Pollution de l’air dans la région grenobloise : Laurent Wauquiez met 4 millions d’euros sur la table

sep article

 

FIL INFO – Pour lutter contre la pollution de l’air à Grenoble mais aussi sur le Voironnais et le Grésivaudan, la Région Auvergne Rhône-Alpes met 4 millions d’euros sur la table. Objectif : inciter au renouvellement des appareils de chauffage au bois et des véhicules professionnels et des collectivités dans la région grenobloise.

 

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

© Patricia Cerinsek

La Région Auvergne Rhône-Alpes annonce prendre sa part en matière de lutte contre la pollution de l’air dans la région grenobloise.

 

Alors que la France vient d’être condamnée par la cour de justice de l’Union européenne pour son incapacité à endiguer la pollution au dioxyde d’azote, polluant essentiellement émis par le trafic routier, Laurent Wauquiez met la main à la poche au travers de la signature d’une convention.

 

Pendant trois ans, 4 millions d’euros iront ainsi abonder diverses mesures mises en place pour tenter de juguler la pollution au dioxyde d’azote et aux particules fines. Ce pas seulement sur l’agglomération grenobloise mais aussi sur le pays voironnais et la communauté de communes du Grésivaudan. Avec un objectif : « réduire rapidement et globalement les niveaux d’exposition », souligne la Région dans un communiqué.

 

 

Booster la prime air-bois et renouveler le parc de véhicules

 

Une partie de ces 4 millions d’euros ira donc à la prime air-bois mise en place sur ces trois territoires, afin de remplacer 4 400 appareils de chauffage. Une autre partie ira au renouvellement du parc des véhicules des collectivités et des professionnels. Objectif visé ? En convertir 560 au GNV ou à l’électrique.

 

Nuage de pollution sur Grenoble

Nuage de pollution sur Grenoble. © Véronique Serre

 

La région grenobloise n’est pas le seul territoire qui bénéficiera des aides de la Région. Lyon, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand, Valence, Chambéry, Annecy, Vallée de l’Arve et le Grand Genève ont également signé de pareilles conventions.

 

Pour l’heure, la gratuité des TER ne semble en revanche pas encore à l’ordre du jour. Mise en place lors des pics de pollution à l’échelle de la métropole de Grenoble, du Voironnais et du Grésivausan, la gratuité des transports en commun n’a pas dépassé les frontières du département. Sollicitée à ce sujet il y a quelques mois, la Région avait invoqué la difficulté à mettre en place et à harmoniser une telle mesure à l’échelle de tout le territoire.

 

Patricia Cerinsek

 

commentez lire les commentaires
2764 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. sep article
  2. La métropole « rouge-verte » a mis 25 millions pour le Rondeau et la ville de Grenoble a donné un avis favorable à l’A480. Les rues de Grenoble ne sont pas des tuyaux à voitures.

    sep article
  3. C’est inutile puisqu’il n’y a pas de pollution à Grenoble, vu qu’Atmo prend soin de ne pas la mesurer là où elle est. Le seul endroit où ils ont investi dans une nouvelle station de mesures est le cimetière !
    https://www.placegrenet.fr/2019/06/03/pollution-air-grenoble-stations-de-mesure/243116
    Par contre, rien sur le cours Jean Jaurès, le boulevard Gambetta, les quais de l’Isère, l’avenue Félix Viallet, la place Championnet, le sud des Grands Boulevards, la rue Ampère, etc, etc

    sep article
  4. Ca sert à rien, Monsieur Wauquiez. Les pastèques vont toujours vous critiquer (pourquoi pas 400 million €?!), surtout parce que c’est leur politique débile en matières de déplacements qui est à l’origine de cette pollution. Les bouchons à Grenoble sont la conséquence directe de cette politique. Pire encore, les automobilistes essaient d’échapper les bouchons en empruntant les rues secondaires (rue Ampère), les riverains essaient de bloquer cette augmentation du trafic. Bientôt tout GRENOBLE sera un grand BOUCHON et bonjour la pollution 🙂

    sep article
    • Ils sont vraiment tarés (et encore, je modère mes propos) ces automobilistes qui utilisent des rues de desserte résidentielle qui ne sont pas conçues pour accueillir du trafic de transit et tout ça pour grapiller quelques secondes en :
      – polluant,
      – faisant du bruit,
      – créant du danger pour les piétons et les cyclistes.
      Mais ces bouchons de motorisés, ce sont bien vous avec vos voitures qui les créez. Ne reportez pas les conséquences de VOTRE choix de déplacement sur les autres. Non, ne vous en déplaise, la ville n’est pas un tuyau à bagnoles !

      sep article