Incendie à l’hôtel de ville de Grenoble : les normes de sécurité en question ?

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

 

EN BREF – Un important incendie a détruit la salle du conseil municipal au sein de l’hôtel de ville de Grenoble, ce lundi 30 septembre, vers 3 h 15 du matin. Si les dégâts sur place sont importants, il n’y a pas eu de blessé. Alors que la police scientifique et les pompiers enquêtent encore sur les causes du feu, le syndicat Force ouvrière s’interroge de nouveau sur le respect des normes incendie.

 

 

Des pompiers à l'intérieur de l'Hôtel de Ville de Grenoble partiellement incendié, le 30 septembre 2019. © Sébastien Riglet - Placegrenet.fr

Des pompiers à l’intérieur de l’Hôtel de Ville de Grenoble partiellement incendié, le 30 septembre 2019. © Sébastien Riglet – Placegrenet.fr

Il se dit « malheureux ». Mais pas forcément étonné après l’incendie de l’hôtel de ville de Grenoble, ce lundi 30 septembre peu après 3 heures du matin. Pour Cherif Boutafa, que ce feu soit d’origine « criminel[le] ou technique, les faits nous donnent malheureusement raison ».

 

Et le secrétaire général du syndicat Force ouvrière (FO) de la Ville de rappeler qu’il avait déjà alerté à plusieurs reprises le maire, au sujet des risques d’incendie dans le bâtiment.

 

« On lui avait fait un courrier récemment. Nous l’avions notamment prévenu sur les bastaings placés sur les portes de secours, souligne-t-il. Le feu a pris dans la salle du conseil municipal. S’il y avait eu du monde à l’intérieur, il aurait été très compliqué de sortir les gens. »

 

 

Quid de la formation des agents de sécurité ?

 

Le syndicat FO s’interroge également sur la formation des agents de sécurité, présents de nuit. Ce sont eux qui ont alerté les secours après le déclenchement de l’alarme incendie. « Ont-ils réellement reçu une formation suffisante, en cas d’incendie de cette ampleur ? » Aucun doute selon Thierry Chastagner, adjoint à la Sécurité civile, à la Ville de Grenoble. « Le déclenchement de l’alerte a été rapide. Et nos agents sont formés sur le PC incendie. »

 

Alors que le feu a détruit la salle du conseil municipal de l'hôtel de ville de Grenoble, le syndicat FO s'interroge sur le respect des normes incendie.Un policier municipal devant l'Hôtel de Ville de Grenoble partiellement incendié, le 30 septembre 2019. © Sébastien Riglet - Placegrenet.fr

Un policier municipal devant l’Hôtel de Ville de Grenoble. © Sébastien Riglet – Placegrenet.fr

 

Eric Piolle, maire de Grenoble, a enfoncé le clou dans un communiqué envoyé en début d’après-midi. « Des agents de sécurité sont présents 7 jours sur 7 et 24h/24 pour assurer la sécurité de l’Hôtel de ville. Ils effectuent une ronde toutes les vingt minutes. Je tiens à les remercier et les féliciter pour leur sang-froid et leur réactivité. »

 

 

« Les moyens sur la sécurité incendie sont très bons »

 

Alors, le bâtiment est-il particulièrement vulnérable en cas de feu ? Pas spécialement, selon l’élu : « Les moyens sur la sécurité incendie sont très bons, et l’hôtel de ville est bien entretenu. » La sous-commission départementale de sécurité avait pourtant émis un avis défavorable à la poursuite du fonctionnement de l’hôtel de ville en 2017. Ce qui avait fait réagir publiquement les élus CHS-CT du syndicat FO le 8 juillet dernier.

 

Hôtel de Ville de Grenoble partiellement incendié, le 30 septembre 2019. Thierry Chastagner, adjoint à la sécurité civile. © Sébastien Riglet - Placegrenet.fr

Thierry Chastagner, adjoint à la sécurité civile, se montre confiant quant au risque incendie au sein de l’Hôtel de Ville de Grenoble . © Sébastien Riglet – Placegrenet.fr

 

Pour Thierry Chastagner, cet avis a été motivé par une raison principale. « Il y a des archives, donc beaucoup de papiers, au rez-de-chaussée. Mais il se trouve que cela concerne l’aile droite du bâtiment. Or c’est l’aile gauche qui a brûlé. » De nombreux documents, par nature inflammables, qui doivent être transférés vers les Archives départementales de l’Isère en 2020 ou 2021.

 

 

« Cet incident ne va pas rassurer les agents qui travaillent à la mairie »

 

Quoiqu’il en soit, difficile à l’heure actuelle de chiffrer les dégâts. Est-ce que l’avis défavorable évoqué précédemment peut limiter l’indemnisation par les assurances ? « On va voir rapidement », précise Thierry Chastagner.

