Incendie de l’Hôtel de Ville : Alain Carignon dénonce un patrimoine « qui s’effondre », la municipalité dément

sep article



 

FOCUS – Suite à l’incendie survenu dans la salle du conseil municipal de l’Hôtel de Ville de Grenoble, Alain Carignon dénonce des manquements supposés dans la gestion du bâtiment par une municipalité « exsangue financièrement  ». En réponse, la Ville dénonce des mensonges de la part du candidat… et le renvoie à son propre passé en tant que maire de Grenoble dans les années 80 et 90.

 

 

« C’est tout de même la mai­son com­mune des Grenoblois qui s’ef­fondrent ! » Sans sur­prise, Alain Carignon n’a pas man­qué de réagir à l’in­cen­die sur­venu dans les locaux de l’Hôtel de Ville de Grenoble lundi 30 sep­tembre. Deux jours plus tard, le can­di­dat déclaré aux muni­ci­pales 2020 don­nait ren­dez-vous aux jour­na­listes sur le par­vis du même Hôtel de Ville pour dire tout le mal qu’il pen­sait de la ges­tion du patri­moine muni­ci­pal par Éric Piolle et son équipe.

 

Hôtel de Ville de Grenoble : Alain Carignon tacle la municipalité et l'estime inopérante face à un patrimoine « qui s'effondre ».Conférence de presse d'Alain Carignon sur le parvis de l'Hôtel de Ville © Florent Mathieu - Place Gre'net

Conférence de presse d’Alain Carignon sur le par­vis de l’Hôtel de Ville © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Des cri­tiques qui s’ap­puient notam­ment sur un avis « défa­vo­rable » rendu en 2017 par la sous-com­mis­sion dépar­te­men­tale de sécu­rité de la pré­fec­ture. Ainsi que sur un rap­port d’ob­ser­va­tion de la Chambre régio­nale des comptes (CRC), daté pour sa part de 2018. Les conclu­sions : le bâti­ment de l’Hôtel de Ville ne pré­sente pas de bonnes condi­tions de sécu­rité incen­die. Et néces­site dès lors d’im­por­tants tra­vaux de mise aux normes.

 

 

Alain Carignon soucieux des impôts des Grenoblois

 

« En réa­lité, la Ville n’a plus les moyens : elle est exsangue finan­ciè­re­ment et il y a une sorte de fuite en avant qui met le per­son­nel en dan­ger », tacle Alain Carignon. Pour qui l’Hôtel de Ville n’est pas le seul édi­fice du patri­moine muni­ci­pal en péril. Et de citer l’an­cien musée de pein­ture, ou encore la Tour Perret. La res­tau­ra­tion de cette der­nière n’est-elle pas sur les rails ? « Il n’y a pas un cen­time dans les tuyaux. Que de la palis­sade et de la com ! », iro­nise-t-il (voir enca­dré).

 

Hôtel de Ville de Grenoble - barrières disposées à la suite de l'incendie. © Sébastien Riglet - Place Gre'net

Des bar­rières dis­po­sées à la suite de l’in­cen­die de l’Hôtel de Ville de Grenoble. © Sébastien Riglet – Place Gre’net

 

À pro­pos de com, pas ques­tion pour l’an­cien maire de Grenoble de décrire sa confé­rence sur les “terres” même d’Éric Piolle comme un acte de défi. « Il ne s’a­git pas de défier : c’est un dos­sier qui concerne tous les Grenoblois, qui s’a­per­çoivent que le patri­moine de la Ville n’a pas été entre­tenu. » Alain Carignon dit comp­ter sur la période pré-élec­to­rale pour révé­ler aux élec­teurs les man­que­ments sup­po­sés de la muni­ci­pa­lité. Avec, pour refrain, une ques­tion : « Où vont nos impôts ? »

 

La ques­tion finan­cière taraude d’au­tant plus le can­di­dat que le bâti­ment de l’Hôtel de Ville est auto-assuré par la muni­ci­pa­lité. En somme, la Ville doit pro­vi­sion­ner chaque année une somme pour parer à d’é­ven­tuels tra­vaux… comme ceux que vont néces­si­ter le sinistre. « Cette pro­vi­sion sera-t-elle suf­fi­sante pour cou­vrir les coûts du sinistre ? Combien cela va-t-il coû­ter au contri­buable gre­no­blois ? », inter­roge l’an­cien maire.

