Identité, déontologie, économie : les propositions du Cercle sud-grenoblois en prévision des municipales 2020

sep article



FOCUS – Après onze premières propositions en 2018, l’association politique du Cercle sud-grenoblois s’apprête à lancer une nouvelle salve de projets et d’idées en prévision des municipales de 2020. Objectif du collectif ? Affirmer l’identité des petites communes du sud de l’agglomération. Ceci en rassemblant des sensibilités politiques différentes : depuis En marche en passant par le PCF, le parti socialiste ou Les Républicains.

 

 

Aline Kozma (LREM) et Claude Soullier (Républicain), co-présidents du Cercle © Cercle sud-grenoblois

Aline Kozma (LREM) et Claude Soullier (LR), copré­si­dents du Cercle. © Cercle sud-gre­no­blois

Deuxième salve de pro­po­si­tions pour le Cercle sud-gre­no­blois. L’association poli­tique fon­dée au len­de­main des élec­tions légis­la­tives de 2017 est en ordre de bataille pour les pro­chaines muni­ci­pales. Et tient à le faire savoir.

 

Après avoir for­mulé onze pro­po­si­tions en 2018 « pour un véri­table chan­ge­ment en mars 2020 », le col­lec­tif pré­pare le dévoi­le­ment de dix nou­velles sug­ges­tions issues de ses dif­fé­rentes com­mis­sions tech­niques.

 

Objectif du Cercle ? « Rassembler toutes les sen­si­bi­li­tés poli­tiques du ter­ri­toire autour de valeurs pour défendre les petites com­munes face à la grosse Métropole qui les laisse par­fois de côté », explique sa copré­si­dente Aline Kozma.

 

La palette des « sen­si­bi­li­tés » est en effet éten­due : Aline Kozma (En marche) par­tage la pré­si­dence avec Claude Soullier (Les Républicains). Alors que parmi les 200 membres du Cercle se trouvent des per­sonnes plu­tôt proches du parti socia­liste… ou même encar­tées PCF.

 

 

Des candidats dans chaque commune du Sud grenoblois

 

Ce grand écart ne dérange aucu­ne­ment Aline Kozma. Pour celle qui est aussi fon­da­trice du mou­ve­ment Elles marchent 38, les membres du col­lec­tif se ras­semblent autour d’un inté­rêt ter­ri­to­rial com­mun. Et si des dis­cus­sions hou­leuses peuvent quel­que­fois sur­ve­nir, elles concernent avant tout les débats natio­naux, assure la copré­si­dente. Qui jure pour sa part bien peu se sou­cier des que­relles poli­ti­ciennes.

 

Denis Bonzy, candidat à Saint-Paul-de-Varces au nom du Cercle sud-grenoblois après avoir été candidat malheureux en 2014 à Grenoble © Nils Louna - Place Gre'net

Denis Bonzy, can­di­dat à Saint-Paul-de-Varces au nom du Cercle sud-gre­no­blois après avoir été can­di­dat mal­heu­reux en 2014 à Grenoble. © Nils Louna – Place Gre’net

 

Le dis­cours du Cercle sud-gre­no­blois n’est pour­tant pas exempt de poli­tique… voire de polé­mique. « L’agglomération gre­no­bloise est mar­quée par le règne des “3i” : immo­bi­lisme, inac­tion, irres­pon­sa­bi­lité », écri­vait le col­lec­tif dans le pré­am­bule de ses pre­mières pro­po­si­tions. La majo­rité métro­po­li­taine, géné­reuse lors­qu’il s’a­git de com­mu­ni­quer sur ses réa­li­sa­tions et objec­tifs, appré­ciera !

 

Aline Kozma l’af­firme : le Collectif n’est pas là pour faire joli et compte pré­sen­ter en 2020 des can­di­dats dans cha­cune des villes du Sud gre­no­blois. Elle-même est en lice à Jarrie, tan­dis que Claude Soullier se pré­sente à Brié-et-Angonnes. À Saint-Paul-de-Varces, c’est Denis Bonzy qui bri­guera la muni­ci­pa­lité. Vif, Varces, Champ-sur-Drac, Claix, Eybens, Bresson, Vizille ou Pont-de-Claix ont éga­le­ment leurs can­di­dats décla­rés*.

 

Autant de têtes de liste qui, membres par­fois d’une for­ma­tion poli­tique défi­nie, se retrouvent autour des « valeurs » énon­cées par le col­lec­tif lors de ses pre­mières pro­po­si­tions.

 

 

Le Sud grenoblois, « poumon vert » de l’agglomération ?

 

Ses pre­mières pro­po­si­tions se pré­sen­taient sous la forme d’un inven­taire où la déon­to­lo­gie occu­pait une grande place : « Désignation d’une équipe de déon­to­logues », « frais de mis­sion des élus […] dis­po­nibles par Internet dans les 30 jours ». Ou encore ins­crip­tion de « tout mar­ché public passé avec une entre­prise com­pre­nant en son sein un des­cen­dant ou un ascen­dant direct d’un membre de l’exécutif ».

