Fête des Tuiles 2019 à Grenoble : yoga géant, performances artistiques, grand défilé… et gilets jaunes

sep article

REPORTAGE VIDÉO – La cinquième édition de la Fête des Tuiles, organisée par la Ville de Grenoble ce samedi 8 juin, a été l’occasion pour les habitants, commerçants et les associations participantes d’investir les cours Jean-Jaurès et Libération, débarrassés de leurs voitures, le temps d’une journée. Et quelques gilets jaunes se sont aussi invités à la fête pour dénoncer le coût de l’opération.

 

 

Yoga géant, stands en tous genres, performances artistiques et sportives, grand banquet, fête du sport… Comme à l’accoutumé, les animations ne manquaient ce samedi 8 juin pour la cinquième édition de la Fête des Tuiles organisée par la Ville de Grenoble.

 

Le maire, Eric Piolle, a même donné de sa personne en faisant quelques enchaînements de postures en pantalon et chemise blanche sur un tapis de sol, au milieu d’autres yogis pour la plupart de la gent féminine. Avant de poursuivre son chemin dans une posture plus habituelle.

 

 

Une invitation au voyage

 

Commerçants et associations – citoyennes, solidaires, culturelles et sportives – avaient investi les cours Jean-Jaurès et Libération, rendus aux piétons pour la journée. Le thème de cette année ? « Une invitation au voyage et une découverte des mondes ».

 

 

Un moment de convivialité indéniable et l’occasion pour nombre d’associations de faire connaître leurs activités et de s’ouvrir à de nouveaux membres. Le tout sous un soleil généreux.

 

 

Un défilé avec la participation de Jean-Claude Gallotta

 

Quant à la grande déambulation, partie du cours Jean-Jaurès pour rejoindre la Bastille et dirigée par Willy Lavastre, musicien à la tête de la troupe BatukaVI, elle intégrait cette année la compagnie Jean-Claude Gallotta, aux côtés d’Entre ciel et terre, de Scalene et d’Afric Impact. Objectif affiché de cette participation, selon la municipalité ? « Donner de la hauteur » à l’événement.

 

Reportage : Joël Kermabon

 

Pour ce qui est de la fréquentation, difficile d’avancer un chiffre mais les passants sont restés relativement clairsemés sur les deux cours, en particulier le matin. La faute, sans doute au lundi de Pentecôte (toujours chômé pour certains) qui a été l’occasion, pour les Grenoblois en mal de week-ends prolongés, de quitter la ville. À moins que certains n’aient boycotté l’événement, jugé par essence très lié à la municipalité en place ?

 

 

Les gilets jaunes, invités surprise

 

Petite ombre au tableau, enfin, pour la Ville : des habitants ont au contraire fait le déplacement et profité de ce grand événement municipal pour dénoncer son coût et le mettre en rapport avec des coupes budgétaires dans d’autres domaines. Ce dans le même esprit qu’en 2017, où avait été organisée une contre-fête de l’austérité.

 

Un message cette fois porté par les gilets jaunes : « Pour 400 000 euros, une fête des Tuiles ou 800 fêtes de quartier ou 2 bibliothèques ? » « Fête des Tuiles : révolution ou vitrine municipale ? »

 

MB

 

commentez lire les commentaires
5572 visites | 30 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 30
  1. C’est marrant, ces personnes se disant « de gauche », affirmant qu’à Grenoble tout va bien, pour qui l’insécurité ne serait qu’un « sentiment », se gargarisant de bons sentiments sur la mixité sociale et la richesse interculturelle et qui pourtant, pour rien au monde n’habiteraient dans certains quartiers, en faisant tout pour contourner la carte scolaire et en cherchant par tout moyen à habiter le centre-ville plutôt que les quartiers sud. Or, si tout va bien dans les quartiers sud, pourquoi n’habitent-elles pas au delà des boulevards, plutôt que de se complaire dans un entre-soi bon chic bon genre? En fait ces personnes vivent dans un déni total de la réalité vécue par nombre d’habitants des quartiers sud lesquels, par dépit, se réfugient dans l’abstention ou le vote RN. Et quand je lis dans un commentaire que « Grenoble est plutôt debout que couchée », on est encore dans un déni de réalité sachant que le maire s’est couché – et s’est essuyé les pieds sur la République – devant les premiers islamistes extrémistes venus.

