Un homme tué par balles à Eybens : nouveau règlement de comptes sur l’agglomération ?

Un homme tué par balles à Eybens : nouveau règlement de comptes sur l’agglomération ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS — Nouveau règlement de comptes dans l’agglomération grenobloise ? Dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 août, un homme de 27 ans a été abattu à Eybens à la suite d’un véritable guet-apens. Un assassinat qui s’inscrit dans une longue lignée, et qui amène une nouvelle fois le syndicat Alliance Police de Grenoble à réclamer des moyens humains et matériels supplémentaires.

 

 

Un nou­veau mort par arme à feu sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 août, un homme de 27 ans a trouvé la mort à Eybens, pris dans un guet-apens. Un assas­si­nat qui sur­vient deux jours après la mort d’un homme de 29 ans abattu en pleine rue à Grenoble… et un mois après celle d’un homme de 22 ans, tué par balles à la Villeneuve. Il s’ins­crit en outre dans une longue lignée de faits divers, avec notam­ment des fusillades quar­tiers Mistral ou Saint-Bruno.

 

Les faits s'étant déroulés à Eybens, l'enquête est confiée à la Section de recherche de la gendarmerie de Grenoble © Jean-François Frey

Les faits s’é­tant dérou­lés à Eybens, l’en­quête est confiée à la Section de recherche de la gen­dar­me­rie de Grenoble. © Jean-François Frey

 

Selon les pre­miers élé­ments de l’en­quête, l’homme était à bord d’un véhi­cule qui a été contraint de s’ar­rê­ter en rai­son d’obs­tacles dis­po­sés sur la route. Tandis qu’un autre pas­sa­ger ten­tait de libé­rer le pas­sage, un homme enca­goulé a fait feu sur le côté droit de la voi­ture. D’abord avec une arme de type fusil à pompe, ensuite avec un plus petit calibre. Huit impacts ont été rele­vés sur le véhi­cule, et quatre « ori­fices d’en­trée » ont été iden­ti­fiés sur le corps de la victime.

 

 

Un nouveau règlement de comptes ?

 

Les faits, rap­por­tés par le pro­cu­reur de la République adjoint de Grenoble, laissent à pen­ser que seul le pas­sa­ger à droite du conduc­teur était la cible du tireur. Le conduc­teur du véhi­cule n’a, pour sa part, essuyé que des bles­sures légères. La vic­time de l’as­saut, indique encore l’ins­ti­tu­tion judi­ciaire, était « connu[e] des ser­vices de police et de jus­tice pour des délits de droit com­mun et actuel­le­ment sous contrôle judi­ciaire d’un juge d’ins­truc­tion de Grenoble pour des faits de vio­lences aggra­vées ».

 

Nouveau règlement de comptes dans l'agglo grenobloise ?Yannick Biancheri, du syndicat Alliance Police Nationale © Joël Kermabon - Place Gre'net

Yannick Biancheri, du syn­di­cat Alliance Police Nationale © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Yannick Bianchéri, du syn­di­cat Alliance Police Nationale, note six homi­cides ou ten­ta­tives d’ho­mi­cide du même aca­bit sur Grenoble en l’es­pace d’un mois. « Ce n’est pas ano­din, même si nous sommes tris­te­ment habi­tués à avoir des règle­ments de comptes sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise », estime le poli­cier. Pour qui il est pos­sible, sans natu­rel­le­ment pou­voir l’af­fir­mer avec cer­ti­tude, que cer­taines des affaires puissent être liées entre elles.

 

« On peut sup­po­ser qu’elles aient un lien, entre riposte ou ven­geance », note ainsi le poli­cier. Autre scé­na­rio pos­sible ? « Beaucoup indi­vi­dus ont été libé­rés de pri­son au vu du confi­ne­ment. Forcément, ces indi­vi­dus avaient des places dans cer­tains quar­tiers, et quand ils sortent ils essayent de récu­pé­rer leurs places », explique encore le syn­di­ca­liste. Qui insiste tou­te­fois : « On ne peut rien affir­mer encore. »

 

 

Alliance demande des moyens humains et matériels supplémentaires

 

Une chose est cer­taine pour Yannick Bianchéri : la police n’a pas les moyens de faire son tra­vail sur Grenoble, et n’est pas suf­fi­sam­ment prise en compte par l’État. « Depuis qu’il a été nommé ministre de l’Intérieur, on a pu voir mon­sieur Darmanin se dépla­cer là où des indi­vi­dus exhi­baient leurs armes ou tiraient en l’air. À Grenoble, la dif­fé­rence, c’est qu’ils sortent les armes pour tirer et pour tuer ! », s’a­larme-t-il.

