Piscines municipales à Grenoble : des musulmanes bravent l’interdit des maillots couvrants

sep article

FOCUS – Des femmes musulmanes appuyées par l’Alliance citoyenne ont mené une action de désobéissance civile à la piscine des Dauphins, ce vendredi 17 mai. Vêtues de maillots couvrants, elles tenaient à faire pression sur la Ville de Grenoble pour que le règlement intérieur des piscines soit changé. Balayant l’argument sanitaire, le groupe a ainsi pu s’ébattre en ignorant délibérément les rappels à l’ordre du personnel.

 

 

Le collectif de femmes musulmanes accompagné de militantes de l'Alliance citoyenne. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le collectif de femmes musulmanes accompagné de militantes de l’Alliance citoyenne. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous allons rentrer dans la piscine avec le maillot de bain qui nous convient. On y va, nous allons faire cette action ! » Elles l’avaient annoncé, elles l’ont fait.

 

Ce vendredi 17 mai, sur le coup de 18 heures, un collectif de femmes musulmanes soutenu par des militantes et militants de l’Alliance citoyenne a accédé aux bassins de la piscine Les dauphins.

 

Bravant l’article 12 du règlement intérieur et les rappels au règlement du personnel, elles ont ainsi pu s’ébattre dans l’eau. L’objectif de cette action de désobéissance civile ? Maintenir la pression sur la Ville de Grenoble pour qu’elle change les règles et permette aux femmes musulmanes de se baigner dans la tenue de leur choix.

 

 

« On n’a jamais le droit ! On en a marre ! »

 

« Il y en a assez de ces règlements intérieurs des piscines discriminatoires, où nous ne pouvons pas accéder aux bassins. On n’a jamais le droit ! On en a marre ! » Peu avant de pénétrer dans l’enceinte de la piscine, Taous Hammouti, l’une des femmes du groupe, ne décolère pas. Cette dernière proteste contre l’article 12 du règlement, imposant le port du classique maillot aux clientes de l’établissement.

 

Extrait du règlement intérieur de la piscine Les dauphins. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Extrait du règlement intérieur de la piscine Les dauphins. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Il n’y a aucune loi qui dit qu’il faut tel ou tel maillot. Il y a deux seules conditions : l’hygiène et la sécurité. Nous n’enfreignons aucune de ces règles », objecte-t-elle.

 

« Nous défendons notre liberté, celle de toutes les femmes qui, par pudeur, ne veulent pas mettre un maillot deux pièces », ajoute Taous Hammouti, Puis, déterminée, elle rejoint ses amies se dirigeant vers la piscine accompagnées de militants et militantes de l’Alliance citoyenne.

 

Après s’être changées, les jeunes femmes sont rappelées à l’ordre par la directrice de l’établissement et le personnel tentant de les refouler. Mais elles passent outre et gagnent les bassins sans que le personnel quelque peu exaspéré n’insiste trop. « A priori, ils auraient reçu des consignes pour ne pas nous empêcher de nous baigner », commentera, un peu plus tard, un militant de l’Alliance citoyenne.

 

Quant au public présent sur place, qui s’est retrouvé au milieu des baigneuses très repérables à leurs vêtements les couvrant de la tête aux pieds, il n’a pas manifesté de réactions particulières. En somme, une baignade tout ce qu’il y a de plus normal, avec ses habituels ébats et les cris des enfants qui jouent en s’éclaboussant.

 

 

« Ce n’est pas normal »

 

Environ une heure plus tard, avant qu’elles ne sortent des bassins, un homme qui vient de terminer sa baignade réagit. « C’est inadmissible, ce n’est pas normal qu’on accepte ainsi un groupe entré quasiment en force », s’indigne-t-il.

