Deux millions d’euros pour un recours ? Visés par une plainte de Grenoble Habitat, des Grenoblois interpellent les élus

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FIL INFO — Deux familles voisines du chantier Galtier de Grenoble Habitat interpellent les élus du conseil municipal de Grenoble. L’objet de leur courrier ? Après avoir déposé un recours contre le projet immobilier, les plaignants ont écopé d’une plainte déposée devant la justice par le bailleur social. Ce dernier leur réclame pas moins de 2,3 millions d’euros pour préjudice. Une « action brutale », estiment les intéressés.

 

 

« Comment accep­ter qu’une telle vio­lence soit tolé­rée par une muni­ci­pa­lité prô­nant la par­ti­ci­pa­tion des citoyens ? » Depuis décembre 2017, des voi­sins de l’an­cien garage Galtier sont sous la menace d’une plainte dépo­sée à leur encontre par Grenoble Habitat. Le bailleur social, pré­sidé par la conseillère muni­ci­pale de Grenoble Maryvonne Boileau, réclame ainsi aux familles la somme fara­mi­neuse de 2,3 mil­lions d’eu­ros.

 

Louis Cipri et Bruno de Lescure de Vivre à Grenoble, aux côtés d'Emmanuel Vincent et Marie-Pierre Merel, sur qui pèsent une plainte à deux millions d'euros © Florent Mathieu - Place Gre'net

Louis Cipri et Bruno de Lescure de Vivre à Grenoble, aux côtés d’Emmanuel Vincent et Marie-Pierre Merel, sur qui pèse la plainte. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Leur crime ? Avoir déposé un recours contre le pro­jet immo­bi­lier de Grenoble Habitat sur le site Galtier, jugé enta­ché d’ir­ré­gu­la­ri­tés par les requé­rants et l’as­so­cia­tion Vivre à Grenoble qui les sou­tient. Le bailleur social a répli­qué en por­tant plainte devant le tri­bu­nal de grande ins­tance. Une « mesure d’in­ti­mi­da­tion », estiment les inté­res­sés. Qui se rap­pellent au bon sou­ve­nir des élus de Grenoble dans une lettre rédi­gée fin juin.

 

 

« La seule logique du chiffre »

 

« Nous sommes encore aba­sour­dis par la bru­ta­lité de cette action envers des citoyens qui cherchent à faire valoir leurs droits dans le strict res­pect des règles », écrivent les dépo­sants du recours. Et ceux-ci de deman­der aux conseillers muni­ci­paux « d’intervenir pour que la Ville recon­naisse la légi­ti­mité à l’action de ses citoyens à faire valoir leurs droits, sans consi­dé­rer que l’usage de ce droit est for­cé­ment abu­sif ».

 

Maryvonne Boileau, conseillère municipale déléguée à la Politique de la Ville de Grenoble, et présidente de Grenoble Habitat © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Maryvonne Boileau, conseillère muni­ci­pale délé­guée à la Politique de la Ville de Grenoble, et pré­si­dente de Grenoble Habitat. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Les deux familles estiment par ailleurs que les motifs de leurs recours étaient valables… avant que des modi­fi­ca­tions du plan local d’ur­ba­nisme ne per­mettent au pro­jet de ren­trer dans les clous. Exemple ? « Une dis­po­si­tion per­met­tant de consi­dé­rer les sur­faces en béton poreux comme sur­faces de pleine terre a été oppor­tu­né­ment votée par la Métro à la demande de la Ville », écrivent-ils. Ce qui a frappé de nul­lité le reproche de manque d’es­paces verts inclus dans les recours.

 

« Si nous avions eu affaire à un pro­mo­teur privé, nous n’aurions sans doute pas subi tous ces ennuis. En effet, la Ville aurait joué tout son rôle de tem­po­ri­sa­teur et le pro­mo­teur aurait dû adap­ter son pro­jet à la régle­men­ta­tion en vigueur (et non l’inverse) », iro­nise le cour­rier. Qui demande à Grenoble Habitat « un pro­jet durable et inno­vant au lieu de s’obstiner dans la seule logique du chiffre »… et de renon­cer au pas­sage à leur récla­mer 2 mil­lions d’eu­ros.

 

Sollicité par Place Gre’net, Grenoble Habitat n’a pas donné suite à notre demande de réac­tion.

 

FM

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
7369 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. sep article
  3. Honte à #Eric Piolle et son amie #Maryvonne Boileau, sa mar­raine poli­tique et pré­si­dente de #Grenoble Habitat qui se vengent en atta­quant ces # Grenoblois.

    sep article