L’ancien maire de Grenoble Alain Carignon officialise sa candidature et sème la zizanie à droite

sep article



 

FOCUS – Dans un livre qui vient de paraître, Alain Carignon a officialisé sa candidature à la mairie de Grenoble. L’ancien maire, incarcéré pour corruption en 1996, tente une nouvelle fois un retour sur la scène politique locale. Sa candidature pourrait bien venir couper l’herbe sous le pied d’un potentiel rassemblement à droite.

 

 

Alain Carignon © Patricia Cerinsek

Alain Carignon © Patricia Cerinsek

C’était un secret de Polichinelle. C’est désor­mais offi­ciel : l’an­cien maire de Grenoble Alain Carignon est can­di­dat à la suc­ces­sion de l’é­co­lo­giste Eric Piolle en 2020. La nou­velle n’a rien d’un scoop. Mais elle a été for­ma­li­sée ce 16 sep­tembre avec la sor­tie d’un ouvrage d’une soixan­taine de pages, édité à compte d’au­teur.

 

Alain Carignon y fait-il son mea culpa ? Pas vrai­ment. À 70 ans, après cinq ans d’i­né­li­gi­bi­lité et deux ans et sept mois der­rière les bar­reaux pour cor­rup­tion, abus de biens sociaux et subor­na­tion de témoins, l’an­cien maire de Grenoble admet tou­te­fois une erreur : la délé­ga­tion de la ges­tion du ser­vice de l’eau. Privatisation qui lui a valu son incar­cé­ra­tion.

 

 

« J’ai payé mes fautes »

 

« J’ai payé mes fautes*, j’en ai tiré les consé­quences et la leçon », sou­ligne-t-il dans son livre-can­di­da­ture. Comme je ne lui ai rien volé, je n’ai jamais été condamné à rien rem­bour­ser à la ville de Grenoble, contrai­re­ment aux demandes de mes adver­saires poli­tiques. »

 

Pendant que ses rivaux conti­nuent obs­ti­né­ment de regar­der dans le rétro­vi­seur, en ten­tant de ras­sem­bler cha­cun de leur côté, lui suit sa route. Il mul­ti­plie les cam­pagnes d’af­fi­chage, par­fois vio­lentes, notam­ment contre la poli­tique de la majo­rité en place, mais aussi les ren­contres et réunions publiques. Une stra­té­gie mûre­ment réflé­chie. « Alain Carignon avance depuis un an sans se sou­cier des autres », fait ainsi remar­quer un obser­va­teur.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
12362 visites | 13 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 13
  1. Bonjour,
    En tant que Directeur de cam­pagne d’Alain Carignon, je demande à votre rédac­tion un ERRATUM à votre article.
    Dans un souci de vérité jour­na­lis­tique, votre asté­risque néces­site cor­rec­tion.
    Contrairement à vos allé­ga­tions, à aucun moment du juge­ment rendu sur Alain Carignon, l’accusation « d’enrichissement per­son­nel« ne figure. Cela néces­site d’être modi­fié.
    Les men­songes répé­tés des adver­saires d’Alain Carignon n’ont pas encore valeur de juge­ment.
    Au pas­sage, si l’on veut s’en tenir au res­pect de la loi, Alain Carignon est depuis lors plei­ne­ment réha­bi­lité par la jus­tice. Il pour­rait aussi être juste de com­plé­ter l’his­to­rique judi­ciaire que vous rap­pe­lez.
    Vous remer­ciant pour votre pro­fes­sion­na­lisme et vos qua­li­tés jour­na­lis­tiques.
    Nicolas Pinel
    Directeur de cam­pagne d’Alain CARIGNON

    sep article
  2. Déjà un peu plus qu autour de cet ancien cor­rompu. Un pourri ! Alors que les médias ne parlent que de Levallois il faut avoir de la peau de sau­cis­son devant les yeux pour regar­der cet homme avec amour. Il a fait son temps et « détruit » la droite en s accro­chant. Qu il passe la main pour faire gagner son camp. Il y a un rejet de sa per­sonne. C est fou comme les poli­tiques se sont ména­gés la pos­si­bi­lité de reve­nir aux « affaires » alors que condam­nés.
    Combien de métiers ne le per­mettent pas ?

