Le candidat insoumis pour les européennes Bernard Borgialli était à Grenoble le vendedi 15 mars pour un meeting et une rencontre avec Yann Mongaburu.

Européennes : l’in­sou­mis Bernard Borgialli a insisté à Grenoble sur la tran­si­tion éner­gé­tique et les ser­vices publics

Européennes : l’in­sou­mis Bernard Borgialli a insisté à Grenoble sur la tran­si­tion éner­gé­tique et les ser­vices publics

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – Bernard Borgialli, can­di­dat en dixième posi­tion sur la liste des Insoumis aux élec­tions euro­péennes, était en dépla­ce­ment à Grenoble le ven­dredi 15 mars. Avant de par­ti­ci­per à un mee­ting consa­cré aux ser­vices publics le soir à Échirolles, le che­mi­not mar­seillais a ren­con­tré Yann Mongaburu, pré­sident du SMTC, pour échan­ger sur les ques­tions de mobi­lité et de tran­si­tion énergétique.

La tran­si­tion éner­gé­tique et les ser­vices publics, tels étaient les deux points cen­traux de la visite en Isère de Bernard Borgialli, can­di­dat Insoumis pour les élec­tions euro­péennes. Le che­mi­not mar­seillais, en dixième posi­tion sur la liste « Maintenant le peuple » menée par Manon Aubry, par­ti­ci­pait à un mee­ting à Échirolles au soir du ven­dredi 15 mars. Un ren­dez-vous pré­cédé d’une ren­contre et d’une confé­rence de presse avec Yann Mongaburu, pré­sident du SMTC.

Bernard Borgialli et Yann Mongaburu © Florent Mathieu - Place Gre'net

Bernard Borgialli et Yann Mongaburu. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Ancien membre d’EELV, récem­ment ral­lié au mou­ve­ment Génération.s, Yann Mongaburu ne fait pas mys­tère de son inten­tion de voter pour une autre liste que celle de la France insou­mise. Pas de quoi empê­cher les deux hommes d’af­fi­cher des valeurs com­munes. Autant sur les ques­tions de mobi­lité, avec un sou­tien affi­ché au fer­ro­viaire et autres alter­na­tives à la voi­ture indi­vi­duelle, que sur celle des ser­vices publics.

La ligne Grenoble-Gap en question

« Il ne faut pas être cari­ca­tu­ral en poli­tique. Il faut recon­naître le tra­vail fait », juge Bernard Borgialli. Le can­di­dat Insoumis salue ainsi le « tra­vail de fond » réa­lisé à Grenoble « pour don­ner à la popu­la­tion les moyens de sor­tir des éner­gies car­bo­nées », même s’il recon­naît ne pas être un « spé­cia­liste de Grenoble » ni être « entré dans les détails de la manière dont les mobi­li­tés y sont orga­ni­sées ».

Le Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes n'a de cesse de défendre la ligne Grenoble-Gap © Seau

Le Collectif de l’é­toile fer­ro­viaire de Veynes n’a de cesse de défendre la ligne Grenoble-Gap. © Seau

Pour le can­di­dat che­mi­not, la ques­tion du fer­ro­viaire est (for­cé­ment) pré­do­mi­nante. Et plus encore lorsque la sur­vie de la ligne Grenoble-Veynes-Gap est évo­quée. Alors que deux Régions, le Département de l’Isère et la Métro se disent prêts à mettre la main à la poche, l’État joue les pro­lon­ga­tions quant à l’a­mé­na­ge­ment de la ligne, quitte à la mettre en dan­ger. « Une dupli­cité de l’État fran­çais », juge sans ambages Yann Mongaburu.

Le « besoin d’une poli­tique industrielle »

Le pré­sident du SMTC des­sine deux sujets majeurs en matière de tran­si­tion envi­ron­ne­men­tale. En pre­mier lieu, « l’ur­gence à inves­tir dans le fer­ro­viaire », afin de dimi­nuer le recours à la voi­ture indi­vi­duelle. En second lieu, la tran­si­tion éner­gé­tique des véhi­cules. « Avec le vrai besoin d’une poli­tique indus­trielle qui arrête de faire peser la res­pon­sa­bi­lité sur les indi­vi­dus » en impo­sant des normes strictes aux construc­teurs, ajoute-t-il.

Les Insoumis promettent l'interdiction de la vente des véhicules diesel d'ici 2025. DR

Les Insoumis pro­mettent l’in­ter­dic­tion de la vente des véhi­cules die­sel d’ici 2025. DR

Cette poli­tique indus­trielle, la France insou­mise l’ap­pelle de ses vœux. Bernard Borgialli rap­pelle que le mou­ve­ment de Jean-Luc Mélenchon pro­meut l’in­ter­dic­tion de la vente de véhi­cules die­sel à comp­ter de 2025.

