Chauve-souris, hirondelles et mésanges pour lutter contre les insectes invasifs à Grenoble ?

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Lutter contre la prolifération d’espèces envahissantes comme le moustique tigre ou la pyrale du buis en offrant la possibilité à leurs prédateurs de revenir en ville ? C’est l’idée du projet d’installation de nichoirs à chauve-souris, hirondelles ou mésanges bleues porté par Ingrid Szalay et Gilles Namur dans le cadre du budget participatif de Grenoble.

 

 

Progression du mous­tique tigre, pro­li­fé­ra­tion de la pyrale du buis, conquête de nou­veaux ter­ri­toires par la che­nille pro­ces­sion­naire… Des espèces de plus en plus enva­his­santes qui ne sont pas sans cau­ser un cer­tain nombre de nui­sances dans l’Hexagone. Et si l’une des solu­tions à ces dés­équi­libres était le retour de pré­da­teurs ayant plus ou moins déserté les ter­ri­toires urbains ? C’est l’ob­jec­tif du pro­jet « Nichoirs chauves-sou­ris, hiron­delles et mésanges » déposé dans le cadre de l’é­di­tion 2017 du bud­get par­ti­ci­pa­tif de la ville de Grenoble.

 

Une chauve-souris veille d'ores et déjà aperçue devant la gare de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Une chauve-sou­ris veille d’ores et déjà devant la gare de Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

À l’o­ri­gine de cette idée ? Gilles Namur, pré­sident de l’Union de quar­tier Île-Verte, et Ingrid Szalay, sala­riée de la Ville et habi­tante du quar­tier. Deux per­sonnes pro­po­sant un pro­jet simi­laire mais qui ne se connais­saient pas avant que les ser­vices de la muni­ci­pa­lité ne les mettent en contact. Aujourd’hui, ils défendent ensemble la réin­tro­duc­tion de ces espèces. Avec, pre­mière étape, un franc suc­cès ren­con­tré durant la Ruche aux pro­jets du samedi 13 mai.

 

 

La LPO en soutien au projet

 

 

La redoutable pyrale du buis. DR

La redou­table pyrale du buis. DR

Les deux por­teurs de pro­jet ne sont pas seuls dans l’his­toire. « Avant de nous lan­cer, nous ne vou­lions pas faire n’im­porte quoi, explique Ingrid Szalay. Nous avons contacté la LPO [Ligue pro­tec­trice des oiseaux, ndlr] et d’autres asso­cia­tions par­tout en France. On nous a répondu que le pro­jet valait le coup, sur­tout dans les villes, là où la pro­duc­tion lumi­neuse ou le bruit ont fait fuir les espèces. »

 

La LPO apporte éga­le­ment son exper­tise et ses conseils dans la construc­tion du pro­jet. « Nous sommes des habi­tants, pas des scien­ti­fiques ! », insiste Ingrid Szalay. Se posent par exemple les ques­tions de l’emplacement des nichoirs ou de leur ins­tal­la­tion. Si les parcs ou les che­mins de halage (situés sur les rebords de rivières et ser­vant de pas­sage aux hommes et aux ani­maux) semblent des sec­teurs à pri­vi­lé­gier, la pose de nichoirs en kit dans les écoles est aussi une piste à explo­rer, et l’oc­ca­sion d’a­te­liers ludiques et péda­go­giques.

 

La mésange bleue, prédatrice de la pyrale du buis ou de la chenille processionnaire. DR

La mésange bleue, pré­da­trice de la pyrale du buis ou de la che­nille pro­ces­sion­naire. DR

Les experts l’as­surent : la simple pré­sence de nichoirs peut favo­ri­ser le retour d’une popu­la­tion. Et plus encore pour un ani­mal migra­teur comme l’hi­ron­delle.

 

« À par­tir du moment où il y a un habi­tat, l’es­pèce va reve­nir, se repo­ser, se repro­duire, nicher… Cela se fait natu­rel­le­ment, sans besoin de mettre de la nour­ri­ture. Le but n’est pas de pro­duire un dérè­gle­ment dans l’autre sens… », nuance en effet Ingrid Szalay.

 

Pourquoi la chauve-sou­ris, l’hi­ron­delle et la mésange bleue ? Ces espèces n’ont pas été choi­sies au hasard. Les deux pre­mières sont des pré­da­trices natu­relles du mous­tique, avec des rythmes de vie – noc­turne pour l’une, diurne pour l’autre – per­met­tant un “rou­le­ment” per­ma­nent. Quant à la mésange bleue, sa cible sera les che­nilles pro­ces­sion­naires ou la pyrale du buis.

 

 

La chauve-souris superstar

 

 

C’est tou­te­fois la chauve-sou­ris que les por­teurs de pro­jet ont choisi de mettre en avant. Leurs pages Facebook comme Twitter se nomment ainsi « Projet chauve-sou­ris ». Pourquoi s’en cacher ? Le but était bien d’at­ti­rer la curio­sité et l’in­té­rêt du public grâce au « côté légende ou fan­tasme » d’un ani­mal qui peut fas­ci­ner… autant qu’in­quié­ter.

