Fête des Tuiles 2019 à Grenoble : yoga géant, performances artistiques, grand défilé… et gilets jaunes

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE VIDÉO – La cinquième édition de la Fête des Tuiles, organisée par la Ville de Grenoble ce samedi 8 juin, a été l’occasion pour les habitants, commerçants et les associations participantes d’investir les cours Jean-Jaurès et Libération, débarrassés de leurs voitures, le temps d’une journée. Et quelques gilets jaunes se sont aussi invités à la fête pour dénoncer le coût de l’opération.

 

 

Yoga géant, stands en tous genres, per­for­mances artis­tiques et spor­tives, grand ban­quet, fête du sport… Comme à l’ac­cou­tumé, les ani­ma­tions ne man­quaient ce samedi 8 juin pour la cin­quième édi­tion de la Fête des Tuiles orga­ni­sée par la Ville de Grenoble.

 

Le maire, Eric Piolle, a même donné de sa per­sonne en fai­sant quelques enchaî­ne­ments de pos­tures en pan­ta­lon et che­mise blanche sur un tapis de sol, au milieu d’autres yogis pour la plu­part de la gent fémi­nine. Avant de pour­suivre son che­min dans une pos­ture plus habi­tuelle.

 

 

Une invitation au voyage

 

Commerçants et asso­cia­tions – citoyennes, soli­daires, cultu­relles et spor­tives – avaient investi les cours Jean-Jaurès et Libération, ren­dus aux pié­tons pour la jour­née. Le thème de cette année ? « Une invi­ta­tion au voyage et une décou­verte des mondes ».

 

 

Un moment de convi­via­lité indé­niable et l’oc­ca­sion pour nombre d’as­so­cia­tions de faire connaître leurs acti­vi­tés et de s’ou­vrir à de nou­veaux membres. Le tout sous un soleil géné­reux.

 

 

Un défilé avec la participation de Jean-Claude Gallotta

 

Quant à la grande déam­bu­la­tion, par­tie du cours Jean-Jaurès pour rejoindre la Bastille et diri­gée par Willy Lavastre, musi­cien à la tête de la troupe BatukaVI, elle inté­grait cette année la com­pa­gnie Jean-Claude Gallotta, aux côtés d’Entre ciel et terre, de Scalene et d’Afric Impact. Objectif affi­ché de cette par­ti­ci­pa­tion, selon la muni­ci­pa­lité ? « Donner de la hau­teur » à l’é­vé­ne­ment.

 

Reportage : Joël Kermabon

 

Pour ce qui est de la fré­quen­ta­tion, dif­fi­cile d’a­van­cer un chiffre mais les pas­sants sont res­tés rela­ti­ve­ment clair­se­més sur les deux cours, en par­ti­cu­lier le matin. La faute, sans doute au lundi de Pentecôte (tou­jours chômé pour cer­tains) qui a été l’oc­ca­sion, pour les Grenoblois en mal de week-ends pro­lon­gés, de quit­ter la ville. À moins que cer­tains n’aient boy­cotté l’é­vé­ne­ment, jugé par essence très lié à la muni­ci­pa­lité en place ?

 

 

Les gilets jaunes, invités surprise

 

Petite ombre au tableau, enfin, pour la Ville : des habi­tants ont au contraire fait le dépla­ce­ment et pro­fité de ce grand évé­ne­ment muni­ci­pal pour dénon­cer son coût et le mettre en rap­port avec des coupes bud­gé­taires dans d’autres domaines. Ce dans le même esprit qu’en 2017, où avait été orga­ni­sée une contre-fête de l’aus­té­rité.