 

Le château de Vizille, fleuron du sud-grenoblois © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Le châ­teau de Vizille, fleu­ron du Sud gre­no­blois. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

L’identité du Sud de la métro­pole comp­tait éga­le­ment parmi les pré­oc­cu­pa­tions. Plus que jamais sud-gre­no­blois, le Cercle plai­dait pour une « alter­na­tive à l’actuelle orga­ni­sa­tion uni­forme de la Métro ». Et notam­ment pour le « res­pect du pou­mon vert qu’est le Sud de l’agglomération ». Quitte à exi­ger une refonte du Plan local d’ur­ba­nisme inter­com­mu­nal, après les élec­tions de 2020, si celui-ci allait à l’en­contre de « la place à part entière » occu­pée par la nature sur le ter­ri­toire.

 

Enfin, entre orga­ni­sa­tions de réfé­ren­dums ou ren­for­ce­ment des pro­grammes de loge­ment social, le Cercle met­tait encore en avant… l’é­co­no­mie. « Il faut allé­ger les charges sur toutes les entre­prises, com­merces et arti­sans et rendre du pou­voir d’achat aux citoyens », écri­vait l’as­so­cia­tion. En affir­mant sa volonté de « réorien­ter [le sec­teur public] à des­ti­na­tion de ses seules pré­ro­ga­tives de ser­vice public ». Tout en don­nant prio­rité au privé par délé­ga­tion « dès qu’une acti­vité inter­vient dans un sec­teur concur­ren­tiel ».

 

 

« Sortir de la culture de la sanction permanente »

 

Les nou­velles pro­po­si­tions du col­lec­tif ? Le Cercle sud-gre­no­blois veut la créa­tion d’une « charte des citoyens, avec des enga­ge­ments pré­cis de la Métropole sur des délais de réponses et d’interventions ». Visiblement peu sen­sibles à la mise en place d’un site métro­po­li­tain de démarches en ligne, le Cercle estime que « le client d’une entre­prise numé­rique mon­diale est [aujourd’­hui] mieux traité que le citoyen de la Métro dans la prise en consi­dé­ra­tion de sa requête ».

 

Pour le Cercle sud-grenoblois, la Métropole doit en finir avec les sanctions et récompenser les bons comportements. Exemple : le respect des limitations de vitesse © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pour le Cercle sud-gre­no­blois, la Métropole doit en finir avec les sanc­tions et récom­pen­ser les bons com­por­te­ments. Exemple : le res­pect des limi­ta­tions de vitesse. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

L’association pro­pose ensuite la mise en place d’une appli­ca­tion « pour la signa­li­sa­tion de tous les pro­blèmes de cir­cu­la­tion avec l’information en temps réel et la pro­po­si­tion de solu­tions immé­diates de contour­ne­ment ». Le site Métromobilité, qui pro­pose une carte incluant les « évé­ne­ments rou­tiers », n’est visi­ble­ment pas assez réac­tif aux yeux du Cercle. Qui appelle la Métro à s’ins­pi­rer du pro­jet de « métro­pole intel­li­gente et connec­tée » OnDijon.

 

Autres idées ? Celle d’un « test de stress hydriques » sur les com­munes de la Métro. Ou encore la créa­tion d’un cime­tière ani­ma­lier inter­com­mu­nal et de « cam­pagnes civiques sur le trai­te­ment des ani­maux ». Côté civisme, le Cercle prône encore l’ins­tau­ra­tion de « cours d’ins­truc­tion envi­ron­ne­men­tale en écoles pri­maires, col­lèges et lycées ». Avec la mise en valeur des pra­tiques ver­tueuses. Et entend « sor­tir de la culture de la sanc­tion per­ma­nente » en pre­nant le parti de “récom­pen­ser” les bons com­por­te­ments.

 

 

Des élus métropolitains « prisonniers des traditions » ?

 

Le Cercle sud-gre­no­blois consi­dère éga­le­ment que la Métro devrait sou­te­nir les familles « lorsque les per­sonnes âgées sont en perte d’autonomie ». Qu’il s’a­gisse de leur main­tien à domi­cile, de la recherche de solu­tions tem­po­raires durant l’ab­sence des aidants fami­liaux, ou de l’ins­tal­la­tion d’un parent dans un Ehpad. En 2018, dans ses pre­mières pro­po­si­tions, l’as­so­cia­tion pré­voyait déjà « un pro­gramme de créa­tion de mai­sons d’accueil pour per­sonnes âgées dépen­dantes ».

