Lutte pour soutenir la biodiversité et contre les insectes invasifs : déjà 500 nichoirs à oiseaux installés à Grenoble

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE VIDÉO – La Ville de Grenoble et la Ligue de protection des oiseaux (LPO) ont inauguré le 500nichoir à oiseaux, ce samedi 4 mai. L’un des fruits du projet “chauves-souris” porté par Ingrid Szalay et Gilles Namur, lauréat du budget participatif 2017. L’idée ? Installer des nichoirs à chauve-souris, hirondelles ou mésanges bleues pour lutter contre les insectes invasifs et favoriser la biodiversité. Le tout en lien avec les habitants et les associations « pour faire chanter le printemps ».

 

 

Les deux porteurs du projet chauves-souris : Ingrid Szalay et Gilles Namur/ © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les deux por­teurs du pro­jet chauves-sou­ris : Ingrid Szalay et Gilles Namur. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Grosse décep­tion, ce samedi 4 mai, pour les amis des oiseaux et les per­sonnes ras­sem­blées dans la cour de l’é­cole Paul-Bert située dans le quar­tier de l’Île verte. Et pour cause ! Empêché, Allain Bougrain Dubourg, le pré­sident de la Ligue de pro­tec­tion des oiseaux (LPO), n’a pu se rendre à Grenoble comme annoncé.

 

Ce der­nier devait en effet par­ti­ci­per à l’i­nau­gu­ra­tion du 500exem­plaire des nichoirs à oiseaux ins­tal­lés sur le ter­ri­toire de la Ville. La concré­ti­sa­tion sur le ter­rain du pro­jet “chauves-sou­ris” porté par Ingrid Szalay et Gilles Namur, pré­sident de l’Union de quar­tier Île verte. De fait, en 2017, leur pro­jet avait rem­porté les suf­frages et était sorti lau­réat du bud­get par­ti­ci­pa­tif 2017 de la Ville de Grenoble.

 

 

« Favoriser la biodiversité et le retour de la nature en ville »

 

« Un tiers des oiseaux nicheurs sont mena­cés, et la popu­la­tion de chauves-sou­ris a baissé de près de 40 % en dix ans », s’in­quiète la Ville de Grenoble. En revanche les insectes nui­sibles, eux, pro­li­fèrent sur tout le ter­ri­toire de l’Isère et, par­tant, sur celui de la métro­pole gre­no­bloise.

 

Dès lors, il y avait urgence à agir. Notamment pour lut­ter contre la forte pré­sence des mous­tiques-tigres et l’in­va­sion de la pyrale du buis dont la che­nille est dévas­ta­trice pour ces arbustes.

 

Déjà 500 nichoirs à oiseaux ont été installés dans le cadre du budget participatif de la Ville de Grenoble. Une démarche pour soutenir la biodiversité.D’où cette idée de confier la construc­tion puis l’ins­tal­la­tion de nichoirs à chauves-sou­ris, hiron­delles ou mésanges bleues à des habi­tants. Une manière de com­pen­ser, tant que faire se peut, une “offre natu­relle” deve­nue tout à fait insuf­fi­sante pour ces sym­pa­thiques mam­mi­fères et pas­se­reaux.

 

Mais aussi de « favo­ri­ser la bio­di­ver­sité et le retour de la nature en ville », pré­cise la LPO. Car la seule pré­sence d’une popu­la­tion de chauves-sou­ris et de petits oiseaux peut recons­ti­tuer un éco­sys­tème mal en point. Notamment en atti­rant, entre autres pré­da­teurs, fau­cons et hiboux, créant ainsi « un effet col­la­té­ral posi­tif », sou­ligne la Ville.

 

 

Les chauves-souris peuvent ingurgiter près de 4 000 moustiques-tigres par jour !

 

Grâce à ces abris, les hiron­delles et les mésanges bleues vont pou­voir s’ins­tal­ler et s’at­ta­quer aux che­nilles de la pyrale du buis. De quoi limi­ter son inva­sion. Quant aux chauves-sou­ris, capables d’en­glou­tir près de 4 000 mous­tiques-tigres par jour, elles devraient faire mer­veille. C’est du moins le sou­hait des por­teurs du pro­jet, des élus et des habi­tants qui ont sou­tenu cette aven­ture ou y ont par­ti­cipé.

 

Retour en images sur l’i­nau­gu­ra­tion de ce 500e nichoir dévoilé par Éric Piolle, le maire de Grenoble, Marie-Paule de Thiersant, la pré­si­dente de la LPO Auvergne Rhône-Alpes, Ingrid Szalay et Gilles Namur.

 

 

 

Joël Kermabon

 

commentez lire les commentaires
3001 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Nous sou­hai­te­rions ins­tal­ler 2 nichoirs pour héber­ger des chauve sou­ris qui sont dans notre mur.
    En effet,nous allons refaire la façade et nous vou­lons relo­ger nos loca­taires.
    Pouvez-vous nous don­ner les coor­don­nées d’Ingrid ou Gilles pour ache­ter ceux-ci.
    Merci d’a­vance.
    Cordialement.

    sep article
  2. Amateurs achar­nés et illet­trés à tous les coins de la rue – c’est Grenoble. Qui leurs a dit que le fait d’ ins­tal­ler les nichoirs va “favo­ri­ser la bio­di­ver­sité” ?! D’ou vient cette idée débile ?!

    sep article
  3. Et pour les #Grenoblois que la muni­ci­pa­lité d”#Eric Piolle expose direc­te­ment aux nou­veaux flux de cir­cu­la­tions et embou­teillages sous leurs fenetres et dans leurs quar­tiers depuis son mer­veilleux nou­veau plan de non cir­cu­la­tion #Cvcm , ils font quoi pour les pro­té­ger les habi­tants ?

    sep article
  4. Ils n’ont pas d’autres prio­ri­tés à Grenoble ?!!!

    sep article
    • « Les chauves-sou­ris peuvent ingur­gi­ter près de 4 000 mous­tiques-tigres par jour ! »

      Détruire les mous­tiques tigre pour que vous ne soyez pas piqué. Ce n’est pas une prio­rité ? 😉

      sep article