 

De son côté, le syndicat FO prévient. Il va « contacter le maire rapidement. Une table ronde va être réclamée. Il faut qu’il cesse de nous répondre par courrier. De nombreux agents qui travaillent à la mairie ont peur de se rendre au travail. Cet incident ne va pas les rassurer. »

 

Un accueil pour les agents municipaux et un numéro spécial ont, en tout cas, été mis en place dès le début de la matinée, alors que le bâtiment a été rouvert à tous, précise la Ville. Qui souligne avoir demandé à un laboratoire indépendant agréé des analyses complémentaires à celle des sapeurs-pompiers.   

 

Sébastien Riglet

 

La piste accidentelle privilégiée, même si l’enquête se poursuit

 

Une enquête, confiée au commissariat de police de Grenoble, a été ouverte pour destruction involontaire par incendie, a confirmé Eric Vaillant, procureur de la République de Grenoble ce 30 septembre en début de soirée.

 

« À ce stade de l’enquête qui ne fait que débuter, aucun élément ne permet de retenir une piste criminelle. En effet, il n’y a pas eu a priori d’effraction et aucune trace d’accélérateurs de feu n’a été mise en évidence », précise-t-il.

 

Plusieurs prélèvements ont par ailleurs été réalisés et vont être analysés. Et Eric Vaillant de conclure : « L’expert judiciaire missionné n’a pas encore achevé son travail et aucune conclusion définitive ne peut être tirée. »

Encadré ajouté le 30 septembre à 22 h 30

 

commentez lire les commentaires
4169 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. Un peu agaçant, cette surexposition de Cherif Boutafa en ce moment…
    Concernant les réactions syndicales à la sécurité de l’hôtel de ville, il existe tout de même trois autres syndicats représentés à la Ville. Et FO est très loin d’être le plus représentatif.
    Alors, un coup de fil aux autres pour faire le tour de la question ?
    Et quant aux autres centres d’intérêts de monsieur Boutafa, ils sont largement relayés dans vos colonnes.

    sep article
    • MB

      03/10/2019
      9:52

      Bonjour, nous avons bien pris note de votre ressenti. Il est vrai que, ces derniers temps, M. Boutafa fait souvent l’actualité (logement de fonction remis en question, candidature aux municipales, rapprochement avec M. Carignon etc.) Mais cela n’est pas de notre fait. De plus, sachez que si nous avons interrogé Force ouvrière sur ce dossier, c’est que ce syndicat nous a avertis en juillet que ses Élus CHS-CT avaient alerté le 16 juillet dernier le maire de Grenoble « sur des manquements graves aux fondamentaux de la réglementation incendie qui s'[étaient] produits en mairie, le lundi 8 juillet 2019, jour du conseil municipal. » Aucun autre syndicat de la Ville de Grenoble ne nous avait par ailleurs informés d’une démarche de ce type. Sinon, nous en aurions bien sûr parlé.

      sep article
    • Serait on jaloux? Je sens un syndicaliste en mal de représentativité.

      sep article
  2. Monsieur Cherif Boutafa s’exprime t-il vraiment en tant que secrétaire général du syndicat Force Ouvrière ? Ou en tant que potentiel futur candidat à l’élection municipale avec Alain Carignon, notre ex-maire corrompu et reconnu en tant que tel ?

    sep article
    • Bonjour, faites ce que vous avez à faire dans vos fonctions et moi j’assume les miennes. Des vies sont en jeu pour essayer de se divertir sur des phrases surfaites.

      sep article
    • Faire la part entre le délégué qui a alerté et le candidat FO allié potentiellement à Monsieur Carignon (?! du n’importe quoi? / théorie du fer à cheval) est compliqué.
      Peut être faudrait il mieux « apaiser » & alléger cette prise de parole indissociables des deux qualités de cet homme.
      Au vu des finances de la ville, du niveau de fiscalité « débile » (montant taxe habitation+fonciere) c’est impossible d’imaginer un nouvel hotel de ville…

      sep article
      • Disons qu’il est difficile de comprendre quelqu’un qui dit d’un côté « notre syndicat ne fait pas de politique » (une marque de fabrique de FO), et le même individu qui s’engage un coup chez LREM, un coup chez Carignon, et qui s’exprime avec plusieurs casquettes.
        A sa place je démissionnerais du mandat syndical pour clarifier les choses, au moins jusqu’aux élections.

        sep article
  3. Vous avez également oublié de préciser que M. Boufata était candidat aux municipales, ce qui jette une lumière différente sur ses propos.

    sep article
  4. Personne n’a eu l’idée de lire le rapport de la dernière commission de sécurité ERP?
    Non parce que tout est dedans. Yaka demander au SDIS…

    sep article