La Métropole de Grenoble s’engage avec la Région et l’Ademe à améliorer la qualité de l’air

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

 

EN BREF – Des représentants de Grenoble-Alpes Métropole, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) se sont réunis ce vendredi 29 novembre. À l’ordre du jour : les politiques publiques pour améliorer la qualité de l’air. Avec l’objectif de respecter les normes de l’OMS.

 

 

Grenoble Alpes Métropole, l’Ademe et la Région affirment leur volonté commune d'améliorer la qualité de l’air et de respecter les normes de l’OMS.Le Plan Air Energie Climat métropolitain 2020-2030 vise à réduire les émissions d’oxydes d’azote de 70% et des particules fines de 60% à l’horizon 2030. © Augustin Bordet - placegrenet.fr

Jérôme d’Assigny, directeur régional de l’Ademe, Christophe Ferrari, président de la Métropole, et Éric Fournier, vice-président à l’environnement à la Région. © Augustin Bordet – placegrenet.fr

Le territoire de la métropole compte « plus de 100 morts par an à cause de la pollution atmosphérique », a d’abord rappelé Christophe Ferrari, le président de Grenoble-Alpes Métropole, ce vendredi 29 novembre, à l’occasion de la signature de conventions relatives à la qualité de l’air avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l’Ademe. Pour lui, a-t-il précisé, la qualité de l’air est de ce fait « un sujet environnemental mais aussi un sujet de santé publique ».

 

Ainsi, le Plan Air Energie Climat métropolitain 2020-2030 vise-t-il à réduire les émissions d’oxydes d’azote de 70 % et des particules fines de 60 % à l’horizon 2030. « L’objectif est d’être en-dessous des seuils fixés par l’OMS », insiste Christophe Ferrari.

 

Cet engagement se traduit par plusieurs dotations financières. Le Conseil régional alloue près de 2,8 millions d’euros à la Métropole. L’Ademe, de son côté, lui apporte environ 1,8 million d’euros. Ces 4,6 millions d’euros seront consacrés à l’accompagnement des particuliers, des professionnels et des collectivités.

 

 

« Agir sur l’habitat, les transports et l’industrie »

 

Le premier volet des conventions relatives à la qualité de l’air concerne la mobilité, principalement les aides pour l’achat de véhicules de livraison à faibles émissions. « C’est le dispositif le plus renforcé par ces nouveaux financements », assure la Métropole.

 

Livraison des repas de la cantine d'une école juive. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Livraison des repas de la cantine d’une école juive. © Elodie Rummelhard – placegrenet.fr

Il va être déployé dans un périmètre plus large, avec des aides renforcées. Le nombre de véhicules éligibles aux aides est quant à lui porté de un à cinq par entreprise ou association. Et désormais, les particuliers possédant un véhicule de transport de marchandises peuvent prétendre également à ces aides, modulées en fonction des revenus.

 

D’autres points agissent directement sur les transports, comme le soutien au renouvellement des véhicules des collectivités, l’installation de bornes de recharge électrique ou encore le développement du vélo, notamment avec la réalisation d’une voie verte entre Séchilienne et Vizille.

 

Dernier chapitre important : celui de l’habitat. Le chauffage au bois, en particulier celui individuel et non performant, reste en effet responsable de 55 % des émissions annuelles de particules et jusqu’à 75 % en période de pic de pollution hivernal. Ainsi, la Métropole poursuit-elle son soutien financier au renouvellement des chauffages au bois, de même qu’à la conversion des chaudières fioul des particuliers.

 

 

« Il n’y a plus de temps »

 

Pour Éric Fournier, vice-président à l’environnement à la Région, le but est d’« agir sur l’habitat, les transports et l’industrie dans une logique de réparation mais aussi d’anticipation ». L’élu tient également à souligner « les liens forts entre les collectivités, au-delà des étiquettes politiques ».

 

Eric Fournier, vice-président à l'environnement du Conseil régional Auvergne Rhône Alpes. © Augustin Bordet - placegrenet.fr

Eric Fournier, vice-président à l’environnement du Conseil régional Auvergne Rhône Alpes. © Augustin Bordet – placegrenet.fr

De son côté, Yann Mongaburu, vice-président aux Déplacements à la Métropole, espère « élargir pleinement à l’État cette coalition ».

 

L’élu déplore d’ailleurs que, depuis le retrait de Nicolas Hulot, ancien ministre de la Transition écologique, du gouvernement en août 2018, « il n’y a[it] pas eu d’accélération de la part de l’État ».

 

Et celui-ci de conclure : « Si l’État croit pouvoir attendre, nous, nous pensons qu’il n’y a plus de temps ».

