L'incendie qui, le 30 septembre, a détruit la salle du conseil municipal de l'Hôtel de ville de Grenoble est d'origine criminelle.

Incendie à l’hôtel de ville de Grenoble : les normes de sécurité en question ?

Incendie à l’hôtel de ville de Grenoble : les normes de sécurité en question ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

EN BREF – Un important incendie a détruit la salle du conseil municipal au sein de l’hôtel de ville de Grenoble, ce lundi 30 septembre, vers 3 h 15 du matin. Si les dégâts sur place sont importants, il n’y a pas eu de blessé. Alors que la police scientifique et les pompiers enquêtent encore sur les causes du feu, le syndicat Force ouvrière s’interroge de nouveau sur le respect des normes incendie.

 

 

Des pompiers à l'intérieur de l'Hôtel de Ville de Grenoble partiellement incendié, le 30 septembre 2019. © Sébastien Riglet - Placegrenet.fr

Des pom­piers à l’in­té­rieur de l’Hôtel de Ville de Grenoble par­tiel­le­ment incen­dié, le 30 sep­tembre 2019. © Sébastien Riglet – Placegrenet​.fr

Il se dit « mal­heu­reux ». Mais pas for­cé­ment étonné après l’incendie de l’hôtel de ville de Grenoble, ce lundi 30 sep­tembre peu après 3 heures du matin. Pour Cherif Boutafa, que ce feu soit d’origine « criminel[le] ou tech­nique, les faits nous donnent mal­heu­reu­se­ment rai­son ».

 

Et le secré­taire géné­ral du syn­di­cat Force ouvrière (FO) de la Ville de rap­pe­ler qu’il avait déjà alerté à plu­sieurs reprises le maire, au sujet des risques d’incendie dans le bâti­ment.

 

« On lui avait fait un cour­rier récem­ment. Nous l’avions notam­ment pré­venu sur les bas­taings pla­cés sur les portes de secours, sou­ligne-t-il. Le feu a pris dans la salle du conseil muni­ci­pal. S’il y avait eu du monde à l’intérieur, il aurait été très com­pli­qué de sor­tir les gens. »

 

 

Quid de la formation des agents de sécurité ?

 

Le syn­di­cat FO s’interroge éga­le­ment sur la for­ma­tion des agents de sécu­rité, pré­sents de nuit. Ce sont eux qui ont alerté les secours après le déclen­che­ment de l’alarme incen­die. « Ont-ils réel­le­ment reçu une for­ma­tion suf­fi­sante, en cas d’incendie de cette ampleur ? » Aucun doute selon Thierry Chastagner, adjoint à la Sécurité civile, à la Ville de Grenoble. « Le déclen­che­ment de l’alerte a été rapide. Et nos agents sont for­més sur le PC incen­die. »

 

Alors que le feu a détruit la salle du conseil municipal de l'hôtel de ville de Grenoble, le syndicat FO s'interroge sur le respect des normes incendie.Un policier municipal devant l'Hôtel de Ville de Grenoble partiellement incendié, le 30 septembre 2019. © Sébastien Riglet - Placegrenet.fr

Un poli­cier muni­ci­pal devant l’Hôtel de Ville de Grenoble. © Sébastien Riglet – Placegrenet​.fr

 

Eric Piolle, maire de Grenoble, a enfoncé le clou dans un com­mu­ni­qué envoyé en début d’a­près-midi. « Des agents de sécu­rité sont pré­sents 7 jours sur 7 et 24h/24 pour assu­rer la sécu­rité de l’Hôtel de ville. Ils effec­tuent une ronde toutes les vingt minutes. Je tiens à les remer­cier et les féli­ci­ter pour leur sang-froid et leur réac­ti­vité. »

 

 

« Les moyens sur la sécurité incendie sont très bons »

 

Alors, le bâti­ment est-il par­ti­cu­liè­re­ment vul­né­rable en cas de feu ? Pas spé­cia­le­ment, selon l’élu : « Les moyens sur la sécu­rité incen­die sont très bons, et l’hôtel de ville est bien entre­tenu. » La sous-com­mis­sion dépar­te­men­tale de sécu­rité avait pour­tant émis un avis défa­vo­rable à la pour­suite du fonc­tion­ne­ment de l’hôtel de ville en 2017. Ce qui avait fait réagir publi­que­ment les élus CHS-CT du syn­di­cat FO le 8 juillet dernier.

 

Hôtel de Ville de Grenoble partiellement incendié, le 30 septembre 2019. Thierry Chastagner, adjoint à la sécurité civile. © Sébastien Riglet - Placegrenet.fr

Thierry Chastagner, adjoint à la sécu­rité civile, se montre confiant quant au risque incen­die au sein de l’Hôtel de Ville de Grenoble . © Sébastien Riglet – Placegrenet​.fr

 

Pour Thierry Chastagner, cet avis a été motivé par une rai­son prin­ci­pale. « Il y a des archives, donc beau­coup de papiers, au rez-de-chaus­sée. Mais il se trouve que cela concerne l’aile droite du bâti­ment. Or c’est l’aile gauche qui a brûlé. » De nom­breux docu­ments, par nature inflam­mables, qui doivent être trans­fé­rés vers les Archives dépar­te­men­tales de l’Isère en 2020 ou 2021.