    sep article
    • Bravo, pour la pertinence de votre commentaire.
      Il est plus facile aux hypocrites de se draper de
      beaux sentiments et d’en faire une obligation pour
      les autres,que de les appliquer à eux mêmes.
      C’est en quelque sorte dire à autrui, faites ce que je
      pense et que je dis,mais ne faites surtout pas ce que
      je fais …

      sep article
  2. A lire les enquêtes sur Grenoble de François Bernheim
    « … Une ville plutôt debout que couchée !
    … Plutôt ensemble que chacun dans son coin
    https://blogs.mediapart.fr/francois-bernheim/blog/300419/si-tu-timagines-grenoble-12
    https://blogs.mediapart.fr/francois-bernheim/blog/050519/si-tu-timagines-grenoble-22
    A lire d’autant plus que les articles sont descendus en flamme par « Grenoble le changement »
    A Grenoble, malgré tous les faits divers, on vit mieux que dans certaines villes. Les faits divers sont malheureusement en forte hausse partout. Inutile de pendre Grenoble comme modèle de la hausse des incivilités et plus.

    sep article
  3. Et sinon plutôt que de balancer des centaines de milliers d’euros , de bloquer toute la circulation sur l’avenue de la Libération, de bloquer tous les transports en commun surtout le TRAM E de Esplanade à Louise Michel obligeant à faire des détours monstrueux .

    Et vu le « peu » d’activité et mouvement … pourquoi ne pas faire ça à Alpexpo ou l’Esplanade ..

    sep article
  4. L’essentiel à Grenoble est de choisir son quartier .
    Grenoble est une ville où la violence est en augmentation
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/exclusivite-inquietants-chiffres-delinquance-grenoble-1538440.html
    Les appartements se vendent de plus en plus difficilement dans la plupart des quartiers.
    http://www.grenoble-isere.info/marche-immobilier-baisse-a-grenoble/
    l’ennui est,que la plupart des articles se basent sur une réalité
    virtuelle et ne reflètent jamais la réalité vécue par les citoyens .
    Caro, votre désir d’embellir le bilan de la municipalité est louable,
    l’ennui est, que vous ignorez la situation de plus en plus difficile
    des habitants de certains quartiers .
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/06/grenoble-au-village-olympique-les-voitures-et-les-habitants-s-embrasent

    sep article
  5. C’est amusant comme dénigrer la ville de Grenoble est devenu un art. C’est à qui trouvera les meilleurs arguments pour montrer que la ville n’est plus attractive, a perdu dans tous les domaines etc Tout ce que propose la mairie, comme la fête des tuiles, est nullissime … Mais il faudrait quand même regarder les analyses de ceux qui s’y connaissent !!! évidemment, les détracteurs vont avoir mal au coeur …
    Pourtant, le baromètre MeilleursTaux.com et Jobijoba, qui croise les données sur les CDI disponibles et les prix de l’immobilier, Grenoble est en 1ère position et pourtant, on ne peut pas dire que « Le Parisien » est un repère de journalistes gauchistes !

    http://www.leparisien.fr/economie/grenoble-numero-un-des-villes-ou-il-fait-bon-travailler-et-se-loger-19-11-2018-7946859.php

    Grenoble, 1ère aussi chez le gauchiste « Boursorama »
    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/grenoble-numero-un-des-villes-ou-il-fait-bon-travailler-et-se-loger-6a601b05f19e139783d4842fe68450ec
    Enfin, chacun est libre de prendre ses désires pour des réalités.

    sep article
    • Le 19/11/2018 Odile Plichon , écrit un petit article dans
      le Parisien qui reçoit un démenti de ses lecteurs grenoblois.
      Le 20/11/2018 Boursorama, sans vérification, reprend l’article
      mot pour mot.
      Et le 11/06/2019 Dame Caro, nous balance l’info ,comme
      vérité absolue,qui évidemment ne doit pas prêter à la critique,
      sous peine d’être catalogué « d’éternel grincheux »…

      sep article
      • C’est vrai qu’on va croire sur parole les démentis des lecteurs grenoblois grincheux, remontés comme des horloges contre la municipalité !!!
        😉

        sep article
  6. Le 7 Juin 1788 a débuté à Grenoble la révolution française ,ce jour là, l’émeute
    avait fait des morts et des blessés .Instaurer une fête des tuiles le 7 juin, à pour
    motivation de rendre hommage aux révolutionnaires.Cette journée appartient
    plus aux gilets jaunes qu’aux organisateurs qui administrent la ville .
    la révolution française a duré 10 ans et les réactions furent terribles pour
    les révolutionnaires et ceux qui ne l’étaient pas .
    la guerre civile,le carnage vendéen, le fonctionnement jour et nuit de la guillotine
    et pour couronner le tout la guerre contre l’étranger,ont donné un bilan de deux
    millions de morts , je ne connais pas le nombre de blessés .
    Les premiers révolutionnaires étaient admirables,il n’empêche que comme toute
    révolution ,elle a été prise en main par des dirigeants,qui ont instauré le règne de
    la terreur.
    Pour répondre à « @Aime 38 »,je ne crois pas que la fête des tuiles soit
    la fête idéale pour mettre en avant la conscience et la sensibilité .
    Panem et circenses et « conscienta » ne peuvent pas vivre correctement ensemble …

    sep article
    • Oui, on peut toujours rêver mieux en matière de « panem et circences » : le foot c’est de la foutaise avec ses installations monumentales et ses budgets pharaoniques … les tuiles actuelles sont davantage dans les sensibilités des diversités culturelles mais les prolongements virtuels sont bien dans la révolution numérique qui offre une alternative aux différents gauche, droite … avec l’IA des GAFAM.