 

 

Trop tôt pour établir un coût, estime la Ville

 

« Mensonge ! » réplique l’ad­jointe de Grenoble en charge du Personnel et du Patrimoine muni­ci­pal. Non seule­ment l’Hôtel de Ville est assuré, en l’oc­cur­rence par la société Amlin, mais Maud Tavel assure que le renou­vel­le­ment du contrat en 2017 a per­mis « d’a­voir une meilleure cou­ver­ture avec une prime annuelle beau­coup moins impor­tante que le pré­cé­dent ». Seul domaine dans lequel la Ville s’auto-assure : la ges­tion des res­sources humaines, pré­cise-t-elle.

 

Maud Tavel, adjointe à la ville en charge du Personnel et du Patrimoine municipal © Joël Kermabon - Place Gre'net

Maud Tavel, adjointe en charge du Personnel et du Patrimoine muni­ci­pal. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Quant à savoir com­bien le sinistre va coû­ter, Maud Tavel indique qu’il est encore trop tôt pour avan­cer un chiffre : « À quelques jours de l’in­cen­die, on a plu­tôt géré la crise et assuré la conti­nuité des ser­vices ! » Le déroulé des opé­ra­tions ? L’expert de la société d’as­su­rances s’est rendu sur les lieux jeudi 3 octobre, tan­dis que deux entre­prises spé­cia­li­sées doivent effec­tuer des visites pour pré­sen­ter cha­cune leur devis pour le net­toyage des locaux.

 

« Ensuite, il y aura évi­dem­ment les tra­vaux pour refaire la salle, mais pour le moment nous en sommes à net­toyer pour pou­voir réin­té­grer les salles de réunion et les bureaux, ainsi que net­toyer la salle des mariages, le salon et le hall d’hon­neur », pour­suit Maud Tavel. Qui assure que les coûts totaux liés à la remise en état des locaux sinis­trés par l’in­cen­die seront dis­cu­tés, et que la Ville fera acte de trans­pa­rence le moment venu.

 

 

Un droit de retrait des employés refusé par la municipalité

 

Devant l'hôtel de ville, Alain Carignon n'hésite pas à évoquer un « syndrome de Rouen » © Florent Mathieu - Place Gre'net

Alain Carignon n’hé­site pas à évo­quer un « syn­drome de Rouen » © Florent Mathieu – Place Gre’net

L’ancien maire met éga­le­ment sur le tapis la ques­tion de la sécu­rité des agents et n’hé­site pas à par­ler de « syn­drome de Rouen » en accu­sant la Ville d’o­pa­cité sur les résul­tats des pré­lè­ve­ments effec­tués. Sa crainte ? La pré­sence dans l’air de pol­luants, voire d’a­miante, suite à l’in­cen­die. « Il faut publier tous les docu­ments pour que les employés, en par­ti­cu­lier, soient ras­su­rés », tance Alain Carignon.

 

Des employés dont cer­tains ont demandé à exer­cer un droit de retrait, refusé par leur employeur. Maud Tavel confirme, en arguant que la muni­ci­pa­lité se basait sur les recom­man­da­tions mêmes des pom­piers. À deux reprises, ceux-ci auraient indi­qué que le bâti­ment ne pré­sen­tait pas de dan­ger pour la santé. Au final, une quin­zaine de per­sonnes auraient été incom­mo­dées, prin­ci­pa­le­ment par des maux de tête.

 

La ques­tion des pré­lè­ve­ments ? Contrairement à ce que sous-entend Alain Carignon, l’ad­jointe affirme que leurs résul­tats ne sont pas encore connus. Un pre­mier rap­port devait par­ve­nir à la muni­ci­pa­lité ven­dredi 4 octobre, puis un docu­ment plus com­plet en milieu de semaine sui­vante. Et celle-ci de s’en­ga­ger à com­mu­ni­quer les résul­tats aux orga­ni­sa­tions syn­di­cales. « Je trouve assez fort de nous adjoindre quelque chose que, de toute façon, nous aurions fait ! », s’a­gace Maud Tavel.