 

Augustin Bordet

 

commentez lire les commentaires
3062 visites | 14 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 14
  1. @Désintox: en quoi le deal (qui ressemble plutôt à un pacte de non-agression) A480 contre Cvcm serait choquant? En effet, on, c’est à dire nous, met des CENTAINES de millions, payés par TOUS, pour fluidifier la circulation automobile de transit et de contournement, et on refuserait dans le même temps quelques dizaines de millions aux cyclistes, lesquels participent à leur échelle, avec leur seul effort physique, à l’amélioration de la qualité de l’air? Va-t-on arrêter de laisser penser que l’heure quotidienne passée en voiture, et la pollution associéee, entre Voreppe et Seyssins est due à Chronovélo sur les cours Berriat et Lafontaine? Va-t-on arrêter de faire croire que les Chronovélo auraient pu passer ailleurs que dans le centre de Grenoble, alors que la commission d’enquête du PDU exhorte les pouvoirs publics à ne plus faire de pistes cyclables sur les trottoirs au milieu des piétons, comme actuellement entre Foch et Catane, ce qui exclut de facto de faire Chronovélo sur les boulevards ? Va-t-on arrêter de faire croire que les lycéens de Champollion vont frôler la mort car Chronovélo passe à 10 mètres du lycée, en remplacement d’une artère automobile, alors que TOUS les morts de ces dernières années sont dus à l’automobile et que si certains cyclistes sont imprudents, ils sont loin d’être tous des chauffards? Et tous ces cyclistes sur Chronovélo, n’est-ce pas des cyclistes en moins sur la chaussée et sur les trottoirs? Vous devriez essayer le vélo et vous comprendrez, à force de parfois rouler dans la boue et de se faire frôler par des voitures, que les cyclistes ont droit eux aussi à leur site propre (à défaut de pouvoir emprunter l’autoroute). Cordialement

    sep article
    • Ah bon, donc vous aussi vous êtes content de ce deal hypocrite (en plus d’être inavoué donc anti-démocratique) en faveur des bobos du centre-ville et payé par les riverains des axes de report de CVCM, dont l’A480 ? Pas moi.
      Et va-t-on arrêter de faire croire que l’idéologie apporte des solutions au lieu de s’inspirer de ce qui fonctionne et qui est internationalement reconnu ? Par exemple les autoroutes à vélos en couronne autour du centre-ville comme à Strasbourg ou Bordeaux.
      https://twitter.com/i/web/status/1144229808081125379

      sep article
      • Mais arrêtez donc un peu de raconter n’importe quoi sur les réseaux cyclables dont vous n’avez pas l’once d’une expérience tant en pratique qu’en théorie ! Vous voulez vraiment utiliser ce qui fonctionne internationalement ? Alors allonz-y gaiement :
        – suppression du stationnement sur voirie le long des grands axes pour y mettre des aménagements cyclables (Copenhague, Amsterdam)
        – introduction du péage urbain (Londres, Stockholm)
        – interdiction du trafic motorisé en centre-ville (Oslo)
        – mise en place de plans en marguerite dans les quartiers (nombreuses villes en Hollande, Allemagne, Danemark, Italie),
        – mise en place de ZTL sur un ensemble de rues (Turin, Florence, etc)
        – développement de pénétrantes cyclables jusqu’au coeur du centre-ville (Copenhague)
        C’est vraiment à ça que vous pensez ? Hahahaha ! Vous êtes vraiment à la ramasse complète sur les problèmes de déplacements avec votre vision des années 1970 / 1980. Continuez à prôner votre vision des années 2000 vues depuis la fin des 30 glorieuses !

        sep article
  2. sep article
    • Oui, c’est un désastre mais pointer du doigt les seules collectivités locales est un peu facile et c’est bien prendre les gens pour des imbéciles (c’est votre spécialité on dirait). Rien que sur le volet déplacement, on en parle des portiques écotaxes de l’Etat ou des péages urbains ? On en parle des TER en nombre insuffisant de la Région ? On en parle du réseau de TC du Département quasiment inexistant le week-end et l’absence de grandes liaisons cyclables entre communes/communauté de communes ? On en parle du comportement de certain(e)s (suivez mon regard) qui poussent de grand cri d’orfraie à la seule idée de limiter la place de la voiture en centre-ville ?
      Et que proposez-vous donc pour rattraper ces 11 ans de retard ? Allez, je suis sympa, je vous donne votre réponse : RIEN. Gilce l’a très bien dit ci-dessous.
      En résumé, si ceux qui vous déplaisent affirmaient que la Terre est ronde, vous vous échineriez à démontrer qu’elle est plate. Voilà où vous en êtes. Cela ne fait pas avancer les choses mais contribue à les retarder en polluant le débat en n’apportant rien du tout. C’est la définition même du troll.