      sep article
  7. Bravo à Place GRE’NET,de nous avoir présenté le témoignage pertinent des
    gilets jaunes,qui sont les premiers concernés par la commémoration de la
    révolte des grenoblois le 7 Juin 1788 contre la garnison royale.
    Rappelons nous, souvent le prix proposé au départ pour la fête des tuiles,
    était plus que le double à l’arrivée …
    Il ne faut pas que cette fête devienne un cache misère d’une ville en déclin …

    sep article
  8. @Marshall McLuhan
    Complètement d’accord avec vous. Le plus enrageant dans l’activité de cette bande rouge, qui a kidnappé la municipalité, ce n’est pas même leurs agissements contre les voitures et pour la « réintroduction des insectes en centre ville », mais la démagogie « citoyenne »

    sep article
  9. Les critiques sont-elles constructives ?
    La journée des tuiles du 7 juin 1787 à Grenoble sont les prémices de la révolution française. C’est l’expression de colères proches de celles des gilets jaunes.
    La fête des tuiles actuelle est une fête républicaine qui célèbre les activités associatives libres à Grenoble.
    Des témoignages de participations à cette fête des tuiles des activités associatives grenobloises sont postées sur FB, Twitter, https://www.echosciences-grenoble.fr/, …
    Il serait intéressant que Place GRE’NET poste un billet sur tous ces témoignages probablement beaucoup plus constructifs que les simples inexactitudes « fête politique ruineuse », « décadence romaine », « déguisements et gesticulations » …

    sep article
    • MB

      10/06/2019
      17:59

      Nous validons les commentaires en attente. Notre rôle n’est pas d’aller en chercher d’autres…

      sep article
      • Certes, le rôle de gestion d’un blog WordPress n’est pas d’aller chercher des commentaires ailleurs.
        Mais investiguer pour évaluer la quantité, la nature, la localisation des commentaires relatifs à un évènement c’est du travail de journalisme 2.0 qui s’informe sur internet pour informer ses lecteurs.
        Actuellement plusieurs services de l’état, de la région … questionnent les associations pour sonder leur présence sur internet en particulier par leur nombre de messages sur les réseaux sociaux (FB, Twitter …) et leur nombre d’abonnés ; bref, sans bouger beaucoup de chez soi, il est possible actuellement d’établir une estimation des graphes de connexions virtuelles des associations et particulièrement lors d’évènements qui leur permettent de tisser des liens. Mais bon, les GAFAM font depuis quelques années ces calculs automatiquement avec de puissants environnements d’intelligence artificielle … autrement dit aussi c’est pas une raison pour cultiver l’ignorance et ne pas s’efforcer d’analyser la situation.

        sep article
        • MB

          10/06/2019
          23:43

          Merci pour ces suggestions. Nous avons toutefois déjà beaucoup à faire avec l’actualité quotidienne à traiter…

          sep article
          • Serait-il possible d’avoir copie de la vidéo tournée par un journaliste de placegrenet au stand 117 de la fête des tuiles?
            Si vous avez des difficultés à le retrouver, j’ai sa photo prise pendant l’interview de présentation d’association.
            A défaut de cette vidéo nous avons pris des photos et vidéos qui montrent que cette fête de tuiles n’a pas été que déguisements et de gesticulations.
            Et c’est pas une question de rouge, vert ou autres lauriers d’un éventuel césar local : c’est une question d’information équitable.

            sep article
            • MB

              11/06/2019
              23:30

              Non, Monsieur, car nous prenons beaucoup d’images sur chaque événement pour n’en retenir que quelques minutes, comme tous les médias faisant de la vidéo. Un article chasse l’autre et nous n’avons pas le temps d’aller fouiller dans nos rush pour répondre aux demandes (fréquentes) des personnes qui ont été filmées. Il est par ailleurs bien précisé dans l’article que de nombreuses associations étaient présentes sur les deux cours et qu’elles ont pu présenter leurs activités et participer aux animations. Je ne vois donc pas le problème.