 

 

« Cet incident ne va pas rassurer les agents qui travaillent à la mairie »

 

Quoiqu’il en soit, dif­fi­cile à l’heure actuelle de chif­frer les dégâts. Est-ce que l’avis défa­vo­rable évo­qué pré­cé­dem­ment peut limi­ter l’indemnisation par les assu­rances ? « On va voir rapi­de­ment », pré­cise Thierry Chastagner.

 

De son côté, le syn­di­cat FO pré­vient. Il va « contac­ter le maire rapi­de­ment. Une table ronde va être récla­mée. Il faut qu’il cesse de nous répondre par cour­rier. De nom­breux agents qui tra­vaillent à la mai­rie ont peur de se rendre au tra­vail. Cet inci­dent ne va pas les ras­su­rer. »

 

Un accueil pour les agents muni­ci­paux et un numéro spé­cial ont, en tout cas, été mis en place dès le début de la mati­née, alors que le bâti­ment a été rou­vert à tous, pré­cise la Ville. Qui sou­ligne avoir demandé à un labo­ra­toire indé­pen­dant agréé des ana­lyses com­plé­men­taires à celle des sapeurs-pompiers. 

 

Sébastien Riglet

 

La piste accidentelle privilégiée, même si l’enquête se poursuit

 

Une enquête, confiée au com­mis­sa­riat de police de Grenoble, a été ouverte pour des­truc­tion invo­lon­taire par incen­die, a confirmé Eric Vaillant, pro­cu­reur de la République de Grenoble ce 30 sep­tembre en début de soirée.

 

« À ce stade de l’enquête qui ne fait que débu­ter, aucun élé­ment ne per­met de rete­nir une piste cri­mi­nelle. En effet, il n’y a pas eu a priori d’effraction et aucune trace d’accélérateurs de feu n’a été mise en évi­dence », précise-t-il.

 

Plusieurs pré­lè­ve­ments ont par ailleurs été réa­li­sés et vont être ana­ly­sés. Et Eric Vaillant de conclure : « L’expert judi­ciaire mis­sionné n’a pas encore achevé son tra­vail et aucune conclu­sion défi­ni­tive ne peut être tirée. »

Encadré ajouté le 30 sep­tembre à 22 h 30

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

SRi

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

A Sassenage, la fusion des listes socialiste et écologiste pourrait bien faire barrage au maire sortant, le centriste Christian Coigné.
Sassenage : le maire sortant Christian Coigné en difficulté face à deux listes de gauche qui pourraient faire alliance

  FIL INFO - Le maire sortant de Sassenage, le centriste Christian Coigné, n'a pas réussi son pari : celui d'être élu, pour la quatrième Lire plus

Ce mercredi 13 novembre, une dizaine de membres du collectif du 29 rue Jean Macé s'est réuni pour faire un point sur la situation. © Augustin Bordet - placegrenet.fr
Des riverains montent au créneau contre un projet immobilier rue Jean-Macé à Grenoble

  FOCUS - Un collectif de 44 riverains a déposé un recours gracieux le 11 octobre dernier. Ses membres souhaitent faire modifier le projet immobilier Lire plus

Alors que les candidats à la mairie de Grenoble en 2020 sortent officiellement du bois, les socialistes s'embourbent dans une lutte interne.
Municipales à Grenoble : alors que les candidats sortent du bois, le PS s’embourbe dans une lutte interne

  DÉCRYPTAGE - Alors que les candidats à la mairie de Grenoble en 2020 sortent officiellement du bois, les socialistes s'enlisent dans une lutte interne. Lire plus

Sept candidats à Grenoble, deux minutes pour convaincreMairie de Grenoble
Sécurité incendie : L’Hôtel de Ville de Grenoble pourrait se transformer en torche selon Force Ouvrière

  FOCUS – L'hôtel de ville de Grenoble ne serait pas aux normes et mettrait en danger ses agents et son public à en croire Lire plus

Le projet de la future mosquée de Teisseire. © AMU
Mosquée de Teisseire : Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot pointent plusieurs incohérences dans le projet

  FOCUS - Absence de parking, mauvaise description du terrain, prix inférieur à ceux du marché… Le projet définitif de la mosquée de Teisseire, présenté Lire plus

Le nouveau maire d'Eybens, Nicolas Richard et son adjointe Élodie Taverne © Antoine Beau - placegrenet.fr
Nicolas Richard élu nouveau maire d’Eybens… Ou le changement dans la continuité

EN BREF - Nicolas Richard a été élu maire d’Eybens, lors du conseil municipal du mardi 9 avril 2019. L’ancien adjoint à la transition écologique Lire plus

Flash Info

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

|

30/11

17h09

|

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin