Un an après le démarrage de CVCM, un bilan d’étape positif, mais incomplet

sep article

EN BREF – L’opération Cœurs de ville, Cœurs de Métropole démarrée en avril 2017, et alors copieusement décriée, enregistre, un an plus tard, des effets positifs selon l’observatoire de suivi du projet CVCM. Dynamique commerciale, apaisement des déplacements en centre-ville de Grenoble, qualité du cadre de vie en hausse, les voyants sont (presque) tous au vert… Manquent toutefois encore à l’appel les données sur la pollution, le bruit et la sécurité routière.

 

 

Depuis février 2017, un observatoire* de suivi du projet Cœurs de ville, cœurs de Métropole (CVCM) a été mis en place. Ce mardi 3 avril, le maire de Grenoble, Eric Piolle, le président de la Métropole de Grenoble, Christophe Ferrari, le vice-président au commerce Guy Jullien, et Yann Mongaburu, président du SMTC ont fait part de leur satisfaction, au vu des résultats qu’il affiche.

 

Guy Jullien, Yann Mongaburu, Christophe Ferrari et Eric Piole à la conférence cœur de ville, coeur de métropole le 03/04/2018. © Virginie Clerc

Guy Jullien, Yann Mongaburu, Christophe Ferrari et Eric Piolle à la conférence Cœurs de ville, cœurs de métropole le 3 avril 2018. © Virginie Clerc

 

Vitalité commerciale plutôt au beau fixe, maintien constaté de la fréquentation du centre-ville, évolution des déplacements en direction des modes doux… Bref, le tableau paraît des plus rassurants et prometteurs pour la suite. « Il y a un an, certains prédisaient la mort pure et simple du centre-ville ; d’autres annonçaient une ville complètement asphyxiée par de futurs bouchons ; quelques-uns mettaient tout en œuvre pour s’opposer à ce projet… Or le constat présenté aujourd’hui est bien plus positif ! », s’est félicité Eric Piolle.

 

 

Une dynamique commerciale globalement bonne

 

Selon l’observatoire CVCM, la courbe de l’activité des commerces et des entreprises est inversée par rapport à la courbe nationale qui pique plutôt du nez. Autrement dit, en dépit du nouveau plan de circulation, la dynamique économique du centre-ville grenoblois ne se porte pas si mal… Les élus gagent aussi que l’extension amorcée de la zone piétonne, les travaux d’embellissement de la Place Grenette, puis de la place Victor-Hugo vont participer à renforcer l’attractivité générale du centre-ville.

 

La rénovation de la place Grenette en cours d'achèvement, à Grenoble, le 28 mars 2018 © Joël Kermabon - placegrenet.fr

La rénovation de la place Grenette en cours d’achèvement, à Grenoble, le 28 mars 2018 © Joël Kermabon – placegrenet.fr

Les services de la Métropole enregistrent par ailleurs une hausse du nombre de commerces de proximité.

 

Autre marqueur positif : l’arrivée de l’enseigne Bricorama au niveau du Boulevard Lyautey, en face du bureau de poste.

 

Le taux de vacance commerciale dans le centre-ville a même baissé de 8,8 % à 8,3 % entre l’automne 2017 et mars 2018. La Métropole et la Chambre de commerce et d’industrie examinent, notamment avec la Caisse des dépôts, la possibilité de louer à prix modérés, les locaux vides.

 

Un bémol : certaines zones rencontrent des difficultés. Les responsables politiques assurent toutefois que les commerces touchés ont été aidés et exonérés de taxes locales, et qu’une certaine bienveillance a été demandée aux banques ainsi qu’à l’Urssaf (Union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d’allocations familiales). Enfin, selon l’animatrice du centre-ville, les commerces souffrent d’un manque de stationnement pour les livraisons, réclament aussi davantage d’arceaux à vélos, et attendent avec impatience la fin des travaux.