      sep article
  3. GAM, Desintox, vous avez-raison, ne faisons rien, ne changeons rien. D’ailleurs, l’OMS n’est pas un organisme sérieux. N’aidons surtout pas au remplacement des appareils de chauffage polluants dont ils est dit qu’ils représentent 55% de l’émission de PM, et n’aidons pas à l’acquisition de véhicules de livraison plus propres. Et profitons-en pour inciter tout le monde à bien rester en véhicule individuel, puisque c’est si bon pour la santé. D’ailleurs, les milliers d’habitants qui tous les jours empruntent des itinéraires cyclables confortables et directs ne sont que des arriérés qui n’ont rien compris. C’est vrai, ça, les voitures disposent d’autoroutes à 2 ou 3 voies, alors pourquoi s’embêtent-ils à prendre des voies cyclables de 50cm de large? En passant, l’étude anti-Cvcm n’est pas plus « scientifique » que les arguments pro-CVCM. Mais la Métro n’a jamais dit que le but était uniquement de réduire la pollution. Ils ont une vision à long terme de rééquilibrage des déplacements et le taux d’utilisation du vélo leur donne raison. Le deal, c’est A480 et Rondeau (400 millions!!!) contre CVCM.

    sep article
    • Je n’ai jamais rien dit de ce que vous me faites dire, à l’exception de votre dernière phrase concernant le deal scandaleux de CVCM contre A480.
      Ça devait passer inaperçu mais le SMTC de Mongaburu a fait une bourde en annonçant que CVCM « est cohérent avec la programmation, à l’échéance 2019, du réaménagement de l’échangeur du Rondeau et de l’A480 ». Ce que confirme le site du réaménagement de l’A480.
      http://www.smtc-grenoble.org/coeurs-de-ville-coeurs-de-metropole-concertation-prealable Annonce faite en septembre 2016, exactement en même temps que le vote unanime pour l’A480 par la Métro.
      https://www.placegrenet.fr/2016/09/30/rondeau-480-lunanimite-conseil-de-metro/103919

      sep article
    • Beau résumé Gilce pour ces rageux de l’utilisation irrationnelle de l’automobile en solo en milieu urbain dense !
      On attend TOUJOURS leur(s) proposition(s) en phase avec le XXIème siècle (on est en 2020 dans un mois) et pas des prospectives sur l’an 2000 vues depuis les années 1980. Le monde a méchamment changé depuis mais ces gens-là ne s’en sont encore pas rendu compte. Les arriérés ne sont pas ceux qu’on croit.

      sep article
      • Contrairement à moi, JMB semble content du deal CVCM contre A480 de la municipalité en place. C’est son droit.

        sep article
        • Tiens, desintox qui nous sort *encore* un mensonge. C’est quand même dingue pour quelqu’un qui nous assène à longueur de temps de soi-disantes vérités scientifiques et qui n’est même pas foutu de bien utiliser des formules contraposées dans son raisonnement.
          Allez, parce que je vois que votre culture scientifique est un peu en jachère :
          ‘Si la personne est desintox alors elle contre le deal CVCM/A480’ alors on ne peut pas dire ‘Si la personne n’est pas desintox alors elle est pour le deal CVCM/A480’. Tout ce qu’on peut dire est ‘si la personne est pour le deal CVCM/A480, alors elle n’est pas desintox’. Le reste n’est qu’élucubrations et autres supputations sans fondement. Du troll en quelque sorte.

          sep article
  4. Les seuils de l’OMS ne veulent rien dire! Ce sont des seuils d’innocuité théorique et non pas des seuils réglementaires. Ce ne sont en aucun cas des objectifs de politiques publiques. Les seuls seuils qui comptent sont ceux de l’UE.
    Comment voulez-vous qu’on atteigne les seuls de l’OMS alors qu’on est même pas capables de respecter les seuils réglementaires européens qui sont plus élevés?
    Bien sûr, en 2030. A terme, on sera tous morts.
    https://groupedanalysemetropolitain.com/2019/11/30/municipales-metropolitaines-qualite-de-lair-alerte-pompiers-pyromanes/

    sep article
  5. D’abord l’histoire des 100 morts par an c’est de l’infox.
    https://www.europeanscientist.com/fr/opinion/pollution-de-lair-38-000-morts-par-an/
    C’est juste un truc que le pouvoir ville-métro en place utilise quand ça l’arrange, comme en 2016 pour faire peur et imposer CVCM au nom du Bien. A l’époque ils disaient un mort tous les trois jours.
    Ensuite, faut-il rappeler que ces mêmes personnes sont responsables de la dégradation de la qualité de l’air sur les axes de report de CVCM, et de 10 ans de retard dans le respect des normes de pollution ? Oui, eux et pas l’Etat comme essaye de le faire croire Mongaburu.
    https://www.placegrenet.fr/2018/10/15/le-respect-des-seuils-de-pollution-a-dix-ans-de-retard-pour-lassociation-grenoble-a-coeur/211423

    sep article