 

Un mes­sage cette fois porté par les gilets jaunes : « Pour 400 000 euros, une fête des Tuiles ou 800 fêtes de quar­tier ou 2 biblio­thèques ? » « Fête des Tuiles : révo­lu­tion ou vitrine muni­ci­pale ? »

 

MB

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
6958 visites | 30 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 30
  1. C’est mar­rant, ces per­sonnes se disant « de gauche », affir­mant qu’à Grenoble tout va bien, pour qui l’in­sé­cu­rité ne serait qu’un « sen­ti­ment », se gar­ga­ri­sant de bons sen­ti­ments sur la mixité sociale et la richesse inter­cul­tu­relle et qui pour­tant, pour rien au monde n’ha­bi­te­raient dans cer­tains quar­tiers, en fai­sant tout pour contour­ner la carte sco­laire et en cher­chant par tout moyen à habi­ter le centre-ville plu­tôt que les quar­tiers sud. Or, si tout va bien dans les quar­tiers sud, pour­quoi n’ha­bitent-elles pas au delà des bou­le­vards, plu­tôt que de se com­plaire dans un entre-soi bon chic bon genre ? En fait ces per­sonnes vivent dans un déni total de la réa­lité vécue par nombre d’ha­bi­tants des quar­tiers sud les­quels, par dépit, se réfu­gient dans l’abs­ten­tion ou le vote RN. Et quand je lis dans un com­men­taire que « Grenoble est plu­tôt debout que cou­chée », on est encore dans un déni de réa­lité sachant que le maire s’est cou­ché – et s’est essuyé les pieds sur la République – devant les pre­miers isla­mistes extré­mistes venus.

    sep article
    • Bravo, pour la per­ti­nence de votre com­men­taire.
      Il est plus facile aux hypo­crites de se dra­per de
      beaux sen­ti­ments et d’en faire une obli­ga­tion pour
      les autres,que de les appli­quer à eux mêmes.
      C’est en quelque sorte dire à autrui, faites ce que je
      pense et que je dis,mais ne faites sur­tout pas ce que
      je fais …

      sep article
  2. A lire les enquêtes sur Grenoble de François Bernheim
    « … Une ville plu­tôt debout que cou­chée !
    … Plutôt ensemble que cha­cun dans son coin
    https://blogs.mediapart.fr/francois-bernheim/blog/300419/si-tu-timagines-grenoble-12
    https://blogs.mediapart.fr/francois-bernheim/blog/050519/si-tu-timagines-grenoble-22
    A lire d’au­tant plus que les articles sont des­cen­dus en flamme par « Grenoble le chan­ge­ment »
    A Grenoble, mal­gré tous les faits divers, on vit mieux que dans cer­taines villes. Les faits divers sont mal­heu­reu­se­ment en forte hausse par­tout. Inutile de pendre Grenoble comme modèle de la hausse des inci­vi­li­tés et plus.

    sep article
  3. Et sinon plu­tôt que de balan­cer des cen­taines de mil­liers d’eu­ros , de blo­quer toute la cir­cu­la­tion sur l’a­ve­nue de la Libération, de blo­quer tous les trans­ports en com­mun sur­tout le TRAM E de Esplanade à Louise Michel obli­geant à faire des détours mons­trueux .

    Et vu le « peu » d’ac­ti­vité et mou­ve­ment … pour­quoi ne pas faire ça à Alpexpo ou l’Esplanade ..

    sep article
  4. L’essentiel à Grenoble est de choi­sir son quar­tier .
    Grenoble est une ville où la vio­lence est en aug­men­ta­tion
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/exclusivite-inquietants-chiffres-delinquance-grenoble-1538440.html
    Les appar­te­ments se vendent de plus en plus dif­fi­ci­le­ment dans la plu­part des quar­tiers.
    http://www.grenoble-isere.info/marche-immobilier-baisse-a-grenoble/
    l’en­nui est,que la plu­part des articles se basent sur une réa­lité
    vir­tuelle et ne reflètent jamais la réa­lité vécue par les citoyens .
    Caro, votre désir d’embellir le bilan de la muni­ci­pa­lité est louable,
    l’en­nui est, que vous igno­rez la situa­tion de plus en plus dif­fi­cile
    des habi­tants de cer­tains quar­tiers .
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/06/grenoble-au-village-olympique-les-voitures-et-les-habitants-s-embrasent

