En parallèle de la fête des Tuiles, une contre-fête contre l’austérité

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

La troisième fête des Tuiles, samedi 10 juin, s’annonce animée. Aux traditionnels stands et animations prévus sur les cours Jean-Jaurès et Libération devrait venir se greffer un tout autre rassemblement : celui initié par les Bibliothécaires de Grenoble en lutte qui, depuis l’annonce de la fermeture ou transformation de trois équipements, et malgré les récents rétropédalages, entendent bien faire entendre (encore) leurs voix.

 

 

Rendez-vous est donc donné ce samedi à 16 h 30 devant La Poste sur le bou­le­vard Foch « pour un grand ras­sem­ble­ment fes­tif contre l’aus­té­rité », dixit le tract. Pour le col­lec­tif, pas ques­tion de bais­ser les bras. Un pré­avis de grève du per­son­nel de la ville et du CCAS a d’ailleurs été déposé pour cette jour­née.

 

Les biblio­thé­caires, sou­te­nus par les syn­di­cats CGT, FO, Sud Solidaires et la CNT, entendent pour­suivre la lutte contre le plan d’aus­té­rité ini­tié par la ville _et dont ils demandent le retrait_ qui pré­voit 14 mil­lions d’eu­ros d’é­co­no­mies sur les ser­vices publics, et qui se tra­duit des « sup­pres­sions de postes, des ren­forts et des rem­pla­ce­ments, la dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail ou la fer­me­ture d’é­ta­blis­se­ments ».

 

 

PC

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
3271 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. @caro la detté de la ville cau­sée par la ges­tion Destot était connue en 2014, il suf­fi­sait de lire son avis d’im­po­si­tion local (taxe fon­cière ou taxe d’ha­bi­ta­tion) pour s’en douter.….Piolle n’a pas d’ex­cuses sur ce point. Bien sûr, il faut faire des éco­no­mies sur les couts de fonc­tion­ne­ment, mais il fal­lait l’an­non­cer sur le pro­gramme élec­to­ral. Ou il vou­lait se faire élire à tout prix, ou il voyait la vie en rose…un peu comme Hollande et on anti­cipe la fin

    sep article
    • « Piolle n’a pas d’ex­cuses ». J’aurais bien aimé voir Safar indi­quer sur son pro­gramme « je vais résoudre la dette en aug­men­tant les impôts » comme a tou­jours fait son parti, et Chamussy expli­quer clai­re­ment qu’il allait mettre tout l’argent dans des camé­ras et revendre le patri­moine au privé pour com­bler les défi­cit. Piolle a été hon­nête, et je pense qu’il s’a­gis­sait plus de « voir la vie en rose » que « se faire élire à tout prix ». De plus, il a fait des efforts que d’autres n’au­raient très cer­tai­ne­ment pas entre­pris : baisse des indem­ni­tés, revente des ber­lines…

      sep article
  2. Il va s’y pas­ser au moins un éven­ne­ment digne d’in­té­rêt.

    sep article
    • Il aura plus d’in­té­rêt que ce com­men­taire, au moins. Expliquez au moins pour­quoi vous pen­sez ça !

      sep article
  3. Est-ce que quel­qu’un peut m’ex­pli­quer pour­quoi la ville est tel­le­ment endet­tée ? mais qui donc était à la mai­rie avant E. Piolle ?
    Pourquoi ces oppo­sants ne pro­posent aucune mesure pour que la ville se désen­dette ? Ils ne savent que râler.
    Le défilé étant prévu à 17 h, ils espèrent que les spec­ta­teurs qui vont s’agglutiner pour le voir seront consi­dé­rés comme étant venus pour ce « grand ras­sem­ble­ment fes­tif » ?
    Malgré les fer­me­tures, Grenoble est une des villes où il y a le plus de biblio­thèques par habi­tant.

    sep article
  4. Et ce seront les pre­miers à râler quand il y aura une mise sous tutelle…

    Qu’ils réa­lisent plu­tôt des actions non-vio­lentes contre les banques et les entre­prises du CAC40 qui ne déclarent pas leurs impôts et qui creusent la dette, ça sera bien plus effi­cace et sensé que de râler contre un maire qui fait quand même beau­coup d’ef­forts. Ces gens là voient-ils la réa­lité des finances de la ville ?

    sep article