 

 

Voitures en recul, modes doux en hausse

 

Les modes de déplacements pour accéder au centre-ville grenoblois évoluent dans le sens attendu. Les mutations vont même plus vite que ce que prévoyaient les modèles, tendent à indiquer les responsables politiques. Depuis un an, l’accès en voiture au centre-ville est ainsi en baisse de 3 % au niveau des sorties du centre-ville et de 4 % au niveau des entrées.

 

Selon l'observatoire, CVCM favorise commerce, report modal et fréquentation du centre-ville de Grenoble. Mais il faudra attendre pour la pollution de l'air…Boulevard Agutte Sembat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Boulevard Agutte Sembat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En hausse significative, l’utilisation des parkings relais, de + 7 % entre 2016 et 2017 et de + 4 % sur la même période pour les parkings en ouvrage. La pratique du vélo continue de progresser également, de 5 % entre 2016 et 2017, et de 22 % entre janvier et décembre 2017, sur l’axe Chronovélo empruntant l’avenue des Jeux olympiques.

 

Les comptages relevés par l’observatoire permettent de relever une augmentation de 3 % de piétons dans le centre-ville depuis mai 2017. En progrès également, la fréquentation des bus. Les lignes  Chrono 1 et 4 enregistrent un bond respectif de 5 % et de 6 %, avec une ponctualité en progrès, laquelle est également constatée pour la ligne C3.

 

 

Pollution, bruit et sécurité :  des résultats à venir

 

Manquent néanmoins, pour parachever ce bilan à un an du départ de CVCM, des données sur la qualité de l’air, le bruit et la sécurité routière… Visiblement, le recueil de ces éléments s’avère plus complexe.

 

En 2018, l’observatoire devrait aussi renforcer les études sur la qualité de l’air, en lien avec Atmo Auvergne Rhône Alpes. Quatre campagnes de deux semaines sont programmées dans le courant de l’année, à l’issue desquelles des résultats seront communiqués. Pour le bruit et la sécurité routière, des « campagnes complémentaires » sont annoncées.

 

Séverine Cattiaux, avec Virginie Clerc

 

 

* Cet observatoire transdisciplinaire s’appuie sur différents acteurs. La fréquentation des transports en commun est évaluée par TransIsère et la Sémitag, le comptage des vélos par Métrovélo, celui des véhicules par le fabricant de GPS Tom Tom et le comptage des piétons par l’opérateur de téléphonie mobile Orange. La vacance commerciale est mesurée par les services de la Métropole, la Chambre de commerce et d’industrie, etc. Les résultats sont par ailleurs partagés régulièrement avec les associations de commerçants.

 

 

commentez lire les commentaires
3333 visites | 24 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 24
  1. C’est de l’intox politique. Mais pas de chance pour Yann Mongaburu, il existe des organismes reconnus hors de sa sphère d’influence. Les chiffres sérieux et indépendants montrent que tous les indicateurs de CVCM sont au rouge. Grenoble à Coeur les a publiés sur leur site.
    https://grenoble-coeur.blogspot.fr/p/a-letude.html

    sep article
  2. La municipalité ne me semble pas avoir une idée très correcte des embouteillages que son plan de circulation génère dans Grenoble. Je lui suggère simplement d ‘essayer de faire, par exemple, le trajet : trois tours , Place de Verdun, Rue Condillac /Lesdiguières direction le Square L. Martin et Cours Lafontaine le matin à 9h ou le soir à 17h et il lui sera alors de continuer à affirmer, de bonne foi, qu’embouteillages et pollution n’augmentent pas !

    sep article
    • Pour les embouteillages, pas vu un seul : ça roule super bien sur les aménagements cyclables. Pour la pollution, ben tant qu’il y a des bagnoles avec une seule personne dedans pour faire juste 3 km, on n’est pas sorti le c..l des ronces.