    sep article
  3. Le jour­nal Place Gre’Net serait-il devenu le Figaro local ?
    En lisant les com­men­taires.… oui.

    sep article
    • MB

      18/09/2019
      17:09

      Définir une ligne édi­to­riale sur la base des com­men­taires n’est-il pas un peu hasar­deux ? 😉 Il est tou­te­fois clair que la cam­pagne des muni­ci­pales déchaîne les pas­sions et les ardeurs de quelques-uns. Libre à vous de réagir et de par­ti­ci­per au débat !

      sep article
    • Jadis, j’é­tais abonné au Monde , jus­qu’au jour ou je me suis
      aperçu,que mon jour­nal pré­féré était doué pour les « Fak-news ».
      Je ne trouve pas chez Place Gre’net,une quel­conque res­sem­blance
      avec le Figaro.L’avantage de ce jour­nal est de per­mettre aux lec­teurs
      de com­men­ter les articles en toute liberté,belle preuve de démo­cra­tie…

      sep article
  4. le mec a des couilles de fer. Il avance contre toutes les cri­tiques et à l’en­contre de l’a­vis des mora­li­sa­teurs à deux balles. La cam­pagne s’an­nonce féroce et je ne serais pas sur­pris s’il gagne. Mais en tout cas, la pas­tèque Piolle va en prendre un sacré coup, car A Carignon est connu pour être un com­bat­tant « tous les coups sont per­mis » , même les plus sales 🙂
    Ses adver­saires (pas­tèques, PS, LREM …) sont très con, car ils concentrent leurs cri­tiques sur le seul fait de sa condam­na­tion et à long terme ça va jouer contre eux.

    sep article
    • Je n’ai jamais sou­tenu, ni voté A. Carignon et cela ne chan­gera pas demain.
      Par contre, je trouve les méthodes de ses adver­saires assez peu glo­rieuses.
      L’ADES a ouvert le bal en qua­li­fiant depuis des années ce mon­sieur, du sobri­quet « le cor­rompu ». La récente inter­ven­tion de la girouette gre­no­bloise n°642 Gemmani est du même genre.
      Que vou­lez-vous ? Réinstaurer des bûchers pour punir les voleurs de poules ? Couper la tête de toute per­sonne ayant été condam­née par la jus­tice ?
      Je suis le pre­mier à sou­hai­ter l’i­né­li­gi­bi­lité à vie des repré­sen­tant de l’autorité publique condam­nées pour des faits de cor­rup­tions, notam­ment, mais ce n’est pas ce que la République a décidé pour l’ins­tant.
      Carignon a payé et a le droit de se pré­sen­ter.
      Encore une fois, ces inces­sants dis­cours de haine concer­nant son passé m’é­voquent les épris de vengeance,et les hai­neux. Ces dis­cours rabaissent leurs auteurs au rang des assoif­fés de sang. Ils les décré­di­bi­lisent d’au­tant plus qu’ils ne traitent pas du fond des pro­grammes poli­tiques.
      Ceux qui veulent débattre dans le cani­veau y res­te­ront.

      sep article
  5. Tout à fait. Quand on voit ce qu’est devenu Grenoble on a pas le choix

    sep article
  6. Au moment de la condam­na­tion de Monsieur BALKANY, le timing est par­fait 😀
    Grenoble // Levallois Perret même com­bat : ren­dez nous notre édile condamné !

    sep article
  7. sep article
  8. Quel ras­sem­ble­ment à droite ? Autours de Gemmassy et Chamanni ?

    sep article
  9. Je rap­pel à Stéphane Gemmani, que quand Charle Pasqua etait ministre de l’in­té­rieur, on avait un ministre avec du cha­risme qui savait « gérer » son minis­tère, prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés et pro­té­ger les inter­ets des Français. C’était d’un tout autre niveau que Castaner…

    Si un poli­tique doit pas­ser par quelques « zones grises » dans une car­rière poli­tique, ca ne me pose aucun pro­blème tant que son bilan est bon. ( On rap­pel que l’on doit à Carignon, la reno­va­tion de la MC2, le Tram, le syn­chro­tron…).

    Mais bon Mr Gemmani a par­fai­te­ment le droit de n’a­voir aucune mémoire. 🙂

    sep article
  10. Ping : The former mayor of Grenoble Alain Carignon formalizes his candidacy and sows the zizanie right | En24 France