 

Une jeune femme avec enfants ne faisant pas partie du groupe s’exprime, elle aussi. « Sur le fond, qu’elles se baignent habillées comme elles le veulent ne me gêne absolument pas. Par contre, sur la forme, je n’ai pas apprécié leur manière de s’imposer », nous confie-t-elle. D’autres personnes, interrogées vont, quant à elles, refuser de s’exprimer.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Dès leur baignade terminée, les militantes ne manquent pas d’exprimer leur satisfaction. Et pour cause, elle ne s’attendaient vraiment pas « à ce que l’action se déroule aussi bien ». À leur côté, Elies Ben Azib, salarié de l’Alliance citoyenne, se montre tout aussi satisfait et y va de ses commentaires.

 

« Ces femmes voilées sont victimes de discrimination dans les piscines. L’argument sanitaire ne tient pas », déclare le jeune homme. Qui prend pour exemple celui de la ville de Rennes, qui tolère désormais le burkini. Selon le militant, « des tests ont démontré qu’avec des burkinis ou maillots couvrants, aucune augmentation des bactéries n’a été constatée. »

 

 

« Là, elles ont ouvert une brèche »

 

Quant au trouble à l’ordre public que pourrait provoquer l’usage de tels vêtements de bain, l’Alliance citoyenne balaie l’argument, en se basant sur une décision du Conseil d’État datant de 2016. Que dit-elle en substance ? « Que [le burkini] ne peut justifier une atteinte au respect de la liberté religieuse garantie par les lois », rappelle l’association.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

C’est du reste sur cette base* que 620 femmes membres de l’Alliance citoyenne avaient soumis une pétition au maire de Grenoble Eric Piolle, en juillet 2018. Avec un objectif clair : obtenir le changement des règlements des piscines pour que les femmes porteuses de burkini puissent accéder à ces équipements publics.

 

Elies Ben Azib en est convaincu, il s’agit là d’une « position politique hystérique et irrationnelle sur la question du voile et de l’Islam ». Pour le militant, la chose est entendue. « Ce sont des femmes, des citoyennes, elles ont le droit d’accéder à la piscine ! » Le militant savoure une première victoire. « Là, elles ont ouvert une brèche. L’idée c’est que maintenant on ne lâchera plus tant que nous n’aurons pas obtenu satisfaction », assure-t-il.

 

La Ville de Grenoble leur propose un rendez-vous lundi

 

Le collectif se félicite, en tout cas, d’avoir reçu un appel du cabinet d’Éric PIolle. « J’ai eu une discussion avec Raphaël Revel que nous avions rencontré au mois de septembre et il s’est excusé. »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

De fait, après la pétition, la Ville avait reçu, le 17 septembre dernier, les porte-parole des femmes musulmanes. Une entrevue au cours de laquelle la municipalité leur avait promis un rendez-vous resté sans suite. « Il nous a donné rendez-vous ce lundi 20 mai pour discuter à nouveau avec nous », rapporte Taous Hammouti, Mais, chat échaudé craint l’eau froide, le collectif reste prudent.

 

« J’ai été claire ! Qu’on passe à l’acte ! Qu’on ne perde pas tout notre temps dans des réunions. Nous voulons un changement des règlements intérieurs ! », martèle la jeune femme.

 

Joël Kermabon

 

 

* L’arrêt du Conseil d’État  fait référence à une mesure d’interdiction de tenues manifestant de manière ostensible une appartenance religieuse. Les règlements intérieurs des piscines, dont celles de Grenoble, ne font référence, elles, qu’à des critères d’hygiène.

 

commentez lire les commentaires
12027 visites | 40 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 40
  1. Je trouve inadmissible que l’on recule encore une fois face à ces exigences religieuses : pour moi hors de question de me baigner avec des femmes portant autre chose qu’un simple maillot de bain. La relegion ne se pratique pas dans une piscine, ce n’est qu’une façon de gagner du terrain. La prochaine fois, elles exigeront que les hommes soient excluses de la piscine, et le maire direra encore que c’est « leur droit » ? et c’est nous qui devront partir ? Ce n’est pas ça qui favorisera l’intégration !

