Yann Mongaburu quitte EELV pour Génération.s : « La gauche écologiste doit pouvoir opérer sa mue »

sep article



TROIS QUESTIONS À : Yann Mongaburu, conseiller municipal grenoblois et président du Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) a annoncé ce samedi 27 octobre son départ d’Europe écologie – Les Verts (EELV) pour rallier les rangs de Génération.s, le parti fondé par Benoît Hamon à l’été 2017. Un choix assumé, mûrement réfléchi, guidé par la conviction qu’il est temps pour la gauche écologiste d’opérer sa mue vers une « maison commune » que pourrait incarner Génération.s.

 

 

Une nouvelle étape dans le parcours d’un militant écologiste convaincu

 

Yann Mongaburu, 35 ans, conseiller muni­ci­pal et pré­sident du Syndicat mixte des trans­ports en com­mun (SMTC), faci­le­ment repé­rable à son couvre-chef, change de cas­quette. Troquant celle du parti Europe éco­lo­gie – Les Verts (EELV) pour celle, plus récente, de Génération.s, fondé par Benoît Hamon à l’été 2017, le mili­tant éco­lo­giste ne claque pour autant pas la porte. Il évoque plu­tôt « une évo­lu­tion » de sa réflexion poli­tique.

 

Yann Mongaburu, le président du SMTC. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Yann Mongaburu, le pré­sident du SMTC. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Son par­cours mili­tant et poli­tique a démarré en 1995 avec Act up, Sidaction, les pre­miers fau­chages de cultures OGM avec Attac ou encore Ras l’front.

 

En 2002, au len­de­main de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, il choi­sit de s’en­ga­ger en poli­tique, en l’oc­cur­rence chez Les Verts, alors seul parti à inves­tir le champ des pos­sibles offert par l’é­co­lo­gie poli­tique.

 

Yann Mongaburu s’im­plique ensuite « très for­te­ment » dans la créa­tion d’EELV entre 2009 et 2010, avant de bri­guer, sans suc­cès, un siège de député de la 3e cir­cons­crip­tion de l’Isère lors des élec­tions légis­la­tives de 2012.

 

Un premier mandat en 2014

 

Son pre­mier man­dat ne vien­dra qu’en 2014 avec la vic­toire de la liste éco­lo­giste Grenoble, Une ville pour tous, menée par Éric Piolle. Avant de par­ti­ci­per « comme ouvrier » à la construc­tion d’une « majo­rité métro­po­li­taine de ras­sem­ble­ment »,  puis de s’in­ves­tir dans la cam­pagne des élec­tions séna­to­riales de 2017 qui ont conduit à l’é­lec­tion de Guillaume Gontard.

 

Eric Piolle, Yann Mongaburu, Christophe Ferrari Faîtes du vélo © Joël Kermabon - Place Gre'net

Eric Piolle, Yann Mongaburu, Christophe Ferrari lors de l’é­vé­ne­ment Faîtes du vélo. © Joël Kermabon – Place Gre’net

La boucle est bou­clée. Une nou­velle étape s’an­nonce désor­mais après le constat que fait l’élu du besoin d’une gauche éco­lo­giste qui puisse opé­rer sa mue et inves­tir le pro­jet d’une « mai­son com­mune » dont Génération.s ser­vi­rait de fon­da­tions.

 

 

Place Gre’net – Quelles motivations vous ont conduit à quitter EELV pour rejoindre le mouvement de Benoît Hamon ?

 

Yann Mongaburu – C’est une évo­lu­tion presque natu­relle car je pense que ce que l’on vit aujourd’­hui est une mon­tée de l’en­jeu cli­ma­tique où l’é­co­lo­gie a infusé toutes les gauches. Je pense à Générations.s mais aussi à la France insou­mise (FI) et aux com­mu­nistes. La ques­tion cli­ma­tique n’est plus une ques­tion future, c’est une ques­tion du pré­sent et tout le monde le res­sent, ne serait-ce qu’à tra­vers l’été que nous venons de vivre.