 

Les policiers grenoblois expriment souvent leur mécontentement, comme ici lors d'une manifestation en 2016 © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Les poli­ciers gre­no­blois expriment régu­liè­re­ment leur mécon­ten­te­ment, comme ici lors d’une mani­fes­ta­tion en 2016 © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’Net

Quelle réponse néces­saire, selon le syn­di­cat Alliance ? Plus de moyens humains et maté­riels. La ques­tion des effec­tifs demeure le nerf de la guerre. « Avec le jeu des muta­tions et des départs, on va encore se retrou­ver en défi­cit en sep­tembre », dénonce Yannick Bianchéri. Et d’a­jou­ter : « Il nous faut des effec­tifs pérennes pour que l’on puisse occu­per toute l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. La popu­la­tion a droit à la sécu­rité sur toute l’ag­glo­mé­ra­tion ! »

 

Le syn­di­ca­liste adresse éga­le­ment des reproches à l’ins­ti­tu­tion judi­ciaire : « Les col­lègues sont fati­gués d’in­ter­pel­ler des indi­vi­dus qu’ils voient res­sor­tir libres. »

 

Sans sur­prise, le syn­di­ca­liste demande à ce que des peines maxi­males soient pro­non­cées pour les crimes et délits. « Et que ces peines soient réel­le­ment exé­cu­tées, que l’on ne les laisse pas libres parce que l’on manque de place, ou autres phi­lo­so­phies bien pen­santes », ajoute-t-il.

 

L'exposition “En finir avec le contrôle au faciès” place de Verdun à Grenoble en 2017 avait suscité la colère des policiers © Florent Mathieu - Place Gre'net

L’exposition “En finir avec le contrôle au faciès” place de Verdun à Grenoble en 2017 avait sus­cité la colère des poli­ciers. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Enfin, le poli­cier n’ou­blie pas d’é­gra­ti­gner la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise. « Quand on a un maire dont on connaît la posi­tion sur les camé­ras, qui a des idéo­lo­gies qui l’é­loignent de la sécu­rité de ses conci­toyens, c’est sûr que ça n’aide pas ! », lance-t-il. Yannick Bianchéri rap­pelle notam­ment les épi­sodes de la fresque « anti-police » ou de l’ex­po­si­tion contre le contrôle au faciès. Et consi­dère que le maire de Grenoble devrait armer sa police muni­ci­pale pour lui don­ner les moyens d’être « actrice de la sécu­rité ».

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Vive émotion des policiers grenoblois venus soutenir leurs collègues franciliens

REPORTAGE VIDÉO - Une soixantaine de policiers se sont rassemblés silencieusement ce mardi 11 octobre vers 12 h 30 devant l'Hôtel de police de Grenoble, à Lire plus

Le principal suspect dans la fusillade qui le 25 avril 2016 avait fait deux morts à Grenoble, a été interpellé et mis en examen.
Sur fond de violences grandissantes, 47 policiers supplémentaires annoncés d’ici septembre 2021 à Grenoble

  EN BREF - Alors que les violences vont grandissant dans l'agglomération grenobloise, le gouvernement annonce l'arrivée de 47 policiers à Grenoble d'ici septembre 2021. Lire plus

Rassemblement des policiers devant l'hôtel de police de Grenoble. © Unité SGP Police FO
Réforme des retraites : plusieurs dizaines de policiers rassemblés à Grenoble pour défendre leur statut

  FOCUS - Répondant à l'appel de leurs principaux syndicats, plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés devant l'hôtel de police de Grenoble, ce mercredi Lire plus

A Grenoble, la police nationale renforce ses effectifs. La police municipale aussi qui va être équipée de Taser de jour comme de nuit.
Police de sécurité du quotidien : le retour de la politique du vide ?

DÉCRYPTAGE - La police de sécurité du quotidien, tout le monde la veut mais personne ne sait vraiment ce que c’est, et encore moins de Lire plus

Flash Info

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin