Le groupe Spartoo annonce la mise en redressement de l’enseigne de chaussures André

sep article



 

FIL INFO – Le groupe Spartoo annonce la mise en redressement judiciaire de sa filiale André, acquise en 2018. En cause selon le groupe grenoblois qui se mobilise pour éviter la liquidation ? Le mouvement des Gilets jaunes, les manifestations contre la réforme des retraites et, pour finir, les mesures de confinement.

 

 

Les chaus­sures André seront-elle vic­times des mou­ve­ments sociaux et du coro­na­vi­rus ? La société vient en tout cas d’être pla­cée en redres­se­ment judi­ciaire, comme l’a annoncé le groupe gre­no­blois Spartoo, dans un com­mu­ni­qué en date du 1er avril 2020.

 

Le magasin André à Grenoble... avant le confinement © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le maga­sin André à Grenoble… avant le confi­ne­ment. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

En jan­vier 2018, le groupe gre­no­blois, lea­der dans la vente en ligne de chaus­sures, avait en effet acquis la marque cen­te­naire. Celui-ci enten­dait notam­ment faire de ses 120 maga­sins encore pré­sents sur le sol fran­çais autant de points relais pour reti­rer ses articles. Tout en ten­tant de relan­cer une enseigne très lar­ge­ment défi­ci­taire qui avait déjà fermé 80 maga­sins en deux ans.

 

Plusieurs rai­sons expliquent aujourd’­hui ce pla­ce­ment en redres­se­ment judi­ciaire selon Spartoo. Le mou­ve­ment des Gilets jaunes en 2018, les mani­fes­ta­tions contre la réforme des retraites en 2019 et, pour par­ache­ver le tout, les récentes mesures de confi­ne­ment. Ce qui repré­sen­te­rait « la perte de 250 000 euros de chiffre d’affaires par jour avec, dans le même temps, son devoir d’honorer le paie­ment de ses stocks été », selon le groupe.

 

 

Une demande d’aide à la BPI refusée « sans donner d’arguments » ?

 

Gilets Jaunes et réforme des retraites semblent en revanche avoir pro­fité au site de com­merce en ligne de Spartoo, qui décrit pour sa part une année 2019 « excep­tion­nelle ». Bilan ? « Plus de 8 mil­lions d’eu­ros de cash opé­ra­tion­nel ». De quoi « sou­te­nir sa filiale en inves­tis­sant plus de 13 mil­lions d’eu­ros dans André » avec, à la clé, des baisses de prix, un tra­vail sur la gamme d’ar­ticles et des réno­va­tions de maga­sins.

 

Magasin Spartoo rue de Sault à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Magasin Spartoo rue de Sault à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Les équipes d’André ont tra­vaillé dur et les résul­tats étaient au ren­dez-vous […] depuis six mois », affirme ainsi le groupe. Ce der­nier indique par ailleurs avoir demandé « un finan­ce­ment d’environ 10 mil­lions d’euros à la Banque publique d’in­ves­tis­se­ment ». Une aide qui lui aurait été refu­sée « sans don­ner d’ar­gu­ments ».

 

Boris Saragaglia, PDG de Spartoo © Guillaume Murat

Boris Saragaglia, PDG de Spartoo. © Guillaume Murat

Du reste, Spartoo avait bien tenté d”« anti­ci­per » la crise. Le groupe explique en effet avoir tenté une pro­cé­dure de conci­lia­tion avec ses créan­ciers dès la fin du mois de février.

 

Car si le covid-19 avait hélas bien pris ses marques en Italie, seuls quelques cas iso­lés étaient alors signa­lés sur le sol fran­çais. Et aucune pro­cé­dure stricte de confi­ne­ment n’é­tait à l’ordre du jour. « On a vu la Chine fer­mer ses maga­sins, puis l’Italie, on a com­pris », affirme tou­te­fois le PDG du groupe Boris Saragaglia, dans Le Point.

 

Spartoo conclut en essayant de gar­der espoir : « Notre entre­prise va faire le maxi­mum et se battre pour sau­ver les emplois et trou­ver un plan B pour évi­ter la liqui­da­tion d’André dans ce contexte par­ti­cu­lier ».

 

Florent Mathieu

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3584 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.