 

Hôtel de Ville de Grenoble © Éléonore Bayrou

Hôtel de Ville de Grenoble © Éléonore Bayrou

 

Pour autant, l’ad­jointe se veut ras­su­rante : « Des tra­vaux avaient été faits pour la sono­ri­sa­tion et la retrans­mis­sion vidéo [de la salle du conseil muni­ci­pal, ndlr]. Le diag­nos­tic indique qu’il n’y a pas d’a­miante dans cette pièce-là », explique-t-elle. Reste à savoir, et c’est l’ob­jet de pré­lè­ve­ments réa­li­sés mardi et mer­credi, si des par­ti­cules sont res­tées dans l’air. Ce alors que le bâti­ment a été ample­ment aéré dans la nuit de lundi à mardi, rap­pelle-t-elle encore.

 

 

« Nous avons prévu d’engager un programme de travaux »

 

Quid des avis défa­vo­rables qui, depuis des années, sanc­tionnent la sécu­rité incen­die de l’Hôtel de Ville ? Maud Tavel met en avant plu­sieurs élé­ments de réponse, à com­men­cer par la pré­sence d’un PC sécu­rité com­posé de douze agents, « pré­sents 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ». L’adjointe évoque éga­le­ment les exer­cices d’é­va­cua­tion, jugés en nombre insuf­fi­sant par la com­mis­sion. « Entre 2002 et 2013, il y en a eu cinq. Depuis 2014, nous en avons fait trois et un qua­trième est pro­grammé sur l’au­tomne », annonce-t-elle.

 

Pose de la première pierre des futures archives départementales. Leur déménagement permettrait l'emménagement des archives municipales rue Auguste-Prudhomme © Conseil départemental de l'Isère

Pose de la pre­mière pierre des futures archives dépar­te­men­tales. Leur démé­na­ge­ment per­met­trait l’emménagement des archives muni­ci­pales rue Auguste-Prudhomme. © Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère

 

Autre point : la pré­sence des archives muni­ci­pales, au rez-de-chaus­sée d’un immeuble de grande taille, soit la confi­gu­ra­tion idéale pour occa­sion­ner un embra­se­ment. La Ville et la Métropole, qui gèrent conjoin­te­ment ce ser­vice, ont posé une pré­emp­tion pour l’a­chat du bâti­ment des archives dépar­te­men­tales, rue Auguste-Prudhomme. En somme, les archives de la mai­rie pren­draient la place de celles du Département, dont le démé­na­ge­ment à Saint-Martin-d’Hères est prévu à l’ho­ri­zon 2021.

 

Autant de dis­po­si­tifs qui, pour autant, ne consti­tuent pas de solu­tions aux pro­blèmes struc­tu­rels sou­le­vés par le bâti­ment. « Nous avons prévu d’en­ga­ger un pro­gramme de tra­vaux », fait savoir Maud Tavel. « Une consul­ta­tion est parue au mois de sep­tembre pour tra­vailler avec un maître d’œuvre et mettre en place un pro­gramme de tra­vaux à par­tir de 2020 sur plu­sieurs années », ajoute-t-elle.

 

 

Le bureau du maire dans un HLM à Arlequin, promet Alain Carignon

 

Pas de quoi convaincre Alain Carignon pour qui, encore une fois, la Ville n’a pas les moyens de débour­ser les mil­lions d’eu­ros néces­saires, selon lui, à la réa­li­sa­tion de tra­vaux de fonds sur l’Hôtel de Ville. Aux yeux de l’an­cien maire, Éric Piolle n’a plus que deux solu­tions : « Soit la conti­nua­tion de la fuite en avant, soit l’aug­men­ta­tion des impôts locaux ». Et de pré­dire dès lors une hausse de la fis­ca­lité en cas de réélec­tion de l’ac­tuel édile de Grenoble.

 

La promesse d'Alain Carignon : installer son bureau de maire dans un HLM de l'Arlequin. © Nina Soudre - Place Gre'net

La pro­messe d’Alain Carignon : ins­tal­ler son bureau de maire dans un HLM de l’Arlequin. © Nina Soudre – Place Gre’net

Les pro­po­si­tions du can­di­dat en lice ? Elles n’ont guère varié : Alain Carignon réaf­firme sa pro­messe de dépla­cer les ser­vices muni­ci­paux dans les quar­tiers de Grenoble, à com­men­cer par le bureau de maire qu’il ins­tal­le­rait, dit-il, dans un HLM de l’Arlequin. Avec pour objec­tif de « recon­qué­rir » Mistral, Villeneuve, le Village olym­pique… tout en louant le bâti­ment de l’hô­tel de Ville à une entre­prise pri­vée.