    sep article
  2. @Caro
    L’opposition à la suppression de l’ISF c’est très révélateur de la débilité économique et la jalousie sociale maladive, merci

    sep article
  3. Je vais me baigner avec un caleçon de bain et sans bonnet de bain, c’est la religion.
    Ah non on m’en empêchera.
    Ne confondons pas laïcité, liberté absolue de conscience, et règles du vivre ensemble.
    Si ces personnes ne comprennent pas les devoirs de la laïcité à la française, et n’acceptent pas des règles simples dans une piscine pour des tenues réglementaires alors nous devons agir à tous les niveaux municipaux et préfectoraux.

    sep article
  4. sep article
  5. C est quand même incroyable qui soit impossible d avoir un débat tranquille sur une question au final pas si complique sans ce prend des tombereaux de réaction légèrement disproportionnée …. Problème typiquement franco français

    sep article
    • 1. Une question pas compliquée ? Vous avez raison : le burkini, c’est non. Les horaires séparés selon les sexes, c’est non.
      2. Qu’appelez-vous « tombereaux de réaction(s) légèrement disproportionné(e)s » ?
      Mais c’est vous qui brandissez l’ « islamophobie » !!!!
      Choqué qu’on vous rappelle qui est Taous Hammouti ????
      « C’est Charlie qui a dégainé le premier » !!!!!
      PS : évidemment, les menaces dont elle se dit être l’objet et pour lesquelles elle a porté plainte sont scandaleuses. Il faut l’attaquer sur le pur terrain des idées (ou de la loi).
      Qu’il y ait des personnes objectivement racistes parmi tous ceux qui réagissent ici ou là, j’en conviens, mais faire passer pour racistes des citoyens attachés aux valeurs de la République, c’est tout autre chose.

      sep article
  6. Non à l’hypocrisie et à la religion dans nos piscines !!! C’est une tenue purement religieuse ! Les règlements doivent être plus clair et vite s’adapter ! Cette femme ose dire que même ses enfants seraient refusés ??!! Cela veut dire qu’elle veut les voiler dès le plus jeune age et nous faire croire que « cela n’a rien à voir avec la religion » !! L’islam utilise nos faiblesses, soyons plus intelligent et vigilant !!!!!

    sep article
  7. bingo! mot clé islam! 24 commentaire le record est battu!? non non il n y a pas de problème d islamophobie en France…

    je réécrit l’article:  » des nageuses se voit refusées l accès à une piscine à cause de le surface de recouvrement de leurs tenues de bain sans que leur gestionnaire le piscine ne puisse apporter de motif précis et objectif justifient cette interdiction »

    sep article
    • Ah ! on vous attendait !!! Le justicier des droits de l’Homme ! Le pourfendeur des ignobles islamophobes qui se déchaînent ici !!!!
      Vos croyez vraiment ce que vous dites ? Vous pensez vraiment que ce n’est qu’une histoire de « surface de recouvrement des tenues » (quoique ce soit AUSSI un argument puisque le caleçon de bain est lui aussi interdit) ? Vous avez vraiment l’impression que ce qui rassemble tous les intervenants ici (sauf vous, désormais), c’est l’intolérance, le racisme, la haine de l’autre ?
      Ce ne serait pas davantage l’attachement à la laïcité, la volonté de défendre l’égalité ?
      Ces activistes ne réclament pas seulement le port d’une tenue spécifique pour nager, elles exigent aussi des horaires séparés de baignade pour hommes et femmes !
      Avez-vous jeté un coup d’œil sur la page Facebook de Taous Hammouti ?
      Comme elle, vous estimez que « Charlie avait dégainé le premier » ????

      sep article
    • sep article
    • sep article
    • Et je drais plutôt « islamISME » dans sa version la plus rétrograde, soit l’instrumentalisation de la religion à des fin politiques! Car n’oublions pas que plein de musulmanes désapprouvent le port du voile et de tous ces vêtements sexistes! Mas bon, les islamistes sont si tolérants!

      sep article
  8. Si elles obtiennent gain de cause alors il faudra aussi autoriser les caleçons longs interdits aux garçons ! Et j’irai même plus loin, lancer le topless dans cette même piscine et avec le même forcing !

