a eu consul­ta­tion des mili­tants », note Alan Confesson. Pour qui « per­sonne n’a été mal­traité ou lésé dans cette affaire ». En par­ti­cu­lier dès lors que les noms des récal­ci­trants ont, même avec un peu de retard, bien été reti­rées de la liste des signa­taires de l’ap­pel. Ainsi qu’ils en avaient for­mulé la demande.

 

Reste la fuite du cour­riel, rendu public par Stéphane Gemmani. « Je trouve très par­ti­cu­lier qu’un mail envoyé en interne puisse se retrou­ver entre les mains de quel­qu’un qui est passé par le Modem et La République en marche », estime l’élu. Avant de de dire tout le mal qu’il pense de sa divul­ga­tion sur les réseaux sociaux : « À part être animé d’une volonté de nui­sance, je ne vois pas trop l’in­té­rêt ! ».

 

(enca­dré ajouté le 18 jan­vier à 17 heures)

 

commentez lire les commentaires
3380 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.