              sep article
              • Pour reformuler autrement : le journalisme est un beau métier difficile, comme dans l’enseignement avec les nouvelles technologies et les nouveaux usages, l’enseignant n’est plus détenteur des savoirs et le journaliste n’est plus détenteur des informations ; savoirs et informations sont essentiellement sur internet pourvu que chaque contributeur soit éduqué suffisamment pour les exprimer correctement. Des associations comme l’Éveil aux Métiers du Dauphiné à Échirolles, seraient intéressées de compter parmi ses animateurs retraités bénévoles un journaliste susceptible d’émerveiller un peu des jeunes de 9 à 14 ans chaque mercredi après-midi, d’autant qu’à Échirolles il y a un Institut de Communication et des Médias. A savoir aussi qu’avec toutes les compétences linguistiques des quartiers sensibles de Grenoble on pourrait s’employer à cultiver des rubriques polyglottes : pourquoi continuer à taire les diversités culturelles de la métropole grenobloise, ce qu’exprime un peu la fête des tuiles ?

                sep article
    • Personnellement ,je pense que les « fêtes spectacles « ,ont toutes
      comme origine les fêtes romaines,dont la devise était « du pain et
      des jeux », cela permettait de faire oublier au peuple ses difficultés
      je ne comprends pas le ressentiment que vous éprouvez pour
      Place GRE’NET. Ce journal fait son travail sans parti pris.
      Vous lui reprochez peut être de ne pas suffisamment s’appliquer
      à tresser les lauriers d’un éventuel césar local ?
      N’oublions tout de même pas les problèmes des quartiers grenoblois.
      https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/06/grenoble-au-village-olympique-les-voitures-et-les-habitants-s-embrasent

      sep article
      • En fait la fête des tuiles c’est : « panem et circenses et conscientia » ; c’est à dire du pain, des jeux et de la sensibilisation et d’ailleurs pour moi essentiellement de la sensibilisation : logiciel libre, éveil aux métiers, hacking…
        Nous avons accueilli des dizaines d’enfants, de jeunes… sur nos ateliers durant cette fête des tuiles.
        Informez vous sur https://www.echosciences-grenoble.fr/, FB, Twitter …

        sep article
  10. Malgré les éternels grincheux, qui ne se sont certainement pas promenés le long du cours Jean Jaurès et du cours de la Libération, la fête fut une réussite.
    En remerciement au crieur qui connait les Shadocks
    https://www.youtube.com/watch?v=oWUR0b0Mg9Q
    Ca s’accorde tellement aux grincheux 😉

    sep article
  11. Une fête politique ruineuse pas du tout du goût des contribuables Grenoblois qui constatent a dégradation de leur ville et qui souhaitent que leurs impôts servent à autre chose plutôt que d’être dillapidés.

    sep article
  12. Ça ressemble à la décadence romaine

    sep article
  13. Beaucoup de déguisements et de gesticulations mais les masques tombent enfin! L’an passé, le service de la propagande à la mairie avait martelé (le plus sérieusement du monde, ce qui ne manquait pas de sel) le chiffre astronomique de 100 000 visiteurs (alors qu’ils étaient 5 000 en comptant très large). Cette année, malgré un temps magnifique et la roue de secours Gallotta, le public a été « clairsemé ». 2000 personnes? 500 crêpes vendues? Pour ceux qui ont fait le déplacement cette année, on susurre que la mairie envisage de fondre une médaille (en chocolat) pour garder le souvenir de cette dernière kermesse des Tuiles (que l’on espère ultime). Oui, le moment est important parce qu’il résume cette nouvelle façon de faire de la politique, avec beaucoup de paroles bisounours, des associations prises en otage, un budget opaque, un système clientéliste de copains et de coquins, un vide sidéral en propositions audacieuses de politiques publiques sur l’écologie et l’aménagement urbain, et une indifférence hautaine aux communes voisines… Les élections arrivent et l’heure du bilan a sonné. On attend avec impatience d’entendre comment les stratèges de la France insoumise, de l’ADES et d’EELV vont mettre en musique le catéchisme rouge et vert de ces 6 ans de dogmatisme idéologique et de démagogie « citoyenne ». Vivement demain!

    sep article
    • D’après Wikipedia sur Marshal McLuhan
      « … le média de communication peut avoir, à long terme, plus d’importance que le contenu qu’il transmet car il est une extension de nos sens et, de ce fait, détermine la façon dont nous abordons le monde et la société »
      « L’idée maîtresse que l’on retrouve à travers les ouvrages de McLuhan tient en une seule phrase : « Le média est le message », ce qui veut dire que le canal de communication utilisé constitue en fait le véritable message » …
      « Selon McLuhan, le « contenu » d’un média est toujours un autre média. Ainsi, le contenu de l’écriture est la parole, celui de l’imprimé est le manuscrit, et celui du télégraphe est l’imprimé.
      Ce que l’on désigne couramment comme le contenu d’un média ou le contenu d’un livre est comparable à « un savoureux morceau de bifteck que le cambrioleur offre au chien de garde de l’esprit pour distraire son attention »

      En gros : c’est cause toujours 😉

      sep article