La trempette de femmes vêtues de burkinis dans une piscine municipale de Grenoble n'en finit pas de faire des vagues. Le maire, lui, botte en touche.

Opération bur­kini dans une pis­cine publique de Grenoble : si le maire ne se mouille pas, les réac­tions affluent

Opération bur­kini dans une pis­cine publique de Grenoble : si le maire ne se mouille pas, les réac­tions affluent

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE - La brève trempette de femmes vêtues de burkini dans une piscine municipale de Grenoble n'en finit pas de faire des vagues. Alors que les réactions de tous bords se multiplient, le maire de Grenoble jusque-là silencieux s'est fendu d'un simple communiqué… où il botte en touche. De quoi faire enfler un peu plus la polémique qu'il dénonce. Et poser la question de l'incursion de l'islam politique dans les affaires grenobloises.

 

 

UNE Le groupe des femmes musulmanes qui revendiquent le droit de porter un burkini dans les piscines municipales de Grenoble, soutenues par l'Alliance citoyenne, mardi 21 mai 2019 © Séverine Cattiaux- Place Gre'net

Petit groupe des femmes revendiquant le droit de porter un burkini dans les piscines municipales de Grenoble. © Séverine Cattiaux- Place Gre'net

À Grenoble, l'irruption du burkini dans une des piscines municipales de la ville n'en finit pas de faire des vagues. Le 17 mai, une dizaine de femmes vêtues de ce maillot très couvrant interdit par le règlement intérieur, avaient pu sans difficulté accéder jusqu'au bassin d'une des piscines de Grenoble et s'y ébattre. Le tout avec le soutien de l'Alliance citoyenne, association connue pour ses actions d'interpellation face aux discriminations et injustices dans l'accès au service public.

 

Depuis, c'est le tollé. Car l'opération, annoncée, avait manifestement obtenu si ce n'est l'aval, la clémence du maire écologiste de Grenoble. Ce n'est que cinq jours plus tard, ce mardi 21 mai, à quelques heures d'une rencontre entre la Ville et les protagonistes de l'opération qu'Eric Piolle est sorti de son silence. Dans un communiqué. Et… pour ne pas prendre position. « Les conditions d’un dialogue serein ne sont pas réunies pour échanger en bonne intelligence sur ce sujet », y indique-t-il, bottant ainsi en touche.

 

 

Eric Piolle dénonce une « stratégie du choc et du buzz »

 

En cause ? La « polémique » née, selon lui, de l'opération, la « stratégie du choc et du buzz », qui serait fomentée par l'Alliance citoyenne d'un côté et ses adversaires politiques de l'autre. Et ce, « à une semaine d’une élection qui exacerbe les fractures de notre société ».

 

Plus particulièrement visé ? Le chef de file de l'opposition de droite républicaine à la Ville, et candidat déclaré aux élections municipales à Grenoble en 2020. Matthieu Chamussy a en effet été le plus prompt et le plus virulent après l'opération menée à la piscine des Dauphins. Mais aussi face au “long” silence et à ce que d'aucuns dénoncent comme le « laisser-faire » du maire.

 

Lui, persiste et signe. Contre l'action – une infraction au règlement municipal – et contre le discours qui l'accompagne.

 

Matthieu Chamussy lors du conseil municipal du 17 décembre 2018. © Place Gre'net

Matthieu Chamussy © Place Gre'net

« Ce stratagème d’inversion des rôles et des valeurs qui consiste à évoquer un combat de “désobéissance civile” et à se référer à la lutte conduite par Rosa Parks, pointe-t-il. Rosa Parks, personnalité emblématique de lutte contre la ségrégation raciale, se battait pour des droits universels et non pour fracturer la société. »

 

Contre, plus largement, l'idéologie que sous-tendrait cette action. En l'occurrence, l’islamisme politique, « qui vise, petit à petit, à imposer ses propres règles à la société ». Il n'est pas le seul à le penser. Pour l'ex-maire de Grenoble Alain Carignon, candidat lui aussi en 2020, l'opération burkini n'est rien d'autre qu'« une provocation organisée par des tenants de l’islamisme intégriste ».

 

« La technique du morcellement de la société que favorise systématiquement la municipalité en soutenant toutes les revendications individuelles afin de satisfaire des clientèles exacerbe les tensions, élimine tout sentiment d’appartenance et destin collectif », accuse même l'ex-maire de Grenoble.

 

 

« Le maire de Grenoble a perdu toute boussole ! »

 

Contactés à plusieurs reprises, les services de la Ville n'ont jamais répondu à nos sollicitations. Mais la non prise de position du maire de Grenoble a aussi mis le feu aux poudres. Notamment lorsqu'il a déclaré voir « deux interprétations possibles de l'égalité républicaine ».

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 77 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Match de foot des hijabeuses de l'Alliance citoyenne devant la préfecture de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Port du voile dans les com­pé­ti­tions spor­tives : les hija­beuses de l’Alliance citoyenne rejouent le match et obtiennent satisfaction

FLASH INFO - Des membres du syndicat des Femmes musulmanes de l'Alliance citoyenne (AC) et de NousToustes 38 ont une nouvelle fois organisé un match Lire plus

Des membre de NousToustes 38 et de l'Alliance citoyenne ont revendiqué le droit de jouer au football avec un hijab de sport devant la préfecture de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : des femmes voi­lées ont joué au foot­ball devant la pré­fec­ture pour reven­di­quer le droit de por­ter le hijab lors des com­pé­ti­tions sportives

FOCUS - Des membres du Syndicat des femmes musulmanes de l'Alliance citoyenne (AC) et de NousToustes 38 ont organisé un match de football devant la Lire plus

Port du voile dans le sport : le sénateur Michel Savin déplore l'échec de la commission mixte paritaire. Une sprinteuse voilée (illustration). © Laboo Studio / Shutterstock
Port du voile dans le sport : le séna­teur Michel Savin déplore l’é­chec de la com­mis­sion mixte paritaire

EN BREF - Réunie ce lundi 31 janvier 2022, la commission mixte paritaire sur la proposition de loi visant à démocratiser le sport en France Lire plus

Naëm Bestandji, qui se définit comme militant féministe universaliste et laïc, était l'invité de la conférence sur la laïcité d'Emilie Chalas - prévue le 9 décembre 2021 et finalement reportée - où il devait présenter son livre "Le linceul du féminisme" consacré au voile islamique, outil selon lui "au service du patriarcat islamiste". © DR
Naëm Bestandji, mili­tant laïque : « Les isla­mistes pres­crivent le voile pour apai­ser leur obses­sion sexuelle »

ENTRETIEN - L'écrivain isérois Naëm Bestandji, fondateur du comité grenoblois de "Ni putes ni soumises", interviendra à la conférence sur la laïcité organisée par Émilie Lire plus

Le club féminin AS Surieux et sa coach voilée - photo extraite du compte Facebook de Magalie Vicente
Le séna­teur Michel Savin réclame l’in­ter­dic­tion du voile pour les joueuses lors des com­pé­ti­tions sportives

FLASH INFO — "L’interdiction du voile dans les compétitions sportives nationales est une impérieuse nécessité. Je ne peux me résoudre aux errements du gouvernement sur Lire plus

Flash Info

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

|

22/06

17h25

|

|

22/06

12h17

|

|

22/06

11h24

|

|

22/06

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin