Le tribunal de commerce de Grenoble valide la reprise des magasins André par François Feijoo

sep article



 

EN BREF – Le tribunal de commerce de Grenoble a donné le feu vert à François Feijoo pour une reprise de l’enseigne André. Achetée par le grenoblois Spartoo en 2018, l’enseigne était placée en redressement judiciaire deux ans plus tard. Si les syndicats soutiennent le repreneur, ancien PDG de l’entreprise, l’avenir n’en est pas moins sombre : de nombreux magasins André vont devoir fermer, à commencer par ceux de Grenoble.

 

 

La jus­tice a donné le feu vert à François Feijoo. L’ancien PDG d’André était (seul) can­di­dat pour la reprise de l’en­seigne, après l’an­nonce par Spartoo de sa mise en redres­se­ment judi­ciaire au mois d’a­vril 2020. Mardi 28 juillet, l’offre de reprise a été vali­dée par le tri­bu­nal de com­merce de Grenoble. François Feijoo a main­te­nant la lourde tâche de redres­ser les comptes de l’en­tre­prise… au prix de la fer­me­ture de plu­sieurs maga­sins.

 

Le magasin André du centre-ville de Grenoble va fermer ses portes. DR

Le maga­sin André du centre-ville de Grenoble va fer­mer ses portes. DR

 

Avant sa reprise par Spartoo en 2018, la marque cen­te­naire André était déjà en grande dif­fi­culté. En l’es­pace de deux ans, 80 échoppes sur les 200 que comp­tait l’en­seigne avaient mis la clé sous la porte. Pari perdu pour Spartoo ? Le spé­cia­liste de la vente de chaus­sures en ligne consi­dère que les mani­fes­ta­tions contre la réforme des retraites, les Gilets jaunes et les fer­me­tures sur fond de crise sani­taire l’ont empê­ché de redres­ser la barre de l’en­seigne.

 

 

La stratégie de Spartoo durement critiquée par les syndicats

 

L’analyse est bien dif­fé­rente du côté des syn­di­cats. « Notre métier c’est chaus­seur et on ne peut plus le faire cor­rec­te­ment, depuis le rachat par ce jeune entre­pre­neur », esti­mait il y a peu auprès de Place Gre’net Christophe Martin, délé­gué syn­di­cal CGT. Même son de cloche du côté de Force ouvrière. « Il y a eu des erreurs de stra­té­gie qui font que l’on se retrouve où on en est. C’est beau­coup de gâchis de la part de Spartoo ! », accuse Tania Rome, délé­guée FO.

 

Le magasin Spartoo dans son ancien emplacement à Grenoble, à quelques mètres de la boutique André promise à la fermeture. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le maga­sin Spartoo dans son ancien empla­ce­ment à Grenoble, à quelques mètres de la bou­tique André pro­mise à la fer­me­ture. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Spartoo, res­pon­sable numéro un des dif­fi­cul­tés d’André ? Tania Rome rec­ti­fie : « Spartoo est res­pon­sable de la catas­trophe qui mène aujourd’­hui 188 sala­riés à Pôle Emploi. » Des sala­riés qui, ajoute-t-elle, ont sou­vent vingt ou trente ans de “mai­son”. Et risquent d’a­voir bien du mal à retrou­ver du tra­vail, en par­ti­cu­lier dans le contexte actuel.

 

À l'intérieur d'un magasin André. DR

À l’in­té­rieur d’un maga­sin André. DR

« Il faut remettre les choses dans leur contexte : quand le mar­ché était à moins 5, nous étions à moins 17. Tout le monde a subi les Gilets jaunes, tout le monde a subi la réforme des retraites, il n’y a pas que ça ! », tance encore Tania Rome. Pour qui la volonté de numé­ri­ser l’ac­ti­vité au détri­ment des bou­tiques compte parmi les mau­vais choix stra­té­giques. Contacté par Place Gre’net, Spartoo indique ne pas sou­hai­ter com­mu­ni­quer pour le moment.

 

Sur 410 emplois, 188 sont donc pro­mis à la des­truc­tion. La CGT comme FO n’en sou­tient pas moins l’offre de reprise de François Feijoo. « Monsieur Feijoo devait reprendre à la base 47 maga­sins. Il a élargi son offre à neuf maga­sins sup­plé­men­taires, il a fait au maxi­mum de ce qu’il pou­vait mettre en place », estime ainsi Tania Rome. Cruelle iro­nie du sort : alors que le groupe Spartoo est gre­no­blois, les deux maga­sins André de Grenoble font par­tie des sacri­fiés.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2405 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.