 

La régu­la­tion cli­ma­tique devient une ques­tion pré­gnante, la Marche pour le cli­mat gre­no­bloise est his­to­rique en ce sens. Les citoyens sai­sissent que l’en­jeu est désor­mais au pré­sent. Il est encore temps, à condi­tion qu’on orga­nise les bifur­ca­tions, les virages en matière de poli­tiques publiques.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour moi, l’autre face de la même pièce c’est la mon­tée des popu­lismes. Parce c’est ce qui arrive quand la gauche n’est pas à la hau­teur de ses res­pon­sa­bi­li­tés ou quand on laisse l’ex­trême droite ou les libé­raux tuer l’es­poir d’une autre société.

 

Qui aurait pu croire, il y a cinq ans, qu’on aurait un gou­ver­ne­ment fas­ciste en Italie et voir aujourd’­hui l’ex­trême droite gagner l’é­lec­tion pré­si­den­tielle au Brésil ? Ou encore qui aurait pu croire que le gou­ver­ne­ment de la République fran­çaise refu­se­rait d’ac­cueillir l’Aquarius au mépris du droit inter­na­tio­nal ? Nous avons besoin de rele­ver la tête à gauche et l’en­jeu majeur de la période c’est de regar­der le réel tel qu’il est pour le trans­for­mer. C’est mon côté très jau­res­sien et c’est ce qu’es­saye de faire Génération.s..

 

 

Justement, qu’allez-vous chercher chez Génération.s que vous n’auriez pas trouvé au sein d’EELV ?

 

Yann Mongaburu - Génération.s essaye de faire conver­ger et marier l’his­toire du mou­ve­ment ouvrier avec l’his­toire de l’é­co­lo­gie poli­tique. Le tout en pre­nant en compte les enjeux cli­ma­tiques, avec notam­ment la sor­tie du die­sel et celle des per­tur­ba­teurs endo­cri­niens.

 

Mais c’est aussi com­ment recréer une pro­tec­tion sociale, avec le revenu uni­ver­sel et la taxa­tion des robots pour pro­té­ger cha­cun, là où Macron orga­nise le gel des pres­ta­tions sociales et, en pre­mier lieu, celles des plus pré­caires. À Génération.s, il y a cette éner­gie nou­velle. Je crois aussi qu’il y a cette volonté d’être le creu­set d’une nou­velle culture, de ce que j’ap­pelle une gauche éco­lo­giste.

 

Yann Mongaburu président écologiste du SMTC en pleine explication sur la terrasse du Café de la table ronde à Grenoble © Paul Turenne - placegrenet.fr

Yann Mongaburu, pré­sident éco­lo­giste du SMTC, en pleine expli­ca­tion sur la ter­rasse du Café de la table ronde à Grenoble. © Paul Turenne – placegrenet.fr

Au-delà de ça, il nous fau­dra construire une mai­son com­mune de cette gauche éco­lo­giste. Je pense là aux Insoumis, aux com­mu­nistes et aux éco­lo­gistes his­to­riques avec les­quels je conti­nue­rai à coopé­rer. C’est à cette construc­tion que je compte m’employer pour por­ter des pro­po­si­tions nou­velles à la hau­teur de nos res­pon­sa­bi­li­tés et conti­nuer inlas­sa­ble­ment à œuvrer au ras­sem­ble­ment.

 

Je crois que nous avons éga­le­ment fait la preuve, loca­le­ment, que le ras­sem­ble­ment des gauches est une clé poli­tique de trans­for­ma­tion. C’est vrai à Grenoble comme à la Métropole avec ce que nous fai­sons avec Éric Piolle, Renzo Sulli, Élisa Martin, Ludovic Bustos et d’autres encore.

 

Il faut main­te­nant que les appa­reils poli­tiques mar­qués par les années 70 se sai­sissent du fait qu’il faut désor­mais orga­ni­ser la muta­tion de la gauche éco­lo­gistes avec sa nou­velle culture, de nou­velles pro­po­si­tions dépas­sant lar­ge­ment les fron­tières par­ti­sanes du passé, et Génération.s y par­ti­cipe.

 

 

Est-ce que cette « évolution » dans votre parcours politique va avoir des incidences au sein de la majorité municipale, voire de sa cohésion ?