    sep article
  5. C’est amu­sant comme déni­grer la ville de Grenoble est devenu un art. C’est à qui trou­vera les meilleurs argu­ments pour mon­trer que la ville n’est plus attrac­tive, a perdu dans tous les domaines etc Tout ce que pro­pose la mai­rie, comme la fête des tuiles, est nul­lis­sime … Mais il fau­drait quand même regar­der les ana­lyses de ceux qui s’y connaissent !!! évi­dem­ment, les détrac­teurs vont avoir mal au coeur …
    Pourtant, le baro­mètre MeilleursTaux.com et Jobijoba, qui croise les don­nées sur les CDI dis­po­nibles et les prix de l’immobilier, Grenoble est en 1ère posi­tion et pour­tant, on ne peut pas dire que « Le Parisien » est un repère de jour­na­listes gau­chistes !

    http://www.leparisien.fr/economie/grenoble-numero-un-des-villes-ou-il-fait-bon-travailler-et-se-loger-19 – 11-2018 – 7946859.php

    Grenoble, 1ère aussi chez le gau­chiste « Boursorama »
    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/grenoble-numero-un-des-villes-ou-il-fait-bon-travailler-et-se-loger-6a601b05f19e139783d4842fe68450ec
    Enfin, cha­cun est libre de prendre ses désires pour des réa­li­tés.

    sep article
    • Le 19/11/2018 Odile Plichon , écrit un petit article dans
      le Parisien qui reçoit un démenti de ses lec­teurs gre­no­blois.
      Le 20/11/2018 Boursorama, sans véri­fi­ca­tion, reprend l’ar­ticle
      mot pour mot.
      Et le 11/06/2019 Dame Caro, nous balance l’info ‚comme
      vérité absolue,qui évi­dem­ment ne doit pas prê­ter à la cri­tique,
      sous peine d’être cata­lo­gué « d’é­ter­nel grin­cheux »…

      sep article
      • C’est vrai qu’on va croire sur parole les démen­tis des lec­teurs gre­no­blois grin­cheux, remon­tés comme des hor­loges contre la muni­ci­pa­lité !!!
        😉

        sep article
  6. Le 7 Juin 1788 a débuté à Grenoble la révo­lu­tion fran­çaise ‚ce jour là, l’é­meute
    avait fait des morts et des bles­sés .Instaurer une fête des tuiles le 7 juin, à pour
    moti­va­tion de rendre hom­mage aux révolutionnaires.Cette jour­née appar­tient
    plus aux gilets jaunes qu’aux orga­ni­sa­teurs qui admi­nistrent la ville .
    la révo­lu­tion fran­çaise a duré 10 ans et les réac­tions furent ter­ribles pour
    les révo­lu­tion­naires et ceux qui ne l’é­taient pas .
    la guerre civile,le car­nage ven­déen, le fonc­tion­ne­ment jour et nuit de la guillo­tine
    et pour cou­ron­ner le tout la guerre contre l’étranger,ont donné un bilan de deux
    mil­lions de morts , je ne connais pas le nombre de bles­sés .
    Les pre­miers révo­lu­tion­naires étaient admirables,il n’empêche que comme toute
    révo­lu­tion ‚elle a été prise en main par des dirigeants,qui ont ins­tauré le règne de
    la ter­reur.
    Pour répondre à « @Aime 38 »,je ne crois pas que la fête des tuiles soit
    la fête idéale pour mettre en avant la conscience et la sen­si­bi­lité .
    Panem et cir­censes et « conscienta » ne peuvent pas vivre cor­rec­te­ment ensemble …

    sep article
    • Oui, on peut tou­jours rêver mieux en matière de « panem et cir­cences » : le foot c’est de la fou­taise avec ses ins­tal­la­tions monu­men­tales et ses bud­gets pha­rao­niques … les tuiles actuelles sont davan­tage dans les sen­si­bi­li­tés des diver­si­tés cultu­relles mais les pro­lon­ge­ments vir­tuels sont bien dans la révo­lu­tion numé­rique qui offre une alter­na­tive aux dif­fé­rents gauche, droite … avec l’IA des GAFAM.

