La Ville de Grenoble annonce avoir planté 375 arbres supplémentaires durant l’hiver 2018 – 2019

sep article



FIL INFO – La Ville de Grenoble fait le point sur le nombre d’arbres plantés durant la période hivernale sur son territoire. 640 arbres ont ainsi fait l’objet de plantations, tandis que 265 autres ont été coupés. Des chiffres qui n’ont rien d’innocent, alors que la question arboricole pèse sur le débat politique et suscite nombre de polémiques.

 

 

C’est devenu une tra­di­tion et, sans mau­vais jeu de mots, un mar­ron­nier : à la fin du mois de mars, la Ville de Grenoble indique chaque année le nombre de plan­ta­tions d’arbres réa­li­sées sur la période hiver­nale. De novembre 2018 à mars 2019, ce sont ainsi 640 arbres qui ont été plan­tés, tan­dis que 265 ont été cou­pés. Soit un solde posi­tif de 375 arbres sur la période, sachant que, contrai­re­ment aux plan­ta­tions, des coupes d’arbres peuvent sur­ve­nir toute l’an­née.

 

Les arbres de Grenoble, ici avenue Alsace-Lorraine. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Arbres sur l’a­ve­nue Alsace-Lorraine à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Depuis 2014, pour­suit la Ville, 4 252 arbres sup­plé­men­taires ont été plan­tés sur le ter­ri­toire gre­no­blois. Avec pour objec­tif le chiffre de 15 000 plan­ta­tions d’ici 2030. Et la muni­ci­pa­lité de rap­pe­ler que Grenoble “gagne” des arbres depuis 2014, ce qui n’é­tait pas le cas aupa­ra­vant. Sur la période 1996 – 2014, seules trois années affichent en effet un solde posi­tif. Quand d’autres pré­sentent des coupes impor­tantes, comme la “perte” de 1 842 arbres sur 2003 – 2004.

 

 

Un sujet de choix pour les prochaines élections municipales

 

Ces chiffres ne tombent pas au hasard : la ques­tion des arbres s’im­pose depuis plu­sieurs années comme un sujet de polé­mique récur­rent. Sur Internet et les réseaux sociaux, nombre d’op­po­sants à la majo­rité muni­ci­pale ne manquent pas de dénon­cer les coupes d’arbres, place Victor-Hugo ou, plus récem­ment, ave­nue Félix-Viallet. En décembre 2016, une péti­tion deman­dait même un « mora­toire sur les abat­tages ».

 

Jérôme Dutroncy, Antoine Back, Ludovic Bustos et Lucille Lheureux : quatre élus pour inaugurer deux arbres sur l'avenue Félix-Viallet. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jérôme Dutroncy, Antoine Back, Ludovic Bustos et Lucille Lheureux : quatre élus pour inau­gu­rer des arbres sur l’a­ve­nue Félix-Viallet. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La Ville de Grenoble a tou­jours répondu à ces accu­sa­tions en met­tant en avant son bilan posi­tif. Et en rap­pe­lant donc que les muni­ci­pa­li­tés Carignon comme Destot avaient coupé plus d’arbres qu’elles n’en avaient plan­tés. Signe que la cam­pagne des muni­ci­pales se pro­file ? Début mars 2019, pas moins de quatre élus de la Ville de Grenoble comme de la Métro se retrou­vaient sym­bo­li­que­ment… autour d’un arbre en plan­ta­tion sur l’a­ve­nue Félix-Viallet.

 

FM

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2745 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. C’est moi qui ai des gros pro­blèmes de vue ou les quelques arbres de l’a­ve­nue Félix Viallet qui ont sur­vécu aux tron­çon­neuses de la ville (pour­quoi, ceux à côté étaient malades et ceux là non ?) sont 5 fois plus gros que ceux qui ont été replan­tés ?
    Parler de un pour un est gros­siè­re­ment mal­hon­nête. En vraie équi­va­lence, c’est comme si un cin­quième seule­ment de l’a­ve­nue avait été replan­tée.

    sep article
  2. Ah ? Parce qu’il faut croire #Pinopiolle et sa bande dès qu’il affirme ? #Piolle et sa muni­ci­pa­lité n’ont fait que prou­ver depuis 2014 qu’ils s’ar­rangent tout le temps avec la vérité [modéré, pro­pos dif­fa­ma­toires] quelque soient les dos­siers.
    Au fait, savez vous pour­quoi ils vont abbatre les 140 pla­tanes de la petite l”#Esplanade Grenobloise ? Parce qu’ils sont malades, si si, pas pour y ins­tal­ler des immeubles à la place bien sur, avec 50% d’hlm au pas­sage tient. Nous sommes clai­re­ment pris pour des cré­tins !

    sep article
    • Ah, Pierre Misère et ses théo­ries des com­plots… Vulgaire et hai­neux en plus… Pour un peu, on en aime­rait presque les per­sonnes qu’ils fus­tigent et leurs idées même si ce ne sont pas les nôtres !

      sep article