 

Pour Aline Kozma, une expérimentation comme la votation citoyenne à Grenoble devrait être protégée des recours © Florent Mathieu - Place Gre'net

Pour Aline Kozma et le Cercle sud-gre­no­blois, une expé­ri­men­ta­tion comme la vota­tion citoyenne à Grenoble devrait être pro­té­gée des recours. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le Cercle exige par ailleurs « la recon­nais­sance du droit à contes­ter une déci­sion admi­nis­tra­tive sans craindre le risque de s’exposer à des péna­li­tés lourdes ». Dans le viseur ? La plainte de Grenoble Habitat contre des oppo­sants du pro­jet Galtier. Une pro­po­si­tion quelque peu en contra­dic­tion avec celle du « droit à l’ex­pé­ri­men­ta­tion ». Au nom duquel, au contraire, la juriste Aline Kozma juge « qu’il faut être moins rigou­reux sur cer­tains recours qui peuvent être dépo­sés ». Exemple ? La vota­tion citoyenne mise en place (et annu­lée) à Grenoble.

 

Enfin, le Cercle attend en 2020 un « pro­gramme de remise à zéro des poli­tiques publiques métro­po­li­taines ». Avec, à la clé, « une réduc­tion dras­tique de la pres­sion fis­cale locale », tout en ces­sant d’être « pri­son­nier des tra­di­tions ». Prisonnier ? « Beaucoup d’é­lus ont du mal à recon­naître que, par­fois, ils ont fait fausse route sur cer­tains dos­siers. Pour ne pas dire qu’ils se sont trom­pés, ils conti­nuent à abon­der dans un sens alors que l’on a constaté l’é­chec de tel ou tel pro­jet », juge Aline Kozma, en citant les cas d’Alpexpo ou du Stade des Alpes.

 

Florent Mathieu

 

 

* À Vif : Karine Maurinaux (asso­cia­tion Contamination Eau Sud Agglo). À Varces : Jean-Michel Losa (conseiller muni­ci­pal d’opposition). À Champ-sud-Drac : Muriel Riou (ancienne adjointe, démis­sion­naire). À Claix : Nathalie Cotte (conseillère muni­ci­pale d’opposition). À Eybens : Philippe Paillard (chef d’en­tre­prise). À Vizille : Bernard Ughetto-Monfrin (syn­di­ca­liste, PCF). Au Pont-de-Claix : Thomas Ditrani (Contrôleur de ges­tion GEG). (voir enca­dré)

 

 

À CLAIX, NATHALIE COTTE SE DÉSOLIDARISE DU CERCLE

 

Suite à la paru­tion de notre articles, deux réac­tions se sont faites connaître sur les réseaux sociaux. Concernant la can­di­da­ture de Bernard Ughetto-Monfrin, le PCF Sud-Grenoblois salue le sou­tien de « l’an­cien vizillois » Claude Soullier. Mais tient tou­te­fois à bien pré­ci­ser que l’or­ga­ni­sa­tion n’est pas membre du Cercle Sud-Grenoblois, « et ne par­tage pas l’en­semble des orien­ta­tions pré­sen­tées dans l’ar­ticle ».

 

Plus pro­blé­ma­tique, le can­di­dat concerné affirme lui aussi ne pas appar­te­nir, et n’a­voir jamais appar­tenu, au Cercle sud-gre­no­blois. Le fait de sou­te­nir une liste a t‑il valeur de recru­te­ment par défaut pour l’as­so­cia­tion ?…

 

Nathalie Cotte, can­di­date à Claix, déclare pour sa part avoir été « citée a son insu ». « Je ne par­tage pas le constat du règne des 3i, ni les méthodes uti­li­sées », écrit-elle. En consi­dé­rant que « la pre­mière des règles [de déon­to­lo­gie] est de ne pas asso­cier des indi­vi­dus sans leur accord ». Une réac­tion pos­tée sur Facebook, ame­nant le réfé­rent LREM 38 Olivier Six à pré­ci­ser que la démarche d’Aline Kozma « n’en­gage en rien La République en marche ».

 

 

Des « engagements à géométrie variable », raille Aline Kozma

 

Réponse d’Aline Kozma ? La co-pré­si­dente du Cercle per­siste et signe : Nathalie Cotte se reven­di­quait bel et bien de l’as­so­cia­tion. Et d’a­dres­ser à la can­di­date une réponse cin­glante : « Les enga­ge­ments à géo­mé­trie variable sont jus­te­ment les méthodes de “micro-cli­mats” ponc­tuels pour divers arran­ge­ments que nous ne sou­hai­tons plus voir dans cette agglo­mé­ra­tion ». Contactée par Place Gre’net, Nathalie Cotte n’a pas (encore) répondu à notre sol­li­ci­ta­tion.

 

Quid de la réac­tion d’Olivier Six ? « C’est de bonne guerre », estime la fon­da­trice d’Elles marchent 38. Et d’ex­pli­quer que sa for­ma­tion est « rat­ta­chée direc­te­ment au natio­nal », et même au minis­tère du Droit des femmes, et non à LREM 38. Après les que­relles intes­tines accom­pa­gnant la dési­gna­tion d’Émilie Chalas pour les Municipales de Grenoble, une nou­velle preuve que la séré­nité règne dans les rangs isé­rois du mou­ve­ment pré­si­den­tiel ?

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
4250 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.