      sep article
  7. Bravo à Place GRE’NET,de nous avoir pré­senté le témoi­gnage per­ti­nent des
    gilets jaunes,qui sont les pre­miers concer­nés par la com­mé­mo­ra­tion de la
    révolte des gre­no­blois le 7 Juin 1788 contre la gar­ni­son royale.
    Rappelons nous, sou­vent le prix pro­posé au départ pour la fête des tuiles,
    était plus que le double à l’ar­ri­vée …
    Il ne faut pas que cette fête devienne un cache misère d’une ville en déclin …

    sep article
  8. @Marshall McLuhan
    Complètement d’accord avec vous. Le plus enra­geant dans l’activité de cette bande rouge, qui a kid­nappé la muni­ci­pa­lité, ce n’est pas même leurs agis­se­ments contre les voi­tures et pour la « réin­tro­duc­tion des insectes en centre ville », mais la déma­go­gie « citoyenne »

    sep article
  9. Les cri­tiques sont-elles construc­tives ?
    La jour­née des tuiles du 7 juin 1787 à Grenoble sont les pré­mices de la révo­lu­tion fran­çaise. C’est l’ex­pres­sion de colères proches de celles des gilets jaunes.
    La fête des tuiles actuelle est une fête répu­bli­caine qui célèbre les acti­vi­tés asso­cia­tives libres à Grenoble.
    Des témoi­gnages de par­ti­ci­pa­tions à cette fête des tuiles des acti­vi­tés asso­cia­tives gre­no­bloises sont pos­tées sur FB, Twitter, https://www.echosciences-grenoble.fr/, …
    Il serait inté­res­sant que Place GRE’NET poste un billet sur tous ces témoi­gnages pro­ba­ble­ment beau­coup plus construc­tifs que les simples inexac­ti­tudes « fête poli­tique rui­neuse », « déca­dence romaine », « dégui­se­ments et ges­ti­cu­la­tions » …

    sep article
    • MB

      10/06/2019
      17:59

      Nous vali­dons les com­men­taires en attente. Notre rôle n’est pas d’al­ler en cher­cher d’autres…

      sep article
      • Certes, le rôle de ges­tion d’un blog WordPress n’est pas d’al­ler cher­cher des com­men­taires ailleurs.
        Mais inves­ti­guer pour éva­luer la quan­tité, la nature, la loca­li­sa­tion des com­men­taires rela­tifs à un évè­ne­ment c’est du tra­vail de jour­na­lisme 2.0 qui s’in­forme sur inter­net pour infor­mer ses lec­teurs.
        Actuellement plu­sieurs ser­vices de l’é­tat, de la région … ques­tionnent les asso­cia­tions pour son­der leur pré­sence sur inter­net en par­ti­cu­lier par leur nombre de mes­sages sur les réseaux sociaux (FB, Twitter …) et leur nombre d’a­bon­nés ; bref, sans bou­ger beau­coup de chez soi, il est pos­sible actuel­le­ment d’é­ta­blir une esti­ma­tion des graphes de connexions vir­tuelles des asso­cia­tions et par­ti­cu­liè­re­ment lors d’é­vè­ne­ments qui leur per­mettent de tis­ser des liens. Mais bon, les GAFAM font depuis quelques années ces cal­culs auto­ma­ti­que­ment avec de puis­sants envi­ron­ne­ments d’in­tel­li­gence arti­fi­cielle … autre­ment dit aussi c’est pas une rai­son pour culti­ver l’i­gno­rance et ne pas s’ef­for­cer d’a­na­ly­ser la situa­tion.