      sep article
      • on a bien compris que vous étiez antivoiture, mais à chaque fois vous parlez de faire 3km .. mais la plus part des automobilistes sont en transit du Grésivaudan > Lyon et vice versa

        sep article
        • Erreur, je ne suis pas anti-voiture, je suis pour moins de voiture. La différence subtil peut vous avoir échapper.
          Donc, je me pose la question : pourquoi tous ces êtres intelligents qui font Grésivaudan – Lyon passent par le centre-ville ? Ont-ils tous vraiment besoin de leur voiture ?
          Allez, une petite expérience réelle et locale. En 2000, 80% des employés d’une société avaient besoin de leur voiture pour aller bosser. 18 ans plus tard, ils sont moins de 30% (pour un effectif en hausse). Que s’est-il passé en 18 ans ? Peut-être certains (soit 700 personne) se sont-ils rendus compte que l’usage de la voiture pour des déplacements domicile-travail n’étaient pas le choix le plus judicieux.
          Donc, quand vous écrivez « la plupart des automobilistes », laissez-moi rire mais j’ai un gros doute.

          sep article
          • ou peut être que ces 700 personnes sont parti vivre ailleurs …

            pourquoi passent-ils par le centre ville ? peut être car la rocade Sud est toujours bouchée et que les gens cherchent des voies alternatives pour traverser le bassin grenoblois.

            il ne fallait pourtant pas chercher bien loin

            sep article
            • Pas de chance : pas de changement d’adresse (peut-être quelques uns mais sur 700…) mais bien un report modal de la voiture vers les TC ou la bicyclette.
              Pas de chance, hein ? On dirait que vous voulez vous obstiner dans le fait qu’un déplacement doit obligatoirement se faire en voiture seul. Ouvrez-les yeux ! Ce n’est pas le cas de tous les déplacements !

              sep article
  3. COURTEX, je ne vois pas comment place’gre pourrait rectifier a moins de regarder ce que démontre l’excellent GAM quand à la méthodologie truquée de « l’observatoire » juge et parti et au service des élus.

    sep article
  4. Vous faite votre metier place’gre, mais là, et c’est assez rare pour le souligner, vous vous faite les complices, certainement involontaires, des intances municipales et metropolitaines, en relayant des informations bidons du soit disant « observatoire » aux données et méthodes plus qu’opaques, qui ne fait rien d’autre que de manipuler et mentir aux Grenoblois. Vous valez mieux que le DL tout de même 😉

    sep article
    • Vous avez raison de souligner ce point bien que Place Gre’Net fait du vrai journalisme non partisan comme certains médias. Cette fois-ci les concernés n’ont peut-être pas pris le temps de vérifier les chiffres avancés par les responsable de la METRO et de la ville de Grenoble ? Je suis sûr qu’ils rectifierons leurs propos car il y a des entités bien plus fiables qui elles ont dévoilé les vrais chiffres: baisse plus que notable de la fréquentation urbaine, baisse importante du CA de la majeure partie des commerçants (même les enseignes comme la FNAC, Galeries Lafayette, Zara… ont vu leur CA diminuer. Bien sûr ils ne vont pas le crier sur tous les toits, mais pour ceux qui connaissent les dirigeants, c’est les confidences qui leur ont été faites) et la pollution en forte augmentation cours Jean-Jaurès où il faut 30-40 minutes pour parcourir 2 km même parfois en dehors des heures de pointe..

      sep article
  5. Pour ceux qui seraient intéressé, le document de décembre 2016 de « l’observatoire CVCM » qui celui utilisé par nos chers élu est là, dans son intégralité
    https://www.dropbox.com/…/20180603_OBSCVCMG_4.pdf…