    sep article
  9. GG

    20/05/2019
    20:40

    Indécent et purement risible, ces femmes ne savent elles pas que se baigner habillé dévoile encore plus les formes des corps, il faut rester ferme sur les règlements piscine sinon les débordements ne se feront pas attendre. Venez nous rejoindre dans les bassins en maillots classiques, si votre pudeur est mise à mal, vous vous ferez au moins du bien.

    sep article
  10. sep article
  11. Le fait que la mairie de Grenoble ne condamne pas immédiatement le non-respect de son propre règlement est éminemment condamnable, et en dit long sur la complaisance de cette majorité avec l’islamisme politique, et sera lourd de conséquences! Ce fait est à comparer avec la rapidité avec laquelle ils ont par le passé condamné les propos de Dieudonné ou Soral! Et recevoir à la mairie des négationnistes des attentats de Paris, cela fera tâche, et pour longtemps (auraient-ils reçu Robert Faurisson?)!!! PS: si certains sont volontaires pour manifester ou se baigner dans d’autres tenues interdites, je suis partant!

    sep article
  12. Cher Monsieur, ça a été déjà dit et redit 1000 fois–il n’y a pas d’extrême droite en France. Même la droite banal, il faut creuser pour la trouver (ne pas proposer A Juppé). L’expression « extrême droite » c’est un terme gauchiste inventé et utilisé pour désigner les socialistes anti immigration

    sep article
  13. Le silence assourdissant des responsables politiques fait peur.
    Du côté des médias, un article complaisant voire complice de « Libération ».
    Heureusement, Mathieu Chamussy, qui n’est pas de mon « bord », relève l’honneur en révélant d’où parle – comme on disait en 68, Taous Hamoutti :
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/05/20/isere-grenoble-maillots-de-bain-couvrants-chamussy-exhume-des-posts-de-la-porte-parole
    Si Eric Piolle, muet jusque-là, accepte, en outre, de recevoir ces activistes, il se sera définitivement déconsidéré.

    sep article
  14. Braver l interdit c st faire preuve de courage.
    Y a t’il ici du courage ou de la manipulation?
    Lu sur autre média local, sur la page Facebook de la porte parole: « n oubliez pas que c est Charlie qui a dégainé le premier »
    Ambiance …

    sep article
  15. Risible. Je croyais que c’était le ramadan. Je vais faire la même chose dans leur pays. Après elles ont raison, le maire veut détruire Grenoble. Maintenant il faut assumer

    sep article
  16. Honteux et risible. Je croyais que c’était le ramadan. Je vais faire la même chose dans leur pays. Après, elles ont un peu raison, le maire de Grenoble a des problèmes [modération, propos insultants] et veut détruire sa ville et ses habitants. Vous l’avez élu, assumez

    sep article
  17. sep article
    • Si elles obtiennent gain de cause alors il faudra aussi autoriser les caleçons longs interdits aux garçons ! Et j’irai même plus loin, lancer le toplesse dans cette même piscine et avec le même forcing !

      sep article
  18. Pas du tout d’accord avec le « des musulmanes » dans le titre de l’article. Il ne s’agit pas de religion. Il s’agit de militantes de l’islam POLITIQUE.
    Quant à la « position politique hystérique et irrationnelle sur la question du voile et de l’Islam » qu’elles dénoncent, elles ne pensent pas si bien dire car c’est d’elles mêmes qu’elles parlent, à commencer par cette excitée qui se montre partout nommée Taous Hammouti.

    sep article
  19. L’islam politique à Grenoble, c’est NON!!!

    sep article
  20. Encore une victoire de l’islamisation de la France…

    C’est insupportable de les voir imposé leurs culture de force au français et nous ont souris et ont leurs passe tout les caprices

    sep article
  21. C’est carnaval??? On va voir si Eric en a dans le maillot!

    sep article
  22. Grenoble, capitale française des identity politics. Les Grenoblois ont les combats qu’on mérite ! Vivement que je me barre de cette ville !