        sep article
        • MB

          10/06/2019
          23:43

          Merci pour ces sug­ges­tions. Nous avons tou­te­fois déjà beau­coup à faire avec l’ac­tua­lité quo­ti­dienne à trai­ter…

          sep article
          • Serait-il pos­sible d’a­voir copie de la vidéo tour­née par un jour­na­liste de pla­ce­gre­net au stand 117 de la fête des tuiles ?
            Si vous avez des dif­fi­cul­tés à le retrou­ver, j’ai sa photo prise pen­dant l’in­ter­view de pré­sen­ta­tion d’as­so­cia­tion.
            A défaut de cette vidéo nous avons pris des pho­tos et vidéos qui montrent que cette fête de tuiles n’a pas été que dégui­se­ments et de ges­ti­cu­la­tions.
            Et c’est pas une ques­tion de rouge, vert ou autres lau­riers d’un éven­tuel césar local : c’est une ques­tion d’in­for­ma­tion équi­table.

            sep article
            • MB

              11/06/2019
              23:30

              Non, Monsieur, car nous pre­nons beau­coup d’i­mages sur chaque évé­ne­ment pour n’en rete­nir que quelques minutes, comme tous les médias fai­sant de la vidéo. Un article chasse l’autre et nous n’a­vons pas le temps d’al­ler fouiller dans nos rush pour répondre aux demandes (fré­quentes) des per­sonnes qui ont été fil­mées. Il est par ailleurs bien pré­cisé dans l’ar­ticle que de nom­breuses asso­cia­tions étaient pré­sentes sur les deux cours et qu’elles ont pu pré­sen­ter leurs acti­vi­tés et par­ti­ci­per aux ani­ma­tions. Je ne vois donc pas le pro­blème.

              sep article
              • Pour refor­mu­ler autre­ment : le jour­na­lisme est un beau métier dif­fi­cile, comme dans l’en­sei­gne­ment avec les nou­velles tech­no­lo­gies et les nou­veaux usages, l’en­sei­gnant n’est plus déten­teur des savoirs et le jour­na­liste n’est plus déten­teur des infor­ma­tions ; savoirs et infor­ma­tions sont essen­tiel­le­ment sur inter­net pourvu que chaque contri­bu­teur soit édu­qué suf­fi­sam­ment pour les expri­mer cor­rec­te­ment. Des asso­cia­tions comme l’Éveil aux Métiers du Dauphiné à Échirolles, seraient inté­res­sées de comp­ter parmi ses ani­ma­teurs retrai­tés béné­voles un jour­na­liste sus­cep­tible d’émerveiller un peu des jeunes de 9 à 14 ans chaque mer­credi après-midi, d’au­tant qu’à Échirolles il y a un Institut de Communication et des Médias. A savoir aussi qu’a­vec toutes les com­pé­tences lin­guis­tiques des quar­tiers sen­sibles de Grenoble on pour­rait s’employer à culti­ver des rubriques poly­glottes : pour­quoi conti­nuer à taire les diver­si­tés cultu­relles de la métro­pole gre­no­bloise, ce qu’ex­prime un peu la fête des tuiles ?

                sep article
    • Personnellement ‚je pense que les « fêtes spec­tacles « ,ont toutes
      comme ori­gine les fêtes romaines,dont la devise était « du pain et
      des jeux », cela per­met­tait de faire oublier au peuple ses dif­fi­cul­tés
      je ne com­prends pas le res­sen­ti­ment que vous éprou­vez pour
      Place GRE’NET. Ce jour­nal fait son tra­vail sans parti pris.
      Vous lui repro­chez peut être de ne pas suf­fi­sam­ment s’ap­pli­quer
      à tres­ser les lau­riers d’un éven­tuel césar local ?
      N’oublions tout de même pas les pro­blèmes des quar­tiers gre­no­blois.
      https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/06/06/grenoble-au-village-olympique-les-voitures-et-les-habitants-s-embrasent

