Dans la continuité de Michel Octru, Christophe Revil et la droite gardent la main à Claix

sep article



 

FIL INFO – Le maire sortant Christophe Revil l’a largement emporté au terme du premier et unique tour dans la commune de Claix, ce dimanche 15 mars 2020. Avec plus de 60 % des voix, le successeur de Michel Octru maintient cette petite commune du sud de Grenoble dans l’escarcelle de la droite.

 

 

Christophe Revil, journaliste à Télégrenoble et maire, candidat à sa propre succession, à Claix. Un mélange des genres ouvrant la porte au conflit d'intérêt ? © Capture d'écran

Christophe Revil l’emporte à Claix, dans la conti­nuité de Michel Octru © Capture d’é­cran

Dans la conti­nuité de l’an­cien édile Michel Octru, qui a fait de Claix un bas­tion de la droite pen­dant trente ans de règne, Christophe Revil a été élu maire au terme de ce pre­mier tour des élec­tions muni­ci­pales dans cette petite ville du sud de Grenoble.

 

Son score est sans appel : avec 60,07 % des suf­frages expri­més, le maire sor­tant main­tient donc cette petite ville au sud de Grenoble dans l’es­car­celle de la droite.

 

Son adver­saire Nathalie Cotte, conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion sor­tante, n’a pas réussi à damer le pion à celui qui était, jus­qu’en 2018, le troi­sième adjoint de Claix. Avec 39,92 % des voix*, la can­di­date de la gauche, à la tête d’une liste de large ras­sem­ble­ment – jus­qu’aux mar­cheurs –, n’a pas réussi à ren­ver­ser le cycle poli­tique.

 

 

Sixième mandat sous les couleurs du centre droit

 

Claix entame donc un sixième man­dat sous les cou­leurs du centre droit, après une cam­pagne qui s’est quelque peu ten­due à quelques jours du scru­tin et, notam­ment, autour de la ques­tion de pro­jets immo­bi­liers. À coup de tracts et de contre-tracts, d’ar­gu­ments et de contre-argu­ments, d’ac­cu­sa­tions de contre-véri­tés et de “fake news”.

 

Une cam­pagne émaillée éga­le­ment par un appel à voter pour le maire sor­tant– et jour­na­liste de TéléGrenoble – de la part du pré­sident du Festival d’hu­mour, Gérard Balthazard, éga­le­ment pré­sident de TéléGrenoble. Un « délit de pro­pa­gande » pour l’a­vo­cate de Nathalie Cotte qui avait alors saisi le Conseil supé­rieur de l’au­dio­vi­suel (CSA).

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Avec un taux de 52 %, l’abs­ten­tion est de deux points infé­rieure à la moyenne natio­nale.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1629 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.