Le budget 2020 de la Ville de Grenoble accusé de rogner sur l’associatif et le social : la majorité dément

sep article



 

FOCUS – Le vote du budget 2020 lors du conseil municipal de ce 16 décembre a été l’occasion d’un bilan critique de toute la mandature Piolle. Si la majorité municipale a choisi de ne pas augmenter les impôts, elle a été critiquée pour certains choix de gestion, comme le serrage de ceinture imposé à l’associatif et au social. Une analyse qu’elle conteste.

 

 

Le vote du budget 2020 lors du conseil municipal a fait l'objet de débats animés. L'occasion, à trois mois des municipales, de revenir sur le mandat Piolle.L'avant-dernier conseil municipal du mandat d'Eric Piolle, le 16 décembre. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

L’avant-der­nier conseil muni­ci­pal du man­dat d’Eric Piolle, le 16 décembre 2019. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

« Cette séance est par­ti­cu­lière car elle sonne l’heure du bilan : le vôtre », a déclaré Matthieu Chamussy, élu de droite, devant le conseil muni­ci­pal ce lundi 16 décembre. Le vote du bud­get 2020 a notam­ment été l’objet de débats ani­més pen­dant plus de trois heures. L’opposition a, tour à tour, cri­ti­qué la dette, les impôts et la dimi­nu­tion des sub­ven­tions allouées à l’associatif et au social.

 

L’occasion pour la majo­rité Piolle de défendre une der­nière fois ses choix en matière de finances. « Le bud­get 2020 s’inscrit dans la conti­nuité des pré­cé­dents bud­gets, a déclaré Hakim Sabri, adjoint aux finances. Il reste l’ambition de notre majo­rité muni­ci­pale de construire une ville pour toutes et tous (…) per­met­tant de lut­ter contre un sys­tème pro­fon­dé­ment inéga­li­taire. »

 

Hakim Sabri a présenté le budget 2020. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

Hakim Sabri a pré­senté le bud­get 2020. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Grands axes de l’action publique, selon la majo­rité : sou­te­nir la culture et l’éducation, avec la pour­suite du plan écoles et construire une ville citoyenne et soli­daire, mais aussi durable. Pas moins de 5 000 arbres doivent ainsi encore être plan­tés en 2020. Quant à la réno­va­tion de plus de 15 000 points lumi­neux, elle vise à redon­ner un coup de jeune aux éclai­rages publics.

 

 

Baisse des dotations de l’État

 

« L’épargne nette reste posi­tive, mal­gré les dimi­nu­tions mas­sives des dota­tions de l’État », expose Hakim Sabri. Qui n’est pas le seul, au sein de la majo­rité muni­ci­pale, à fus­ti­ger le désen­ga­ge­ment de l’État, « dra­ma­tique pour notre col­lec­ti­vité ».

 

L'élu de droite Matthieu Chamussy. © Raphaëlle Denis - Place Gre'net

L’élu de droite Matthieu Chamussy. © Raphaëlle Denis – Place Gre’net

Selon Matthieu Chamussy, la coupe des dota­tions n’a cepen­dant pas été suf­fi­sam­ment anti­ci­pée par la muni­ci­pa­lité.

 

« L’épargne de ges­tion cou­rante baisse pour la deuxième année consé­cu­tive. Elle se fixe à 34,4 mil­lions, soit un peu moins que les 34,9 mil­lions du 1er jan­vier 2014, la der­nière année du man­dat de Michel Destot. (…) Au début de votre man­dat, vous nous disiez que la Ville était au bord de la tutelle. Je vous pose la ques­tion : com­ment faut-il qua­li­fier la situa­tion de la Ville aujourd’hui ? »

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
5000 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Stationnement et taxe fon­cière, ce n’est pas une aug­men­ta­tion des impôts ?

    sep article