      sep article
      • En fait la fête des tuiles c’est : « panem et cir­censes et conscien­tia » ; c’est à dire du pain, des jeux et de la sen­si­bi­li­sa­tion et d’ailleurs pour moi essen­tiel­le­ment de la sen­si­bi­li­sa­tion : logi­ciel libre, éveil aux métiers, hacking…
        Nous avons accueilli des dizaines d’en­fants, de jeunes… sur nos ate­liers durant cette fête des tuiles.
        Informez vous sur https://www.echosciences-grenoble.fr/, FB, Twitter …

        sep article
  10. Malgré les éter­nels grin­cheux, qui ne se sont cer­tai­ne­ment pas pro­me­nés le long du cours Jean Jaurès et du cours de la Libération, la fête fut une réus­site.
    En remer­cie­ment au crieur qui connait les Shadocks
    https://www.youtube.com/watch?v=oWUR0b0Mg9Q
    Ca s’ac­corde tel­le­ment aux grin­cheux 😉

    sep article
  11. Une fête poli­tique rui­neuse pas du tout du goût des contri­buables Grenoblois qui constatent a dégra­da­tion de leur ville et qui sou­haitent que leurs impôts servent à autre chose plu­tôt que d’être dilla­pi­dés.

    sep article
  12. Ça res­semble à la déca­dence romaine

    sep article
  13. Beaucoup de dégui­se­ments et de ges­ti­cu­la­tions mais les masques tombent enfin ! L’an passé, le ser­vice de la pro­pa­gande à la mai­rie avait mar­telé (le plus sérieu­se­ment du monde, ce qui ne man­quait pas de sel) le chiffre astro­no­mique de 100 000 visi­teurs (alors qu’ils étaient 5 000 en comp­tant très large). Cette année, mal­gré un temps magni­fique et la roue de secours Gallotta, le public a été « clair­semé ». 2000 per­sonnes ? 500 crêpes ven­dues ? Pour ceux qui ont fait le dépla­ce­ment cette année, on susurre que la mai­rie envi­sage de fondre une médaille (en cho­co­lat) pour gar­der le sou­ve­nir de cette der­nière ker­messe des Tuiles (que l’on espère ultime). Oui, le moment est impor­tant parce qu’il résume cette nou­velle façon de faire de la poli­tique, avec beau­coup de paroles bisou­nours, des asso­cia­tions prises en otage, un bud­get opaque, un sys­tème clien­té­liste de copains et de coquins, un vide sidé­ral en pro­po­si­tions auda­cieuses de poli­tiques publiques sur l’é­co­lo­gie et l’a­mé­na­ge­ment urbain, et une indif­fé­rence hau­taine aux com­munes voi­sines… Les élec­tions arrivent et l’heure du bilan a sonné. On attend avec impa­tience d’en­tendre com­ment les stra­tèges de la France insou­mise, de l’ADES et d’EELV vont mettre en musique le caté­chisme rouge et vert de ces 6 ans de dog­ma­tisme idéo­lo­gique et de déma­go­gie « citoyenne ». Vivement demain !

    sep article
    • D’après Wikipedia sur Marshal McLuhan
      « … le média de com­mu­ni­ca­tion peut avoir, à long terme, plus d’im­por­tance que le contenu qu’il trans­met car il est une exten­sion de nos sens et, de ce fait, déter­mine la façon dont nous abor­dons le monde et la société »
      « L’idée maî­tresse que l’on retrouve à tra­vers les ouvrages de McLuhan tient en une seule phrase : « Le média est le mes­sage », ce qui veut dire que le canal de com­mu­ni­ca­tion uti­lisé consti­tue en fait le véri­table mes­sage » …
      « Selon McLuhan, le « contenu » d’un média est tou­jours un autre média. Ainsi, le contenu de l’é­cri­ture est la parole, celui de l’im­primé est le manus­crit, et celui du télé­graphe est l’im­primé.
      Ce que l’on désigne cou­ram­ment comme le contenu d’un média ou le contenu d’un livre est com­pa­rable à « un savou­reux mor­ceau de bif­teck que le cam­brio­leur offre au chien de garde de l’es­prit pour dis­traire son atten­tion »

      En gros : c’est cause tou­jours 😉

      sep article