 

Une pipistrelle... adulte. DR

Une pipis­trelle… adulte. DR

 

Paradoxe de l’exer­cice, Ingrid Szalay doit désa­mor­cer nombre de cli­chés sur ce mam­mi­fère volant qui, selon les croyances popu­laires, pren­drait un malin plai­sir à s’ac­cro­cher dans les che­veux… Les chauve-sou­ris sont pour­tant des ani­maux noc­turnes dis­crets et crain­tifs qui n’at­taquent en aucun cas les hommes. « J’ai eu la chance d’en “accueillir” deux à la mai­son, raconte Ingrid. Elles sont entrées par hasard. Elles sont vrai­ment inof­fen­sives et se laissent faire. Quand je les ai sor­ties, j’ai ouvert les mains et elles ont dis­paru très vite ! » Grandes consom­ma­trices d’in­sectes, les chauve-sou­ris jouent en outre un rôle béné­fique pour les éco­sys­tèmes et les cultures et per­mettent ainsi de réduire consi­dé­ra­ble­ment l’u­ti­li­sa­tion de pes­ti­cides

 

La chauve-souris choisie pour les comptes Facebook et Twitter du projet a de quoi séduire. DR

La chauve-sou­ris choi­sie pour les comptes Facebook et Twitter du pro­jet a de quoi séduire. DR

Ingrid Szalay recon­naît aussi avoir pri­vi­lé­gié des pho­to­gra­phies « sym­pas » dans sa com­mu­ni­ca­tion, quitte à aller pui­ser dans des espèces qui ne résident pas en France : « des chauve-sou­ris plus grosses, qu’on voit avec leurs bébés que l’on a plus envie de pré­ser­ver et dont on a moins peur ». Il est vrai que la pipis­trelle, espèce la plus com­mune de nos contrées, ne cor­res­pond pas néces­sai­re­ment aux cri­tères esthé­tiques en vigueur.

 

À défaut de la trou­ver jolie, tout étant d’ailleurs ques­tion de goûts, on aura du mal à la trou­ver effrayante tant la pipis­trelle est minus­cule.

 

Avec sa taille de quelques cen­ti­mètres, elle est loin de sa cou­sine géante d’Asie et de son mètre d’en­ver­gure. Ou de l’impressionnant renard volant des Philippines, mal­heu­reu­se­ment en voie d’ex­tinc­tion.

 

 

Verdict des urnes en octobre

 

 

Les por­teurs ont bon espoir de voir leur pro­jet validé par les Grenoblois en octobre. Pour le moment, ce sont les ser­vices de la Ville qui ont pris le relais, afin d’en véri­fier la fai­sa­bi­lité et de défi­nir ses moda­li­tés pra­tiques.

 

Ingrid Szalay, ambassadrice du “projet chauve-souris” © Florent Mathieu - Place Gre'net

Ingrid Szalay, ambas­sa­drice du “pro­jet chauve-sou­ris”. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Quel mon­tant pour sa réa­li­sa­tion ? Aucun chiffre n’a encore été arrêté. « Il faut comp­ter les nichoirs, la main d’œuvre, l’ins­tal­la­tion… On ne peut pas faire de bud­get pré­vi­sion­nel sans retour d’ex­per­tise », explique Ingrid Szalay. Pour autant, c’est bien dans la caté­go­rie « petit pro­jet » que figu­re­ront ces nichoirs.

 

En atten­dant le vote, Ingrid Szalay assume tota­le­ment son sta­tut d’am­bas­sa­drice. « C’est un pro­jet qui s’ins­crit bien dans tout ce qui est pro­tec­tion ani­male, nature en ville ou végé­ta­li­sa­tion, se réjouit-elle. C’est un inves­tis­se­ment per­son­nel, mais j’es­time que ça en vaut la peine, et la LPO me l’a confirmé. On a la chance d’être dans une ville où l’on peut faire éclore des pro­jets comme cela, que la muni­ci­pa­lité et les gens suivent. Et c’est chouette ! »

 

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
10238 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Ping : Nichoirs à chauve-souris, hirondelles et mésanges – conseils citoyens indépendants de Grenoble

  2. Super pro­jet !

    J’ai emmé­nagé dans un coin de Biviers infesté de mous­tiques et je viens d’un endroit à Crolles où vivaient tran­quille­ment deux chauves sou­ries et je confirme que c’est le jour et la nuit ques­tion effi­ca­cité 🙂

    J’ai un jar­din et prêt à accueillir de quoi loger mésanges et chauve sou­ries au calme !!!

    sep article
  3. Je trouve cette ini­tia­tive fort inté­res­sante sur­tout depuis qu’on parle du pro­duit insec­ti­cide qui devait era­di­quer le poux du pou­let et qui n’é­tait pas sensé empoi­son­ner les œufs
    Vivent les pré­da­teurs natu­rels des bes­tioles nui­sibles. Je vote­rai pour cet automne 🙂

    sep article
  4. sep article
    • Une ques­tion : est ce que vous allez nous infli­ger en com­men­taire de chaque article une pub pour allez lire votre prose sur votre compte YouTube ? Un lien est-il un com­men­taire ?
      Vous vous faites de la pub sans bourse délier … bien joué même si ça fait rapiat

      sep article