Jean-Claude Gallotta compte “donner de la hauteur” à la Fête des Tuiles… en se mettant “au niveau des gens”

sep article



TROIS QUESTIONS À – La fameuse Fête des Tuiles qui se tient le samedi 8 juin à Grenoble pour célébrer la Journée des Tuiles, prémices de la Révolution française, accueille cette année un invité de marque pour le Grand Défilé : Jean-Claude Gallotta. Le célèbre chorégraphe nous explique pourquoi il s’est engagé dans cet événement populaire et quel est le sens de sa démarche artistique.

 

 

Défilé des géants lors de la fête des tuiles 2015 sur le cours Jean Jaurès à Grenoble. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Défilé des géants lors de la fête des tuiles 2015 sur le cours Jean Jaurès à Grenoble. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Grenoble, l’un des ber­ceaux de la Révolution fran­çaise, fête chaque année cet évé­ne­ment en orga­ni­sant la Fête des Tuiles depuis 2015, avec de nom­breuses ani­ma­tions sur une par­tie des cours Jean-Jaurès et de La Libération.

 

Toute la jour­née du 8 juin, et ce dès 10 heures du matin, le cours Jean-Jaurès consti­tuera l’axe stra­té­gique des ani­ma­tions. Elle ras­sem­blera des cen­taines d’ar­tistes (musi­ciens, dan­seurs et dan­seuses, cho­ré­graphes…) et d’a­te­liers cultu­rels divers.

 

Et pour la pre­mière fois, le cho­ré­graphe Jean-Claude Gallotta, dont la com­pa­gnie a été sélec­tion­née suite à l’ap­pel à pro­jets lancé par la Ville de Grenoble, appor­tera sa pierre à un édi­fice pour le moins sym­bo­lique : le Grand Défilé, entre 18 h 30 et 20 heures.

 

 

Pourquoi participer à la Fête des tuiles ?

 

Jean-Claude Gallotta. © Nicolas Pianfetti

Jean-Claude Gallotta. © Nicolas Pianfetti

Jean-Claude Gallotta : Je suis né ici, j’ai tout fait ici. Mon cœur et ma rai­son sont inti­me­ment liés à cette ville. Les rai­sons sont aussi bien per­son­nelles que pro­fes­sion­nelles.

 

Lorsque la ville de Grenoble nous a fait savoir qu’elle sou­hai­tait, pour cette année, “don­ner de la hau­teur à cet évé­ne­ment”, je n’ai pas hésité. L’idée d’a­gir pour Grenoble était pour moi très impor­tante, dans la mesure où j’ai déjà par­ti­cipé aux 50 ans de la MC2, ainsi qu’aux fes­ti­vi­tés pour les Jeux olym­piques de 1968.

 

C’est aussi l’un des lieux des Compagnons de la Libération. Alors, dès que je peux faire quelque chose, j’y vais, la ques­tion ne se pose même pas.

 

Nous avons tous la volonté de nous impli­quer auprès de la popu­la­tion, de ne sur­tout pas res­ter dans cette sorte de Tour d’Ivoire que l’on reproche sou­vent aux artistes. Notre but, jus­te­ment, n’est pas d’être en hau­teur, mais plu­tôt en bas, en phase avec la réa­lité, proches des gens. L’important pour moi est de trans­mettre, de par­ta­ger.

 

 

Comment va s’intégrer votre travail chorégraphique dans le grand défilé ?

 

Jean-Claude Gallotta : Nous sommes une troupe au milieu d’autres, l’en­semble étant dirigé par Willy, musi­cien à la tête de la troupe BatukaVI [pro­non­cer « Batoukavi », contrac­tion des noms de la danse Batukada et du quar­tier de La Villeneuve, ndlr]. J’avais vu ses cho­ré­gra­phies, elles m’ont plu. Je l’ai ren­con­tré et nous nous sommes décou­vert des affi­ni­tés. Tout est parti de là.

 

Une grande déam­bu­la­tion dans les rues de Grenoble, qui par­tira du cours Jean-Jaurès pour rejoindre la Bastille, avant l’Esplanade, sera donc assu­rée par ses soins, et notre cor­tège tra­ver­sera Grenoble, comme un train qui déam­bule.

 

Jean-Claude Gallotta, directeur du CCN de Grenoble © Guy Delahaye

Jean-Claude Gallotta. © Guy Delahaye

 

Est-ce un spectacle monté exprès pour la Fête des Tuiles ?

 

Jean-Claude Gallotta : Oui. Avec ma troupe, qui com­prend beau­coup d’a­ma­teurs gre­no­blois pas­sion­nés (60 ama­teurs, une dou­zaine d’a­do­les­cents du Conservatoire), nous avons créé une cho­ré­gra­phie pour l’oc­ca­sion. Celle-ci consiste en des mou­ve­ments très simples, réa­li­sés de manière à ce que le public autour de nous puisse reprendre le mou­ve­ment. Et cela cor­res­pond pré­ci­sé­ment au sens de notre démarche : que d’autres per­sonnes s’ap­pro­prient nos gestes, les reprennent, afin que le mou­ve­ment ne s’ar­rête pas, et même qu’il s’am­pli­fie. Grenoble est une ville bouillon­nante, pleine d’éner­gie, cette jour­née est donc une for­mi­dable oppor­tu­nité de cana­li­ser tout cela.

 

C’est aussi l’oc­ca­sion, grâce à la danse, de rap­pe­ler l’im­por­tance du rap­port à l’Autre, du voyage. La danse, comme le théâtre, exige une rigueur phy­sique et intel­lec­tuelle. On est dans l’é­mo­tion et le rêve, mais aussi dans la dis­ci­pline. C’est donc un tra­vail qui demande à la fois une écoute des autres, de savoir réagir en fonc­tion aussi bien des mou­ve­ments de l’autre que de son propre corps, et une vraie créa­ti­vité.