    sep article
  6. Ahurissant ! Lorsque j’ai lu votre article je me suis demandé si nous parlions de la même ville ? Je fréquente quotidiennement le centre-ville et je connais personnellement une centaine de commerçants avec qui je discute régulièrement. Toutes les données qui vous ont été fournies par les représentants de la ville et la METRO sont FAUX. Les commerçants ne sont pas contents et les 2/3 d’entre eux sont dans une situation financière catastrophique. Les vrais baromètres économiques sont d’un avis contraire à ce que vous confirmez: baisse de près de 30% du CA et fréquentation en chute libre !
    Pour ce qui est de la circulation, il vous faut être plus explicite: si la pollution a baissée dans l’hyper centre-ville (d’où les voitures ont été quasiment bannies), elle a énormément augmentée sur les grands boulevards, le cours Jean-Jaurès et les autres voies de détournement de la circulation. Je ne vous ennuierai pas avec les chiffres publiés par des organismes sérieux et plus crédibles qui ne sont pas sous l’emprise des élus de la ville et la METRO. Et pour ce qui est de la circulation des vélos, la création de nombreuses pistes cyclables, y compris à contre-sens dans des rue à sens unique, n’a pas résolu le problème de l’incivisme des cyclistes qui circulent plus sur les trottoirs que sur ces dites-pistes….

    sep article
    • Vous avez entièrement raison.
      2017: Baisse moyenne de 30% du CA du commerce de centre-ville avec une fréquentation elle aussi en baisse de 20%
      Il suffit de parler aux banques pour s’en rendre compte.

      On dans une « réalité alternative ».

      sep article
      • Vous en connaissez un tas de jolis chiffres dont on ne connaît soit pas les sources soit la façon dont vous les bidonnez !

        sep article
    • La pollution n’a pas baissé dans l’hyper-centre. Augmentation moyenne de 15% de la pollution de fond aux stations de mesure Grands boulevard et Casern de Bonne, en particulier celle au NO2 causée par la circulation!!!

      sep article
      • Ah, mais vous êtes un véritable génie ! Tenez, vous vous rendez compte que vous venez découvrir que la pollution suit le trafic automobile. Et donc, pour faire baisser cette pollution, il suffirait de… ??? Trop dur d’imaginer une ville avec moins de voitures ?

        sep article
    • Sortez-vous le c..l de votre bagnole et déplacez-vous et faites vos courses à pied ou à bicyclette !
      Vous verrez, ça fera une voiture en moins dans les bouchons créés par vous-mêmes, de la pollution atmosphérique, sonore, olfactive et spatiale en moins et de la sécurité accrue pour les piétons et les cyclistes.
      Quand à vos commentaires sur les cyclistes, on voit bien que vous ne faites jamais de vélo en ville où l’insécurité dûe aux automobilistes (stationnements illégaux sur aménagements cyclables, non-respect des priorités, dépassements rasants, arrêt sur sas vélo, intimidations dans double-sens cyclables, etc) est un frein non seulement au développement du vélo dans toutes les tranches d’âges mais aussi une explication aux comportements répréhensibles de certains cyclistes.

      Enfin, je me demande pourquoi les commerçants qui perdent 30% du CA ne vont pas hurler devant la mairie ou dans les médias ? Pourtant, avant même l’expérimentation de CMCV, on les entendait bien. Bizarre, non ?

      sep article
      • Vous devriez respecter le code de la route vous les cyclistes, ça serait un danger en moins pour les voitures et piétons !

        sep article
        • Dangeureux pour les piétons, je l’admets dans certains cas, mais pour les voitures ? Vous vous foutez de qui ?
          Rappel : http://www.securite-routiere.gouv.fr/la-securite-routiere/l-observatoire-national-interministeriel-de-la-securite-routiere/accidentalite-routiere

          Dans les accidents impliquant un cycliste, il est responsable dans moins de 30 % des cas. Il n’a tué aucun conducteur de motorisé, et seul 1 piéton a été tué par un cycliste en 2016. C’est trop, mais par rapport aux piétons morts sous les roues d’un véhicule motorisé, c’est rien.
          Ici les gens tentent tout pour blâmer un projet qu’ils ne peuvent pas piffrer, par peur du changement pourtant nécessaire d’habitudes, mais il va falloir arrêter de dire de la m**de sans savoir de quoi on parle.