 

Yann Mongaburu – J’ai été élu sur une liste en 2014 avec une équipe et mon action est gui­dée par le man­dat qui m’a été confié. Je crois, par ailleurs, qu’à la Métropole ou au SMTC nous avons réussi à tra­vailler dans le bon sens. Notamment avec la recon­quête des ter­rains agri­coles dans nos ter­ri­toires péri­ur­bains, la tari­fi­ca­tion sociale de l’eau et la mise en place du 30 km/h avec une expé­ri­men­ta­tion déro­ga­toire qui a per­mis de chan­ger la règle­men­ta­tion à l’é­chelle natio­nale. Mais aussi quand on fait les cer­ti­fi­cats qua­lité de l’air avec une expé­ri­men­ta­tion unique deve­nue désor­mais la loi, celle de la cir­cu­la­tion dif­fé­ren­ciée qui va nous aider à orga­ni­ser la sor­tie du die­sel.

 

Jean-Paul Trovero, Yann Mongaburu, Eric Piolle, Emmanuel Carroz © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Paul Trovero, Yann Mongaburu, Eric Piolle et Emmanuel Carroz. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Je res­te­rai membre de la majo­rité muni­ci­pale et du groupe Rassemblement citoyen, soli­daire et éco­lo­giste (RCSE) pour por­ter encore plus loin l’ac­cé­lé­ra­tion des tran­si­tions éco­lo­giques, sociales et démo­cra­tiques. Autant de sujets qui sont, avec l’hu­ma­nisme, au cœur de Génération.s.

 

Quant à ma déci­sion, évi­dem­ment que j’en ai parlé avec les per­sonnes dont je suis le plus proche, avec les­quels j’ai pu faire un par­cours mili­tant depuis des années. Au sein de Génération.s, je conti­nue­rai à contri­buer à faire vivre loca­le­ment l’in­no­va­tion poli­tique qui a été por­tée aussi natio­na­le­ment. Il y a des bonnes volon­tés par­tout et elles doivent pou­voir se ras­sem­bler.

 

Propos recueillis par Joël Kermabon

 

A la rentrée, (re)mettez-vous en selle en toute sécurité : Grenoble-Alpes Métropole compte plus de 450 km de pistes cyclables.
commentez lire les commentaires
5590 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Yann Mongaburu est un « vrai » poli­tique, le poli­tique à 3 bandes comme on le dit par­fois.
    Les manœuvres pour récu­pé­rer des mili­tants de Générations semblent donc ouvertes pour notre cher Maire de Grenoble prêt à envoyer un de ses prin­ci­paux émis­saires dans la crè­me­rie voi­sine.

    Proche il fut un temps de géné­ra­tions, je retrouve dou­ce­ment ma cen­tra­lité vers un PS en recons­truc­tion, a minima les idées res­tent, et nous pou­vons consta­ter que Mongaburu n’est pas tota­le­ment l’homme pro­vi­den­tiel de Générations, des jeunes mili­tants frappent de nou­veau à la porte socia­liste qu’ils retrouvent eux aussi progressivement…rejetant en par­ti­cu­lier la per­son­na­lité de Monsieur Mongaburu. Car les manœuvres poli­ti­ciennes ne trompent per­sonne.

    sep article
  2. De la bouillie d’élé­ments de lan­gage. Totalement indi­geste.

    sep article
  3. gauche et eco­lo­giste : le cumul de la betise poli­tique

    sep article
  4. « Le gau­chisme est une mala­die men­tal » (… et ça faut le savoir, c’est véri­fiable…)

    sep article
  5. Et si c’é­tait une manoeuvre pour rame­ner les voix des élec­teurs d’ham­mon vers #Piolle en 2020 ? J’en suis per­suadé.

    Ce qui serait excellent c’est que #Mongaburu parte de Grenoble, ce pro­fes­sion­nel de la poli­tique cumu­lar gras­se­ment payé, un incom­pé­tent et dog­ma­tique, il s’est assez moqué des #gre­no­blois et a dejà trop fait de mal à notre ville.

    sep article