    sep article
    • où voulez-vous aller ? à Béziers ? vous y seriez tranquille 😉

      sep article
      • On n’aurait le choix qu’entre Béziers, ville dirigée par un politicien d’extrême-droite et Grenoble, aux mains de « progressistes » et « humanistes » qui, sur ce coup-là, manifestent une passivité plus que coupable ?
        Et je reste très modéré dans mes termes à l’égard de nos édiles.
        Bref, Caro, évitez de nous fourguer ce type d’argument inepte, ou alors je vais moi aussi vous inviter à prendre un billet pour Caracas !!!!!

        sep article
        • pourquoi me proposez-vous de partir alors que, moi, je suis contente d’habiter Grenoble ?

          sep article
          • Relisez-moi ! A partir du moment où vous invitez Jeff, mécontent de vivre à Grenoble, à rejoindre Béziers, je vous convie, vous Caro qui n’avez de cesse de dénoncer la dictature qu’est devenue d’après vous la France macroniste, à partir pour Caracas !
            Ma proposition n’est pas plus maligne que la vôtre. J’essayais d’exhiber le caractère discutable de votre raisonnement implicite.
            Et c’est dommage qu’on se chamaille car là, au moins, je l’ai écrit ailleurs, on avait un point vraiment commun.
            Et de même que je suis disposé à reconnaître toutes les maladresses, erreurs ou fautes de Macron, pour qui j’ai voté en 2017, accordez-moi la faveur de concéder que sur ce coup-là le silence d’Eric Piolle n’augure rien de bon.

            sep article
            • moi aussi j’avais voté Macron en 2017. Je suis d’autant plus remontée contre lui qu’il nous a bien eus en ne tenant pas compte des votes « contre Marine » et en prenant comme premier fait d’arme la suppression de l’ISF.
              Piolle a préféré réfléchir avant de parler ?
              https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/05/21/pour-eric-piolle-les-conditions-d-un-dialogue-serein-ne-sont-pas-reunies
              faire un barouf pareil à une semaine des élections !!!! très décevante l’Alliance citoyenne bien noyautée

              sep article
              • La réaction de Piolle est indécente ! Il a réfléchi avant de parler ? Renvoyant dos à dos les deux « camps » ?
                Je m’étouffe d’indignation et je juge le maire de Grenoble à la fois terriblement léger et gravement coupable.

                sep article
  23. Bonjour . Je ne suis pas d accord avec leur action pour les piscines. Déjà pour l hygiène. Et deux nous si on va chez eux .C est nous qui deviont nous adapter a leur culture. Deux 3 moi je suis ronde et quand je vais me baigner on me dit qu il faut un maillot de bains classique et non avec unejupete pourtant couru au maillot de bain .voilà ils sont en France ils doivent respecter nos lois point .

    sep article
  24. sep article
    • Comme il est a contre courant, il est capable de plier dans l’intérêt des élections.

      sep article
  25. apparemment, à Grenoble les lois françaises ne sont écrites que pour les hommes blancs pressés , comme dirait un certain Éric Piolle .
    Pourquoi le personnel de la piscine n’a pas appelé la police ? Les caméras ont filmé les délinquantes? La police a déjà identifié ces [modération : propos insultants] ? Quelles mesures suivront pour que ça ne se reproduise ?!

    sep article
  26. Ce spnt bien les musulmanes qui ont une « position politique hystérique et irrationnelle sur la question du voile et de l’Islam »… Le Coran, d’après les exégètes, n’oblige nullement les femmes à se voiler, seulement à avoir une tenue décente. Déjà, elles n’ont pas le droit de se baigner quand il y a des hommes à proximité, leur burquini ne les protègent pas du tout du regard concupiscent que peuvent avoir les hommes à leur égard :
    burquinis courts
    http://www.vetislam.com/burkinis-courts.htm
    burquinis longs
    http://www.vetislam.com/burkinis-et-maillots-islamiques.htm
    Elles veulent rester voilées qu’elles fassent construire un bassin dans leur mosquée. Les baigneurs dans les piscines municipales n’ont pas à supporter l’étalage de leur « vertueuse » religion !
    L’asso alliance citoyenne s’est faite fagociter

    sep article