          sep article
        • Oh, un gros troll !
          Désolé mais j’avais oublié que les automobilistes respectent toujours les limitations de vitesse (voir les radars pédagogiques toujours verts), ne se garent jamais sur les aménagements cyclables, ne stationnement pas sur les passages pour piétons, laissent traverser les piétons quand ils manifestent leur intention de le faire, doublent à plus d’un mètre les cyclistes en mettant leur clignotant, ne s’arrêtent jamais sur un sas vélo, mettent leur flèche pour signaler un virage, ne grillent jamais ni le feu orange ni le feu rouge, ne s’engangent pas sur un carrefour sans être sûr de le quitter pour ne pas le bloquer, n’utilisent leur klaxon qu’en cas de danger avéré, conservent les distances de sécurité quand ils sont derrière un cycliste dans une rue à sens unique, ne stationnement pas sur les trottoirs, ne prennent pas les sens interdits même sur de courte distance comme 50 mètres… Je continue ?
          Aux dernières nouvelles, la mortalité routière en France et en agglo n’est pas le fait de cyclistes mous du bulbe (il y a en a) mais plutôt d’automobilistes. Je vous conseille la lecture des quotidiens régionaux de la semaine dernière concernant les accidents de circulation impliquant un cycliste. Vous y verrez le reflet de votre crasse ignorance.

          sep article
  7. sep article
  8. L’étude du commerce et du taux de vacance est limité au seul centre ville alors que le périmètre de cvcm (et impact) est bien plus élargi, entre autres, les cours berriat et jean jaures ne sont même pas étudiés ? Ni la caserne de Bonne ?
    De plus, faut-il s’ébahir d’un taux proche de 10% , taux jugé critique et supérieur d’après PROCOS à la moyenne des grandes agglomérations?

    Palmares PROCOS: Grenoble était 4ème pour l’année 2016, soit avant le nouveau plan de circulation CVCM en avril 2017!

    Qualité de l’air, aucun chiffre n’est communiqué, et de plus, c’est la station de la caserne de bonne au milieu des immeubles qui serait le référentiel alors que celle des grands boulevards est occultée et montre une augmentation moyenne au no2 d’environ 15%?

    sep article
  9. Preuve que ce qu’affirme cet « observatoir »e n’a aucune crédibilité:  » Cet observatoire transdisciplinaire s’appuie sur différents acteurs. La fréquentation des transports en commun est évaluée par TransIsère et la Sémitag (NDR donc la METRO, donc les élus), le comptage des vélos par Métrovélo (NDR: donc la METRO, donc les élus) , celui des véhicules par le fabricant de GPS Tom Tom (NDR: Tous les véhicules sont équipés de Tom Tom, c’est bien connu. En fait, Tom Tom c’est moins d’un véhicule sur 100!!! Donc ces chiffres ne veulent rien dire) et le comptage des piétons par l’opérateur de téléphonie mobile Orange (NDR: qui détient env. 30% de part de marché, donc le comptage des piétons ne veut rien dire) . La vacance commerciale est mesurée par les services de la Métropole, la Chambre de commerce et d’industrie, etc. Les résultats sont par ailleurs partagés régulièrement avec les associations de commerçants. (NDR: Ce qui ne veut rien dire, la vacance commerciale n’est un pas indicateur de santé économique. Le chiffre d’affaires des commerces de centre ville a baissé de 30% en 2017 avec une fréquentation elle aussi en baisse de 20%) »

    Donc on nous prend encore pour des buses.

    sep article
  10. Ce n’est pas positif: ni en matière de circulation, ni en matière de pollution, ni en matière de commerce.
    C’est drôle cet « observatoire » sans aucune indépendance qui n’est là que pour « faire ‘ indépendant » alors qu’il ne fait que ressasser ce que les élus lui disent de dire..

    Un peu de sérieux, regardons Atmo, réellement indépendant et les seuls chiffres qui comptent en matière de commerce;: le chiffre d’affaires et la fréquentation. https://groupedanalysemetropolitain.com/2018/04/04/cvcm-tout-va-bien-peut-on-lire-dans-le-dl-serieux-ca-donne-trop-le-smile-quoi/

    sep article