Aux yeux du can­di­dat, les impé­ra­tifs envi­ron­ne­men­taux doivent de toute manière peser sur cha­cune des déci­sions. Pas ques­tion, en somme, de seule­ment « se repeindre en vert », assure-t-il. « C’est indis­pen­sable que l’on intègre ce para­mètre. »

La sau­ve­garde des ser­vices publics

Autre sujet : la sau­ve­garde des ser­vices publics. Yann Mongaburu et Bernard Borgialli parlent de concert en évo­quant les fer­me­tures de bureaux de poste, d’an­tennes CPAM et autres ser­vices de l’État. Un pro­ces­sus de « déshu­ma­ni­sa­tion » qui pèse encore une fois sur le bilan car­bone. « Quand on éloigne des lieux de vie les ser­vices publics, on crée des dépla­ce­ments ! », sou­ligne Yann Mongaburu. Pour qui le recours au déma­té­ria­lisé ne peut être la seule solution.

Des Insoumis et un Génération.s devant Métrovélo à Grenoble. De gauche à droite : Anasse Bouallali, Lucas Trottman, Alban Rosa, Bernard Borgialli, Yann Mongaburu et Émilie Marche © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les Insoumis Anasse Bouallali, Lucas Trottman, Alban Rosa, Bernard Borgialli et Émilie Marche entou­rant Yann Mongaburu devant Métrovélo à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Un thème por­teur que celui des ser­vices publics, autant dans les ter­ri­toires ruraux que dans les agglo­mé­ra­tions. Grenoble a ainsi connu une forte mobi­li­sa­tion autour de la fer­me­ture pro­gram­mée ou annon­cée de plu­sieurs bureaux de poste, dont celui de Championnet. De la même manière, des Échirollois s’in­quiètent d’une fer­me­ture pos­sible du centre CPAM de leur com­mune, et mani­fes­taient devant le bâti­ment le ven­dredi 18 janvier.

Le thème n’a d’ailleurs pas été choisi par hasard comme sujet du mee­ting ves­pé­ral du can­di­dat. « Autant les euro­péennes c’est éloi­gné, autant les ser­vices publics les gens disent oui. Chacun va pen­ser à un ser­vice public qu’il faut sau­ver, c’est notre patri­moine ! », explique la conseillère régio­nale insou­mise Émilie Marche. Une porte d’en­trée pour rat­ta­cher les élec­teurs à un scru­tin qui, déci­dé­ment, ne par­vient jamais à pas­sion­ner les foules ?

FM

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition
Les colonnes Morris estam­pillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition

FOCUS - Sept ans après leur disparition, les colonnes Morris JCDecaux refont leur apparition dans le paysage urbain grenoblois. De quoi susciter l'ironie du groupe Lire plus

A Grenoble, sans surprise, le Métrocâble sera conçu, réalisé et exploité par le groupement isérois Poma. Un lourd investissement au regard des capacités.
Métrocâble gre­no­blois : Poma prend les com­mandes, une déci­sion pré­ci­pi­tée pour les asso­cia­tions d’usagers

  EN BREF - À Grenoble, le Métrocâble sera sans surprise conçu, réalisé et exploité par le groupement isérois Poma. La télécabine qui reliera Saint-Martin-le-Vinoux Lire plus

Le port du masque obligatoire pour les conducteurs de la TAG irrite Force Ouvrière
Manifestation des retrai­tés ven­dredi 21 février à Grenoble pour exi­ger la gra­tuité des trans­ports en commun

  FIL INFO — Les organisations syndicales de retraités de l'Isère appellent à une manifestation vendredi 21 février à Grenoble pour exiger la gratuité des Lire plus

Le syndicat mixte des mobilités de l'aire grenobloise a élu son président, sans trop de surprise mais aussi sans les élus de la majorité départementale.
Yann Mongaburu, élu pré­sident du syn­di­cat des mobi­li­tés pour trois mois… sans les élus de la majo­rité départementale

  FOCUS - Le syndicat mixte des mobilités de l'aire grenobloise a élu son président, le 7 janvier dernier, sans trop de surprise… et sans les élus Lire plus

Affluence sur le réseau Tag
Transports publics : le Département de l’Isère claque la porte du syn­di­cat mixte, la Région sur ses talons

  FOCUS - Le 1er janvier 2020, le syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l'agglomération grenobloise devient syndicat mixte des mobilités de l’aire Lire plus

Les collectivités veulent reprendre la main sur la Semitag et faire d'elle une société publique locale. Mais à trois mois des élections, ça grogne...
Les col­lec­ti­vi­tés locales reprennent la main sur la Sémitag, le Département dénonce une manœuvre politique

  EN BREF - L'annonce de la transformation de la Sémitag, société d'économie mixte qui gère le réseau de bus et tramways de l'agglomération grenobloise, Lire plus

Flash Info

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

|

09/05

12h05

|

|

06/05

20h04

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin