« Wanted » : des tracts concoctés par Les Républicains suscitent la polémique

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

DÉCRYPTAGE – Les Républicains de Grenoble comptent diffuser, à compter de ce lundi 29 août, près de 80 000 tracts et 3 500 affichettes en forme d’avis de recherche « Wanted » visant 25 élus de gauche. Le visuel accuse ni plus ni moins ces personnalités d’avoir « ruiné Grenoble » au cours des « vingt-et-une années de gestion de la gauche ». Jugée agressive par la majorité municipale – pour qui « une ligne rouge a été franchie » –, cette campagne suscite d’ores et déjà une vive polémique.

 

 

 

 

Tracts Et Affiches Wanted

© Les Républicains

Après cette semaine de canicule, c’est la rentrée politique qui s’annonce chaude. Très chaude même. Et pour cause, les militants grenoblois du parti Les Républicains vont coller et diffuser dans les boîtes à lettres près de 80 000 tracts et 3 500 affichettes, à compter de ce lundi 29 août.

 

Sur les visuels, surmontés d’une mention « Wanted » (recherchés) figurent, bien en évidence, les portraits de vingt-cinq personnalités [1] politiques grenobloises ayant présidé aux destinées de la ville au cours des différentes mandatures de ces vingt dernières années. Le tout complété par la légende « Ils ont ruiné Grenoble ! »

 

 

 

« Wanted », un simple clin d’œil ?

 

 

Le tract et l’affiche – qualifiés de « clin d’œil » par ses concepteurs, des jeunes du parti – ne laisse planer aucun doute sur les intentions des élus du comité de circonscription Les Républicains de Grenoble à l’origine de l’initiative.

 

Au nombre d’entre eux, l’ancien maire de Grenoble, Alain Carignon. La cible est large et le spectre politique inclut toutes les tendances de la gauche grenobloise, allant de l’ancien maire de Grenoble, Michel Destot, à Éric Piolle, l’actuel premier magistrat, en passant par Raymond Avrillier ou encore Geneviève Fioraso.

 

Recto de l'Affiche intitulée Wanted. © Les Républicains

© Les Républicains

Au verso des tracts, un argumentaire pour le moins musclé, accompagné d’un bordereau d’adhésion, fustige avec véhémence les supposés manquements dans la gestion des ancienne et actuelle municipalités. Autant de griefs pour condamner une gestion débouchant, selon Les Républicains, sur une impasse financière qu’ils détaillent d’ailleurs plus largement sur leur site web et sur le site Grenoble le changement !

 

 

 

« Il n’y a aucune mise en cause personnelle »

 

 

L’attaque est frontale, faite pour marquer les esprits, occuper le terrain et susciter la controverse. Alain Carignon n’en réfute pas moins toute suspicion de violence ou d’attaques personnelles que pourrait véhiculer l’affiche brûlot.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4346 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Il existe des invariants,
    1) la droite n’est pas crédible à Grenoble, elle n’existe quasiment pas,
    2) ainsi, faute de fond, elle utilise la forme pour organiser une forme d’opposition
    3) mais il n’y a aucune proposition, et évidemment, la droite elle-même est divisée entre Chamussy et Carignon…résultat le bénéfice est de rallier les femmes et hommes de gauche sur une même affiche.
    Et si on écrivait « Bravo » plutôt que Wanted en haut avec une mention « de la conviction, des idées, de la construction ».

    sep article
  2. Pour en savoir plus sur les passions et les groupies actuels de Carignon Alain, nous ne pouvons que vous recommander la lecture du numéro 36 du journal local Le Postillon, et de l’article « Infiltré dans un groupuscule radicalisé – Avec le fan-club de Carignon ». Actuellement disponible dans tous les kiosques. http://www.lepostillon.org/-Ete-2016-.html#article_671 ( Fin de la page de publicité).

    sep article
  3. Je ne pensais pas que ça pouvait m’arriver un jour, mais je voulais féliciter alain carignon (je n’irais pas jusqu’à mettre des majuscules …). En effet, avec cette affiche de cow boy en mal (mâle ?) de reconnaissance, il arrive à diviser son parti LR et peut être bien à réconcilier les gauches, au moins sur la bêtise crasse de son affiche diffamatoire.
    monsieur carignon, Grenoble n’oublie pas votre passage aux affaires … un peu de décence ne serait pas du luxe.

    sep article