 

« Il faut que d’une fai­blesse, on fasse une force », résume Alain Carignon en pré­vi­sion de la « recette » que devien­drait une telle loca­tion si le maire et ses ser­vices s’ins­tallent ailleurs. Au pas­sage, le can­di­dat ne manque pas d’i­ro­ni­ser : « Cela fait deux ans qu’une de mes pro­po­si­tions est que le conseil muni­ci­pal s’ins­talle à la Métro. Aujourd’hui, ils le mettent en œuvre. Notre pro­gramme com­mence à être appli­qué avant que l’on soit élu ! », s’a­muse-t-il.

 

 

Un Hôtel de ville guère mieux loti… sous les mandats Carignon ?

 

À iro­nie, iro­nie et demi. « Alain Carignon a la mémoire un peu courte et s’ar­rête à une période où ça l’ar­range, un peu comme le nuage de Tchernobyl qui s’est arrêté juste à la fron­tière ! », tacle Maud Tavel. L’adjointe pra­tique la raille­rie sur plu­sieurs étages, n’ou­bliant pas que l’homme était ministre de l’Environnement lors de la catas­trophe nucléaire en Ukraine, qui avait fait l’ob­jet d’une com­mu­ni­ca­tion pour le moins hasar­deuse de la part du gou­ver­ne­ment de l’é­poque.

 

Maud Tavel indique ainsi qu’au­cune visite de com­mis­sion de sécu­rité n’a été réa­li­sée dans l’hô­tel de Ville durant les deux man­dats d’Alain Carignon. Mais qu’un rap­port publié à la fin de son deuxième man­dat fai­sait état du « carac­tère dan­ge­reux de cer­taines par­ties de l’é­ta­blis­se­ment qui peuvent être source d’in­cen­die et sur­tout de pro­pa­ga­tion ». En somme, le bâti­ment n’a pas attendu l’ar­ri­vée de Michel Destot aux affaires pour deve­nir inflam­mable.

 

L'ancien musée de peinture de Grenoble, laissé à l'abandon... par Alain Carignon ? © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

L’ancien musée de pein­ture de Grenoble, laissé à l’a­ban­don… par Alain Carignon ? © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Interrogé sur la ques­tion et visi­ble­ment pris par sur­prise, l’an­cien maire botte en touche. « S’il n’y a pas eu de visite, c’est que ça fonc­tion­nait très bien ! », répond-il aux jour­na­listes. Avant de répé­ter que le patri­moine muni­ci­pal est « aban­donné depuis vingt-cinq ans ». Et de juger, plus iro­nique que jamais : « Si aujourd’­hui l’Hôtel de Ville, la Tour Perret et l’an­cien musée de pein­ture s’ef­fondrent, ce n’est tout de même pas de ma faute ! »

 

Un peu quand même, semble consi­dé­rer Maud Tavel. « Comment se fait-il qu’au moment où la déci­sion a été prise de sa part de construire un nou­veau musée, il ne s’est pas à un moment demandé quoi faire de l’an­cien musée place de Verdun ? Ce sont toutes ces déci­sions et cette non-anti­ci­pa­tion qui aujourd’­hui nous mettent en dif­fi­culté ! », assène l’ad­jointe. Reste à inves­tir pour les deux can­di­dats dans une machine à remon­ter le temps ?

 

Florent Mathieu

 

 

LA RESTAURATION DE LA TOUR PERRET, BUDGÉTISÉE OU NON ?

 

La cri­tique est récur­rente dans le camp Carignon et le site Grenoble le chan­ge­ment s’en fait l’é­cho : la pro­messe d’une res­tau­ra­tion et d’une réou­ver­ture au public de la Tour Perret pour 2022 n’est assor­tie d’au­cun finan­ce­ment. « Il s’agit de tenir jusqu’en mars 2020 afin d’être sauvé par le gong de l’élection », écrit le site pro-Carignon et réso­lu­ment anti-Piolle, en moquant les palis­sades dis­po­sées autour de l’é­di­fice.