 

Propos recueillis par Jérôme Diaz

 

 

LES TEMPS FORTS DE LA FÊTE DES TUILES 2019

 

Défilé des géants lors de la fête des tuiles 2015 sur le cours Jean Jaurès à Grenoble. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

Défilé des géants. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

10 heures : Yoga géant

10 h 30 : Performance artis­tique

11 h 30 : Crieur public

12 h 30 : Grand ban­quet

14 h 30 : Fête du sport dont un tour­noi de foot décalé dans le cadre de la Coupe du monde

15 h 30 : Art de rue

16 h 30 : Crieur public

17 h 30 : Danse contem­po­raine

18 h 30 : Défilé

20 h 30 – 1 heure : Nuit des Tuiles

 

 

 

 

POURQUOI CETTE FÊTE DES TUILES ?  UN PEU D’HISTOIRE

 

Le 7 juin 1788, les Grenoblois se hissent sur les toits de la ville d’où ils com­mencent à jeter des tuiles pour repous­ser, plus bas, les troupes du roi venues dis­per­ser – sans tirer sur la foule – les par­le­men­taires éta­blis en pro­vince.

 

Tableau sur la journée des tuiles, le 7 juin 1788, au musée de l'ancien évêché de Grenoble. © Jean-François Ponsot

Tableau sur la jour­née des tuiles, le 7 juin 1788, au musée de l’an­cien évê­ché de Grenoble. © Jean-François Ponsot

Car ces par­le­men­taires, et parmi eux les auxi­liaires de jus­tice, repré­sentent, au sein de la sphère judi­ciaire, le seul garde-fou envers la poli­tique du roi Louis XVI, que beau­coup qua­li­fient de tyran­nique, avec des impôts tou­jours plus injustes.

 

Celui-ci a effec­ti­ve­ment publié un texte (« édit ») contesté dans tout le pays, ordon­nant l’exil aux par­le­men­taires. Ces der­niers ont, dès lors, menacé de ne plus lui être loyaux et – sur­tout – de se sou­le­ver, avec le sou­tien de la popu­la­tion. Cela dans un contexte de crise sociale et éco­no­mique et d’en­det­te­ment de l’État, qui cou­vait déjà depuis des années.

 

Un impôt de trop

 

Suivront d’autres mou­ve­ments, tel le 21 juillet de la même année, au châ­teau de Vizille. Ce jour-là, les avo­cats Barnave et Mounier appel­le­ront, au nom des 540 repré­sen­tants du Dauphiné, à refu­ser de payer cet impôt de trop. Et deman­de­ront aux autres pro­vinces de suivre leur mou­ve­ment.

 

Cette réac­tion sera la pre­mière vraie mani­fes­ta­tion de contes­ta­tion de l’au­to­rité royale, laquelle convo­quera les États géné­raux qui s’ou­vri­ront un an plus tard… Vous connais­sez la suite.

 

Source : « 7 juin 1788. La « Journée des Tuiles » à Grenoble », Herodote.net

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2170 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. Et… côté régle­men­taire texte de loi et mar­ché, ils sont clean sur celle là 😇😁?
    @placegrenet au vu des sujets sur les pré­cé­dentes, avez vous posé la ques­tion ?

    sep article
    • MB

      08/06/2019
      10:31

      Il y aurait des doutes sur les mar­chés 2017 et 2018 (sur les­quels nous nous pen­che­rons si nous trou­vons le temps), mais les choses ont semble-t-il été faites cor­rec­te­ment en 2019.

      sep article
    • A qui faut-il poser la ques­tion ? Attention à la réponse, cer­taines pour­rait prê­ter à rire 😉

      sep article
  2. Une pré­ci­sion en ce qui concerne la jour­née des tuiles et les avo­cats Barnave et Mounier. Si le nom du pre­mier est bien celui d’un des res­taus U, le lycée Mounier s’ap­pelle en réa­lité Lycée Emmanuel Mounier du nom du phi­lo­sophe (1905−1960) et ne doit rien à l’a­vo­cat et conven­tion­nel Jean-Joseph.
    Mounier est un patro­nyme assez répandu en Rhône-Alpes ainsi que dans les Charentes et en Bretagne

    sep article
    • MB

      07/06/2019
      14:11

      Merci pour cette pré­ci­sion ! Nous allons rec­ti­fier le texte en consé­quence.

      sep article
  3. Pitié, pas Gallotta ! Si on nous le res­sort, c’est que c’est vrai­ment ma dèche.

    sep article
  4. Quel dom­mage que cet artiste se com­mette dans cette rui­neusr ker­messe, s’il croit que c’est bon pour son image il se trompe lour­de­ment.

    sep article
    • Quel dom­mage que Pierre Isère se sente obligé de com­men­ter tous les articles en déver­sant son dog­ma­tisme idéo­lo­gique contre la majo­rité métro­po­li­taine et gre­no­bloise 😉
      Suggestion pour Place Gre’Net, mettre en place un robot anti-troll pour rendre plus inté­res­sant et divers les com­men­taires des articles et gagner en qua­lité de débat plu­tôt qu’en aug­men­ta­tion d’a­gres­si­vité dépla­cée.

      sep article
      • Vous avez bien rai­son. J’ai déjà pro­posé, mais sans suc­cès, que Place Gre’Net éta­blisse une charte des com­men­taires. Ne pour­raient être vali­dés que ceux qui apportent une infor­ma­tion 😉

        sep article