Réduction des dépenses à la Ville de Grenoble : il y avait bien un plan B en 2015…

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

FOCUS – Toute occupée à se serrer la ceinture, la Ville de Grenoble avait, en 2015, décidé de tailler drastiquement dans ses dépenses de fonctionnement. D’ici 2020, 38 millions d’euros vont être ainsi être économisés. N’y avait-il pas d’autres solutions ? Non avait à l’époque répondu le maire. Si rétorquent deux élus de la majorité, depuis entrés en dissidence. Dénonçant « un calcul électoral », ils mettent sur la table, à quelques jours du vote du budget 2018, un document synthétisant quatre scénarios dont un à 9 millions d’euros…

 

 

Eric Piolle durant la présentation du plan de sauvegarde des services publics locaux. © Séverine Cattiaux

Eric Piolle durant la présentation du plan de sauvegarde des services publics locaux, en 2015. © Séverine Cattiaux

En 2015, agitant le chiffon rouge d’une éventuelle mise sous tutelle, la Ville de Grenoble avait décidé de serrer la vis budgétaire et de tailler dans ses dépenses. Objectif : faire l’économie de 38 millions d’euros en l’espace de quatre ans.

 

Officiellement, elle n’avait pas le choix. Face à la « pénurie financière inouïe », dixit son maire Eric Piolle, il n’y avait pas d’autres solutions. Impossible d’augmenter les impôts, sa fiscalité étant la plus élevée parmi les villes de plus de 100 000 habitants. Impossible de puiser dans l’épargne ou d’emprunter, Grenoble étant la cinquième ville la plus endettée de France.

 

Mais la Ville n’avait-elle pas d’autre solutions que de couper drastiquement dans ses dépenses de fonctionnement et mettre sur les rails un plan d’économies de 14 millions d’euros dans les services publics qui a mis le feu aux poudres dans les bibliothèques ?

 

Fin 2015, à en croire les discours officiels, on ne pouvait pas y couper. Dans les tiroirs, il y avait pourtant un plan B, voire même plusieurs plans, bien moins radicaux.

 

 

« Réduire les dépenses de fonctionnement […] c’est le pire des choix pour nous »

 

À quelques jours du vote du budget 2018, examiné par les élus ce lundi 18 décembre 2017, voilà donc que l’on reparle du budget… 2016. Un budget resserré, coup d’envoi de la « politique d’austérité » de la Ville, que deux élus n’ont pas digéré.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3083 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Mas bien sûr puisque c’est nous qui avions sorti ce plan en 2015…
    Il y aurait pu avoir d’autres solutions que de couper les dépenses de fonctionnement si dés 2014 la municipalités n’avait pas emprunté n’importe comment, et remis la dose en 2015…
    Compter +/- 25 millions de dérapages en 3 ans, CRCA compris…

    On rajoutes les annulations de projets, les licenciements etc… autant d’argent jeté par le fenêtre, la gestion catastrophique de palais des sports etc, ça chiffre vite!

    sep article
    • Perso, je n’aime pas les chiffres, mais j’invite toutes celles et tous ceux qui les aiment à aller consulter les budgets ici :
      http://www.grenoble.fr/112-budget.htm
      pour vérifier les « dérapages », etc
      A ma connaissance, il n’y a pas eu de licenciements, mais des départs à la retraite non remplacés.

      sep article