 

François Botton, architecte désigné pour la restauration de la Tour Perret, aux côtés d'Éric Piolle © Florent Mathieu - Place Gre'net

François Botton, archi­tecte dési­gné pour la res­tau­ra­tion de la Tour Perret, aux côtés d’Éric Piolle. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La Ville a pour­tant pré­senté l’ar­chi­tecte en charge de la res­tau­ra­tion, et pro­cédé à des pre­miers rele­vés, sans convaincre ses oppo­sants. « Aujourd’hui, nous sommes en phase d’é­tude, parce que la ques­tion de la fabri­ca­tion du béton et de sa péren­ni­sa­tion inté­resse aussi beau­coup la recherche », indique Maud Tavel.

 

 

Des économies pour financer des réhabilitations ?

 

La Tour Perret. © Florent Mathieu - Place Gre'net

La Tour Perret. © Florent Mathieu – Place Gre’net

La Ville dis­pose-t-elle de l’argent néces­saire pour mener à bien son pro­jet de res­tau­ra­tion ? « Nous recher­chons un cer­tain nombre de finan­ce­ments », répond l’ad­jointe au Patrimoine, en affir­mant que la Ville compte déjà des par­te­naires finan­ciers.

 

Pour le reste, Maud Tavel compte sur la « stra­té­gie immo­bi­lière » de la muni­ci­pa­lité, consis­tant à céder des com­merces, loge­ments ou garages dont elle n’a plus l’u­ti­lité.

 

Autre piste : le regrou­pe­ment les ser­vices pour faire des éco­no­mies. « À l’ho­ri­zon 2015, nous pas­se­rons d’une quin­zaine de sites tech­niques et admi­nis­tra­tifs à cinq sites », chiffre encore l’ad­jointe. Avant de conclure : « Tout cela va nous per­mettre de réha­bi­li­ter du patri­moine immo­bi­lier, qui a été si long­temps aban­donné ».

Immobilier des Alpes - Offres exceptionnelles de séjours aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
6274 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Les pas­tèques paniquent, c’ est bien de les voir en état catas­tro­phique quelques mois avant les élec­tions

    sep article
  2. Très étonné que place gre’­net ne modère pas les pro­pos insul­tants de Lasavanne??? Parti pris déli­béré ?

    sep article
    • FM

      07/10/2019
      10:27

      Le com­men­taire vient d’être modéré. Et pour rap­pel, un inter­naute nous accu­sait de parti-pris pro-Carignon voilà à peine dix jours…

      sep article
    • Alors quoi ? on ne sau­rait qu’être d’ac­cord avec le tableau que vous dres­sez des pré­ten­dues « glo­rieuses » années Carignon, aussi infa­mant par son sim­plisme… auquel il fal­lait bien répondre … je n’ai pas lu les « insultes » de celui que vous dénon­cez ( m’sieur, m’sieur, il ma tapé !!!!) , mais aujourd’hui , M. Carignon peut rem­bal­ler sa bim­be­lo­te­rie de bate­leur de foire, l’in­cen­die de la salle d u conseil s’a­vère cri­mi­nel ; la honte soit sur cet homme et sur ce qu’il fait de la poli­tique.

      sep article
  3. Carignon res­pon­sable de ceci,  Carignon res­pon­sable de cela Tchernobyl (il n’é­tait que ministre, pas pré­sident et a fait avec les info du bord)   sa condam­na­tion (qui’il  à payé lour­de­ment ) répètent en coeur les per­ro­quets de la muni­ci­pa­lité avec leurs potes  et leurs innom­brables faux comptes sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter
     
    Sauf qu’Alain Carignon n’est plus aux affaires depuis plus de 25 ans alors que pen­dant ce temps Destot et ses alliés verts et rouges,  et encore plus depuis leur arrivé en 2014 ont fait gra­ve­ment rétro­gra­der  Grenoble et conti­nuent de plus belle tout en dila­pi­dant l’argent des Grenoblois en innom­brable cam­pagnes de com, fêtes des tuiles et autres pro­jets clien­té­listes mal négo­ciés donc rui­neux, sans oublier des recettes par mil­lions volon­tai­re­ment aban­don­nées..

    sep article
    • L hôpi­tal qui se fout de la cha­rité !
      le gars a vécu sur la bete, abus de bien social ? c’est qui ? faux usage de faux c’est qui ? Corruption c’est qui ?
      Le mal­hon­nête montre du doigt et accuse d’in­com­pé­tence les autre, pfff
      vrai ? faux ? qu’il dégage le [modéré, insultes].

      sep article